Mbaroodi / Lion

 

 

Mots-clés: peul ; pulaar Fuuta Tooro ; pular Fuuta Jaloo — littérature enfantine ;  imagier ; animaux sauvages ; lion —  blasons

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Bénédicte Chaine-Sidibé, Aliw Mohammadu, Mammadu Abdul Sek

Image: Étienne SOUPPART

Son:  Pierre AMIAND

Contexte de production: Texte d’un imagier inspiré d’un genre oral peul, jobbitooje « blasons » (Cameroun). Oralisé après publication par l’association Timtimol

Référence:  Bénédicte Chaine-Sidibé, Aliw Mohammadu, Mammadu Abdul Sek. Kulle ladde [Animaux de la brousse – illustrations d’Etienne SOUPPART], Paris, Timtimol, 2009, 26 p. [Prix Kadima 2008].

 

 

 

 

 

 

 

Version Foûta Tôro

Ko miin woni Mbaroodi. Miin waawi ladde ndee fof. So mi wubbii, ɓerɗe fof ndillat. Miɗo heewi inɗe. Won e nokkuuji Fulɓe, miɗo wi’ee ngayuuri, walla oolu, walla njagaawu. Joom-suudu am oo wi’etee ko ndewri, walla cooɓuuri, walla laddeeru. Sukaaɓe am ɓee ne, ko ɓoosaaji.

 

C’est moi Tueur de la brousse. Je domine tous les animaux. Quand je rugis, tous les cœurs tremblent. J’ai plusieurs noms. Selon les régions peules on m’appelle lion ou fauve. Ma femelle est la lionne ou « la broussarde ». Mes petits, quant à eux, sont des lionceaux.

 

I am the Killer of the Bush. I rule all of the animals. All hearts shiver when they hear me roaring. I have several names. I may be called lion or big cat according to the Fulani localities. My mate is the lioness or “the hostess of the bush”. As for my little ones, they are lion cubs.

 

 

Lecture normale

 

Lecture didactique

 

Version Foûta Djallon

Ko min woni Ngayuuri. Ko min laamii ladde nden fow. Si mi wubbii, ɓerɗe fow diwnay. Miɗo heewi inɗe. No woodi nokkuuli Fulɓe, miɗo wi’ee Mbaroodi ladde, maa ɗum oolu, walla njagaawu. Neene ɓeynguure am wi’etee ko ndewri, walla cooɓuuri, walla laddeeru. Ɓikkoy am koy le, ko ɓoosaaji. — Tijjaani Maalun BARI

 

 

Aduna alaa to darii

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte ; vicissitudes de la vie, sort, destin, esclavage ; guerre, pouvoir, richesse, pauvreté ; bonté.

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Baylaa KULIBALI

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol

Résumé: Un roi est attaqué par un autre. Il est tué. Son fils est fait esclave. Un riche éleveur l’achète. Il lui demande son nom. « Mon nom est “Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien”. »
Le riche éleveur n’a pas d’enfant. Il adopte le jeune esclave qu’il entoure de beaucoup d’affection.
Le riche éleveur devient vieux et pauvre. Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien propose d’aller chercher fortune. Ils sont d’accord.
Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien arrive dans le pays de son père, le roi tué. Il est reconnu par les conseillers du roi. Il est fait roi.
N’ayant pas de nouvelle de son fils, le père adoptif va à la recherche de ce dernier. Il arrive dans la ville, une réunion publique s’y tient. Le roi reconnaît son ancien maître et père adoptif. Il le fait venir. Il lui demande s’il le reconnaît. Il répond non, mais qu’il cherche son fils, Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien. »
Le roi le fait héberger dans le palais. Il lui dit : « Tu m’as reconnu, mais tu as peur. [.…] Demain, je vais convoquer une réunion publique, tu traverses la foule, tu viens me gifler. »
Le lendemain, il fait ce que le roi lui a dit. Il est arrêté. Il explique : le roi est son esclave, il s’appelle Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien, je l’ai perdu de vue, je l’ai retrouvé.
Le roi demande qu’on le relache, car il dit la vérité. Il lui donne une maison et le comble de richesses.

