Puccu Ladde / Zèbre

 

 

Mots-clés: peul ; pulaar Fuuta Tooro ; pular Fuuta Jaloo — littérature enfantine ;  imagier ; animaux sauvages ; zèbre —  blasons

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Bénédicte Chaine-Sidibé, Aliw Mohammadu, Mammadu Abdul Sek

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Texte d’un imagier inspiré d’un genre oral peul, jobbitooje « blasons » (Cameroun) ; oralisé après publication par l’association Timtimol

Référence: Kulle ladde [Animaux de la brousse], Paris, Timtimol, 2009, 26 p.

 

 

 

Version Foûta Tôro

Ɓee mbii ko mi Puccu ladde, ɓee mbii ko mi Mbabba ladde. Kamɓe fof, ɓe kaalii goonga. Kulle fof, miin ɓuri yooɗde wutte ɓanndu. Nguru am ko diidi-diidi ɓaleeji e daneeji. Kono hay gooto e amen nanndaani e goɗɗo oon wutte.

 

Les uns m’appellent Cheval sauvage, les autres Âne sauvage. Tous ont raison. De tous les animaux, ma robe est la plus belle. Ma peau est couverte de bandes noires et blanches. Mais chacun d’entre nous a une robe unique.

 

Some call me Wild Horse, others Wild Donkey. They all are right.
My coat is the most beautiful among all animals. My skin is covered in black and white bands. Yet, each one of us has a different coat.

 

Lecture normale

Lecteur audio

 

 

Lecture didactique

 

Version Foûta Djallon

Ɓee wii ko mi Puccu ladde, ɓee wii ko mi Mbabba ladde. Kamɓe fow, ɓe haalii goonga. Kulle fow, ko min ɓuri labeede dolokke. Gurii am no waɗi ciifi ɓaleeji e daneeji. Kono hay gooto e amen nanndaa e goɗɗo dolokke.

 

 

Yeendu / Fourmilier

 

 

Mots-clés: peul ; pulaar Fuuta Tooro ; pular Fuuta Jaloo — littérature enfantine ;  imagier ; animaux sauvages ; fourmilier —  blasons

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Bénédicte Chaine-Sidibé, Aliw Mohammadu, Mammadu Abdul Sek

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Texte d’un imagier inspiré d’un genre oral peul, jobbitooje « blasons » (Cameroun) ; oralisé après publication par l’association Timtimol

Référence: Kulle ladde [Animaux de la brousse], Paris, Timtimol, 2009, 26 p.

 

 

 

 

 

 

Miin woni Yeendu. Nyallatmi ko ɗaanaade, mbaalatmi ko yiilaade baaɗe. Nguurmi ko mooƴu e nyuuƴi. Noppi am ina nanndi e noppi mbabba. Hinere am ina nanndi e hinere ndaɓɓa. Laaci am ina juuti, cegeneeji am ina ceeɓi. Won to mbi’eteemi kadi kinjokinjoowal

 

Moi je suis Fourmilier. Je passe la journée à dormir et la nuit à chercher les termitières. Je me nourris de termites et de fourmis. Mes oreilles ressemblent
à celles de l’âne et mon museau ressemble à celui du porc. Ma queue est longue, mes griffes sont pointues. Ailleurs on m’appelle oryctérope.

 

I am Antbear. All day long I sleep and at night I look for ant-hills. I feed on termites and ants. My ears are pricked up like those of a donkey and my snout is like that of a hog. I have a long tail and sharp claws. Elsewhere they call me Aardwark.

 

 

Lecture normale

 

 

Lecture didactique

 

 

Version Foûta Djallon

Min woni Yeendu. Nyallaymi ko ɗaanagol, waalaymi ko ɗaɓɓugol baaɗe. Wuurumi ko mooƴu e nyuuƴi. Noppi am no nanndi e noppi mbabba. Hinere am no nanndi e hinere ndaɓɓa. Bukkol am hino juuti, peɗaali am hino seeɓi. No woodi ka wi’eteemi kadi kinjokinjoowal.

 

Hino mo ɗoo / Il est là mon bébé

 

 

Mots-clés: peul ; pulaar Fuuta Tooro ; pular Fuuta Jaloo — littérature enfantine ; dankorɗi ; berceuses ; chansons pour enfants
Contribution présentée par Aliou Mohamadou
Auteur: Tidiane Maloun BARRY
Oralisation:  En cours
Contexte: Le mot dankorɗi (sing. dankorgol) est un terme peul du Fuuta Jaloo (Guinée, Sierra-Leone, Liberia, Guinée-Bissau). Il désigne deux styles de chansons : les berceuses et les chansons pour jouer avec les tout petits. Dans le deuxième cas, l’adulte, homme ou femme, prend l’enfant, garçon ou fille, entre les mains et le fait sautiller en chantant. Le corpus présenté appartient à ce deuxième style.

Constitution du texte: Le texte est une reconstitution à partir de différentes versions de la chanson.

 

 


 

 

Boobo am on,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Giɗo ɓernde am nden,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Nawnata mi oona, mo am,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Muusata mi aana, mo am,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Wullata mi dankoo, mo am,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Haarata mi haara, mo am,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Moosata mi weltoo, mo am,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Jalata mi wewla, mo am,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
O waaloto mi lela mo ɗoo,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
O ɗaanoto ɓernde am waaloo,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
O fina o fija, o ama, o taaroo
Ɗoo, ɗoo ɗoo !
Giɗo ɓernde am nden,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Giɗo, miijo ɓernde,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Giɗo, lekki wonki,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Wuufata si sawta,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Fiinata si foƴƴa,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Ŋari wa kiirun, ŋari wa kaarun [1]

Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Ŋari wa cootinji aljanna,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Hucci foti, fewti fooli,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !
Boobo am on,
Hino mo ɗoo, ɗoo ɗoo !

