Mbaroodi e fowru e rawaandu / Le lion, l’hyène et le chien

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — lion, hyène, chien ; naïveté ; partage, la loi du plus fort.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Mamadou Abdoul Sek.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

RésuméLe lion, l’hyène et le chien ont en commun un taureau, une chèvre et un agneau. Le lion demande au chien de faire le partage. Le partage est tout fait, propose le chien : au lion le taureau, à l’hyène la chèvre et à lui l’agneau. Le lion, mécontent, tue le chien d’un coup de patte.

Il demande à l’hyène de faire le partage. Le partage est tout fait, dit l’hyène : « […] tu mangeras au dîner le taureau, au petit-déjeuner la chèvre et au déjeuner l’agneau. »

« Qui t’a appris ce partage ? » demande le lion. « C’est celui-là qui a les crocs dehors qui m’a appris ce partage » répond l’hyène.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 8.

 

.

.

.

Mbaroodi e fowru e rawaandu / Le lion, l’hyène et le chien

 

– Wonnoo ɗoo, ko mbaroodi e fowru e rawaandu.

Ɓe ndenndi ngaari e mbeewa e bortel. Mbaroodi wii : « Rawaandu, haadi ko aan woni cukalel, feccan en. » Rawaandu wii : «Ɗum kay feccii hoore mum : haadi ko aan woni mawɗo, naw ngaari ndii, Fowru nawa mbeewa baa, miin, mi nawa bortel ngel. »

Ndeke mbaroodi welaaka ɗuum : woni e mum, ko nawde fof. Tan mbaroodi fiyi takkere mum e reedu rawaandu : tetekki rawaandu njalti. Rawaandu maayi siinyi nyiiƴe ! Mbaroodi wii : « Fowru, feccan en. »

Fowru huli, ndu wii : « Ɗum kay feccii hoore mum : a hiirtoto ngaari ndii, kasitoɗaa mbeewa baa, ngottoɗaa bortel ngel. » Mbaroodi jali wii : « Holmo janngin-maa ndee ɗoo feccere ? » Fowru wii : « Janngini mi ndee ɗoo feccere, ko siinydu nyiiƴe nduu ! »

.

.

 


.

.


 

 

 

 

Mbaroodi e fowru e rawaandu

Le lion, l’hyène et le chien

 

Wonnoo ɗoo, ko mbaroodi e fowru e rawaandu.

Étaient ici un lion, une hyène et un chien.

 

Ɓe ndenndi ngaari e mbeewa e bortel.

Ils avaient en commun un taureau, une chèvre et un agneau.

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Rawaandu, haadi ko aan woni cukalel, feccan en. »

« Chien, puisque c’est toi [le plus] jeune, fais nous le partage. »

5

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Ɗum kay feccii hoore mum :

« Mais ça, ça s’est partagé tout seul :

 

haadi ko aan woni mawɗo, naw ngaari ndii, Fowru nawa mbeewa baa, miin, mi nawa bortel ngel. »

puisque tu es l’aîné, prends le taureau, Hyène prend la chèvre, moi je prends l’agneau. »

 

Ndeke mbaroodi welaaka ɗuum :

Or cela n’avait pas plu au lion :

 

woni e mum, ko nawde fof.

son intention était de tout prendre.

10

Tan mbaroodi fiyi takkere mum e reedu rawaandu,

Alors le lion donna un coup de patte sur le ventre du chien,

 

tetekki rawaandu njalti.

les intestins du chien sortirent.

 

Rawaandu maayi siinyi nyiiƴe !

Le chien mourut, tous crocs dehors1 !

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Fowru, feccan en. »

« Hyène, fais nous le partage. »

15

Fowru huli, ndu wii :

L’hyène eut peur, elle dit :

 

« Ɗum kay feccii hoore mum :

« Mais ça, ça s’est partagé tout seul :

 

a hirtoto ngaari ndii, kasitoɗaa mbeewa baa, ngottoɗaa bortel ngel. »

tu mangeras au dîner le taureau, au petit-déjeuner la chèvre, et au déjeuner l’agneau. »

 

Mbaroodi jali wii :

Le lion rit et dit :

 

« Hol mo janngin-maa ndee ɗoo feccere ? »

« Qui t’a appris ce partage ? »

20

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Janngini mi ndee ɗoo feccere, ko siinyndu nyiiƴe nduu ! »

« C’est celui-là qui a les crocs dehors qui m’a appris ce partage. »

1 Mot à mot : siinyi nyiiƴe « montra les crocs ».

© Copyright ADELLAF 2021

 

 

 

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum / L’hyène, le lion et ses enfants

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — lion, hyène ; stupidité ; solidarité.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Oumar Ndiaye.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé: La brousse est trop touffue, l’hyène ne trouve aucun animal à attraper, elle incendie la brousse. Les enfants du lion meurent dans l’incendie. L’hyène trouve le lion en train de gémir. « C’est moi qui ai incendié la brousse », dit-elle au lion. Le lion l’accuse d’avoir tué ses enfants. Le lion rappelle que c’est lui qui protège le fourré, que c’est le fourré qui le protège et qui protège tous les animaux. L’hyène prend la fuite. Elle ne trouve pas de fourré où se cacher.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 7.

