ELLAf est le résultat d’un travail d’analyse des littératures en langues africaines mené depuis une dizaine d’années au LLACAN (UMR 8135 du CNRS), ayant permis de définir les contours d’un champ littéraire nouveau : celui des littératures orales et écrites en langues africaines. Le projet a pour objectif de créer un cadre théorique autour de ce champ construit sur les liens entre oralité et écriture littéraire, et création littéraire en contexte multilingue. Il a pour ambition d’apporter une contribution inédite à la compréhension du fait littéraire et des pratiques langagières.

L’Encyclopédie des Littératures en Langues Africaines (ELLAf) propose de créer un outil nouveau sous la forme d’un site Internet : un cadre pour la réflexion théorique et une bibliothèque numérique en ligne qui rassemble des corpus de littératures orales et écrites en langues africaines quel que soit leur statut sociolinguistique. Pour pouvoir analyser la complexité de la création littéraire en langues africaines, onze langues et littératures à statuts et localisations différents sont présentes sur le site dès la phase inaugurale. Des textes littéraires sous forme d’extraits ou en version intégrale accompagnés d’une traduction en français et/ou en anglais seront présentés selon un protocole commun, visant à préciser la contextualisation de chaque texte ainsi que les circonstances de création et/ou de performance, tout en définissant le genre littéraire dont il relève. La présentation de la langue et de la littérature dont relèvent les textes, la définition des concepts auxquels ils renvoient, la possibilité d’approfondir l’analyse et le développement d’une revue en ligne sont intégrés dans la structure du site permettant l’articulation étroite entre documentation et recherche, indispensable dans le domaine.

ELLAf sera alimentée par des chercheurs africanistes appartenant à plusieurs disciplines mais qui tous sont spécialistes de ces langues et/ou littératures. Le projet prendra appui sur une équipe de recherche spécialement mobilisée dans le cadre du projet scientifique du LLACAN (2014-2018) et bénéficiera donc d’une réflexion continue organisée autour de séminaires réguliers, de journées d’études et de missions sur le terrain.

Les littératures en langues africaines sont peu connues mais pourtant riches, réunissant aussi bien des littératures orales que des littératures écrites en plusieurs graphies. Au-delà de leur intérêt intrinsèque et la nécessité de répertorier les différentes littératures existantes, elles posent des questions importantes à l’analyse et à la théorie littéraires. Celles-ci concernent prioritairement le lien entre le statut de la langue et sa capacité à produire des textes littéraires, la relation entre les littératures orales et l’écriture littéraire et l’impact sociétal de notre recherche.

ELLAf est présenté par deux partenaires complémentaires : Ursula Baumgardt, professeur à l’INALCO, est membre du LLACAN (Langage, langues et cultures d’Afrique noire, UMR 8135 du CNRS dirigée par Martine Vanhove), UMR spécialisée en linguistique et littérature africaines ; Xavier Garnier est professeur à Paris III ; il est membre de l’EA 4400 (conventionnée CNRS), «Ecritures de la modernité», dirigée par Alain Schaffner, et s’intéresse particulièrement aux littératures écrites en langues africaines.

Tous les membres ont une double qualification, réunissant une spécialisation disciplinaire et des connaissances approfondies des langues africaines de référence. Plusieurs partenaires scientifiques du SUD sont associés au projet qui a vocation à élargir la coopération internationale.

Executive summary

ELLAf is the fruit of some ten years of study of literatures in African languages pursued by the LLACAN (UMR 8135 du CNRS) research group. This study led the group to draw the boundaries of a new literary field: that of oral and written literatures in African languages. The current project seeks to create a theoretical framework for this field, built on the links between orality, literary writing and literary writing in multilingual context. This new field hopes to contribute to the understanding of the working of literature and communication.

The Encyclopaedia of literatures in African languages (ELLAf) seeks to create a new tool which will take the form of a website, offering both a framework for theoretical reflection and a digital online library, bringing together oral and written literary corpora, whatever their sociolinguistic status. The website will include, right from the start, eleven languages and literatures characterised by different statuses and localisations in order to facilitate the study of literary creativity in African languages and an appreciation of its complexity. The site will, in particular, offer extracts or full versions of literary texts together with their French and/or English translation; their presentation will obey a common protocol, with the aim of giving precise information on the contextualisation of each text and on the circumstances of its creation and/or performance, while defining its genre. The website will be structured to present the languages and literatures relevant to the various texts included on the website and define the concepts they use; it will offer the possibility to pursue an in-depth analysis of those and develop an online journal. These features will in turn highlight the close-knit articulation between documentation ad research, central to the field.

ELLAf will be managed by Africanist researchers based in various disciplines and specialising in these literatures. The project will be supported by a research team mobilised within the LLACAN’s (2014-2018) scientific project and will thus benefit from a continuous reflection organised around regular seminars, workshops and fieldwork.

Literatures in African languages are seldom known yet rich, and bring together oral literatures and literatures written in several scripts. Beyond the interest they present in themselves and the necessity to record all existing literatures, they raise important questions on literary analysis and theory. Those focus in particular on the link between the status of the language and its capacity to produce literary texts, on the relationship between oral literatures and literary writing and the societal impact of our research.

The project is presented by two complementary partners: Ursula Baumgardt is a member of LLACAN (Black African Languages and Cultures, CNRS UMR 7594 headed by Martine Vanhove), a UMR specialised in African linguistics and literature; Xavier Garnier is a University Professor at Paris III; he is a member of the EA 4400 (CNRS-contracted), « Writings of modernity », headed by Alain Schaffner, and is particularly interested in written literatures in African languages.

All members are doubly qualified, bringing together a disciplinary specialism and an in-depth knowledge of the African languages mentioned above. Several scientific partners from the South are associated with the project, which is meant to expand the existing international cooperation.