Mon bébé,
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri, amour de mon cœur,
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri tombe malade, je gémis
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri souffre, je suis tourmenté
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri pleure, je prends soin de lui
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri est rassasié, je suis rassasié
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri sourit et j’éprouve de la joie
Il est là, là, là !
Il rit, je m’extasie
Il est là, là, là !
Il se couche, je me couche à côté de lui
Il est là, là, là !
Il dort, mon cœur est tranquille
Il est là, là, là !
Il se réveille, il joue, il danse, il tourne
Là, là, là !
Mon bébé chéri, amour de mon cœur,
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri, pensée de mon cœur,
Il est là, là, là !
Mon bébé chéri, remède de l’âme,
Il est là, là, là !
L’épi s’enveloppe avant de déployer ses panicules
Il est là, là, là !
L’arbre fleurit avant que ne se forment ses fruits
Il est là, là, là !
Beau comme kiirun, beau comme kaarun,
Il est là, là, là !
Beau comme les lucioles du paradis,
Il est là, là, là !
De dos, il est beau ; de face il est éblouissant.
Il est là, là, là !
Mon bébé bébé,
Il est là, là, là !

Corpus inédit, © copyright Ahmed Tidiane Barry et Aliou Mohamadou.

 


 

Note: [1] Locution à connotation positive pour louer la beauté d’un enfant. La signification exacte des interjections kiirin et kaarun n’est pas connue.

 

 


 

 

Hino mo ɗoo / Il est là mon bébé (pdf)

 

Berceuses 201903-02-1V1b Hino mo ɗoo

 

Téléchargement

Neene baaba / Grand-mère

 

 

Mots-clés: peul ; pulaar Fuuta Tooro ; pular Fuuta Jaloo — littérature enfantine ; dankorɗi ; berceuses ; chansons pour enfants
Contribution présentée par Aliou Mohamadou
Auteur: Tidiane Maloun BARRY
Oralisation: En cours
Contexte: Le mot dankorɗi (sing. dankorgol) est un terme peul du Fuuta Jaloo (Guinée, Sierra-Leone, Liberia, Guinée-Bissau). Il désigne deux styles de chansons : les berceuses et les chansons pour jouer avec les tout petits. Dans le deuxième cas, l’adulte, homme ou femme, prend l’enfant, garçon ou fille, entre les mains et le fait sautiller en chantant. Le corpus présenté appartient au premier style.
Constitution du texte: Le texte est une reconstitution à partir de différentes versions de la chanson.

 

 


 

