Heeso carruureed – Hordhac / Préface

 

Hordhac Préface

 

Buuggan la magac baxay Heeso carruureed waxa lagu soo ururiyey heesa hawleedka dumarka, siiba kuwa dhallaanka ay ugu heesaan iyaga oo hawl maalmeedkooda gudanaaya loona yaqaanno « Heesaha hoobey hoo­beyda », waana jaad suugaanta ka mid ah oo ay haweenku gaar u leeyihiin.

Heesaha intooda badan waxa ururiyey (Eebbe ha u naxariistee) Siciid Axmed Warsame oo ka hawlgali jiray Xarunta Cilmi Baadhista ee Jabuuti (CERD), dhintayna 2013. Waxa uu heesahan ka ururiyey 1980 maadkii ayeeyooyin reer Jabuuti ah iyo kuwo ka soo jeeday waqooyiga Soomaaliya amma qaybta imika la magac baxday Soomaaliland. Anna waxaan ku daray in kale oon ka duubay hooyaday Xabiba Warsame Jibriil 2019kii. Labadan qof iyo dumarkaa aqoontoodii soo tabiyey la’aantood buuggani ma soo baxeen.

Heesahan waxa laga yaqaan geyiga soomaaliyeed oo dhan iyaga oo mar mar wax yar ku kala duwan. Marka ay si dabeeci ah u heesayso hooyadu waxay isku dartaa tuducyo ay ku ammaanayso, ay ku dhiirri galinayso, ay ugu waayo celinayso amma ugu ducaynayso kuwa ay ku ammusiinayso ilmaha.

Heesahan waxa loo kala saaray laba qaybood : Qaybta hore hablo iyo wiilalba waa loogu heesaa, marba hooyada ayaa dhidigaysa amma lab ka dhigta heesta ay ugu heesayso ilmaha ay dhabta ku hayso. Heesahaasi waa kuwa hooyadu ku heesto marka uu ilmuhu luloonayo amma gaajoonayo amma uu xanuunsan yahay.

Qaybta labaad oo wax sheeg ah waxay ka kooban yihiin ammaan, waano amma hogo tusaale. Heesaha hooyaduna way kala duwan yihiin marka ay wiil u heesayso iyo marka ay gabadh u heesayso. Marar kale hooyadu iyadaa iska hadlaysa oo dhalliil iyo cabashadeeda soo jeedinaysa amma wax qabadkeeda soo bandhigaysa.

Buuggan oo daabacadii  koobaad ah, heesaha waxa loo kala saaray mawduucyo halka sida caadiga ah hooyadu kolba mawduuc u boodo si ay u tusto wax-qabadkeeda iyo hal-abuurkeeda. Sidaa daraadeed heesaha ku duuban cajaladdani la socota buuggan waxay isku daba socdaan sida ay buuggan ugu qoran yihiin. Sidaa oo ka duwan sida caadiga ah ee ay u heesaan dumarku.

Labadaa qaybood waxaan u kala bixiyay : sabid iyo maaweelo.

Qaybta sabidda waxa ku jira heesaha hooyadu ilmaha ay kula hadlayso oo ay ku aammusiinayso kolka ay hurdo, gaajo amma xanuun hayo. Heesaha nuucan ah way ka gaagaaban yihiin kuwa maaweelada.

Heesaha nooca labaad ee maaweelada ahi way ka dhaadheer yihiin, way ka suugaanaysan yihiin, mawduucyada ku soo aroorayna way ka badan yihiin kuwii qabta koobaad. Aalaaba, hooyadu waxa ay ugu heestaa habeenkii marka hawlaha maalintu ay ka kala yaraadaan ee ay wakhti haysato. Xilliyadaa, ilmaha oo ku tiirsan laabta hooyadii ayaa ku laama­dooda luuqdeeda ay tirinayso habeenka oo sii galbanaaya.

 

Le présent recueil, Heeso carruureed, réunit des « Chansons pour enfants », des berceuses, qui sont chantées par les femmes dans leurs activités quotidiennes. Il s’agit d’un genre versifié exclusivement féminin.

Les textes proviennent, en grande partie, d’une collecte réalisée dans les années 80 par Said Ahmed Warsama, un linguiste djiboutien, décédé en 2013. Ils ont été recueillis auprès de femmes originaires du nord de la Somalie (l’actuel Somaliland) et de Djibouti. Je les ai complétés par des enregistrements effectués en 2019 auprès de ma mère, Habiba Warsama Djibril, à Djibouti. Ce livre doit beaucoup à toutes ces personnes.

Les chansons se rencontrent, avec de légères variantes, sur l’ensemble de la Somalie et à Djibouti. En contexte naturel, les mères ou les grands-mères enchaînent les vers en lien direct avec les pleurs de l’enfant. Elles y intègrent également des considérations plus générales sur la vie, des conseils, des souhaits, des prières ou des éloges.

Les chansons se répartissent ainsi, en deux catégories : la première est destinée aux enfants, qu’ils soient filles ou garçons, la mère mettant au féminin ou au masculin son texte selon le cas.

Dans la deuxième catégorie, le contenu — des louanges, des prières ou des conseils — varie selon le sexe de l’enfant ; par ailleurs, les chansons ne concernent pas uniquement l’enfant ; elles servent aussi de moyen d’expression à la mère pour se mettre en valeur, exposer ses plaintes ou lancer des imprécations contre ses ennemis.