.

.

.

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum / L’hyène, le lion et ses enfants

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Ndu sumi ladde fof. Ndu wii : « Ndee ladde sukkunde, hay batte yiyetaake heen ! Miin sumi nde. » Ndu wii : « Ladde sukka tan, a danyataa hay ko nyaamɗaa ? Kulle fof coorniima heen. Huunde wontaa soorno ɗoo tawa mi yiyaani. »

Ndeka cumu nguu sumii ɓikkon mbaroodi haa koonyi. Ndu tawi mbaroodi ina jiimi e ɓikkon mum, ina hawsa. Ndu wii : « Kaawu Mbaroodi, miin sumi ladde ndee fof, kulle fof tan coornoo e ladde, hay huunde a yiyataa ! Miin sumi ndee ladde reedaande. Nyawu, jooni dey ko felti ɗoo fof, mi yiyan ɗum ! » Mbaroodi wii : « Aan kay, ko cumu maa nguu sumi cukalon am kon ! »

Fowru ndaari leydi, tan yii ɓikkon mbaroodi ina kooyni takke, ina koonyi. Fowru wii : « Alaa, Kaawu Mbaroodi, a yiyii, cumu am nguu, nde faandii ɗoo, tan ngu waɗi keel, ngu faati too. Cumu am nguu yettaaki gaay. Wonaa miin ! »

Mbaroodi wii : « Hannde ko mi baroowo ma tan. Aan kuɗaaɗo oo, a anndaa ko dunndu suuɗi mbaroodi, mbaroodi suuɗi dunndu, ko dunndu suuɗi enen fof ? »

Fowru dogi ronki yiide dunndu ɗo suuɗii. Mbaroodi aafi fowru…

.

.


.

 

 

.


 

 

 

 

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum

L’hyène, le lion et ses enfants

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Était ici une hyène.

 

Ndu sumi ladde fof.

Elle incendia la brousse toute entière.

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Ndee ladde sukkunde, hay batte yiyetaake heen !

« Cette brousse touffue, on n’y voit rien !

5

Miin sumi nde. »

C’est moi qui l’ai incendiée. »

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Ladde sukka tan, a danyataa hay ko nyaamɗaa ?

La brousse devient si touffue que tu ne trouves rien à manger ?

 

Kulle fof coorniima heen.

Tous les animaux s’y sont cachés.

 

Huunde wontaa soorno ɗoo tawa mi yiyaani. »

Rien ne se cachera plus ici sans que je [le] voie.

10

Ndeka cumu nguu sumii ɓikkon mbaroodi haa koonyi.

Or l’incendie a brûlé les enfants d’un lion au point de les carboniser.

 

Ndu tawi mbaroodi ina jiimi e ɓikkon mum, ina hawsa.

Elle trouva le lion penché sur ses enfants, en train de gémir.

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Kaawu Mbaroodi, miin sumi ladde ndee fof, kulle fof tan coornoo e ladde, hay huunde a yiyataa !

« Oncle Lion, c’est moi qui ai incendié la brousse, toute entière, tous les animaux ne font que se cacher dans la brousse et tu ne vois rien !

 

Miin sumi ndee ladde reedaande.

C’est moi qui ai incendié cette bâtarde de brousse !

15

Nyawu, jooni dey ko felti ɗoo fof, mi yiyan ɗum ! »

Voilà, eh bien maintenant, tout ce qui passera ici, je le verrai ! »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Aan kay, ko cumu maa nguu sumi cukalon am kon ! »

« Toi, en fait, c’est ton incendie qui a brûlé mes enfants ! »

 

Fowru ndaari leydi, tan yii ɓikkon mbaroodi ina kooyni takke, ina koonyi.

L’hyène regarda par terre et, tout d’un coup, vit les petits du lion les pattes en l’air, carbonisés.

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

20

« Alaa, Kaawu Mbaroodi, a yiyii, cumu am nguu, nde faandii ɗoo, tan ngu waɗi keel, ngu faati too.

