Conte dioula: Le mystique qui prédit à Hyène que s’il ne faisait pas de sacrifice il subirait une grosse perte

 

 

4. Le mystique qui prédit à Hyène que s’il ne faisait pas de sacrifice il subirait une grosse perte.

Voilà mon conte. Voilà mon conte.
Toutes les choses présentes dans ce monde peuvent se résumer de la façon suivante : la vie, la santé et la chance.
Répondant ─ Il en est ainsi.
Narrateur ─ Si tu veux que Dieu te concède quelque chose, il faudra que tu en prennes l’initiative.
Repondant ─ C’est tout à fait vrai.
Narrateur ─ On raconte qu’un jour Hyène s’en alla voir un marabout pour qu’il demande à Dieu de lui accorder de la chance.
Repondant ─ Bah dis donc !
Narrateur ─ Le marabout dit à Hyène de partir en quête de la vérité et d’en faire ensuite une offrande à Dieu.
Repondant ─ Quelle surprise !
Narrateur ─ Hyène demanda alors au marabout ce qu’il se passerait si elle ne faisait pas d’offrande de la vérité.
Le marabout lui dit :
─ Eh bien, je ne peux pas te donner de réponse sûre. Mais si tu ne fais pas l’offrande de la vérité, ce qui va se passer, c’est qu’un jour tu trouveras quelque chose et quelqu’un te l’enlèvera.
L’hyène lui répondit alors :
─ Bon, s’il ne s’agit que de ça, il ne faut pas s’inquiéter plus que ça.
Parce que, qui, en ce monde, serait capable de lui enlever quelque chose à elle ? Personne ne pourrait faire une telle chose. Et, en ce qui la concernait, elle n’avait aucune intention de faire un tel sacrifice. Alors, le marabout lui dit :
─ Eh bien, au nom de Dieu, je te le dis, tu verras que tu vas trouver quelque chose.

Elle n’envisageait, pour rien au monde, de réaliser une offrande de cette sorte.
Elle se mit alors en marche en direction d’un village. Elle prit un chemin et sur son trajet, elle rencontra des animaux sauvages et domestiques qui s’étaient rassemblés pour aller présenter leurs condoléances à des funérailles.
Ils dirent à leur grand-frère Bouc :
─ Frère Bouc, viens avec nous, nous allons présenter nos condoléances.
Il leur répondit :
─ Allez-y, partez devant, je dois prier un peu.
Répondant ─ C’était vrai !
Bouc resta donc à l’écart pour faire sa prière. Quand il se remit en chemin, il tomba nez à nez avec Hyène qui avançait sans avoir fait le sacrifice de la vérité. Il marchait sur ce chemin et Bouc de même. Lorsque Hyène arriva à un croisement, Bouc arriva au même endroit. Ils se rencontrèrent donc tous les deux.
Répondant ─ Comme c’est surprenant !
Hyène vit Bouc ce qui la remplit de joie et elle se mit à rire.
Répondant ─ Allez ! Comme si elle avait fait ses besoins dans l’eau [1] Selon une croyance populaire, l’hyène aime faire ses besoins dans l’eau.Cela représente pour lui un objet de divertissement..
Hyène lui demanda :
─ Grand-Frère Bouc, où vas-tu ?
Bouc l’informa qu’il allait présenter ses condoléances à un enterrement. Hyène lui dit :
─ Frère Bouc, eh bien je suis bien contente de te voir. Je n’ai rien mangé depuis ce matin.
Répondant tourné vers le public ─ Le bouc aurait-il de la nourriture avec lui ?