Dans cette publication, les textes sont regroupés par thèmes, alors que, dans la pratique, les femmes « papillonnent » d’une thématique à une autre. Elles montrent ainsi toute l’étendue de leur répertoire et leur capacité d’adaptation et d’improvisation. Les enregistrements qui accompagnent ce petit livre ne sont donc pas issus des performances naturelles ; il s’agit au contraire d’une oralisation des textes dans l’ordre du plan du recueil.

J’ai classé les chansons en deux catégories, sabid et maaweelo.

J’ai regroupé dans la catégorie de sabid (du verbe sab « calmer un enfant en lui promettant quelque chose »), les textes dont les thèmes sont en lien direct avec ce mot. Ce sont des chansons pour calmer l’enfant qui a faim, qui est malade, qui veut dormir… Elles sont moins longues que celles de maaweelo, « divertissement ».

En effet, dans cette seconde catégorie, les chansons de la mère sont plus développées, plus poétiques et les sujets abordés plus variés. Elles sont chantées habituellement le soir, quand la mère, après ses occupations de la journée, dispose d’un temps libre à consacrer à son enfant. Ces instants d’intimité où mère et enfant se retrouvent sont propices à des déploiements poétiques, et la mère peut s’adonner à des louanges pour son enfant. Généralement tenu sur les genoux de sa mère (ou sa grand-mère), la tête appuyée contre la poitrine, l’enfant est bercé, saisi par les vibrations lentes et étirées de la voix maternelle dans la nuit qui avance.

Sakaar iyo maydhaqeey ya / Tu es aussi délicieuse qu’un filet mignon et qu’une poitrine

 

Sameeya Sameey Sameeya.

Naa Sameey sarar iyo laggeey ya

naa sakaar iyo maydhaqeey ya

naa sedkii Alla keenayeey ya

naa sedkaan la saluugineey ya.

Naa Siman baa hooyadaaya

naa Saluuglaa habaryartaaya

naa Suldaan baa kuu adeera

naa Imiir baa aabbahaaya

naa abkaa la dhaliili maayo

naa dhaliil male dhalashadaadu.

 

Samey1 ô Samey.

Ma fille, tu es délicieuse comme les côtes premières ou la poitrine de mouton2,

comme le filet mignon ou la poitrine.

Ma fille, tu es ce don de Dieu,

un don qui ne souffre d’aucun reproche.

Ma fille, Simane3 est ta mère,

ma fille, Salougla’4 est ta tante maternelle,

ma fille, ton oncle paternel est un Sultan,

ma fille, ton père, un Emir.

Ma fille, ta généalogie est irréprochable,

ma fille, ta naissance est irréprochable.

Aslaaya Aslaay Aslaaya.

Naa Aslaay abtirsiimadaadu

naa ashraaf iyo culimo weeye.

Naa Ardooy culimada tolkaaya

naa cashuur laga qaadi maayo

naa xafiiska la joojin maayo.

 

Asli, ô Asli

Ma fille, Asli, ta généalogie

est composée de dignitaires et de savants.

Ma fille, Ardo, les savants de ton clan

ne paieront pas d’impôts,

ils ne connaîtront pas la prison.

Naa haddii la is qolaqoleeyo

naa haddii ninba qoladi sheegto

naa aduun baa u qola sarreeya.

 

Ma fille, si maintenant on se répartit en clans,

ma fille, si chacun dévoile le sien,

ma fille, sois sûre que le tien surclassera tous les autres.


Notes:

1  Samey (de same « le bien ») : fille qui est bien ou bonne. C’est la qualité suprême qu’une mère peut souhaiter à sa fille.

2  Les Somalis sont des pasteurs, ils possèdent plusieurs termes pour nommer une même partie du mouton. En l’occurrence, deux termes, sarar et maydhaq, désignent « le filet mignon » et deux autres, sakaar et leg, « la poitrine » de mouton.

3  Simane (de sinaan « égalité ») : « celle dont les qualités physiques sont égales aux qualités morales ».

4  Salougla’ (de saluug« défaut » + la’ « sans ») :« Parfaite ».

Dhibaay gabadh dhalatay waa dhib / Ma fille, Dhiba, ô Dhiba

 

Naa Dhibaaya Dhibaay Dhibaaya.

Naa Dhibaay gabadh dhalatay waa dhib.

Naa maxaa laga dhalay dhibteeda ?

Naa dhimaal baan doonideeda 

naa dhig iyo udub gooyadeeda

naa dhibti ma dhammaaninteeda !

Naa Dhibaay gabadh dooni maayo.

 

Dhiba, ô Dhiba1.

Ma fille, une fille qui naît est une difficulté.

Pourquoi donc l’a-t-on mise au monde ?

Pourquoi lui bâtir une maison2 et la meubler

en s’abîmant les mains à couper et planter des pieux ?

Pour une souffrance qui ne cesse pas ?

Ma fille Dhiba, je ne veux point de fille !

Naa Ardooy waa beenahayga !

Naa nin gabadh le ayaa godagodeeya

naa nin gabadh le ayaa geed ka baana

naa nin gabadh le ayaa gogol qarsoon leh

naa nin gabadh le ayaa geel la siiyaa.

 

Ardo3, ma fille, je raconte des balivernes !