« Non, Oncle Lion, tu vois, mon incendie, quand il a approché d’ici, d’un coup, il a fait un grand détour1 et il est reparti là-bas.

 

Cumu am nguu yettaaki gaay.

Mon incendie n’est pas arrivé par ici.

 

Wonaa miin ! »

Ce n’est pas moi ! »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Hannde ko mi baroowo ma tan.

« Aujourd’hui, de toutes les façons, je vais te tuer.

25

Aan kuɗaaɗo oo, a anndaa ko dunndu suuɗi mbaroodi, mbaroodi suuɗi dunndu, ko dunndu suuɗi enen fof ? »

Toi, la maudite, tu ne sais pas que c’est le fourré qui protège le lion, que c’est le lion qui protège le fourré, et  que c’est le fourré qui nous protège tous ? »

 

Fowru dogi ronki yiide dunndu ɗo suuɗii.

L’hyène prit la fuite, elle ne réussit pas à trouver de fourré où se cacher.

 

Mbaroodi aafi fowru…

Le lion se lança à la poursuite de l’hyène…

 


 

Note:

1 Le peul emploi l’idéophone keel, évoquant un mouvement circulaire, un détour.

© Copyright ADELLAF 2021

 

Présentation du recueil “Tinndi”

 

 

Tinndi / Contes

de Baylaa Kulibali

 

 

Mots-clés:  peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable.

L’auteur:  Baylaa Kulibali [Baïla Coulibaly] est né en 1949 à Orkadiéré au Sénégal. Il est arrivé en France en novembre 1969. Après avoir occupé divers emplois, il a été, jusqu’à sa retraite, ouvrier chez Talbot1.

Baylaa Kulibali se distingue des autres écrivains de langue peule par son parcours intellectuel. En effet, à la différence de ces derniers, qui reçoivent une formation scolaire dans un cadre institutionnel à travers l’école coranique et les universités arabes ou à travers l’école occidentale, Baylaa Kulibali est un néo-alphabète qui  a appris à lire et à écrire en peul, auprès d’une association d’étudiants, Jaŋde e Pinal [étude et culture] en 1975, au foyer Falguières à Paris.

Son premier texte, qui date de 1981, est un récit autobiographique intitulé Nguurndam Tumaranke [La vie d’un immigré] publié dans la revue Binndi e Jaŋde [écriture et étude]. Il publie ensuite trois nouvelles : les deux premiers, « Daarol Pennda e Dooro » [L’histoire de Pennda et de Dôro] et « Koode men ne na nyaara » [Nos étoiles brillent] paraissent en 1982 dans la revue Binndi e jaŋde ; le troisième, « Luhral » [La discorde] paraît en plusieurs fragments de 1986 à 1988 dans la revue Binndi pulaar [écriture peule].

En1986, il fait la connaissance du griot Diâwôye Diêye. Celui-ci lui transmet la légende de Da Monzon de Ségou qu’il publiera en 1992 sous le titre de Daarol Dah [La légende de Dâ], Paris, Binndi e jannde [numéro hors série]. Diâwôye Diêye lui transmet également la plupart des contes du présent recueil.

Le corpus:  Le recueil est constitué de dix-huit textes de longueur inégale. On peut y distinguer trois ensembles : une série de treize contes brefs à personnages d’animaux, dont dix mettant en scène l’hyène ou le lièvre ; une deuxième série de cinq contes dont les héros sont des personnages humains ; et un conte, le dernier dans l’ordre, qui représente en volume 25% du recueil et qui est une histoire à défis.

Les contes sont réécrits. Treize d’entre eux sont dits par Diâwôye Diêye. Ils sont racontés dans des causeries au foyer des travailleurs migrants à Boulogne. Ils ne sont ni sollicités, ni enregistrés : E ko ɓuri heewde, ko e nder jeewte ɓe tinndi. Ndenndinmi tinndi ɗii, njaajnumi ɗi e binndi « La plupart du temps, c’est dans des causeries qu’ils [les conteurs] ont conté. J’ai rassemblé ces contes et je les développés dans l’écriture ».

L’oralisation du corpus:  Les contes, à l’exception du dernier, ont été oralisés en mars 2012 au centre de documentation André Georges Haudricourt à Villejuif, à l’initiative de l’association Timtimol. Le projet a été réalisé par Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé. Ont prêté leur voix : Ibrahima Dia, Haby Zacharia Konté, Oumar Ndiaye, Mamadou Abdoul Sek, et Maïmouna Thiam. Le tableau qui suit indique les sources des contes et leurs lecteurs.

