gíà kɔ́ tɔ̀rìɔ̀ŋ / Pourquoi les chasses devinrent incertaines

 

Mots-clés

gbaya — oralité, conte — grillon, chasses, Wanto

Production du corpus

Conteur: Daniel Ngadike.

Contexte de production

Archive orale de Paulette Roulon-Doko, réalisée en 1970 en pays Gbaya

Descriptif

Une chasse au feu dont le territoire est dans le ciel est menée par un grillon. Wanto voulant l’imiter, rend infructueuses les chasses à venir, ce qui est toujours vrai jusqu’à aujourd’hui.

Collecte et édition

Prise de son: Paulette Roulon-Doko

Transcription, traduction et édition: Paulette Roulon-Doko

Illustration: Nicolas Ninga

 

 

 

Mɛ̀ nɛ́ hɔ̰́gɔ̰́, tɔ̀rìɔ̀ŋ ʔà̰ gɔ̀nà zɔ̰́ kɔ̰́à̰, gɔ̀nà zɔ̰́ gásá zɔ̰́ hé mɛ̀ nɛ́ gbàmbɔ̀ndɔ́ mɛ̀í gá. ʔá̰-nàá pı̰̀ı̰́ tòm zɔ̰́ kɔ̰́à̰, fɛ́t, nɛ̀ dɔ́káà. ʔó béí wà gár ʔòé wàntò túù nɛ́ wí gàr zɔ̰́ì. wà nɛ́ hár zɔ̰́. wà ná gíàí ndɔ̀wà tɛ́-mɔ̀ì kpɔ́k nɛ́ bɛ̀ɗɛ̀ kéí, bé nɛ́ mà bɛ̀ɗɛ̀ nɛ̀-tɛ̀ ná. ʔéí tɛ́-bà wár gíàí sɛ́. Kèì ʔé gìmà gíàí sɛ́, kéí mɛ́-yàk sɛ́, ʔèè sɛ́kɔ́wà zɔ̀kà pátá wí mɛ́-nɛ̀ nɛ̀ gíàí. ɓɛ̀ɛ̀ hóp ʔà̰ yàká. Wà dùkà ʔé ʔèá. Wàntò gbòò fɛ́t ʔòé, wà dúk pátá màá ɓɛ̀ɛ́. ʔı̰́ı̰̀ ʔà̰ ʔèè núà tɛ́ gìmà.

Un jour, le grillon avait délimité dans la savane, comme qui dirait au lieu-dit Gba-Mbondo, un territoire pour sa chasse. Il en fit porter l’annonce à tous. Ils vinrent nombreux et Wanto et les siens était parmi eux. Ils se placèrent en bordure des hautes herbes. Écoutez bien, vous tous! dit le grillon, cette chasse qui vous réunit, l’emplacement m’en appartient, ce n’est pas n’importe où. Je vais aller en premier sur le chemin de cette chasse et je lancerai mon chant. Ne partez qu’après moi! Et il s’en alla. Ils attendirent un moment puis Wanto se mit en route, les autres derrière lui. Alors le grillon chanta.

dáŋ gíà wó,

dáŋ gíà kɔ́ Tɔ̀rìɔ̀ŋ,

dáŋ gíà wó,

tɔ̀ tɔ̀rìɔ̀ŋ tɔ̀.

mɔ̀kíè. ʔèéyè

Oh! mène la chasse,

mène la chasse du grillon,

mène la chasse,

gri grillon gri.

ʔá̰-ndɔ̀wá gbɛ̀ɛ́ sàɗì ʔèááá. tò wà kàyà ʔá gɔ́n gbàwár. tɔ̀rìɔ̀ŋ wà ná-ndé: « ʔéí ʔár nɛ̀-tɛ̀ ná, kàà kpɔ́k bɛ̀ɗɛ̀í. pátáí wà zɔ́k pátáí wà gbáí nɛ̀ gbàwár wà péí ʔèá ». tò hóp wà dùkà pátáà, yákáà ʔá̰ hı̰̀ı̰́.