Référence:  Tinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 


 

Téléchargement

 

 

 

– Wonnoo ɗoo ko laamɗo.

O laamii laamu moƴƴu, leydi ndii fof ina yiɗi mo. Laamu ngonngu yani e laamu makko. O waraa, ɓiyiiko dahaa. Oon sahaa ɓiɗɗo oo ina yaara e duuɓi sappo. Ngel nawaa leydi ngonndi, angel yeeyee. Joom jawdi yii ngel soodi ngel, waɗi ngel gaynaako pucci, yiɗi ngel, horsini ngel. Oon naamnii ngel holno ngel wi’etee.

Ngel wii : « Mbi’eteemi ko “Aduna-Alaa-To-Darii”. »

Wonnoo joom jawdi oo jibinaani, waɗi ngel no afo mum nii. Ɓe ngoori noon haa joom jawdi oo jawdi mum taayi, wonti baasɗo, ɓe mbaɗti remnaade e ligga­naade yimɓe ina njoɓa ɓe.

Aduna-Alaa-To-Darii wii : « Baaba, jooni jawdi men gasii, miɗa yiɗi ɗannaade. » Baaba oo wii : « Njiɗɗaa ko dogde. » Aduna-Alaa-To-Darii wii : « Alaa, miin mi anndaa hay gooto so wonaa aan. Kala to njaami, ma mi artu haa ɗoo. Eɗen njoginoo jawdi, jooni jawdi men gasii. Accu mi ɗannoo. »

Baaba oo yeeyi mbabba mum ngoota heddorinoo, hokki mo. O wii : « Yah, baaba, yoo Alla waɗ jaanyde. » Aduna-Alaa-To-Darii yehi.

Nde laamu baaba makko fusnoo, baaba oo waraa, kanko o dahaa ndee, watu­laaɓe baaba makko ndarniti laamu nguu, ɓe kalfini laamu nguu gooto e maɓɓe. Kalfinaaɗo laamu nguu wii : « Miɗa jogoo laamu nguu ha nde njiiɗen ɓiyiiko fof tottiten ɗum laamu baaba mum : eɗen nganndi ko o dahaaɗo, kono o waraaka. » Kamɓe jagge ɓee fof, ɓe kawri e ɗuum.

Aduna-Alaa-To-Darii ina yaha e leyɗeele, haa ari e leydi baaba mum laaminoo ndii. Omo reennoo innde sehil baaba makko jaati, o naamnii oon. O wi’aa ko wuro Kaari. O yehi ngoon wuro, o naamnii galle oon, o hollaa. O yettii galle oon, o naamnii : «Baaba Kaari, ko ɗoo woni ? » Yimɓe galle oo mbii : « Baaba Kaari, won sagata naamnotooɗo ma. » Oon wii : « Yo o ar gaay. »

O ari, ɓe calmondiri haa saɗi joofi. oon wii e ɓernde mum : « Ndaw ko haawnii… Yimɓe dey ina nannda ! » Oon wii : « Holno mbi’eteɗaa ? » O wii : « Ko Kaari ɓii Kaari. » Oon wii : « Ko laamɗo Kaari jibin-maa ? Wettu juuɗe maa. » O wetti newe makko e juuɗe mawɗo oo.

Oon ina reennoo nde o woni cukalel ndee, kural meeɗii gaanyde mo. Oon wii : « Aɗa anndi ko gaany-maa ɗoo ? » O wii : « Alaa. » Oon wii : « Ko aan tigi woni ɓii laamɗo Kaari. Ndeen, miin e baaba maa, hamin njeewta, aɗa fija sara amen, aɗa jogii kural, ngal tufi e newre maa, bannge nyaamo. Miɗa anndi hay so sellii, maande ndee heddoto. » Mawɗo oo wii mo : « Jooɗo. »

O jooɗii. Oon yehi haalani sehillaaɓe baaba makko tigirigi, o wii : « Ɓii laamɗo men artii. »

Ɓeen ngari. Nde njii mo tan, hay gooto naamnaaki goɗɗo oon, ɓe mbii ko kanko tigi, o hoɓɓitaa tan ko e baaba makko. Ɓeen mbii : « Jooni, mooften mo, nodden batu, leydi ndii fof tawee, njaltinen mo.