Neene baaba, ne’anee lam gerto.
Si ɗen ɗuuɗii, mi waɗtita e ndonto.
Si ɗen ɗuuɗii, mi waɗtita e be’i.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e baali.
Dammi ɗin mi waɗtita e na’i.
Nyalbi ɗin, mi waɗtita e pucci.
Kaabi ɗin, mi waɗtita e ngelooɗi.
Kocce ɗen, mi waɗtita e pinka.
Kure e laanye, mi hiwira ndin jawdi.
Kocce ɗen, mi waɗtita e ɓoggi.
Ɓoggi ɗin, mi saaniray nyalbi.
Kocce ɗen, mi waɗtita e fonnye.
Kocce ɗen, mi waɗtita e maaro.
Kocce ɗen, mi waɗtita e kaaba.
Kocce ɗen, mi waɗtita e ngawri.
Kocce ɗen, mi waɗtita e maafe.
Galle am heewa haarannde.
Neene baaba, ne’anee lam na’i.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e kaŋŋe.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e cuuɗi.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e defte.
Cerno’en du’anaa-jaabii
Du’oo mi wonta barkinɗo,
Du’oo mi wonta muybinɗo…
*
(Gimol boobo gorko)
Mi toroo mi jommba jiwo laamɗo.
Mi teŋira mo kaŋŋe siiwaaɗe.
Mi waɗta ɗon dinngiraa nyalbi,
Mi waɗta ɗon teemedere kaabi,
Mi waɗta ɗon teemedere ga’i.
Mi waɗɗina mo puccu Bilqiisa.
Mi liiƴana mo naange ngen seeɗa.
Mi tammbina mo leelewal jemma.
Koode ɗen mi waɗtana mo koccu.
Himo moorii moorɗi Neene Fuuta,
Himo ɓornii comci aljanna,
O cuɗorii wa Neene Bilqiisa,
O urnorii piindi aljanna.
Si o yaltitii, naange ngen sooyɗa.
Si o moosii, jemma on weeta.
Si o feƴƴii, kaŋŋe ɗen saama,
Giɗo e ganyo adondira hocca.
Himo hiwiraa laanye suufaaɓe.
Himo reeniraa kaafa saafaaɗe.
Yiitere yi’ay, junngo meemaali.
Ka o feƴƴi woo, yimɓe ɓen haawoo.
Hiɓe lamndoo : « Ko hommbo woni oo lobbo ? »
Mbatula jaboo : « Oo ko jiwo laamɗo. »
Sagataaɓe lamndoo : « Ko hommbo woni gennda ? »
Jeli e ngawlo no jaaboo : « Ko Sori mo Pennda. »
Ayɓe ɓen, deedi mum fetti.
Sagataaɓe fow, gonɗi mum hibbi.
Mi daroo moggo wela-hoore,
Curbaaɓe ama no taaroo, ɓeya no kella,
Ɓeya no lamndoo : « Ko waɗi Fuuta ? »
Ɓeya no jaaboo : « Ko jommbugal Sori mo Pennda. »
Ɓeya no lamndoo : « Koode ko haɗi jalba ? »
Koode ɗen jaaboo : « Ko hersugol cuɗaari wela-hoore. »
Ɓeya no lamndoo : « Leele ko haɗi jalba ? »
Leele kadi jaaboo : « Ko hersugol ŋari jiwo laamɗo. »
Hay naange no lamndee ko haɗi jalba.
Ngen jaaboo : « Ko moose jommbajjo. »
Ɓeya no eewnoo,
Ɓeya no sowndoo,
Ɓeya no sooynoo,
Ɓeya no haawoo.
Fow no eewnoo, fow no sowndoo :
« Ko oo tigi woni ciwto ngeya naange !
« Ko oo tigi woni jaaja nduya lewru !»
Neene baaba, ne’anee lam gerto.
Neene baaba, ne’anee lam dammi.
Neene baaba, ne’anee lam na’i.
Mi waɗtita e kaŋŋe siiwaaɗe…
Mi wonii gennda jiwo laamɗo.
*
(Gimol boobo debbo)
Toroo lam jommba ɓii laamɗo.
O teŋira lam kaŋŋe siiwaaɗe.
O waɗta ɗon dinngiraa nyalbi,
O waɗta ɗon teemedere kaabi,
O waɗta ɗon teemedere ga’i.
O waɗɗina lam puccu Bilgiisa.
O liiƴana lam naange ngen seeɗa.
O tambina lam leelewal jemma.
Koode ɗen o waɗtana lam koccu.
Mi mooroo morɗi Neene Fuuta,
Mi ɓornoo comci aljanna,
Mi cuɗoroo wa Neene Bilgisa,
Mi urnoroo piindi aljanna.
Si mi yaltitii, naange ngen soyɗa.
Si mi moosii, jemma on weeta.
Si mi feƴƴii, kaŋŋe ɗen saama,
Giɗo e ganyo adondira hocca.
Mi hiwiree laanye suufaaɓe.
Mi reeniree kaafa saafaaɗe.
Yiitere yi’ay, junngo meemaali.
Ka mi feƴƴi woo, yimɓe ɓen haawoo
Hiɓe lamndoo : « Ko hombo woni oo lobbo ? »
Mbatula jaboo : « Ko ɓeyngu ɓii laamɗo. »
Sagataaɓe lamndoo : « Ko hombo woni genda ? »
Jeli e ngawlo jaaboo : « Ko Sira mo Pennda. »
Ayɓe ɓen deedi mum fetti
Sagataaɓe fow, gonɗi mum hibbi.
Mi daroo moggo wela-hoore,
Curbaaɓe ama no taaroo, ɓeya no kella,
Ɓeya no lamndoo : « Ko waɗi Fuuta ? »
Ɓeya no jaaboo : « Ko jommbugal Sori mo Pennda. »
Ɓeya no lamndoo : « Koode ko haɗi jalba ? »
Koode ɗen jaaboo : « Ko hersugol cuɗaari wela-hoore. »
Ɓeya no lamndoo : « Leele ko haɗi jalba ? »
Leele kadi jaaboo : « Ko hersugol ŋari jiwo laamɗo. »
Hay naange no lamndee ko haɗi jalba.
Ngen jaaboo : « Ko moose jommbajjo. »
Ɓeya no eewnoo,
Ɓeya no sowndoo,
Ɓeya no sooynoo,
Ɓeya no haawoo.
Fow no eewnoo, fow no sowndoo :
« Ko oo tigi woni ciwto ngeya naange !
« Ko oo tigi woni jaaja nduya lewru !»
Neene baaba, ne’anee lam gerto.
Neene baaba, ne’anee lam dammi.
Neene baaba, ne’anee lam na’i.
Mi waɗtita e kaŋŋe siiwaaɗe…
Mi wonii genda ɓii laamɗo.