Ils tuèrent beaucoup d’animaux ramassèrent tout ce gibier et reprirent la route. Le grillon leur dit que lui ne repartait pas ailleurs et restait seulement ici; qu’ils devaient suivre son exemple et se mettre en route pour rentrer. Ils lui emboîtèrent le pas et ce fut le retour.

dáŋ gíà wó,

dáŋ gíà kɔ́ Tɔ̀rìɔ̀ŋ,

dáŋ gíà wó,

tɔ̀ tɔ̀rìɔ̀ŋ tɔ̀.

mɔ̀kíè. ʔèéyè

Oh! mène la chasse,

mène la chasse du grillon,

mène la chasse,

gri grillon gri.

Gíí wà dɔ̀ká sɛ̀n tɛ́ mɔ̀, wà gbɛ́ sàɗì, wà kɔ̰́ ɗɔ̀áà, ʔó wíkóò dɛ́ ngàyáà, dí tɛ́ wà fɛ́t, wà gɔ́m sàɗì, wà ɲɔ́ŋ ʔòé. Tò wàntò sìí ɗòŋ, nɛ́ gbá sòrè, zṵ́ nú zɔ̰́ : « ʔó nɔ́kɔ́ kéí ná, zɔ̰́ hɛ̰̀ nɛ́ ʔɛ̰́ı̰́ tɛ́-gɔ̀n.» Tò wěn-ndɔ̀wá gɔ̀nà kɔ́wà ʔé, nɔ́kɔ́ dɛ́ sɔ̰́ mɔ̀ ká bé-nàm dɛ̀á. ʔá̰ zɔ̰́ hɛ̰̀ mɛ̀ nɛ́ wí tɛ́-gɔ̀n gɔ́náà, ʔòò ʔɛ́r wà hɛ̌n hɛ̰̀ yè ! »

Oui, ils ont tué beaucoup d’animaux. Les femmes ont approuvé et se sont réjouies, cela leur plaisait. Ils ont partagé le gibier et on mangé. Alors Wanto retourna couper une branche d’Annona, la ficha à la limite de hautes herbes et dit : Mon oncle! ces herbes-là c’est mon territoire pour la chasse au feu. Vous avez déjà brûlé le vôtre : ce que l’oncle a fait, le neveu utérin le fera aussi! Ce territoire, c’est moi-même qui le brûlerai!

— Tɔ̀rìɔ̀ŋ ʔı̰́ı̰̀ ʔà̰ ná-ndé ʔéí kɔ̰̀ɔ̰̀ ɗɔ̀áà ; nɛ̀ zɔ̰́ì, ká̰à̰ tɛ́-tɔ̰̀ mà gé wèn ná. ʔà̰ bá kàá gìmà nɛ̀ ɲínáí, ʔà̰ bá gìmà nɛ̀ ɲínáí kpɔ́k sɛ́kà zɔ̰́ì dɛ́ ká ɓɔ̀á. ʔá̰ kà̰à̰ bá nɛ̀ ɲínáí ná, zɔ̰́ì bé kà ɓɔ́ kɔ́í ná. ʔı̰́ı̰̀ bé kà zɔ̰́ì bé kà ɓɔ́ kéí ná yè. ɓɛ̀ɛ́ wàntò : « ʔı̰́ı̰̀ ʔó nɔ́kɔ́, ʔèì tɛ́-dɛ̀ nɛ̀ ɲínnɛ́ ná, ʔéí dɛ́ bɔ̀ɔ̀ nɛ̀ ʔò ndé ? » Hóp wà yàká.

— Oui, dit le grillon, je suis d’accord, mais pour cette chasse ne dis pas n’importe quelle parole. Prend ma chanson et chante la uniquement en mon nom : la chasse sera alors très fructueuse. Si tu ne la chantes pas en mon nom, la chasse sera mauvaise. Et Wanto répondit : « Mon oncle, si je ne chantes pas en votre nom, au nom de qui chanterai-je ? » Puis ils s’en furent.