Ma fille, seul un homme qui a une fille change d’avis à loisir.

Ma fille, seul celui qui a une fille peut se rendre sous l’arbre à palabre.

Ma fille, seul celui qui a une fille peut s’allonger sous une terrasse abritée.

Ma fille, seul celui qui a une fille peut recevoir un troupeau de chameaux.


Notes:

1  Dhiba (de dhib « difficulté ») : littéralement « celle qui est éprouvante ».

2  L’habitat des futurs mariés est fabriqué par la mère de la femme, d’où cette remarque.

3  Ardo (de l’arabe arḍ « terre ») : il s’agit d’une fille posée, calme.

Balooy badheey bal aammu / Cesse de pleurer, le malheur est loin de nous

 

Hobeeya hobeey hobeeya.

Hooyo balooy baydheey bal aammu

hooyo balaayo beesheena maaha

hooyo baroor xuni innagama yeedho.

Hooyo marka cassarkiyo caweyska

hooyo marka ciddu soo galayso

hooyo markay culimadu dhawaaqdo

hooyo lagaama ci’iyooy Cawooya !

Hooyo halkaad ka calaacaleyso

hooyo halkaad Xalaneey ka cabani

hooyo halkaad xalay ladis ka weydey

hooyo Qawiile ha kuu qaboojo

hooyo laguu mari gacanta Maxammad 

hooyo malayko ha kuu malmaliso!

 

Hobeeya hobeey hobeeya.

Fille, cesse de pleurer, le malheur est loin de nous,

fille, il ne sévit pas dans notre campement,

fille, aucun cri d’alarme ne provient de chez nous.

Fille, entre la fin de l’après-midi et le début de la soirée,

fille, quand les gens rentrent au bercail,

fille, quand le muezzin appelle à la prière,

ˁAwo1, rien ne doit te faire pleurer !

Fille, là où tu te plains,

Xalane2, qui te fait souffrir,

qui t’a empêchée de dormir hier soir,

fille, que le Tout-Puissant t’apaise,

fille, que la main de Mohammad te guérisse, 

fille, que les anges te soulagent!

Waar bildhaan dheerow bal aammu !

Waar halkaad ka calaacalayso

waar halkaad caatada ka sheegan

waar Caffoole ha caafimaadsho

waar Qawiile ha kuu qamoojo

waar lagu mari gacanta Maxammad

waar maleyko ha kuu malmaliso

waar ayeeyo ha kuu affuufto !

 

Ô brillante étoile, calme-toi mon fils !

Fils, là où tu as mal,

fils, la source de ces gémissements plaintifs,

que te guérisse Celui qui détient le pouvoir de guérir,

que le Tout-Puissant apaise ta souffrance,

que la main de Mohammad te guérisse,

que les anges te soulagent,

que grand-mère par son souffle adoucisse ta douleur !

Waar agoonimo wey xun tahaye

waar adowgaa nimaan aheynin

waar indhaha kuu ma cadcaddeeyo.

Waar ha iilan ha aabbo waayin

waar ha iilan awgii samoo wa

waar ha iilan Abaadir sheekhe

waar ha iilan Allaaha weyne !

 

Fils, être orphelin est une véritable tragédie,

c’est pourquoi, fils, en dehors de ton père,

j’espère qu’aucun autre homme ne jettera sur toi un regard sévère.

Ô fils, ne perds pas ton père, ne sois pas malheureux !

Ô fils, ne sois pas malheureux, toi à l’excellente lignée !

Ô fils, ne sois pas malheureux, par Cheikh Abadir3 !

Ô fils, ne sois pas malheureux, par Dieu Tout-Puissant !


Notes:

1  Littéralement « chance » ; Cawo [ʕawo] est un nom féminin.

2  Xalane [ħalane] (de xal « laver »), « propre, lavée » : celle qui est lavée de ses défauts.

3  Religieux arabe du XIIIe siècle venu s’installer dans la ville de Harar (Ethiopie) dont il deviendra le saint patron. Le clan somali de Sheekhaal se dit descendant de ce religieux.

Miyaad gaajootay gacalle ? / Aurais-tu faim, mon chéri ?

 

Hobeeya hobeey hobeeya.

Hooyo balooy baydheey bal aammu

hooyo belaayo besheena maaha

hooyo baroor xuni naga ma yeedho.

Waar miyaad gaajootay gacalle ?

Waar ma naaskii baa gabnoobey

gabnoobood godol ka weydey ?

Waar haddaan geelli col qaadin

waar ammaan gabanadii la leynin

waar haddaan giirtii hallaabin

hooyo mar uun baad gaajo beeli.

 

Hobeeya hobeey hobeeya.

Fils, cesse de pleurer, le malheur est loin de nous,

fils, il ne sévit pas dans notre campement,

fils, aucun cri d’alarme ne provient de chez nous.

Est-ce que tu as faim mon chéri ?

Est-ce que mon sein a tari

au point de ne plus te donner une goutte de lait ?

Fils, si le troupeau de chameaux n’a pas été détourné par l’ennemi,

si les chamelons n’ont pas été décimés,

ou encore si les vaches ne se sont pas égarées

je te promets, fils, que bientôt ta faim cessera.

Waar miyaad gajootay gacalle ?

Waar ma geelli baa aroorey

waar arooroo alal ku raagey ?