Tableau récapitulatif

Conteur

N° Conte

Titre

Oralisation

[L’auteur]

04

Fowru e fayannde teewu e mbaroodi ɓesndi [L’hyène, la marmite de viande et une lionne mère]

Haby Zacharia Konté

 

09

Fowru e debbo e cukalel mum [L’hyène, une femme et son enfant]

Mamadou Abdoul Sek

 

16

Bacca Joom [Bathia Diom]

Oumar Ndiaye

Alassane Thiam

02

Fowru e bojel e mbaroodi [L’hyène, le lièvre et le lion]

Ibrahima Dia

Diâwôye Diêye

01

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum [L’hyène, le lion et ses petits]

Oumar Ndiaye

 

03

Mbaroodi e fowru e rawaandu [Le lion, l’hyène et le chien]

Mamadou Abdoul Sek

 

05

Rawaandu e mbeewa e fowru [Le chien, la chèvre et l’hyène]

Oumar Ndiaye

 

06

Fowru e mbeewa [L’hyène et la chèvre]

Maïmouna Thiam

 

07

Fowru e bojel e rawaandu [L’hyène, le lièvre et le chien]

Ibrahima Dia

 

08

Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru [L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène]

Oumar Ndiaye

 

10

Bojel e nyiiwa e mbaroodi e caamaaba [Le lièvre, l’éléphant, le lion et le python]

Ibrahima Dia

 

11

Kooba e nagge [L’hippotrage et la vache]

Haby Zacharia Konté

 

13

Noorwa e cukalel [Le crocodile et l’enfant]

Haby Zacharia Konté

 

14

Jaaƴe e Jaari [Diadié et Diari]

Maïmouna Thiam

 

15

Aduna-Alaa-To-Darii

Ibrahima Dia

 

17

Ɗanngal Aali [Le voyage d’Ali]

Haby Zacharia Konté

 

18

Ndimaagu [Noblesse]

[non oralisé]

Ibrahima Lih

12

Hare duulaaɗe [Le combat des lézards]

Maïmouna Thiam

Éditions

Première édition

Baylaa Kulibali, Tinndi [contes], Paris, Binndi e jannde, 1988, 103 p. [numéro hors série de la revue Binndi e jaŋde ; multicopié].

Deuxième édition

Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p. [numéro hors série de la revue Binndi e jaŋde ; multicopié].

Références

Kulibali, Baylaa, 1991, Nguurndam tumaranke [La vie d’un immigré], Paris, Binndi e jannde, 60 p. [1e édition, revue Binndi e jaŋde 4-5, pp. 93-100 ; 6, pp. 53-60].

Kulibali, Baylaa, 1992, Daarol Daa [La légende de Dâ], Paris, Binndi e Jannde, 1992, 67 p.

Kulibali, Baylaa, 1996a, Tinndi [Contes], Paris, Binndi e Jannde, 49 p. [1e édition 1988].

Kulibali, Baylaa, 1996b, « Pennda e Dooro », Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, p. 7-28 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi e Jaŋde 7,p p. 41-59].

Kulibali, Baylaa, 1996c, « Koode men ne na nyaara » [Nos étoiles brillent], Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, p. 29-50 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi e jannde 8, pp. 43-57].

Kulibali, Baylaa, 1996d, « Luhral » [La discorde], Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, pp. 51-76 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi pulaar 1, 2, 4].

Mohamadou Aliou, 2000, « Nouvelles tendances en littérature peule : présentation des textes de quatre auteurs haal-pulaar (Sénégal et Mauritanie) », in Ursula Baumgardt et Abdellah Bounfour (dir.), Panorama des littératures africaines, Paris, L’Harmattan & Inalco, pp. 77-92, [Coll. Bibliothèque des études africaines].


 

Note:

1 Mohamadou, A., 2000: 83-84. L’usine, située à Poissy, aura changé plusieurs fois de nom.

© Copyright ADELLAF 2021

Fowru e bojel e mbaroodi / L’hyène, le lièvre et le lion

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — tinndol, conte, fable — lion, lièvre, hyène ; précipitation ; proie ; partage ; la loi du plus fort.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Ibrahima Dia.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:  L’hyène, le lièvre et le lion vont à la chasse. Ils tuent une gazelle, un hippotrague1 et une chauve-souris. Ils se mettent à partager les proies. Le lion fixe la règle du partage : personne ne doit dédaigner sa part au risque de sa vie. L’hyène s’empare de la chauve-souris pour la donner au lièvre. Le lièvre proclame tout haut que l’hyène a pris sa part. Il attribue au lion l’hippotrague et il prend la gazelle. L’hyène regarde le lièvre et le lion griller leur proie.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 8.