Ká zɔ̰́ kòrà dí ʔé. Hóp wàntò pı̰̀ı̰́ tòm gíà ʔèááá, pı̰́ tòm há̰ nɔ́kɔ́ kɔ́í, nɛ́ gbó tɛ̀ nɔ́kɔ́ kɔ́í mɛ̀. Tɔ̀rìɔ̀ŋ nɛ́ bá kàn, kàn zɔ̰́ ʔà̰ há̰ há̰ wàntò. ɓɛ̀ɛ̀ hóp wà gbàyà yák.

Quand les herbes furent bien sèches, Wanto fit porter à tous l’annonce de la chasse et la fit également porter à son oncle. Il se rendit chez ce dernier. Là le grillon lui remit un grand roseau sec, puis tous se mirent en route.

dáŋ gíà wó,

dáŋ gíà kɔ́ Tɔ̀rìɔ̀ŋ,

dáŋ gíà wó,

tɔ̀ tɔ̀rìɔ̀ŋ tɔ̀.

mɔ̀kíè. ʔèéyè

Oh! mène la chasse,

mène la chasse du grillon,

mène la chasse,

gri grillon gri.

Wàntò dɛ̀ɛ́ dàbàrì : « ʔòóyèé sóŋ », Wàntò : « ɲínáí ʔà̰á̰ sɛ̀nɛ́, ɲínáí bɔ̀ɔ̀ kéí ʔá̰ sɛ̀nɛ́. ʔéí tɛ́-zìk tɛ̀, ɲín tɔ̀rìɔ̀ŋ ɓɔ̀ɔ̀ ɓɔ́à tɛ̀ zɔ̰́ì hégè ndé? »

Wanto voulu n’en faire qu’à sa tête : “je proteste! et il glissa dans la chanson son propre nom. Il avait changé d’avis. Comment dont le nom du grillon rendrait-il fructueuse la chasse ?

dáŋ gíà wó,

dáŋ gíà kɔ́ Tɔ̀rìɔ̀ŋ,

dáŋ gíà wó,

tɔ̀ tɔ̀rìɔ̀ŋ tɔ̀.

mɔ̀kíè. ʔèéyè

Oh! mène la chasse,

mène la chasse de Towal,

mène la chasse,

gri grillon gri.

Wèè zɔ̰́ béí wèè wó mɛ́-nɛ̀ tàkáɗì.

Wèè zɔ̰́ béí wèè wó, mɛ́-nɛ̀ tàkáɗì.

Le feu des herbes ne progresse plus, il n’arrive plus à progresser, s’écrièrent-ils : Wanto, plus de ça, qu’on le dise avec le nom du grillon et qu’ensuite les herbes puissent se mettre à brûler.

dáŋ gíà wó,
dáŋ gíà kɔ́ Tɔ̀rìɔ̀ŋ,
dáŋ gíà wó,
tɔ̀ tɔ̀rìɔ̀ŋ tɔ̀.
Oh! mène la chasse,

mène la chasse de Wanto,

mène la chasse,

gri grillon gri.

Wà : « wàntò tán tɛ́ ʔı̰̀ı̰́ ɓɔ̀ ná, ʔɛ̀nɛ̀ dɛ́ nɛ̀ ɲín tɔ̀rìɔ̀ŋ sɛ́kà wèè zɔ̰́ dɛ́ ká bèá wèè wó. »

Les herbes s’enflamment, mais le feu ne progresse pas, Les herbes s’enflamment, mais le feu ne progresse pas. Ils disent : ne t’entête pas plus, chantons au nom du grillon que les herbes brûlent bien.

dáŋ gíà wó,

dáŋ gíà kɔ́ Tɔ̀rìɔ̀ŋ,

dáŋ gíà wó,

tɔ̀ tɔ̀rìɔ̀ŋ tɔ̀.