Bouc demanda alors :
─ Et toi, frère Hyène, tu as de la nourriture avec toi, ou non ?
Hyène lui répondit alors :
─ Ah ! Il semblerait que tu ne comprennes pas comment notre rencontre va se terminer !
Répondant ─ Eh bien moi, je n’ai aucun doute sur la façon dont les choses vont se passer.
Narrateur ─ Eh bien tu as raison ! On ne peut avoir de doutes sur ce qu’il va se passer. Il n’y a personne par ici, tu peux donc être sûr de ce qui va se produire.
─ Eh bien !Tu es comme une prière surérogatoire. [2]
Hyène se souvint alors de quelque chose :
─ Le marabout ne m’avait-il pas dit que si je ne faisais pas d’offrande de la vérité, les choses se passeraient mal pour moi ?
Il est certain que Bouc était entre ses griffes et qu’il ne pourrait pas s’échapper.
Bouc dit alors à Hyène :
─ En ce qui me concerne, je t’ai déjà dit quelle serait ma destination. Maintenant, c’est à toi de me dire vers quel chemin tu vas.
Bouc la prévint :
─ Mais attention ! Ne me mens pas !
L’hyène lui demanda alors :
─ Est-ce que tu sais, toi, ce qu’est la vérité ?

Hyène lui demanda ensuite :
─ Combien y a-t-il de vérités ?
Le bouc lui répondit :
─ Eh bien, il existe trois vérités. Et on prétend que si tu es capable de prononcer les trois vérités, personne n’aura le pouvoir de te vaincre.
[Le narrateur rappelle alors un épisode passé de la vie d’Hyène] Il y a quelques temps, les chasseurs avaient capturé l’hyène. Et ils l’avaient mise en cage. Quand ils l’avaient emporté les animaux sauvages lui avaient dit :
─ Grand-frère Hyène, mais c’est qu’ils t’ont attrapé !
─ Tout le monde sait ce qu’ils vont faire de toi !
Hyène ─ Eh oui, ils m’ont attrapé. Et je ne sais pas s’ils vont me laisser dans cette cage ou s’ils vont me libérer. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire de moi.
Le narrateur ─ Vous voyez comme elle est intelligente ! Pourquoi ne dit-elle pas que le plus probable est qu’ils la mangent ?
Répondant ─ Ça ne l’intéresse pas de le dire.
Narrateur ─ Bouc s’approcha alors d’elle et lui dit :
─ Frère Hyène, ils t’ont attrapé. Tout le monde sait ce qu’ils vont faire de toi.
Hyène ─ Oui, ils m’ont bien attrapé. Je ne sais pas s’ils vont me mettre en cage ou s’ils vont me relâcher à la fin. Mais je ne sais pas non plus, frère Bouc, si tu subiras le même sort que moi ou non.
Hyène ajouta :
─ Frère Bouc, un jour nous nous rencontrerons toi et moi, si Dieu le veut [3].

Narrateur ─ Hyène se souvenait de tout ce qui s’était passé pendant qu’il était enfermé.
─ Presente-moi les trois vérités dont tu m’as parlé pour que je les apprenne. Si ce sont des vérités incontestables, je te laisserai partir.
Bouc lui répondit :
─ Eh bien, la première est que le jour qui est synonyme de joie pour l’un, peu être l’équivalence de la tristesse pour d’autre.
Hyène déclara :
─ Ça, il n’y a pas de doute. Le jour où ils m’ont attrapé et où ils m’ont mise en cage était un jour triste pour moi, alors que toi tu t’es mis à danser.
Répondant ─ C’est vrai.
Hyène déclara :
─ Bien, on ne peut pas s’opposer à cette vérité. Il reste donc deux vérités. Explique-moi la suivante.
Bouc l’interpella :
─ Grand-frère Hyène…
Hyène répondit :
─ Oui, dis-moi.
Bouc lui dit :
─ Ah ! Si j’avais su que tu prendrais ce chemin aujourd’hui, je ne l’aurais pas pris.
Hyène déclara :
─ Oui, c’est vrai. Si tu avais su que je passais par ce chemin tu ne l’aurais sûrement pas emprunté. Bon, nous avons donc deux vérités. Si tu me dis quelle est la dernière vérité, c’est terminé, je ne te mangerai pas.
Le bouc l’interpella :