.

.

.

Fowru e Bojel e Mbaroodi / L’hyène, le lièvre et le lion

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e mbaroodi.

Ɓe mbii : « Ngaree njehen raddo. » Ɓe njehi, ɓe mbari lella e kooba e wilwilnde. Ɓe mbii : « Peccen. » Fowru wii : « Kaawu Mbaroodi, moni e men fof, ko hokkaa hoto yaw. » Mbaroodi wii : « Kala jawɗo, ko mi baroowo ɗum ! »

Ndu sastii wilwilnde ndee, handu jogori rokkude bojel. Tan bojel wii : « Tappi ! Hee Kaawu Mbaroodi, Kaawu Fowru ƴeɓtii geɗal mum ! » Ngel wii : « Kaawu Mbaroodi, naw kooba baa, miin mi nawa lella baa. »

Bojel woni e juɗde lella mum. Mbaroodi woni e juɗde kooba mum. Haɓe mbaɗa sunununuu !… sanananaa !… Fowru woni e ɓiinyde, e ŋormaade. Bojel wii : « Hii jam, Kaawu Fowru, aan kam a yaw ne ? »

Fowru heɓɓitii wii : « Hii, ko yawi e ɗum ɓiɗɗum soolde, ko alaa teewu, alaa ƴiiƴam ? »

.

.


.

.


 

 

 

 

Fowru e bojel e mbaroodi

L’hyène, le lièvre et le lion

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e mbaroodi.

Étaient ici une hyène, un lièvre et un lion.

 

Ɓe mbii :

Ils dirent :

 

« Ngaree njehen raddo. »

« Venez, allons à la chasse. »

 

Ɓe njehi, ɓe mbari lella e kooba e wilwilnde.

Ils partirent, tuèrent une gazelle, un hippotrague et une chauve-souris.

5

Ɓe mbii :

Ils dirent :

 

« Peccen. »

« Partageons. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Kaawu Mbaroodi, moni e men fof, ko hokkaa hoto yaw. »

« Oncle Lion, chacun de nous, ce qu’on lui aura donné, qu’il ne [le] dédaigne pas. »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

10

« Kala jawɗo, ko mi baroowo ɗum ! »

« Quiconque dédaigne [sa part], je vais le tuer. »

 

Ndu sastii wilwilnde ndee, handu jogori rokkude bojel.

Elle [l’hyène] saisit la chauve-souris, elle allait la donner au lièvre.

 

Tan bojel wii :

Alors, le lièvre dit :

 

« Tappi !

« Quel coup de chance2 ! 

 

Hee Kaawu Mbaroodi, Kaawu Fowru ƴeɓtii geɗal mum ! »

Hé Oncle Lion, Oncle Hyène3 a pris sa part ! »

15

Ngel wii :

Il dit :

 

« Kaawu Mbaroodi, naw kooba baa, miin mi nawa lella baa. »

« Oncle Lion, prends l’hippotrague, moi je prends la gazelle. »

 

Bojel woni e juɗde lella mum.

Le lièvre se mit à griller sa gazelle.

 

Mbaroodi woni e juɗde kooba mum.

Le lion se mit à griller son hippotrague.

 

Haɓe mbaɗa sunununuu ! … sanananaa ! …

Ils faisaient « sunununuu !… sanananaa4 !… »

20

Fowru woni e ɓiinyde, e ŋormaade.

L’hyène se mit à grimacer et à grogner.

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Hii jam, Kaawu Fowru, aan kam a yaw ne ? »

« Eh bien, Oncle Hyène, mais toi, dédaignerais-tu ta part ? »

 

Fowru heɓɓitii wii :

L’hyène répliqua en disant :

 

« Hii, ko yawi e ɗum ɓiɗɗum soolde, ko alaa teewu, alaa ƴiiƴam ? »

« Eh, qui dédaignerait cette espèce de putain de chose5, qui n’a ni chair ni sang ? »

 


 

Notes:

1 Grande antilope des savanes africaines, également appelée « antilope cheval », haute sur pattes, au pelage roux et au long cou portant une crinière noire. Nom international : Hippotragus equinus.