Oh! mène la chasse,

mène la chasse du grillon,

mène la chasse,

gri grillon gri.

Wèè zɔ̰́ béí tàkáɗì, wèè zɔ̰́ béí tàkáɗì. Wà : « wòóyè wó wàntò ! ʔɛ̀nɛ̀ béí nɛ̀ ɲín tɔ̀rìɔ̀ŋ hɔ̰́gɔ̰́ɔ̰́ɔ̰́. »

dáŋ gíà wó,
dáŋ gíà kɔ́ Tɔ̀rìɔ̀ŋ,
dáŋ gíà wó,
tɔ̀ tɔ̀rìɔ̀ŋ tɔ̀.
mɔ̀kíè. ʔèéyè

ʔèááá. Zɔ̰́ béí wèè gbùfúk gbùfúk. Wà gbɛ́ sàɗì tàkáɗì. ʔó mà bàà bíá kpɔ́kɔ́ɗí. Mà bàà yíítòó. ɓɛ̀ɛ̀ hóp wà kàyá sàɗì ʔá̰ hı̰̀ı̰́, yé gɔ́n gbàwár, pèà gɔ́m táá sààyé nà. Wà : « Wàntò, ʔɛ́nɛ́ dɛ́ mɔ̀ dí ná. Dìì fé ! ʔɛ̀nɛ̀ dáŋ sɔ̰́ gíà nɛ̀ kɔ́ tɔ̀rìɔ̀ŋ wó, béí tɛ̀ɛ́-gbɛ̀ sàɗì nɛ̀ dɔ́káà. ʔá̰-nɛ̀ bé hɔ̰́gɔ̰́ ná, kɛ́nɛ́ zìká tɛ̀nɛ́, ʔɛ̀nɛ̀ dɛ́ mɔ̀ nɛ̀ ʔà̰á̰ sɛ̀nɛ́. ʔɛ́nɛ́ zɔ̀ká sàɗì nɛ̀ ʔàá sɛ̀nɛ́ ndé ? » Mɔ́ mɔ̀ nɛ̀ ŋmàmɛ́ dɛ̀á, ká̰à̰ tɔ̰̀á mɛ̀ dɛ́ mɔ̀ hɛ̰̀ nɛ̀ ɲínáí wó sɛ́kà mɔ̀í dɛ́ ká ɓɔ̀á. Ká mɛ́ɛ̀ sák ; kéí mɔ́ tɛ̀í, ʔéí tɛ́-dɛ̀ kéí nɛ̀ ɲín wí ngbák ɲínáí bɔ̀ɔ̀ kéí, ɲínáí ʔá̰ sɛ̀nɛ́ wó.

 

 

 

 

 

 

Ainsi de suite : les herbes brûlèrent mal. Ils tuèrent peu de gibier. Certains attrapèrent un seul aulacode, d’autres deux. Ils ramassèrent ce gibier, reprirent la route et rentrèrent au village. Wanto, lui dirent-ils, vous avez mal agi. Oui! si vous aviez mené la chasse au nom du grillon, les gens auraient tué beaucoup de gibier, Mais ce ne fut pas le cas, vous avez changé d’avis et n’en avez fait qu’à votre tête. Avez-vous vu le gibier de cette chasse ? Ce que ton voisin avait fait, en t’avertissant de mener la chasse en son nom pour qu’elle soit fructueuse, tu l’as refusé et tu as voulu la faire en ton nom à toi.

Mɔ̀ nɛ̀ dɛ̀á tɛ̀ gíà. ʔó mà béí gɔ́n nɛ̀ zɔ̰́, ká ɗàŋà ʔɛ́r wà, ʔó mà béí, gɔ̀nà zɔ̰́ kɔ́wà wó, zɔ̰́ ɓɔ̀ɔ̀ ʔɛ́rwà. Ndàyá mɔ̀ nɛ̀ dɛ̀á há̰ béí mɛ́-gbɛ̀ nɛ̀ sàɗì nɛ̀ díà, há̰ díà mɔ́-ɗàŋ ʔɛ́rmɛ́ wènáà, ʔá̰ hı̰̀ı̰́. Wèn kɔ́m kàɗà kéí.