Grand-mère, élevez-moi des poules.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des coqs.
Quand ils seront nombreux, je les échangerai contre des chèvres.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des moutons.
Les moutons et les chèvres, je les échangerai contre des vaches.
Les génisses, je les échangerai contre des chevaux.
Les vaches mères, je les échangerai contre des dromadaires.
Le lait, je l’échangerai contre des fusils.
Les balles et les flèches me serviront à protéger le bétail.
Le lait, je l’échangerai contre des cordes.
Avec les cordes j’attacherai les veaux au piquet.
Le lait, je l’échangerai contre du fonio.
Le lait, je l’échangerai contre du riz.
Le lait, je l’échangerai contre du maïs.
Le lait, je l’échangerai contre du mil.
Le lait, je l’échangerai contre du mafé.
Et ma maison vivra dans l’abondance.
Grand-mère, élevez-moi des vaches.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre de l’or.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des maisons.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des livres.
Les marabouts aux prières exaucées
Prieront pour que je sois béni,
Ils prieront pour que je sois aimé de tout le monde…
*
(Pour un garçon)
Je demanderai la fille du roi en mariage et je l’épouserai.
Je lui donnerai en dot de l’or pur.
J’y ajouterai un enclos de génisses,
J’y ajouterai cent vaches mères,
J’y ajouterai cent taureaux.
Je la mettrai sur le cheval de Bilqis.
Je lui repousserai un peu le soleil vers l’horizon.
Je lui donnerai dans les mains, le clair de lune de la nuit.
Les étoiles, je lui en ferai un tapis tel des gravillons.
Elle a les tresses de la Reine du Foûta,
Elle porte les vêtements du paradis,
Elle a les parures telle la Reine Bilqis,
Elle s’est parfumée avec les fleurs du paradis.
Quand elle sort, le soleil pâlit.
Quand elle sourit, la nuit cède la place au jour.
Quand elle marche, il tombe de l’or sur son passage,
Amis et ennemis se précipitent pour le ramasser.
Les arcs des soldats la protègent.
Des épées dégainées la gardent.
L’œil voit, la main n’y touche pas.
Partout où elle passe, les gens sont ébahis.
Ils s’interrogent : « Qui est cette personne magnifique ? »
Un conseiller de la cour répond : « C’est la fille du roi. »
Les jeunes gens s’interrogent : « Qui en est le mari ? »
Les griots dieli et gawlo répondent : « Sori fils de Pennda. »
Les ennemis ont le ventre qui explose.
Les jeunes gens, tous, fondent en larmes.
Je me tiens debout près de la chanceuse,
Des jeunes filles dansent et tournent, d’autres applaudissent,
Les gens demandent : « Que se passe-t-il au Foûta ? »
On leur répond : « C’est le mariage de Sori fils de Pennda. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche les étoiles de briller ? »
Et les étoiles répondent : « C’est la gêne devant les parures de la chanceuse. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche la lune de briller ? »
Et la lune à son tour répond : « C’est la gêne devant la beauté de la fille du roi. »
Ils vont jusqu’à demander au soleil pourquoi il ne brille pas.
Il répond : « C’est à cause du sourire de la mariée. »
Les uns crient,
Les autres murmurent,
Les autres contemplent,
Les autres s’émerveillent.
Tous crient, tous murmurent :
« C’est bien elle, la jumelle de ce soleil ! »
« C’est bien elle, la sœur de cette lune ! »
Grand-mère, élevez-moi des poules.
Grand-mère, élevez-moi des moutons et des chèvres.
Grand-mère, élevez-moi des vaches.
Je les échange contre de l’or pur…
Je suis devenu l’époux de la fille du roi.
*
(Pour une fille)
Le fils du roi me demandera en mariage et il m’épousera.
Il me donnera en dot de l’or pur.
Il y ajoutera un enclos de génisses,
Il y ajoutera cent vaches mères,
Il y ajoutera cent taureaux.
Il me mettra sur le cheval de Bilqis.
Il me repoussera légèrement le soleil vers l’horizon.
Il me donnera dans les mains, la lune de la nuit.
Les étoiles, il m’en fera un tapis tel des gravillons.
Je me fais tresser les tresses de la Reine du Foûta,
Je porte les vêtements du pardis,
Je porte les parures de la Reine Bilqis,
Je me parfume avec les fleurs du paradis.
Quand je sors, le soleil pâlit.
Quand je souris, la nuit cède la place au jour.
Quand je marche, il tombe de l’or sur mon passage,
Amis et ennemis se précipitent pour le ramasser.
Les arcs des soldats me protègent.
Les épées dégainées me gardent.
L’œil voit, la main n’y touche pas.
Partout où je passe, les gens sont ébahis.
Ils s’interrogent : « Qui est cette personne magnifique ? »
Un conseiller de la cour répond : « C’est la fille du roi. »
Les jeunes gens s’interrogent : « Qui en est le mari ? »
Les griots dieli et gawlo répondent : « Sori le fils de Pennda. »
Les ennemis ont le ventre qui explose.
Les jeunes gens, tous, fondent en larmes.
Je me tiens debout près du chanceux,
Des jeunes filles dansent et tournent, d’autres applaudissent,
Les gens demandent : « Que se passe-t-il au Foûta ? »
On leur répond : « C’est le mariage de Sori fils de Pennda. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche les étoiles de briller ? »
Et les étoiles répondent : « C’est la gêne devant les parures de la chanceuse. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche la lune de briller ? »
Et la lune à son tour répond : « C’est la gêne devant la beauté de la fille du roi. »
Ils vont jusqu’à demander au soleil pourquoi il ne brille pas.
Il répond : « C’est à cause du sourire de la mariée. »
Les uns crient,
Les autres murmurent,
Les autres contemplent,
Les autres s’émerveillent.
Tous crient, tous murmurent :
« C’est bien elle, la jumelle de ce soleil ! »
« C’est bien elle, la sœur de cette lune ! »
Grand-mère, élevez-moi des poules.
Grand-mère, élevez-moi des moutons et des chèvres.
Grand-mère, élevez-moi des vaches.
Je les échangerai contre de l’or pur…
Je suis devenue l’épouse du fils du roi.

Corpus inédit, © copyright Ahmed Tidiane Barry et Aliou Mohamadou.