2 Traduction de l’interjection tappi, mot à mot : « bien frappé ».

3 Dans les contes peuls, l’hyène est un personnage masculin.

4 Onomatopée évoquant le suintement de graisse lors d’une grillade.

5 Traduction de ɓiɗɗum soolde : ɓiɗɗum : « espèce d’enfant de… » ; soolde : « penis ».

© Copyright ADELLAF 2021

 

Boobo / Bébé

 

 

Mots-clés: peul, pular Fuuta Jaloo, Guinée, Sierra Leone, Liberia, Guinée-Bissau — littérature enfantine, dankorɗi, berceuses, chansons pour enfants.
Auteur: Tidiane Maloun BARRY
Oralisation: Doura BARRY 
Contexte: Le mot dankorɗi (sing. dankorgol) est un terme peul du Fuuta Jaloo (Guinée, Sierra-Leone, Liberia, Guinée-Bissau). Il désigne deux styles de chansons : les berceuses et les chansons pour jouer avec les tout petits. Dans le deuxième cas, l’adulte, homme ou femme, prend l’enfant, garçon ou fille, entre les mains et le fait sautiller en chantant. Le corpus présenté appartient au premier style.
Constitution du texte: Le texte est une reconstitution à partir de différentes versions de la chanson.

 


 

 


 

Boo boo boo bo ! (bis)

Boobo no wulla piyaaka.

Béé béé béé bé ! (bis)

Bébé pleure sans qu’on l’ait touché.

Adden cabbi piyen mo,

Cabbi bunaaji e leeɓi,

Piyen mo, piyen mo, piyen mo.

Cherchons des bâtons et tapons-le,

Des bâtons de coton et de plumes,

Et tapons-le, tapons-le, tapons-le.

Accen ɗon, o fanki.

Kurrr !

Non, il s’est tu.

Kourrr !

Boo boo boo bo ! (bis)

Boobo no wulla piyaaka.

Béé béé béé bé ! (bis)

Bébé pleure sans qu’on l’ait touché.

Nyaamen nyiiri e maafe

Ɗawen mo, ɗawen mo, ɗawen mo.

Mangeons du tô1 et du mafé

Et privons-le, privons-le, privons-le.

Adden horde ɓiraaɗam

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Kurrr !

Cherchons une petite calebasse de lait

Et donnons-la-lui, donnons-la-lui, donnons-la-lui.

Kourrr !

Adden korun kaŋŋe

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Cherchons une petite calebasse d’or

Et donnons-la-lui, donnons-la-lui, donnons-la-lui.

Darnen galle laamu

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Bâtissons un palais

Et donnons-le-lui, donnons-le-lui, donnons-le-lui.

Kuɓeeje e cuuɗi labaaɗi

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Des édifices et de belles maisons

Et donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Cuuɗi diidiraaɗi kaalisi,

Cuuɗi mahiraaɗi kaŋŋe,

Cuuɗi nyappiraaɗi jaaman.

Kurrr !

Des maisons aux fondations d’argent,

Des maisons aux murs d’or,

Des maisons aux toits de diamant.

Kourrr !

Kunndu kuruuruu-ruuru !

Saajo no wulla piyaaka.

Koundou kourourou-rourou !

Sâdio pleure sans qu’on l’ait touché.

Adden na’i e dammi

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Cherchons des vaches, des moutons et des chèvres

Et donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Adden gerto e gerle

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Cherchons des poules et des perdrix

Et donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Adden jawle buruure

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Kurrr !

Cherchons les pintades de la brousse

Et donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Kourrr !

Adden caaga e cuntu

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Grenier et jardin potager,

Donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Adden allu e defte

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Tablettes et livres,

Donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Adden laamu e gannde

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Kurrr !

Pouvoir et savoirs,

Donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Kourrr !

Adden gelooɗi e pucci

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Dromadaires et chevaux,

Donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Otooje e laaɗe labaaɗe

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Des voitures et de beaux bâteaux,

Donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Adden barki e cellal

Yeɗen mo, yeɗen mo, yeɗen mo.

Bénédiction et santé,

Donnons-les-lui, donnons-les-lui, donnons-les-lui.

Giggol neene e baaba

Yiɗen mo, yeɗen mo, yiɗen mo !

L’amour de maman et de papa,

Aimons-le, donnons-les-lui, aimons-le.

Giggol neene e baaba

Yiɗen mo, yeɗen mo, yiɗen mo ! (bis)

Kurrr !

L’amour de maman et de papa,

Aimons-le, donnons-les-lui, aimons-le. (bis)

Kourrr !

Kunndu kuruuru-ruuru !

Saajo ko boobo labaaɗo.

Boobo no wulla piyaaka.

Adden kaaki malanga piyen mo,

Piyen mo, piyen mo piyen mo

Koundou kourouurou-rouurou !

Sadio est un beau bébé,

Bébé pleure sans qu’on l’ait touché.

Cherchons les feuilles de malanga

Tapons-le, tapons-le, tapons-le.

Accen ɗon, o fanki.

Kurrr !

Kurrr !