Hooyo haddaad gajootay gacalle

waar ha soo galo geellu xerada

waar ha soo galo gorof hagooge

waar ha soo galo gaajo reebe

waar ha soo galo godol ma raaje

waar ha soo galo gaawa buuxshe

waar ha soo galo dhiin gableeye.

 

Est-ce que tu as faim, mon chéri ?

Fils, est-ce que le troupeau de chameaux est parti s’abreuver

et n’est toujours pas rentré ?

Si tu as faim, mon chéri

fils, bientôt le troupeau de chameaux rentrera dans l’enclos,

fils, bientôt les pis gorgés des chamelles surplomberont le gorof 1,

fils, bientôt arrivera le troupeau et il mettra un terme à ta faim,

fils, bientôt le lait jaillira de ces pis gonflés,

fils, bientôt les récipients seront remplis,

fils, bientôt les vaches arriveront dodelinant de la tête.

Waar miyaad gajootay gacalle ?

waar ma geelli baa arooray

waar arooroo alal ku raagay ?

waar ma naaskii baa gabnoobay

waar gabnooboo godol ka weydey ?

Waar ma reerkii baa saboolay

waar sabooloo subag ku siinin ?

Hooyo ma aabbaa kaa socdaalay

oo socdaaloo socod ku raagey ?

Hooyo Warsame weydow wagdaale

hooyo wardoon baa innoo maqnaaye

hooyo war sani ha innoo yimaado

hooyo war runi hay naga maqnaado.

 

Est-ce que tu as faim, mon chéri ?

Fils, est-ce que le troupeau de chameaux est parti s’abreuver

et n’est toujours pas rentré ?

Fils, est-ce que mon sein a tari

au point de ne plus te donner une goutte de lait ?

Fils, est-ce que le campement s’est appauvri

au point qu’on ne te donne plus de beurre ?

Fils, est-ce que ton père a entrepris un long voyage

et qu’il est toujours retenu au loin ?

Ô mon frêle2 Warsame3 aux jambes arquées4,

un éclaireur est envoyé,

qu’il nous revienne avec de bonnes nouvelles

et que les mauvaises soient loin de nous !

Hooyo ma jeeskiinaa sabool ah

hooyo sabooloo subagba lulanin ?

Hooyo ma jashaa hooyadaaya ?

Hooyo ma jillaa aabbahaaya ?

Hooyo carruuri hadday haraado

hooyo haddaan geel loo aroorin

hooyo ama cosob kulul la daajin

hooyo cabadow caano ma laha.

Hooyo habeenkuna waa sidaase

hooyo haleelow hawla daaji

hooyo hogob cawsle jooji.

 

Fils, est-ce que ta famille s’est appauvrie

au point qu’on ne baratte plus du beurre ?

Fils, est-ce que ta mère est négligente5 ?

Fils, est-ce que ton père l’est tout autant ?

Fils, si les enfants sont assoiffés,

fils, si, pour eux, l’on n’a pas abreuvé le troupeau de chameaux,

ou qu’il n’a pas brouté de l’herbe sèche

ô brailleur, les bêtes ne donneront pas de lait.

Fils, la nuit est semblable en tout point à cela,

ainsi, ce travail est à effectuer par celui qui en a la charge,

il doit mener le troupeau dans un pâturage abondant.

Hobeeya hobeey hobeeya.

Hooyo balooy beydheey bal aammu 

hooyo baladu beesheenna maaha.

Hooyo kolkay baalaha marayso

hooyo bisinkaa la cuskadaaye

hooyo Quraankaa la badsadaaye.

 

Hobeeya hobeey hobeeya.

Fils, cesse de pleurer, le malheur est loin de nous,

fils, il ne sévit pas dans notre campement.

Fils, lorsqu’il fait ses ravages dans les environs,

fils, il faut invoquer le nom de Dieu,

fils, il faut lire intensément le Coran.


Notes:

1  Récipient pour recueillir le lait de chamelle.

2  En milieu nomade, on apprécie pas que quelqu’un soit gros.

3  Warsame (de war/same, mot à mot « nouvelle/bonne ») : nom donné aux garçons pour saluer la bonne nouvelle que représente cette naissance.

4  Les jambes arquées sont un signe de beauté chez les garçons, car ils deviendront de bons marcheurs.

5  La négligence porte ici sur un point précis : la nourriture. Jal, le fait de nourrir une personne malade ou mourante, est une tâche féminine, alors que jil signifie assurer la nourriture à des personnes et relève de la responsabilité du père.

Lulooya / Ô sommeil

 

Hobeeya hobeey hobeeya.

Hooyo ka soo seexooy sabaanka

hooyo ka soo dhuumooy dhurwaaga

hooyo ka dhuumooy dhaxanta jiilaal.

hooyo aan kuu heesee idhegeyso

hooyo haddaad idhageysanaynin

hooyo dhabtaydan iiga dhaadhac

hooyo dusheydan iiga soo deg

hooyo danbeedka ku nuujin maayo.

 

Hobeeya hobeey hobeeya1.

Fils, viens dormir loin de ce qui se passe à l’extérieur,

fils, viens te mettre à l’abri, car l’hyène affamée rôde,

fils, viens te mettre à l’abri du vent froid de l’hiver.

Fils, je m’apprête à chanter pour toi, écoute-moi !