 

 


 

Neene baaba / Grand-mère (pdf)

 

 

Berceuses 201903-02-2V1b Neene baaba

 

Téléchargement

Mbaroodi ladde / Lion

 

 

Mots-clés: peul ; pulaar Fuuta Tooro ; pular Fuuta Jaloo — littérature enfantine ;  imagier ; animaux sauvages ; lion —  blasons

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Bénédicte Chaine-Sidibé, Aliw Mohammadu, Mammadu Abdul Sek

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Texte d’un imagier inspiré d’un genre oral peul, jobbitooje « blasons » (Cameroun) ; oralisé après publication par l’association Timtimol

Référence: Kulle ladde [Animaux de la brousse], Paris, Timtimol, 2009, 26 p.

 

 

 

 

 

 

Ko miin woni Mbaroodi ladde. Ko miin waawi ladde ndee fof. So mi wubbii, ɓerɗe fof ndillat. Miɗo heewi inɗe. Won e nokkuuji Fulɓe, miɗo wiyee ngayuuri walla oolu walla njagaawu. Joom-suudu am oo wi’eete ko ndewri walla cooɓuuri walla laddeeru. Sukaaɓe am ɓee ne, ko ɓoosaaji.

 

C’est moi Tueur de la brousse. Je domine tous les animaux. Quand je rugis, tous les cœurs tremblent. J’ai plusieurs noms. Selon les régions peules on m’appelle : lion ou fauve. Ma femelle est la lionne ou «la broussarde». Mes petits, quant à eux, sont des lionceaux.

 

I am the Killer of the Bush. I rule all of the animals. All hearts shiver when they hear me roaring. I have several names. I may be called lion or big cat according to the Fulani localities. My mate is the lioness or “the hostess of the bush”. As for my little ones, they are lion cubs.

 

 

Lecture normale

 

Lecture didactique

 

Version Foûta Djallon

Ko min woni Ngayuuri. Ko min laamii ladde nden fow. Si mi wubbii, ɓerɗe fow diwnay. Miɗo heewi inɗe. No woodi nokkuuli Fulɓe, miɗo wi’ee Mbaroodi ladde maaɗum oolu walla njagaawu. Neene ɓeynguure am wi’etee ko ndewri walla cooɓuuri walla laddeeru. Ɓikkoy am koy le, ko ɓoosaaji.

 

 

Asta mo Kaadanaari

 

 

 

 

 