Non, il s’est tu.

Kourrr !

Kourrr !

Corpus inédit, © copyright Ahmed Tidiane Barry.

 

Note:

1 tô (du bambara): pâte épaisse généralement à base de farine de mil ou de maïs cuite dans de l’eau et qui est consommée avec du mafé ou malaxée dans du lait.

 


 

 

Boobo / Bébé (pdf)

 

 

 

Berceuses 2 Boobo

 

Téléchargement

ELLAF — Canevas de présentation et d’édition de « Corpus » de l’oralité

 

Le « corpus » est un texte étendu, inédit ou déjà publié (libre de droits ou avec autorisation de publication). Il s’agit, ici, d’une donnée de littérature orale, par exemple : a) un conte, b) un récit de vie, c) une épopée, d) des berceuses, etc. Le texte est transcrit, traduit et accompagné, si possible, de son enregistrement audio ou vidéo.

La contribution comprend deux parties : a) la présentation du corpus b) et le corpus lui-même. Les fichiers texte sont au format docx ou rtf ; utiliser une police Unicode (par ex. Arial Unicode MS) ; joindre une copie en format pdf ; les données audio sont au format mp3 et  les données vidéo au format mp4.

 


 

 [Première partie — porte sur la présentation du corpus]

PAR PRENOM_NOM_AUTEUR_DE_LA_PRÉSENTATION

Titre_du_corpus — Traduction

 

Mots-clés

Indiquer trois séries de mots-clés portant : a) sur les désignations de la langue et de la variante dialectale des textes ; b) sur la modalité d’énonciation (ici, « oralité »), les genres et les sous-genres auxquels appartiennent les textes ; c) et sur le contenu.

Production du corpus

Indiquer, s’ils sont connus, les performateurs (personnes ayant donné le texte).

Collecte

Date et lieu de collecte ; personne ou équipe ayant collecté le texte ; type de support ; méthode de collecte (performance sollicitée, en situation, etc).

Résumé/Descriptif

Résumé du corpus et descriptif pour un genre narratif. Descriptif pour les autres.

Édition du corpus

Information sur la transcription, la traduction et l’annotation du corpus.

Références

Références bibliographiques de l’ouvrage (pour un corpus extrait d’un ouvrage publié).

Bibliographie

Indiquer les principales références ; présentation :

  1. ouvrage: NOM Prénom_de_l’auteur_en_entier, Année, Titre de l’ouvrage, tomaison/volume, Lieu d’édition, Éditeur, pagination.
  2. article de revue : NOM Prénom_de_l’auteur_en_entier, Année, « Titre de l’article » in Titre périodique, tomaison/numéro,
  3. article dans un ouvrage : NOM_Prénom_de_l’auteur_en_entier, Année, « Titre de l’article » in Prénom_de_l’auteur_en_entier NOM_DE_L’AUTEUR, Titre de l’ouvrage, tomaison/volume, Lieu d’édition, Éditeur, pagination_de_l’article_dans_l’ouvrage.

 


 

[Deuxième partie — consacrée au corpus]

 

Titre_du_corpus — Traduction du titre

 

Pour un corpus avec traduction :

— disposer le texte dans un tableau en deux colonnes ;

— placer le texte du corpus dans la colonne de gauche ;

— placer sa traduction dans la colonne en regard

 

  1. a) paragraphe par paragraphe

Paragr. 1 dans la langue du texte

Traduction paragr. 1

Paragr. 2 dans la langue du texte

Traduction paragr. 2

etc.

 

  1. b) ou vers par vers ; phrase par phrase

Phrase/Vers 1

Traduction Phrase/Vers 1

Phrase/Vers 2

Traduction Phrase/Vers 2

Phrase/Vers 3

Traduction Phrase/Vers 3

Phrase/Vers 4

Traduction Phrase/Vers 4

Phrase/Vers 5

Traduction Phrase/Vers 5

Phrase/Vers 6

Traduction Phrase/Vers 6

Phrase/Vers 7

Traduction Phrase/Vers 7

Phrase/Vers 8

Traduction Phrase/Vers 8

Phrase/Vers 9

Traduction Phrase/Vers 9

Phrase/Vers 10

Traduction Phrase/Vers 10

etc.

 

Droits

Détenteur des droits sur le corpus.

Prénom_Nom_de_l’auteur

 


 

 

ellaf-03-corpus-oralite

 

Téléchargement

ELLAF — Canevas de présentation de « Langue »

.

La fiche présente une langue dont les données figurent dans ELLAF. Les informations sont succinctes ; elles ont un caractère général et introductif. La fiche est au format docx ou rtf ; utiliser une police Unicode (par ex. Arial Unicode MS) ; joindre une copie en format pdf.