Fils, si tu ne veux pas me prêter attention,

fils, alors veux-tu descendre de mes genoux,

fils, alors veux-tu descendre de mon dos,

fils, je ne te donnerai plus le sein.

Lulooya lulooy lulooya.

Lulooy leemaadhiyaa ya

lulooy odayada legdaa ya

dhallaanka ka ohiyaa ya

lulooy taan xishooninee ya

lulooy ii seexi inanka/inanta.

 

Ô sommeil, ô sommeil !

Sommeil, toi qui plonges les êtres dans la somnolence,

sommeil, toi qui terrasses les vieux hommes,

toi qui fais pleurer les tout petits,

sommeil, ô toi l’effronté,

sommeil, endors en douceur mon fils/ma fille !

Hooyo markaad oydo anna ololay

hooyo markaad cabatona cadhooday

hooyo calooshaa i lababoglaysa.

hooyo markaad qososhaan qoslaa

hooyo qalbigu wuu i faaraxaa

ee qaboojaay hooyo aammu !

 

Fille, je suis tourmentée quand tu pleures

fille, je suis fâchée quand tu te plains

et j’ai l’estomac noué.

Mais ma fille, je ris quand tu ris

et mon cœur est joyeux.

Toi qui apaise, ne pleure pas ma fille !


Note:

1 Formule d’ouverture d’une berceuse ; elle sert à poser le rythme de la chanson.

Heeso carruureed

 

Heeso carruureed

Chansons pour enfants

 

Fiche libraire

 

Auteur Fatouma Mahamoud
Auteur des illustrations Moussa Ali Miguil
Titre Heeso carruureed. Tawaasiir Moussa Ali Miguil [Chansons pour enfants. Illustrations de Moussa Ali Miguil]
Éditeur Ellaf Éditions
Lieu Lagny sur Marne (France)
Pagination 73 pages : 1-44, texte somali et illustrations ; 45-70, traduction française ; 71-73 table des matières
Illustrations  12 dessins en couleurs
Langue somali
Format 19 cm x 21 cm
ISBN 978-2-491422-01
Date parution  02/12/2020
Descriptif 21 chansons pour enfants en somali, illustrées de 12 dessins en couleurs de Moussa Ali Miguil. Traduction française annotée, placée à la suite du texte somali. Les berceuses sont chantées par l’auteur et les bandes son peuvent être écoutées à partir du sommaire sur cette page (cf. plus bas).
Mots-clés somali, Djibouti, République fédérale de Somalie, Ethiopie, Kenya — oralité, berceuses, poésie féminin

 

Présentation

Le livre

Fatouma Mahamoud réunit dans ce recueil, Heeso carruureed [Chansons pour enfants], vingt et une « berceuses » en somali, que chantent les femmes pour leur enfant pendant qu’elles accomplissent leurs activités quotidiennes. Les chansons se répartissent en deux catégories, sabid « chansons pour calmer l’enfant » et maaweelo « divertissements ». Elles sont regroupées par thèmes et illustrées par Moussa Ali Miguil.

La traduction annotée du recueil en français est placée à la suite des textes en somali.

Fatouma Mahamoud a tenu à chanter elle-même ces berceuses ; les enregistrements sont dispo­nibles ci dessous dans le sommaire.

L’auteure

Fatouma Mahamoud est chercheure au Centre d’étude et de recherche de Djibouti (CERD) depuis 2010. Elle a soutenu en 2017, à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), une thèse de doctorat sur le théâtre d’expression somali de Djibouti. Elle a publié plusieurs articles.

La langue

Le somali est la langue parlée dans plusieurs régions de la Corne de l’Afrique peuplées majori­tairement par les Somalis. Ces régions englobent le tiers sud de Djibouti, toute la République fédérale de Somalie, la province de l’Ogaden au Sud-Est de l’Ethiopie jusqu’au District Nord du Kenya. Les locuteurs somalophones sont estimés à 16,6 millions, y compris la diaspora (1,5 million), au Moyen-Orient, en Amérique du nord, en Europe et en Afrique du sud. Voir : http://ellaf.huma-num.fr/langues/somali/

 

Sommaire

 

Tusmo

Chansons pour enfants

 

 

Hordhac / Préface

 

I

Sabid

1 Lulooya / Ô sommeil
2 Miyaad gaajootay gacalle ? / Aurais-tu faim, mon chéri ?
3 Balooy badheey bal aammu / Cesse de pleurer, le malheur est loin de nous

 

 

II

Haddaan heestaada qaado

Je chante pour toi

4  Dhegeyso waa malab la dhuraye / Délicieux comme le miel pur
5 Manoow maankeyganoo wa / Mané, tu es ma raison
6 Annaba gaajaa na haysa / Moi aussi je sens les morsures de la faim
7 Walaalo Allaha ku siiyo / Que Dieu te donne des frères et des sœurs
8 Ayaa dilay oo dagaalay ? / Qui l’a frappé, qui lui a fait du mal ?