Depuis ce temps-là des gens brûlent leurs herbes et cela ne marche pas, d’autres brûlent les leurs et pour eux cela réussit bien. Et voilà pourquoi on ne tue plus autant de gibier de nos jours.

tè-gún-mɔ̀ nɛ̀ yì kpàá nɛ̀ tɛ́ mɔ̀ yɛ̀ ʔá̰ hı̰̀ı̰́ / Comment Wanto libéra les eaux (origine de l’eau)

 

 

Mots-clés: Gbaya ; Wanto, conte

Contribution présentée par Paulette ROULON-DOKO

Enonciateur: Pierre ZÀLÓÒ

Enregistrement: Paulette ROULON-DOKO

Collecteur, traducteur, rédacteur, éditeur: Paulette ROULON-DOKO

Résumé: Par ruse en assoiffant Gbason avec des arachides et du manioc grillé, Wanto découvre la source que Gbason gardait pour lui seul et en libère les eaux au profit de tous.

 

 

 

 

 

Tò Gbàsɔ̰̀ ʔá̰ dùká. Tò wà mɔ̀ɲá màá fɛ́t, wà dɛ́ yé, ʔín ʔó mà béí. Tò ɓɛ̀ɛ́ gbàsɔ̰̀, ʔà̰ kpàá yì kɔ́í. ʔà̰ káí tà, sɛ́m nɛ̀ ká yì sɛ́m nɛ̀ ká yì fɛ́t, ʔé núà tíkíɗí, sɛ̀n zú mà bé zér. ʔèé gbàsɔ̰̀ dúk, nɔ́ nɛ̀ yìí, nɔ́ nɛ̀ yìí. Kà gbàsɔ̰̀ kúr ŋɔ́n, mɛ́-nɛ̀ fáná… fáná kpàkpà, ɓɛ̀ɛ́ Gbàsɔ̰̀ kà fàrà nɛ̀ Gbàsɔ̰̀ fán kpàkpààà, ʔèé kà wɔ́ yì bá tɛ̀, zɔ̀ká mɔ̀ zɔ̀ká mɔ̀ wèn béí. ɓɛ̀ɛ́ zìrà gɛ́ɗɛ́k nɛ̀ɛ̀ hṵ́ı̰́ tà yúnɛ́ nɔ̀ɔ́ yìííí. ʔèé dàŋà péí-ɗòŋ kpé núà hɔ̰́gɔ̰́ hɔ̰́gɔ̰́ hɔ̰́gɔ̰́. ɓɛ̀ɛ́ wàntò dúk, kíí dàbàrì. Béí fɛ́t ʔáí nɛ́ nú : “ʔéí tɛ́-dɛ̀ hégè ndé nɛ̀ yì gè ndé ? ʔéí tɛ́-kpà bɔ̀ɔ́ yì díì kéí nɔ́ gè ndé.”    Au début était Gbason. Tous les siens étaient rassemblés et vivaient dans un même village. Gbason détenait l’eau. Il avait pris un rocher pour retenir les eaux à la source, n’en laissant couler qu’un petit filet. Ainsi vivait Gbason, buvant de l’eau tout son soûl. Chaque fois qu’il partait tresser une natte, il s’installait sur son domaine, et quand la soif le prenait, il regardait à droite et à gauche pour voir s’il n’y avait personne, puis descendait sans bruit, allait déplacer le rocher et buvait jusqu’à plus soif. Et il remontait, après avoir replacé le rocher. Wanto, lui, cherchait une ruse : tous les gens se lamentaient : “comment vivre ainsi, sans eau ? Où trouverait-on une maudite eau, qu’on puisse boire ? “