.


PAR PRENOM_NOM_AUTEUR_DE_LA_PRÉSENTATION

Nom_de_la_langue_en_français

Nom

Indiquer les désignations de la langue dans la langue et dans la littérature spécialisée.

Locuteurs

Nombre estimé de locuteurs.

Régions

Zones géographiques où la langue est parlée.

Classification

Indications sur la classification de la langue (famille, groupe, branche…).

Principaux traits typologiques

Caractéristiques générales de la langue : type de langue (langue isolante, agglutinante…) ; ordre des mots ; traits dominants de la phonologie (présence de tons ou non, oppositions de voyelles brèves / longues, consonnes simples / géminées, types de syllabes, etc) ; généralités sur la morphologie (caractéristiques générales du système nominal et du système verbal).

Dialectologie

Indiquer les principales variantes dialectales et leur répartition géographique.

Statut

Statut sociolinguistique : usages, fonctions.

Graphies

Les différentes graphies utilisées, anciennes et actuelles. Leur mise en place.

Bibliographie

Indiquer les principales références ; présentation :

a) ouvrage: NOM Prénom_de_l’auteur_en_entier, Année, Titre de l’ouvrage, tomaison/volume, Lieu d’édition, Éditeur, pagination.

b) article de revue : NOM Prénom_de_l’auteur_en_entier, Année, « Titre de l’article » in Titre périodique, tomaison/numéro,

c) article dans un ouvrage : NOM_Prénom_de_l’auteur_en_entier, Année, « Titre de l’article » in Prénom_de_l’auteur_en_entier NOM_DE_L’AUTEUR, Titre de l’ouvrage, tomaison/volume, Lieu d’édition, Éditeur, pagination_de_l’article_dans_l’ouvrage.

Prénom_Nom_de_l’auteur

 


 

 

 

ellaf-01-presentation-langue

 

Téléchargement

Présentation d’ELLAF éditions

 

Une édition consacrée aux littératures en langues africaines

 

 

ELLAF Éditions publie en format livre numérique et livre papier des textes de littérature orale ou écrite dans les langues présentes sur le site de La bibliothèque numérique des littératures en langues africaines. Pour une langue qui ne figure pas encore sur le site, voir Pages d’accueil, « Contribuer à ELLAF ». Les manuscrits sont expertisés par le Comité scientifique et le Comité de lecture qui décident de leur publication.

Pour nous contacter : ellaf@inalco.fr.

Écriture littéraire

Types de texte reçus :

      • roman
      • recueil de nouvelles
      • recueil de contes (écrits)
      • recueil de poèmes
      • pièce de théâtre
      • récit de vie
      • littérature enfantine (avec illustrations).

Le manuscrit est accompagné :

      • d’une présentation de l’auteur (une dizaine de lignes)
      • et d’un résumé détaillé ou d’un descriptif (environ un dixième du texte) permettant d’en appréhender le contenu.

Littérature orale

Les manuscrits sont des recueils de textes oraux enregistrés et transcrits, avec autorisation de publication. Les textes sont accompagnés d’une introduction qui les situe et qui décrit la méthode de collecte et de transcription. Accompagner le manuscrit d’une présentation de l’éditeur scientifique (une dizaine de lignes) et, de même que pour l’écriture littéraire, d’un résumé détaillé ou d’un descriptif représentant environ un dixième du texte.

Plusieurs types de textes sont reçus ; à titre indicatif :

Genres longs

      • recueil de textes (épopées, contes, légendes, mythes)
      • récit de vie

Genres brefs

      • recueil de proverbes et assimilés
      • recueil de devinettes

Chansons

      • recueil de berceuses
      • recueil de chansons

Les proverbes et les devinettes sont traduits et classés par ordre alphabétique du premier terme lexical pertinent dans la langue (nom, verbe, adjectif ou adverbe). Par exemple, les deux proverbes peuls suivants seront classés au verbe aawde « semer » :

aawde semer

Kala ko neɗɗo aawi, ɗuum fuɗata.

Quel que soit ce que l’on sème, c’est cela qui germe.

Mo aawi henndu sonya bempeƴƴe.

Qui a semé le vent récolte des vagues.

Pour chaque proverbe, indiquer la situation d’énonciation : à qui s’adresse le proverbe, dans quel contexte et à quel sujet le dit-on ? Expliquer les termes rares ou d’un usage particulier.

Site WordPress - ELLAF par Adellaf - ISSN 2804-7672 (en ligne) - Hébergé par Huma-num -©- 2019