 

 

III

Ammaanta wiilka

Éloges du garçon

9 Sidii dayax daleexiyoo wa / Tu es pareil à la lune qui illumine la nuit
10 Biloow habartii Biloo wa / Bilé, tu embellis ta mère
11 Sidii nin rag oo rug weynle / Comme un grand homme à la vaste demeure
12 Gaboobe guyaal jiroo wa / Que tu aies une longue vie

 

 

IV

Ammaanta gabadha

Éloges de la fille

13 Dhibaay gabadh dhalatay waa dhib / Ma fille, Dhiba, ô Dhiba
14 Sakaar iyo maydhaqeey ya / Tu es aussi délicieuse qu’un filet mignon et qu’une poitrine
15 Bilaay bilicdii gu’eeya / Bila, tu es l’éclat de l’été

 

 

V

Markaad gaadheed gabowdo

Lorsque tu atteindras l’âge mûr

16 Tolkaa waa gobe ka guurso / Épouse une fille de ton noble clan
17 Ducaale xambaaratoo ya / Tu porteras sur ton dos Doualé
18 Tolkaa wuu duulayaa / Les tiens partent au combat
19 Falaad wuu ku ciil badaaye / La colère te porte préjudice

 

 

VI

Duco

Prières

20 Ha waayin ha waalaloobin / Tu ne perdras pas
21 Dharaarinta lagu ma geeyo / J’espère qu’on ne te portera pas au cimetière pour enfants

 

©   Copyright Fatouma Mahamoud 

Ammaanta — Éloge

berceuse

 

Mots-clés

somali — oralité, littérature enfantine, hees caruureed, berceuse — Somalie, Djibouti ; fille, garçon, ammaanta, éloge.

Production du corpus

Les deux textes font partie d’un corpus de berceuses somali recueillies en 2001 auprès de femmes originaires de Djibouti et du nord de la Somalie. Les performances ont été enregistrées sur solliciation, mais en situation : la mère chantait la berceuse à son enfant.

Contexte

Plusieurs raisons peuvent motiver une berceuse. Certaines sont provoquées par l’état de l’enfant au moment où la mère chante et qui se rapportent à un besoin pressant de celui-ci tel que la faim, la soif, le sommeil ou la maladie. Dans ce cas, la mère s’adresse à lui et la berceuse pallie le manque ou fait patienter l’enfant.

La mère chante également à son petit alors que ses besoins primaires sont satisfaits. Dans ces instants de quiétude, elle parle de lui, fait son éloge ou dresse sa généalogie.

Enfin, à d’autres heures, elle s’adresse à lui pour lui faire des prières ; lui donner des conseils ; se plaindre de lui ou de son mari ; ou se mettre en valeur.

Les berceuses font partie du patrimoine culturel. Elles n’ont pas d’auteur connu. Chaque mère peut improviser quelques vers et exprimer son sentiment du moment. Il existe des variantes régionales, tant sur le plan rythmique que lexical.

Les deux textes proposés portent sur l’éloge qui est différencié selon le sexe de l’enfant. Dans le premier texte, la mère s’adresse à sa fille. Elle rappelle la grande proximité qu’elles partagent et combien cette dernière lui sera précieuse dans le grand âge et dans la maladie. Elle la nomme Mane, « conscience, esprit » ou Billa (de bil, « croissant de lune »), « luisante, embellissante », mais elle l’appelle également Wiilo (de wiil, « garçon »), « la garçonne », en grande partie à cause de la valeur accordée au garçon dans la représentation patriarcale.

Dans le second texte, la mère loue son fils sur des thématiques habituelles telles que la beauté physique, une généalogie irréprochable et des qualités de leader.

 


 

Ammaanta gabadha — Éloge de la fille

 

 

Maneey maneeya

Maneey madadaaliyaaya

Maneey magantii Allaaya

Maneey Rabi mahadii ee ya

Maneey maradaan sitaa ya.

Ô Mane, ma fille, ma conscience,

Mane, tu es celle qui me divertit et qui me distrait

Mane, tu es ce présent d’Allah

Mane, tu es celle par qui s’exprime ma gratitude pour le Seigneur

Mane, tu es l’habit qui drape mon corps.

 

 

Billaay hooyadeed Billaa ya

Billaay bilic gu ee ya

Billaay abbeheed bokhraa ya

barbaar badan o bahda ya

bafti iyo shal wada hagoogan

ka baylahayey ha odhanin.

Ô Billa, toi qui embellis ta mère,

Billa, tu es pareille à l’éclat de l’été

Billa, toi que le père a placée sur un piédestal,

parmi la jeunesse nombreuse de ta tribu

drapée toute de blanc, leur châle sur les épaules,

ta présence ne doit pas faire défaut.

 

 

Naa waxaa wiillowda lahayo

naa waxaa loo wada wareeray

naa waxaa loo waalanaayo

naa adaa bilisooy i maydhi

naa adaa huga igu hagogi.

Haddaan wadka kaa karayo

haddaan Rabi kaa helayo

naa adaa wiilooy wanaagsan.

Fille, on a beau  toujours souhaiter un garçon,

fille, on a beau être tourmenté pour ça,

fille, on a beau perdre la tête,

ô ma fille, c’est toi qui laveras ma dépouille (le moment venu),

c’est toi qui mettras mon linceul.

Si je peux te protéger de la mort,

si le Seigneur peut m’accorder ta présence,

ô ma fille, ma garçonne, tu demeures ma préférée.

 

 

Waxaa gabadh gud madowle

Waxaa waranli iyo wadaada

Waxaa wiil timacad jooga

Naa aduun bay igala wanaagsan

Hooyo dabeyl iyo dhahanta jiilal

Hooyo adaan dugseey ku doortey

Parmi toutes ces filles à la chevelure de jais,

tous ces guerriers, ces religieux,

ces jeunes gens aux cheveux cendrés,

ô ma fille, tu demeures ma préférée.