   ɓɛ̀ɛ̀ sɔ́sɔ́ɔ̀,wàntò kùrà ŋɔ́n. ʔá̰-nɛ̀ wàntò dɔ́ɓí nɛ́nɛ́ hɔ̰́gɔ̰́ɔ̰̀ nɛ́ zɔ́k kúsá tè hɛ̌n fàrà nɛ̀… zù bé zér nɛ̀ gbàsɔ̰̀… dɛ́ yé sɛ̀nɛ́ìí. ɓɛ̀ɛ́… wàntò dàŋá… dàŋá tèí hɔ̰́gɔ̰́ ɓɛ̀ɛ̀ dúk sɛ̀nɛ́. kà wàntò [tɛ́] tɛ́-zɔ̀k mɔ̀ wó wèsé kpɔ̀rà… kpóyóyó. gbàsɔ̰̀ ʔá̰-nɛ̀ dɔ̀ɓá, ʔé fáná kpàkpà dúk, nɛ́ hṵ́ı̰́ nú yì, gúɗí, nɔ́ɔ́ɔ́. ɓɛ̀ɛ̀ yák péí-ɗòŋ. ɓɛ̀ɛ́ wàntò zɔ̀ká. wàntò ʔà bɔ̰́ɔ̰̀ : “fàrá yì nɛ̀ gbàsɔ̰̀ nɔ́ɔ̀ ʔéí zɔ̀kà káɗì.”    Ce jour-là Wanto passa à l’action. Se glissant sur la pointe des pieds, il alla voir le grand arbre qui dominait la source auprès de laquelle se tenait Gbason. Wanto grimpa dans l’arbre et s’y installa. Au soleil ardent de midi, Wanto vit Gbason délaisser la natte qu’il tressait, aller furtivement libérer l’eau, se pencher pour boire puis revenir. Wanto avait tout vu : “Le point d’eau où Gbason boit, je l’ai bien repéré !”.
   wàntò péí ɗòŋ bá kɔ̀nì, bá… bá zàánù… [ʔín] ʔín gèɗà, dɔ̀áááà, tò… ʔèè nɛ́… dáŋ tèí nɛ̀ tí. ɓɛ̀ɛ́ wèsé ɲɛ̀ɲá gbàsɔ̰̀ dɔ́ɓí nɛ́nɛ́ìí, nɛ́ káí kpàkpà ʔá nù, káí kpàkpà ʔá nù. ʔó tòyó kɔ́ gbàsɔ̰̀ ʔà̰ yáìí. ʔá̰-nɛ̀ wàntò gɔ́n bé tó sùnù nɛ̀ tòáìí, nɛ̀ mɔ́-pı̰̀ kó tòyó tìrá. ʔó tòyó ɲɔ́ŋ ʔó tòyó ɲɔ́ŋ. gbàsɔ̰̀ zík tɛ̀ mbáɗííí. gbàsɔ̰̀ ʔáà : “bɔ̰̀ nɛ́ gé mɔ́ gè nɛ̀ ʔó tòyó ɲɔ́ŋ ká tɛ̀éɛ̰̀ gè ndé ? Sìí ɗòŋ dùká nù, fàná mɔ̀ííí, mɛ́-zɔ̀k mɔ̀. Wàntò ɓìrá mɔ̀í tíkíɗí, pı̰̀á. ʔó tòyó tìrá wà ɲɔ̀ŋá. gbàsɔ̰̀ ʔòóyèé ʔám tɛ́-zɔ̀k tí mɔ̀ hɛ̰̀ sɛ́. gbàsɔ̰̀ɔ̰́ gùɗì wó ká bé ʔò tó sùnù ʔá̰ hɛ̰̀. ʔèé gbàsɔ̰̀ dɛ́ nɛ̀ pḭ́ kɔ̰̀ nù wó ká ɲɔ́káà nɛ̀ ɲɔ̀káà. gbàsɔ̰̀ mbáɗí mɔ̀ sí ká tèèè, kúr ŋɔ́n bá ɲàk ʔé gɛ́r tòyó mɛ́ ʔɛ̰̀ kún nɛ̀ mɔ̀, ʔé gɛ́r tòyó mɛ́ ʔɛ̰̀ kún nɛ̀ mɔ̀, péí ɗòŋ dúk nù. ʔá̰-nɛ̀ wàntò gbìnà bé-ɗòŋ ɓɔ̀. Nɛ̀ mɛ́-pı̰̀ ká gbàsɔ̰̀ bàá. gbàsɔ̰̀ ɲɔ́ŋ ɲɔ́ŋ ɲɔ́ŋ. Ká ʔòóyèé wɔ́ yì ʔá̰-nɛ̀ tàŋá gbàsɔ̰̀, kúr ŋɔ́n mbáɗí mɔ̀ mbáɗí mɔ̀, nɛ̀ gúɗí hṵ́ḭ́ḭ́ḭ́ tàí ɲínɛ́ nɔ́ yìí.yákáà péí-ɗòŋ dúk nù zàŋ sùrá. Dáà ʔɛ̰̀ màrá mɔ̀ mɛ́ ʔɛ̰̀ !    