(Asta mo Kaadanaari) (Asta mo Kaadanaari)
(Teema naa halleende !) (Voilà ce que donne la méchanceté !)[1]
Asta mo Kaadanaari na ? [Je conte] Asta mo Kaadanaari ?
Yoo wooɗi ! Oui, d’accord !
Asta mo Kaadanaari boo, Asta mo Kaadanaari,
Mhm ! Mhm !
o ɓii laamɗo. est fille de chef.
Mhm ! Mhm !
O booɗɗo haaaaa ɓuri semmbe ! O wooɗi ! Elle est d’une beauté exceptionnelle ! Elle est belle !
Mhm ! Mhm !
Oya boo, Asta mo Kaadanaari, ɓii laafuɗo. L’autre, Asta mo Kaadanaari, est fille de pauvre.
Mhm ! Mhm !
Oon doo wooɗi haa ɓuri semmbe. Elle aussi est d’une beauté exceptionnelle.
Mhm ! Mhm !
O hooƴa daarorgal, o laartoo nii o wi’a : [La première Asta] prend un miroir, elle se regarde dedans et dit :
« Ayyee ! Miin oo nii, ɓe mbi’a « Comment ! Moi, on dit
woodi Asta ɓii laafungel meere ɓuratam wooɗgo ? qu’il y a une Asta, fille d’un petit pauvre de rien, qui est plus belle que moi ?
(Rire) (Rire)
Miin oon woodi ko ɓuratammi ? Moi, il y a quelqu’un qui me dépasse [en beauté] ?
Mhm ! Mhm !
Sey mi laaroya mo. » Il faut que j’aille la voir. »
Mhm ! Mhm !
Yoo wooɗi ! Bisimilla ! Bon ! Bisimilla !
Mhm ! Mhm !
Ɓe ngaatani ɓe pucci, o wa’’ii bee yimɓe baaba maako. On leur[2] prépara des chevaux, elle monta en compagnie des gens de son père.
Mhm ! Mhm !
Ɓe ndilli, ɓe ngurtake. Ils s’en allèrent et sortirent [de leur village].
Ɓe njaali wuro : Ils arrivèrent près d’un [autre] village :
chant[3] Moy woni Asta mo Kaaaadanaari ? chant Qui est Asta mo Kaadanaari ?
Mo daɗɗaaree njamndi, Celle qui a un tapis de selle en fer[4],
Mo gabbii kurantaa[5], Celle que les hippopotames appellent [comme leur petit],
Mo geelooɗi mboyantaa, Après laquelle pleurent les dromadaires,
Mo illii talaaɗi Celle à l’étagère bien rangée
Mo ngari ceeeeki lesdii ? Celle à qui l’on est venu fendre le sol ?
Mhm ! Mhm !
Asta, naa ɗoo woni. Asta, ce n’est pas ici qu’elle habite.
Mhm ! Mhm !
Asta wuro yeesoowo ! Asta, c’est dans la prochain village [qu’elle se trouve] !
Mhm ! Mhm !
Ɓe caalake. Ils poursuivirent leur chemin.
chant Moy woni Asta mo Kaaaadanaari ? chant Qui est Asta mo Kaadanaari ?
Mo daɗɗaaree njamndi, Celle qui a un tapis de selle en fer,
Mo gabbii kurantaa, Celle que les hippopotames appellent [comme leur petit],
Mo geelooɗi mboyantaa, Après laquelle pleurent les dromadaires,
Mo illii talaaɗi Celle à l’étagère bien rangée
Mo ngari ceeeeki lesdii ? Celle à qui l’on est venu fendre le sol ?
Mhm ! Mhm !
Asta haa wuro yeeso woni ! Asta, c’est dans le prochain village qu’elle habite !
Mhm ! Mhm !
chant Moy woni Asta mo Kaaaadanaari ? chant Qui est Asta mo Kaadanaari ?
Mo daɗɗaaree njamndi, Celle qui a un tapis de selle en fer,
Mo gabbii kurantaa, Celle que les hippopotames appellent [comme leur petit],
Mo geelooɗi mboyantaa, Après laquelle pleurent les dromadaires,
Mo illii talaaɗi Celle à l’étagère bien rangée
Mo ngari ceeeeki lesdii ? Celle à qui l’on est venu fendre le sol ?
Mhm ! Mhm !
Asta, naa ɗoo woni. Asta, ce n’est pas ici qu’elle habite.
Mhm ! Mhm !
Asta wuro yeesoowo ! Asta, c’est dans le prochain village [qu’elle habite] !
Mhm ! Mhm !
Mhm ! Mhm !
[…] […[6]]
Taal ! Conte !
Moy woni Asta mo Kaadanaari ? Qui est Asta mo Kaadanaari ?
[…] […]
(… elle peut continuer…) (… elle peut continuer…)
Taal ! Aan kam ! Conte donc !
(Rire) (Rire)
chant Moy woni Asta mo Kaaaadanaari ? chant Qui est Asta mo Kaadanaari ?
Mo daɗɗaaree njamndi, Celle qui a un tapis de selle en fer,
Mo gabbii kurantaa, Celle que les hippopotames appellent [comme leur petit],
Mo geelooɗi mboyantaa, Après laquelle pleurent les dromadaires,
Mo illii talaaɗi Celle à l’étagère bien rangée
Mo ngari ceeeeki lesdii ? Celle à qui l’on est venu fendre le sol ?
Mhm ! Mhm !
O yottake wuro Asta woni. Elle arriva au village ou habitait Asta.
Mhm ! Mhm !
Ɓe maatinoyi Asta’en boo mooɓti. Ils allèrent informer Asta et ses gens, qui se réunirent.
Mhm ! Mhm !
chant Moy woni Asta mo Kaaaadanaari ? chant Qui est Asta mo Kaadanaari ?
Mo daɗɗaaree njamndi, Celle qui a un tapis de selle en fer,
Mo gabbii kurantaa, Celle que les hippopotames appellent [comme leur petit],
Mo geelooɗi mboyantaa, Après laquelle pleurent les dromadaires,
Mo illii talaaɗi Celle à l’étagère bien rangée
Mo ngari ceeeeki lesdii ? Celle à qui l’on est venu fendre le sol ?
Mhm ! Mhm !
Asta wi’i : Asta dit :
chant Min woni Asta mo Kaadanaari ! chant C’est moi qui suis Asta mo Kaadanaari !
Mo daɗɗaaree njamndi, Celle qui a un tapis de selle en fer,
Mo gabbii kurantaa, Celle que les hippopotames appellent [comme leur petit],
Mo geelooɗi mboyantaa, Après laquelle pleurent les dromadaires,
Mo illii talaaɗi Celle à l’étagère bien rangée
Mo ngari ceeeeki lesdi. Celle à qui l’on est venu fendre le sol ?
Asta wurtii nii noon, Dès qu’Asta [la fille du pauvre] sortit,
o waɗi hmm[7] ! [l’autre] fit hmm !
O tawi Asta ɓuri mo wooɗgo. Elle constata que [l’autre] Asta la surpassait en beauté.
(Rire) (Rire)
O maayi. Elle est morte.
Do’’ago tan. Tombée par terre !
(Rire) (Rire)
Asta ɓuri mo wooɗgo bana ɓe mbi’i noon. Asta la surpassait en beauté comme on le lui avait dit.
« Ayyee ɓii laafungel meere ɓurimmi wooɗgo. » « Et oui ! La fille du petit pauvre de rien du tout est plus belle que moi ! »
(Ɗoo kam na Alla hokkata kadi !) (Ça, c’est Dieu qui le donne !)
Takala mulus ! C’est fini !

 


 

Notes:

[1] Commentaire d’une femme de l’assistance par rapport à la fin du conte précédent (Jaree), où la marâtre est finalement punie de sa méchanceté.

[2] Asta la fille de chef et sa suite.

[3] Dans le chant, certaines voyelles, longues ou brèves, sont doublées.

[4] Cette phrase et les suivantes sont un éloge en forme de devise.

[5] Hurango, « appeler [son petit] » pour une vache, en principe ; Noye 1989, p. 176.

[6] Un élément extérieur vient troubler la conteuse qui s’interrompt. Les membres de l’audience lui demandent de continuer.

[7] Exclamation faite en inspirant l’air.

 


 

Asta mo Kaadanaari (pdf)

 

Asta mo Kaadanaari

 

Téléchargement

Aduna alaa to darii

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte ; vicissitudes de la vie, sort, destin, esclavage ; guerre, pouvoir, richesse, pauvreté ; bonté.