Fille, quand souffle en rafales le vent froid de l’hiver

ma fille, mon abri, c’est toi que je choisis.

 

 


 

Ammaanta wiilka — Éloge du garçon

 

Waar Guntane geeraar ma joogo

Waar geyiga geeraa dhameysay

Waar siddi suugaan la duubay

Waar amma surrad wada xariira

Waar sargooyo wanagsanoowa

Fils, Goutaneh l’instant n’est pas à la poésie

Fils, la région est ravagée par la mort.

Fils, Comme une jolie natte qu’on a roulée

Fils, ou un revêtement mural entièrement soyeux

Fils, tu es merveilleusement bien bâti.

 

 

Waar xariirta iyo shiidka suuqa

Waar si loo wada ibsan maayo

Waar sac dhiina iyo saanta geela

Waar haddii aqal lagu siyaabo

Waar si lo wada daawan maayo

Fils, la soie et un banal tissu

Fils, ont-ils la même valeur sur le marché ?

Fils, Si pour ornement d’intérieur

Fils, l’on accrochait côte à côte la peau pourpre de la vache et celle d’un camélidé [terne].

Seraient-elles appréciées de la même manière ?

 

 

Waar sidi dayax daleexiyo wa

Waar sidi daah la hadhsado wa

Waar sidi diin lagu dhaqmo wa

Hooyo daruraha xamaar guyo wa

Waar dareemaha Cali dablo wa

Fils, tu es comme la lune cheminant dans la nuit

ou à la manière d’un rideau qui abrite du soleil

ou d’une foi que l’on pratique

ou les gros nuages durant la saison des pluies.

Fils, tu as le tempérament d’Ali le fougueux

 

 

Waar gudida geedka u tago wa

Waar guntiga feedhaha gasho wa

Hooyo ma jabee jaleelabsho wa

Waar gabdhaha jiidho jabsho wa

Fils, tu participes aux palabres des sages sous l’arbre,

tu attaches solidement ton pagne autour de tes reins.

Toujours robuste, toi qui rudoies et que personne ne peut molester

Fils, tu brutalises et malmènes les filles.

 

 

Bilow waar Bilow

Bilow habartii Bilow wa

Waar bahdooda biiriyo wa

Waar adaa laba dhaalad dhaxdod ah

Waar adaa laba dhool horaad ah

Waar ada laba dheef dambeed ah

Waar adaa dhuux iyo laftii ah

Hooyo adaa lagugu dhici karaynin

Bileh ô Bileh,

tu es comme un astre pour ta mère.

Fils, par ta présence, tu augmentes le nombre des tiens,

fils, tu es le fruit de deux êtres nobles,

tu as l’éclat de deux incisives centrales

tu as la générosité des mamelles de la vache

tu es l’os et la moelle (authentiquement noble)

fils, tu es celui qu’on ne peut attaquer de front.

Fatouma Mahamoud

Corpus inédit, © Fatouma Mahamoud 2019

Axdi jaceyl —[Pacte d’amour]

de Anissa ᶜUmar Saleeban

 

Mots-clés

somali — écriture littéraire, roman — Somalie, Djibouti, Mogadiscio ; pauvreté, parents, jeunes gens, ville, campagne, amour, séparation, retrouvailles, mariage.

 

Contexte d’écriture

Axdi jaceyl [Pacte d’amour] appartient à une veine romanesque qui s’est développée durant les années 1980-1990. Moins d’une décennie après la généralisation de l’écriture du somali en 1972, le genre romanesque connaît un développement important. La plupart des auteurs sont des jeunes gens, hommes et femmes. Le thème favori qu’ils traitent est l’amour et ses déboires.

Descriptif de l’ouvrage

Le roman Axdi jaceyl, [Pacte d’amour] est publié en deux volumes de longueur à peu près identique. La première partie est publiée en janvier 1988 et comporte 60 pages ; la seconde partie (66 pages, paraît le 25 octobre de la même année. Le dessin de la couverture, fait par « Goobe Sagal Arts », représente un jeune homme accroupi qui plante des fleurs, une jeune femme se tient debout près de lui avec un arrosoir, en déversant de l’eau sur les fleurs. Le texte dactylographié présente des fautes de frappe. Pour les romans de cette période, la photo de l’auteur, généralement un jeune homme ou une jeune femme, est reproduite sur la quatrième de couverture.

Résumé

L’histoire commence le soir du nouvel an de 1982, pendant les préparatifs de la fête dans une ville. Farxaan Warsame, un jeune homme de 21 ans, bien habillé, sort de chez lui à 19h30 et prend sa voiture pour rejoindre la fête. Sa voiture heurte Haweeya, une jeune femme. C’est le début d’une histoire d’amour tourmentée. La jeune femme que Farxaan soigne et qu’il accueille ensuite chez lui pour sa convalescence est durement éprouvée par la vie. Née à la campagne près de la ville de Laascanood et orpheline, Haweeya s’enfuit vers Mogadiscio à 18 ans : sa tante, qui l’a élevée, la donne en mariage à un vieillard en échange de quelques chamelles.