Wanto rentra chez lui, prit des bananes, du sésame et du manioc, grilla le tout et remonta s’installer dans l’arbre. Quand le soleil fut bien haut, Gbason arriva sur la pointe des pieds, posa sa natte. Les chiens de Gbason s’égayèrent aux alentours. Alors Wanto fit des boulettes du sésame pilé qu’il avait préparé, et se mit à les lancer ; les chiens accoururent, et mangèrent, mangèrent. Gbason tourna la tête et observa : “Tiens, que mangent donc les chiens au pied de cet arbre ? ” Il se remit à tresser. Wanto fit de toutes petites boulettes, les jeta, les chiens accoururent et mangèrent. Et Gbason : “Eh là ! je vais aller y voir de plus près.” Quand Gbason se fut penché, il vit les boulettes de sésame pilé. Il en porta une à sa bouche, succulent !! Gbason examina les alentours de l’arbre, se leva, prit un lien qu’il passa au cou des chiens et les attache plus loin. Il revint s’asseoir. Wanto fit une nouvelle boulette. A peine jetée, Gbason s’en saisit. Il s’empiffra. Alors, aïe, aïe, aïe !la soif le tenailla si fort qu’il n’y tint plus, scruta les parages à droite et à gauche, déplaça le rocher, et penché, but longtemps. Il revint à sa place, repu. “Dieu, quel régal !”
   Mbɔ̀ɔ́sà dɛ̀á mɔ̀ gà̰à̰ ʔé. gbàsɔ̰̀ yàkà sí ɗòŋ. wàntò yàkà sí. Mbɔ́sà sà̰á̰ gbàsɔ̰̀ yàkà tí. ɓɛ̀ɛ́ wàntò dɔ́ɓí hɔ̰́gɔ̰́. ʔá̰-nɛ̀ gbàsɔ̰̀ kṵ́ náŋ fáná mɔ̰̀í, kṵ́ náŋ fáná mɔ̰̀í. Kà gbàsɔ̰̀ tɛ́ zɔ̀k mɔ̀ wó ká kpɔ́k mɔ̰̀í ɓɔ̀. ká wàntò gbìnà tó sùnù, ká pı̰̀á. Nɛ̀ gbàsɔ̰̀ kúr ŋɔ́n nɛ̀nɛ́ bá ɲɔ́ɔ́ŋ. ká hó ! ɲɔ́káà nɛ̀ ɲɔ́káà. yákáà ʔá hı̰̀ı̰́, nɛ́ húí nú yì. ʔá̰-nɛ̀ gèɗà nɔ̰́ yì, kpé máà sí-ɗòŋ. ʔèè sí ɗòŋ dúk nù kṵ́ náŋ fáná mɔ̀. wàntò ʔá̰-nɛ̀ zìrà béɗàŋ, gbó táá ʔòó gbàsɔ̰̀ mɛ̀ ʔéì. tà nɛ̀ ngáì sɛ̀mà sɔ̰́ nɛ̀ ká yì húsí nɔ̰́ nɛ̀nɛ́ káà báà tà mɛ́ ʔɛ̰̀ ɲínɛ́. ʔà̰ gúɗí ʔà̰ nɔ̰́ɔ̰́ bá mà tòì ʔà̰ ɗú nɛ̀ yìí ʔèá, wɛ̰́ná nú, nú