Janngo mum, ɓeen noddi batu, leydi ndii fof ari. Batu feŋaa. Yimɓe fof njooɗii. Mawɗo laamu baaba makko oo ummii darii, o wii : « Nde konu yani e leydi men hee, laamɗo men waraa, ɓiyum dahaa, mbiiɗen eɗen ndarnita laamu nguu ha nde njiiɗen ɓiyiiko fof. Jooni ɓiyiiko artii. »

Heen gooto yehi suudu yaltini mo. O darii hakkunde batu oo tan, yimɓe ɓee fof kaftii ndarii. Ɓe mbii : « Oo tigi woni ɓiyiiko, so a yi’ii, a naamnotaako. »

Kalfinaaɗo laamu nguu wii : « Haaɗi en njiitii ɓiyiiko, tottiten mo laamu baaba makko. Baaba makko, enen fof eɗen njiɗi ɗum. So o ronii neɗɗaagal baaba makko ngal, leydi men welan. »

O fiilaa lefol laamu, o wonti laamɗo.

Coodnooɗo mo oo jooɗiima ko juuti nanaani dille makko, abbii mo. Wuro fof o ari, o laakna mo. O wi’a : « Ɓiyam ina majjiri mi, omo wi’ee Aduna-Alaa-To-Darii. » Yimɓe mbi’a mo : « Hee baaba, ndee innde, min nganndaa nde ! » O ɓenna wuro wonngo. Omo laakna ɓiyiiko oo ha o ari e laamorgo mum. Omo jooɗii hak­kunde batu tan, haa coodnooɗo mo oo felti ɗoon. O wii : « Noddanee kam oya mawɗo gorko. »

Oon noddaa, ari. O wii : « Baaba, aɗa anndi mi ? » Mawɗo huli wii : « Alaa. » O heftinii mo. Kono o hulii. Mawɗo oo wii : « Yaafo mi, baaba. Ndaartanmi ko ɓiyam gooto, ina majjiri mi. » Laamɗo wii : « Ɓiya oo no wi’etee ? » Mawɗo oo wii : « O wi’etee ko Aduna-Alaa-To-Darii. » Laamɗo wii : « Nawee mo galle, ndokkon mo suudu, teddinon mo. » Mawɗo nawaa galle laamɗo.

Hiiri. Laamɗo hooti galle mum. O yettii, o salmini mawɗo oo haa saɗi joofi. O wii : « Baaba, mbiiɗaa a anndaa kam ? » Mawɗo wii : « Alaa. » O wii : « Aɗa anndi mi, a hul tan. Ko miin wiino-maa, mbi’eteemi ko Aduna-Alaa-To-Darii. Ɗuum firti, ko mi ɓii laamɗo, laamu baaba am fusaa, ndahaami, njeeyaami, coodɗaa mi, nde ngarmi e maa ndee, ko a galo, a waasii jawdi maa haa laaɓi, mbii-maa-mi miɗa ɗannoo, njeeyɗaa mbabba maa ngoota keddorinoɗaa, ɗannoriimi.