Elle est engagée comme domestique depuis deux ans dans la grande ville. Le fils de ses patrons, qui s’intéresse à elle, la calomnie. Elle est chassée de la maison et elle erre dans les rues lorsqu’elle se fait renverser par Farxaan. Après l’avoir soignée dans un hôpital, ce dernier l’amène dans la luxueuse demeure de ses parents qui effectuent un voyage touristique en Amérique.

Farxaan et Haweeya connaissent une période paisible durant l’absence des parents, ils se découvrent, apprennent à se connaître et voient leur amour croître. A son retour, Warsame, le père de Farxaan, rejette cette fille sans famille, envoie son fils à Hargeysa pour s’occuper de ses affaires commerciales dans le nord et profite de l’absence de ce dernier pour renvoyer de nouveau Haweeya. Avant son départ, Farxaan et Haweeya se quittent en se jurant fidélité éternelle. De retour quelques mois plus tard à Mogadiscio, Farxaan apprend que son père a congédié définitivement Haweeya. Il est inconsolable et n’a plus goût à la vie. Inquiets de la dépression de leur fils, ses parents l’envoient en Roumanie joindre son frère et sa sœur qui y font leurs études. Il revient à Mogadiscio, mais avec la détermination de retrouver sa bien-aimée.

De son côté, Haweeya cherche à se faire engager comme domestique, en vain. Elle est finalement recueillie par Sahra, une jeune femme, qui a pitié d’elle. Celle-ci l’encourage à faire des études pour être indépendante. Deux années plus tard, après avoir suivi une alphabétisation intensive, elle a appris à taper à la machine et elle s’est qualifiée pour le métier d’infirmière. Quelques mois plus tard, en se rendant à son poste de travail, elle tombe sur Farxaan venu rendre visite à la mère d’un ami.

Farxaan découvre Haweeya métamorphosée en une belle femme moderne et indépendante. Il l’admire, elle qui a dû traverser tant d’épreuves. Ils décident que personne ne pourra plus les séparer. Son frère et sa sœur, venus passer leurs vacances au pays, mesurent combien l’amour de Farxaan et Haweeya est sincère. Ils décident de plaider leur cause auprès de leur père, qui de son côté, établit le même constat et ne s’oppose plus à leur union.

Références

Axdi jaceyl [Pacte d’amour] est publié par l’auteur, Anissa ᶜUmar Saleeban, à Mogadiscio, en 1988, en deux volumes ronéotés : vol. 1, 60 p. ; vol. 2, 66 p.

 


 

Axdi jaceyl —[Pacte d’amour]
Extrait

 

L’extrait illustre le rapprochement progressif des deux personnages, Farxaan et Haweeya, qui vivront une histoire d’amour.

 

Farxaan intuu is taagey ayuu garabka ka dhirbaaxay Haweeya isaga oo leh : « waan seexanayaa ee habeen wanaagsan ».

Farxaan se met debout et donne une petite tape sur l’épaule de Haweeya en disant: “ bonne nuit, je vais me coucher ! ».

Sidaas ayaa habeenkaa lagu kala seexdey. Haweeya waxay la fajacsan tahay nasiib wanaageeda iyo shimbirka Illaahay u soo direy. Waxay soo xasuusataa habeenadii ay la’ayd meel ay u ciirsato ee gaadhigu jiidhay. Waxay is barbar dhigtaa habeenadii soo maray noolosheeda iyo habeenkan caawa ah sida ay ku sugan tahay. Waxay mahad u celinaysaa Ilaahay sidiina wey ku seexatey habeenkii.

Cette nuit-là, chacun part se coucher de son côté. Haweeya est toujours étonnée de sa chance et le secours que Dieu lui a envoyé en la personne de Farxaan. Elle se rappelle de la nuit de son accident où elle n’avait nulle part où aller. Elle compare les douloureux moments du passé qu’elle a vécu à sa situation de ce soir et remercie Dieu de l’abri qui lui est offert cette nuit.

Markii waagii baryey ayey soo fadhiisatay. Waxay isku dayday inay socon karto. Nasiibdarro wey u suuroobi weydey inay socoto. Waxay ku soo noqotay sariirteedii. Wax yar  kadib, Farxaan ayaa u soo galay, wuxuuna ka waraystey caafimaadkeeda. Waxayna u sheegtey inay ladan tahay oo ay doonayso inay banaanka ku naacawsato. Markiiba intuu garab galay ayuu u saaray guriga barandihiisa. Farxaan wuxuu bilaabey inuu labisto. Intii uu labisanaayey ayey gabadhii jaariyada ahayd u diyaarisey quraacdii una saartay miiska. Farxaan markii u diyaar noqday, miiskii ayuu soo dul fadhiistey si uu u qureecdo.

Le lendemain, au lever du jour, elle se redresse sur son lit et essaie de marcher toute seule, mais elle n’y arrive pas. Elle revient vers son lit et s’y assied. Peu après, Farxaan entre dans sa chambre et lui demande des nouvelles sur son état de santé. Elle lui dit qu’elle va bien et qu’elle souhaite prendre l’air. Aussitôt, il lui passe un bras sous l’épaule et la fait sortir sur la véranda. Ensuite, Farxaan retourne s’habiller. Pendant ce temps, la femme de ménage prépare le petit déjeuner et le sert sur la table. Une fois qu’il a fini de s’habiller, Farxaan s’installe à table pour prendre son petit déjeuner.

Fatouma Mahamoud