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Baylaa KULIBALI

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol

Résumé: Un roi est attaqué par un autre. Il est tué. Son fils est fait esclave. Un riche éleveur l’achète. Il lui demande son nom. « Mon nom est “Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien”. »
Le riche éleveur n’a pas d’enfant. Il adopte le jeune esclave qu’il entoure de beaucoup d’affection.
Le riche éleveur devient vieux et pauvre. Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien propose d’aller chercher fortune. Ils sont d’accord.
Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien arrive dans le pays de son père, le roi tué. Il est reconnu par les conseillers du roi. Il est fait roi.
N’ayant pas de nouvelle de son fils, le père adoptif va à la recherche de ce dernier. Il arrive dans la ville, une réunion publique s’y tient. Le roi reconnaît son ancien maître et père adoptif. Il le fait venir. Il lui demande s’il le reconnaît. Il répond non, mais qu’il cherche son fils, Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien. »
Le roi le fait héberger dans le palais. Il lui dit : « Tu m’as reconnu, mais tu as peur. [.…] Demain, je vais convoquer une réunion publique, tu traverses la foule, tu viens me gifler. »
Le lendemain, il fait ce que le roi lui a dit. Il est arrêté. Il explique : le roi est son esclave, il s’appelle Ce-Bas-Monde-Ne-Repose-Sur-Rien, je l’ai perdu de vue, je l’ai retrouvé.
Le roi demande qu’on le relache, car il dit la vérité. Il lui donne une maison et le comble de richesses.

Référence:  Tinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 


 

Téléchargement

 

 

 

– Wonnoo ɗoo ko laamɗo.

O laamii laamu moƴƴu, leydi ndii fof ina yiɗi mo. Laamu ngonngu yani e laamu makko. O waraa, ɓiyiiko dahaa. Oon sahaa ɓiɗɗo oo ina yaara e duuɓi sappo. Ngel nawaa leydi ngonndi, angel yeeyee. Joom jawdi yii ngel soodi ngel, waɗi ngel gaynaako pucci, yiɗi ngel, horsini ngel. Oon naamnii ngel holno ngel wi’etee.

Ngel wii : « Mbi’eteemi ko “Aduna-Alaa-To-Darii”. »

Wonnoo joom jawdi oo jibinaani, waɗi ngel no afo mum nii. Ɓe ngoori noon haa joom jawdi oo jawdi mum taayi, wonti baasɗo, ɓe mbaɗti remnaade e ligga­naade yimɓe ina njoɓa ɓe.

Aduna-Alaa-To-Darii wii : « Baaba, jooni jawdi men gasii, miɗa yiɗi ɗannaade. » Baaba oo wii : « Njiɗɗaa ko dogde. » Aduna-Alaa-To-Darii wii : « Alaa, miin mi anndaa hay gooto so wonaa aan. Kala to njaami, ma mi artu haa ɗoo. Eɗen njoginoo jawdi, jooni jawdi men gasii. Accu mi ɗannoo. »

Baaba oo yeeyi mbabba mum ngoota heddorinoo, hokki mo. O wii : « Yah, baaba, yoo Alla waɗ jaanyde. » Aduna-Alaa-To-Darii yehi.

Nde laamu baaba makko fusnoo, baaba oo waraa, kanko o dahaa ndee, watu­laaɓe baaba makko ndarniti laamu nguu, ɓe kalfini laamu nguu gooto e maɓɓe. Kalfinaaɗo laamu nguu wii : « Miɗa jogoo laamu nguu ha nde njiiɗen ɓiyiiko fof tottiten ɗum laamu baaba mum : eɗen nganndi ko o dahaaɗo, kono o waraaka. » Kamɓe jagge ɓee fof, ɓe kawri e ɗuum.

Aduna-Alaa-To-Darii ina yaha e leyɗeele, haa ari e leydi baaba mum laaminoo ndii. Omo reennoo innde sehil baaba makko jaati, o naamnii oon. O wi’aa ko wuro Kaari. O yehi ngoon wuro, o naamnii galle oon, o hollaa. O yettii galle oon, o naamnii : «Baaba Kaari, ko ɗoo woni ? » Yimɓe galle oo mbii : « Baaba Kaari, won sagata naamnotooɗo ma. » Oon wii : « Yo o ar gaay. »

O ari, ɓe calmondiri haa saɗi joofi. oon wii e ɓernde mum : « Ndaw ko haawnii… Yimɓe dey ina nannda ! » Oon wii : « Holno mbi’eteɗaa ? » O wii : « Ko Kaari ɓii Kaari. » Oon wii : « Ko laamɗo Kaari jibin-maa ? Wettu juuɗe maa. » O wetti newe makko e juuɗe mawɗo oo.

Oon ina reennoo nde o woni cukalel ndee, kural meeɗii gaanyde mo. Oon wii : « Aɗa anndi ko gaany-maa ɗoo ? » O wii : « Alaa. » Oon wii : « Ko aan tigi woni ɓii laamɗo Kaari. Ndeen, miin e baaba maa, hamin njeewta, aɗa fija sara amen, aɗa jogii kural, ngal tufi e newre maa, bannge nyaamo. Miɗa anndi hay so sellii, maande ndee heddoto. » Mawɗo oo wii mo : « Jooɗo. »

O jooɗii. Oon yehi haalani sehillaaɓe baaba makko tigirigi, o wii : « Ɓii laamɗo men artii. »

Ɓeen ngari. Nde njii mo tan, hay gooto naamnaaki goɗɗo oon, ɓe mbii ko kanko tigi, o hoɓɓitaa tan ko e baaba makko. Ɓeen mbii : « Jooni, mooften mo, nodden batu, leydi ndii fof tawee, njaltinen mo.