« Mi artii e leydi amen, mi waɗtaama laamɗo, mi jooɗiima e jappeere baaba am. Sinno ko jogogal bonngal njoginoɗaa mi, so mi yi’ii ma hannde, mi warete. Kono, njogiɗaa mi ko jogogal moƴƴal, no ɓiya nii. Jooni, janngo, ma mi noddu batu. So mi noddii yimɓe ɓee fof ngarii, ummoɗaa, piyaa mi hello e hakkille. So yimɓe ɓee nanngii ma, mbi’aa oo ko maccuɗo am, mo coodnoomi. Ma mi wii ko goonga. So haɓe njiɗi mi, yo ɓe coodtam. So ɓe njiɗaa kam, mi rewa e maa. Hoto hul. »

Weeti. Laamɗo noddi batu. Batu jooɗii. Mawɗo oo ummii juuwi yimɓe ɓee fof ha o yettii laamɗo, tan o fiyi ɗum hello e hakkille pat ! Tan yimɓe ɓee nanngi mo : « Oo kay, ko bonɗo needi koy ! Aɗa fiya laamɗo ? » Mawɗo oo wii : « So o laamɗo, miin mi anndaa. Nganndumi tan ko miin soodi mo, o majjirii kam ɗii duuɓi tati. »

Laamɗo ummii darii, o wii : « Ngaccee mo. Ko o haali koo, ko goonga. So oɗon njiɗi mi, coodtee kam. So on njiɗaa kam, mi rewa e makko. Nde ndahaami ndee njeeyaami, ko kanko soodi mi. O naamnii mi no mbi’eteemi, mbii-moo-mi, mbi’eteemi ko Aduna-Alaa-To-Darii. Ɗuum ko jaŋnde Aduna. »

Ɗoon e ɗoon, jawdi renndinaa, gila e pucci ha e na’i e kaŋŋe, renndinaa haa heewi, mawɗo oo hokkaa. Laamɗo oo wii : « Naw, baaba, nguurdaa. Miin, hay huunde bonaani e laamu am. »

 

 

Aduna alaa to darii (pdf)

 

Aduna alaa to darii

 

Téléchargement

Mbaroodi e Fowru e Rawaandu / Lion, Hyène et Chien

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; lion, hyène, chien ; partage, partage inégal ; force, faiblesse.

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU
Auteur du texte: Baylaa KULIBALI
Enregistrement: Pierre AMIAND
Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol
Résumé: Lion, Hyène et Chien ont en commun un taureau, une chèvre et un agneau. Lion demande à Chien de procéder au partage. Cela se partage tout seul : à Lion le taureau, à Hyène la chèvre et à Chien l’agneau. Lion, mécontent, tue Chien qui meurt en montrant les crocs. Il demande à Hyène de faire le partage. Elle lui attribue le tout. Il dit, satisfait : « Qui t’a appris à partager ainsi ? — C’est cette façon qu’a Chien de montrer ses crocs ! »
RéférenceTinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 

 

 

 

– Wonnoo ɗoo, ko mbaroodi e fowru e rawaandu.

Ɓe ndenndi ngaari e mbeewa e bortel. Mbaroodi wii : « Rawaandu, haadi ko aan woni cukalel, feccan en. » Rawaandu wii : «Ɗum kay feccii hoore mum : haadi ko aan woni mawɗo, naw ngaari ndii, Fowru nawa mbeewa baa, miin, mi nawa bortel ngel. »

Ndeke mbaroodi welaaka ɗuum : woni e mum, ko nawde fof. Tan mbaroodi fiyi takkere mum e reedu rawaandu : tetekki rawaandu njalti. Rawaandu maayi siinyi nyiiƴe ! Mbaroodi wii : « Fowru, feccan en. »

Fowru huli, ndu wii : « Ɗum kay feccii hoore mum : a hiirtoto ngaari ndii, kasitoɗaa mbeewa baa, ngottoɗaa bortel ngel. » Mbaroodi jali wii : « Holmo janngin-maa ndee ɗoo feccere ? » Fowru wii : « Janngini mi ndee ɗoo feccere, ko siinydu nyiiƴe nduu ! »