yì. ʔà̰ : “yì kɔ́ nɔ́kɔ́, yì kpá nɛ̀ tɛ́ mɔ̀ kpá nɛ̀ tɛ́ mɔ̀ kpá nɛ̀ ɗòŋ bézér.” béí fɛ́t ʔà̰ kíí ʔà̰ nɔ̰́. nɛ́ bè sɔ̰́ nɛ́ yì kɔ́ nɔ́kɔ́ lì kpá nɛ̀ tɛ́ mɔ̀ kpá nɛ̀ ɗòŋ zér béí fɛ́t ʔà̰ kíí nɔ̰́. Yì dɛ̀ɛ́ hùʋùʋùʋù. gbàsɔ̰̀ kúr ŋɔ́n mɛ́ tɛ̀ɛ́ gbò táá mɛ̀ ʔà ʔɛ́r tɛ́ yì mɛ́-kpè wó púmbé ʔà ʔɛ́r tɛ́ yì mɛ́-kpè wó púmbé. gbàsɔ̰̀ híɗí gbàsɔ̰̀ híɗí.    Le lendemain après midi, Gbason y retourna, Wanto également. Le surlendemain, Gbason partit et Wanto se glissa à sa suite. Gbason se mit à tresser, le même manège recommença. Wanto fit des boulettes de sésame pilé, les jeta, Gbason se leva, vint les manger : succulent !! Et il partit, libéra l’eau, se pencha, but, referma l’ouverture et revint à sa natte. C’est alors que Wanto descendit prudemment, et arriva à l’endroit que Gbason venait de quitter. Le rocher que son compère avait placé pour obstruer la source et se cacher pour boire, il l’écarta. Il se pencha, but, prit un récipient, puisa de l’eau. Béante est l’ouverture, l’ouverture de la source. “Oh! l’eau de l’oncle, l’eau se répand partout, partout à partir de la source. Oh! les gens trouvent à boire. S’il n’y avait pas eu l’eau de l’oncle ! L’eau se répond partout à partit de la source ! Tous trouvent à boire !”. L’eau déferla en grondant. Gbason se dressa, se précipita, mit sa main pour retenir l’eau, en vain : l’eau refoulait sa main. et Gbason de hurler !
   mɔ́ ndàyá yì nɛ̀ kpàá nɛ̀ tɛ́ mɔ̀ sɛ́ká béí kpá nɛ̀ yì nɔ̰́ɔ̰̀. ʔá mɛ̀ nɛ́ sèè zú wàntò. nɛ̀ bésɔ̰́ nɛ́ kɔ́ gbàsɔ̰̀ wí gbàsɔ̰̀ tɛ̀ɛ́ hùsì nɛ́ yì ʔɛ̀nɛ̀ mɛ́-nɔ̰̀.    Voilà l’origine de la dispersion des eaux, qui permit aux hommes d’avoir à boire. Il faut en rendre grâce à Wanto. S’il cela n’avait dépendu que de Gbason , il dissimulerait encore l’eau pour la boire tout seul.

 

 

tè-gún-mɔ̀ nɛ̀ yì kpàá nɛ̀ tɛ́ mɔ̀ yɛ̀ ʔá̰ hı̰̀ı̰́ / Comment Wanto libéra les eaux (origine de l’eau) (pdf)

 

 

WANTO - EAUX - GBAYA 1bis

 

Téléchargement