Janngo mum, ɓeen noddi batu, leydi ndii fof ari. Batu feŋaa. Yimɓe fof njooɗii. Mawɗo laamu baaba makko oo ummii darii, o wii : « Nde konu yani e leydi men hee, laamɗo men waraa, ɓiyum dahaa, mbiiɗen eɗen ndarnita laamu nguu ha nde njiiɗen ɓiyiiko fof. Jooni ɓiyiiko artii. »

Heen gooto yehi suudu yaltini mo. O darii hakkunde batu oo tan, yimɓe ɓee fof kaftii ndarii. Ɓe mbii : « Oo tigi woni ɓiyiiko, so a yi’ii, a naamnotaako. »

Kalfinaaɗo laamu nguu wii : « Haaɗi en njiitii ɓiyiiko, tottiten mo laamu baaba makko. Baaba makko, enen fof eɗen njiɗi ɗum. So o ronii neɗɗaagal baaba makko ngal, leydi men welan. »

O fiilaa lefol laamu, o wonti laamɗo.

Coodnooɗo mo oo jooɗiima ko juuti nanaani dille makko, abbii mo. Wuro fof o ari, o laakna mo. O wi’a : « Ɓiyam ina majjiri mi, omo wi’ee Aduna-Alaa-To-Darii. » Yimɓe mbi’a mo : « Hee baaba, ndee innde, min nganndaa nde ! » O ɓenna wuro wonngo. Omo laakna ɓiyiiko oo ha o ari e laamorgo mum. Omo jooɗii hak­kunde batu tan, haa coodnooɗo mo oo felti ɗoon. O wii : « Noddanee kam oya mawɗo gorko. »

Oon noddaa, ari. O wii : « Baaba, aɗa anndi mi ? » Mawɗo huli wii : « Alaa. » O heftinii mo. Kono o hulii. Mawɗo oo wii : « Yaafo mi, baaba. Ndaartanmi ko ɓiyam gooto, ina majjiri mi. » Laamɗo wii : « Ɓiya oo no wi’etee ? » Mawɗo oo wii : « O wi’etee ko Aduna-Alaa-To-Darii. » Laamɗo wii : « Nawee mo galle, ndokkon mo suudu, teddinon mo. » Mawɗo nawaa galle laamɗo.

Hiiri. Laamɗo hooti galle mum. O yettii, o salmini mawɗo oo haa saɗi joofi. O wii : « Baaba, mbiiɗaa a anndaa kam ? » Mawɗo wii : « Alaa. » O wii : « Aɗa anndi mi, a hul tan. Ko miin wiino-maa, mbi’eteemi ko Aduna-Alaa-To-Darii. Ɗuum firti, ko mi ɓii laamɗo, laamu baaba am fusaa, ndahaami, njeeyaami, coodɗaa mi, nde ngarmi e maa ndee, ko a galo, a waasii jawdi maa haa laaɓi, mbii-maa-mi miɗa ɗannoo, njeeyɗaa mbabba maa ngoota keddorinoɗaa, ɗannoriimi.

« Mi artii e leydi amen, mi waɗtaama laamɗo, mi jooɗiima e jappeere baaba am. Sinno ko jogogal bonngal njoginoɗaa mi, so mi yi’ii ma hannde, mi warete. Kono, njogiɗaa mi ko jogogal moƴƴal, no ɓiya nii. Jooni, janngo, ma mi noddu batu. So mi noddii yimɓe ɓee fof ngarii, ummoɗaa, piyaa mi hello e hakkille. So yimɓe ɓee nanngii ma, mbi’aa oo ko maccuɗo am, mo coodnoomi. Ma mi wii ko goonga. So haɓe njiɗi mi, yo ɓe coodtam. So ɓe njiɗaa kam, mi rewa e maa. Hoto hul. »

Weeti. Laamɗo noddi batu. Batu jooɗii. Mawɗo oo ummii juuwi yimɓe ɓee fof ha o yettii laamɗo, tan o fiyi ɗum hello e hakkille pat ! Tan yimɓe ɓee nanngi mo : « Oo kay, ko bonɗo needi koy ! Aɗa fiya laamɗo ? » Mawɗo oo wii : « So o laamɗo, miin mi anndaa. Nganndumi tan ko miin soodi mo, o majjirii kam ɗii duuɓi tati. »

Laamɗo ummii darii, o wii : « Ngaccee mo. Ko o haali koo, ko goonga. So oɗon njiɗi mi, coodtee kam. So on njiɗaa kam, mi rewa e makko. Nde ndahaami ndee njeeyaami, ko kanko soodi mi. O naamnii mi no mbi’eteemi, mbii-moo-mi, mbi’eteemi ko Aduna-Alaa-To-Darii. Ɗuum ko jaŋnde Aduna. »

Ɗoon e ɗoon, jawdi renndinaa, gila e pucci ha e na’i e kaŋŋe, renndinaa haa heewi, mawɗo oo hokkaa. Laamɗo oo wii : « Naw, baaba, nguurdaa. Miin, hay huunde bonaani e laamu am. »

 

 

Aduna alaa to darii (pdf)

 

Aduna alaa to darii

 

Téléchargement