Rawaandu e Mbeewa e Fowru / Chien et Chèvre et Hyène

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; hyène, chien, chèvre ; stupidité, cupidité, ruse.
Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU
Auteur du texte: Baylaa KULIBALI
Enregistrement: Pierre AMIAND
Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol
Résumé: Chien et Chèvre sont en train de pêcher. Hyène saute dans leur pirogue et dit : « “Déjeuner”, mets-toi par là ! […] “Dîner”, mets-toi de ce côté ! » Chèvre explique à Chien ce que signifient ces paroles. Ils décident de fuir. Chèvre part en prétextant d’aller au village pour chercher du feu. Après un moment, Chien se sauve à son tour. Hyène les poursuit. Chèvre, entendant Hyène approcher, se met dans un terrier. Elle ne laisse voir que ses yeux et ses cornes. Hyène lui demande : « Est-ce bien Chèvre ? — Non, c’est moi “Explosera” ! dit Chèvre. — C’est quoi “Explosera” ? — “Explosera”, c’est meurt qui je vois, meurt qui me voit. — Tu ne m’as pas vue et je ne t’ai pas vue ! ».
RéférenceTinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 

 

 

 

– Wonnoo ɗoo ko rawaandu e mbeewa ena ngawa.

Tan fowru tawi ɓe ɗoon, haɓe ngawa. Tan ndu joli. Ɓe ngoni e awde. Fowru nduu wii mbeewa baa : « Bottaari, abbo too ! » Ndu wii kadi rawaandu nduu : « Hiraande, abbo too ! »

Yehi haa ɓooyi, rawaandu nduu faami ko fowru wi’ata koo. Rawaandu noddi mbeewa, ndu wii : « A nanii ko fowru haalata koo ? » Mbeewa wii : « Alaa. » Rawaandu wii : « Fowru wii, aan ko a bottaari, miin ko mi hiraande. Miin noon, so o wi’ii ma o hiirtoo mi, o hiirtoto jenngunde. » Rawaandu wii : « Mbeewa, waɗ feere njahaa wuro. So a fotii yettoyaade, mi abbo-maa. »

Mbeewa fokkiti, woni e yahde. Fowru wii : « Hiraande, to Bottaari yahata ? » Rawaandu wii : « Bottaari yahanta ko na nokkoya jaaynge ! » Fowru wii : « Ɗuum wallan. Yo o yah. »

Ɓe ngoni e awde. Haa rawaandu anndi mbeewa foti yettoyaade, tan rawaandu ƴeeŋi, ndu wii fowru : « Mbeewa yettoyiima wuro. Miin ne, mi yehii. »

Fowru riddi rawaandu…

Mbeewa yehi. Ndeke nde mbeewa yehi ndee, yii jaaɓi ciinyki jaaɓe. Mbeewa yejjiti ko dognooɗo fowru. Ba woni e murde jaaɓe. Ha ba nani gurdu-gurdu, tan ba naati e ngaska mbabba ladde – walla ngirja – ba naati haa heddii hoore ndee. Mbeewa futtini gite mum boɗeeje.

Fowru riddi rawaandu haa rawaandu naati nder wuro. Fowru ruttii ene ŋattoo, haa tawi mbeewa nder ngaska, ene futtini gite mum boɗeeje. Fowru wii : « Ɗum ko mbeewa ne ? » Mbeewa wii : « Alaa, ko miin Futtan ! » Fowru wii : « Ko woni “Futtan” ? »

Mbeewa wii : « “Futtan” ko ndaarɗo mi maaya, mo ndaarmi maaya ! » Fowru wii : « Walaa hawla walaa quwwata !… Muɓɓu gite maa ! Kori a yi’aani mi dey ? » Mbeewa wii : « Alaa. » Fowru wii : « A yi’aani mi, mi yi’aani ma. »

Ɗanngal Aali / le voyage d’Ali

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte ; patience ; marabout, conseils ; départ, retour.

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Baylaa KULIBALI

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol

Résumé: Ali est parti à l’étranger chercher fortune. Après vingt ans, il n’a toujours rien obtenu. Il décide de rentrer dans son pays. Avant de se mettre en route, il consulte un marabout pour que celui-ci lui « facilite son chemin ».
En paiement de son service, le marabout réclame à Ali le seul bien qu’il détient, une plaquette d’or. Ali accepte à contre-cœur. Le marabout lui donne trois conseils : « Un, n’emprunte pas un chemin que tu ne connais pas ; deux, dors là où te trouve la nuit ; trois, quel que soit le tort qu’une personne t’aura causé, aie recours à la patience. »
Ali suit les conseils du marabout et finit par rentrer chez lui avec trois ânes chargés d’or. En arrivant à la maison, il évite de justesse, de tuer son fils qu’il avait pris pour l’amant de sa femme.

Référence:  Tinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 


 

 

– Wonnoo ɗoo ko Aali.

Aali resi debbo. Ɓe ngondi lebbi jeegom. Debbo oo ɓami reedu. Aali ɗannii. Debbo oo jibini caggal makko ɓiɗɗo gorko. Ɓiɗɗo oo mawni haa danyi duuɓi sappo e jeeɗiɗi, Aali artaani.

Aali woni ladde duuɓi noogas e lebbi, hay batte danyaani. Aali tampii, o yiɗii hootde, kono hay ko o hootiri o alaa. Omo jogii menkelde kaŋŋe dimo wootere. O yehi to Ceerno, yoo ƴeewan mo, laawol makko ngol sattirii mo. Ceerno wii : « Hoore kuɗol am ko menkelde kaŋŋe dimo. » Aali wii : « Ceerno, mate aɗa anndi ko menkelde ndee wootere njogiimi ? » Ceerno wii : « Mi anndaa. Kono miin, hoore kuɗol am ko menkelde kaŋŋe naamnotoomi. So henanaaki ma, yah.

Aali miijii haa juuti, itti menkelde hokki Ceerno. O wii : « Mi nannga e Alla. »

Ceerno wii : « Ko daaɗe tati tottan-maa-mi njahaa. Ceerno wii : « Go’o, wata yah e laawol ngol a anndaa ; ɗiɗi, kala to jamma taw-maa, waal ɗooran ; tati, kala ko neɗɗo waɗ-maa, muny. » Aali wii : « Ceerno, miin mi wi’ii ma yo a nyawndam, kaalataa ko ɗii haalaaji ? » Ceerno wii : « Ko ɗum tottu-maa-mi, so henanaaki ma, ndaa menkelde maa. » Aali wii : « Naw, mi nanngii e Alla. Wallam e faandu, mi yeloroo. » Ceerno totti mo faandu.

Aali wii : « Jooni kay, mi yahan tan miɗa yeloo ha nde njettiimi wuro amen kala. »

Aali nanngi laawol omo yaa, ha o hawri e sagataaɓe ɗiɗo ina ndimndi bamɗi tati kaŋŋe dimo. Ɓeen mbii mo : « Hee gorko, ar rewan min heen mbabba, so en njettiima, min tottu-maa nifgaaji tati kaŋŋe. »

Aali jaɓi, rewani ɓe heen mbabba. Nde naange muti, hakkille makko ari e ko Ceerno wiinoo mo koo : « Kala ɗo jamma taw-maa, waal ɗoon. » Aali wii joom-bamɗi’en : « Jamma dey arii. En mbaalataa ɗoo haa subaka ndawen ? Yitere dey yi’ataa : ko Aduna leeri. » Ɓeen mbii : « Mate ko a kaangaaɗo ? Hamin ndimndi bamɗi tati kaŋŋe, mbi’aa yo min mbaal e ladde ? » O wii : « Ɗum noon, nawee bamɗi mon, miin ko ɗoo mbaalanmi. »

Ndeen joom-bamɗi’en njehii e jammaagu hee, gooto e maɓɓe yaɓɓi mboddi, mboddi soppi ɗum, maayi.

Aali fini subaka ƴeɓti faandu mum rewi e laawol haa tawi heen gooto ina maayi, hunuko mum ina waɗi nguufa. Aali wii : «Subahaana Allaah, kooni ko miin malaa ! Ndanyeerum, kiseerum ! Mbaaseerum, kiseerum ! » Hay so mi danyii nifgaaji tati kaŋŋe, so mi maayii, ko nafata mi ? »

O ɓenni ha o tawi keddiiɗo oo ina waɗda e bamɗi tati. Oon wii : « Hee gorko ! Tinno wallam, sehil am oo, mboddi soppii ɗum maayii. Wallam, mi hokku-maa heen mbabba. » Aali wii : « Alaa. Ko kaaldunoɗen gila sehil maa oo ina wuuri koo tan ndokkataa mi. » Oon wii : « Eey. »

Ɓe coggi bamɗi ha ɓe ngari e maayo. Aali ardii juuwi haa ndiyam ari ɗum e koppi, miijo mum ari e ko Ceerno wiinoo koo : «Hoto a yah e laawol ngol a anndaa. » Aali wii : « Joom bamɗi, miin dey mi anndaa ngol laawol, mi ardo­taako. » Joom bamɗi oo wii : « Ɗum noon, miin mi ardoo. Aan ko a kulɗo reedu, hay batte sonngataa ma ɗoo. Yimɓe fof, ko ɗoo njuuwata, aan mbi’aa a anndaa laawol !… »

Joom bamɗi oo ardii, juuwii seeɗa, tan muti ! Aali woni e memmbaade mo e nder maayo hee. Tan neɗɗo ina wonnoo dow, wii : « Hee mon, hoto ndewee ɗoon, ko luggere ! » Oon wii : « Holto mo ngonndunoɗaa oo woni ? » Aali wii : « O mutii. » Oon wii : « O yooliima. Ɗoo kala jooliiɗo ɗoo wontaa yiite ! Rutto. »

Aali yiilti bamɗi ƴeeŋi. Aali ruttii. Oon holli mo laawol, oon wii : « A yii ɗeya peŋɗe ? »

Rew e majje. » Aali rewi heen haa ƴeeŋi.

Aali heddoriima bamɗi tati kaŋŋe dimo. Aali faati wuro mum’en.

Aali yettii taw jamma jenngii. Ɓiyiiko mo o accunoo e reedu oo, tawi mawnii, wonii sagata timmuɗo. Kanyum remanta yummum ko nyaami…

Aali ari e wuro hee taw jenngii. O yettii galle maɓɓe, o faltiri palal ngal seese, o udditi udumere ndee seese, o rimnditi bamɗi ɗii, o ɓaari dimle ɗee, o humi bamɗi ɗii, o naati suudu nduu, o tawi ɓiɗɗo oo ina wetti e bannge e suudu hee, ina lelii, yummo oo ina lelii dow ndaɗɗudi na ɗaanii.

Aali darii, ndaari haa ɓooyi. O wii e ɓernde makko : « Miin dey, ko ɗum haɗi mi danyde ladde ! Oo debbo kay, so gorko resii ɗum, resani ko sagataaɓe, haadi sagata garɗo fof, ko ɗoo waalata !… » Aali ƴeɓti silaama mum ina jogori soppude ɓiɗɗo oo, tan miijo makko ari e ko Ceerno wiinoo koo : « Kala ko neɗɗo waɗ-maa, wallitoro munyal. »

Tan o joƴƴini silaama kaa, o yalti suudu nduu, o darii hakkunde galle, o wii debbo oo : « Jeyni ? » Tan ɓiɗɗo oo nani sawtuwol gorko, fini wii : « Neene, nooto, won gorko nodduɗo ma. » Debbo oo wii : « Ko baaba maa. Hikka waɗi duuɓi noogas e ɗiɗi hay gorko gooto suusaa noddude mi jamma. »

Aali ina heɗii konngol ngol.Tan ɓe ngummii, Jeyni wii : « Haayoo, Baamum Aamadu am ! » Aamadu wii : « Haayoo, Baabooyi am ! »

Ɓe njaɓɓondiri. Kamɓe tato fof, gite maɓɓe mberlii gonɗi. Ɓe mbeltii sanne.

 

 

Ɗanngal Aali / le voyage d’Ali (pdf)

 

Ɗanngal Aali

 

Téléchargement