─ Grand-frère Hyène…?
Hyène répondit :
─ Oui, dis-moi.
─ Imagine que nous nous retrouvions tous les deux, que le seul témoin de notre rencontre soit Dieu et que tu me dises : « Mon frère tu peux aller en paix, je ne te mangerai pas ». Si tu racontes cela a quiconque et n’importe où, il te dira que tu mens.
Répondant ─ C’est vrai, c’est exactement ce que je dirais.
Il conclut avec la troisième vérité, malgré tout Hyène lui accorda son pardon. Il avait faim mais que pouvait-il faire de plus? :
─ Mon frère, tu peux partir.
Pendant que Bouc s’en allait, Hyène se remémora :
─ Comme je n’ai pas fait l’offrande que le marabout avait préconisée, j’ai perdu quelque chose. Voilà que ce qui devait arriver, arriva.
Conte, je te laisse là où je t’ai pris.

Traoré Brahima, 34 ans.
Élève d’une école coranique. Kong, novembre 2011.

4. Súrugu bànnan sáraga bɔ̀ màn à ká à kɔ́ yé.


Ń tá yé ń tá yé,
Dúnunyan kó bἑ sí lé rá à ní kέnɛya ní hɛ̀rεjigɛ.
Nàmulaminε ─ É kὲ.
Ní é túgu ká à fɔ́ yé hɛ̀rεjigɛ nyíni Ala fὲ fɔ́ yé wíri ká lɔ̀ é yὲrɛ yé lé.
Nàmulaminε ─ Ò bὲ cíɛn ní yé.
Kó lón dɔ́ rá súrugu lé tágara kàramɔgɔcԑ dɔ́ fὲ kó ò yé Ala dári kὲ à yé: hἑrԑjigɛ kó rá.
Nàmulaminε ─ Ɔ̀nhɔn!
Kàramɔgɔcԑ ká à fɔ́ súrugu nyέnan kó à yá cíɛn nyíni ká à kὲ sáraka yé.
Nàmulaminε ─ Káwako!
Òle súrugu kó kàramɔgɔcԑ màn ní à mán cíɛn kὲ sáraka yé míni lé kὲ? Míni lé bὲ yí?
Kàramɔgɔcԑ kó:
─ Fín bíyɛ tí nyíni ká lɔ́n. Ní é mán cíɛn kɛ̀ sáraka yé éle nàn fìn dɔ́ tɔ̀mɔn, dɔ́ dó yé nàn à bɔ̀si é rá.
Ò ló súrugu kó:
─ Ní ò ló ò yá nɔ̀gɔn.
Jɔ́n ní bὲ dúnunyan rá mí yé sé ká fín bɔ̀si àle rá? Mɔ̀gɔsi tí sé ká fín bɔ̀si àle rá. Ní ò ló àle tí ò sáraka kélen mí bɔ́. Òle kàramɔgɔcԑ ká tó kó:
─ Ala rá é dó nàn fín dɔ́ tɔ̀mɔn.

À dó ká bàn ní à mán sáraka bɔ́.

À tí bὲ tágara dúgu dɔ́ rá. Ò rá dó súrugu nànan síra mínan à bὲ tágara ká tága à sɔ̀rɔ kóngo sògori ní só sògori óri lára nyɔ̀ngɔn kàn kó ári bὲ tágara sàngan fó dúga. Óri túgu kó kɔ̀rɔ bàkɔrɔni màn:


─ Kɔ̀rɔ bàkɔrɔni nàn àn tága sànga fó dúga rá.

Ò kó:
─ Ári yá bíla nyέn ń bὲ sὲrira bàn.
Nàmulaminε ─ Játe!
Bàkɔrɔni ká lɔ̀ ká à tá sὲri kὲ bàn. Bàkɔrɔni nàn síra tá kó é tága ká à sɔ̀rɔ súrugu bὲ síra rá à bὲ nànan ò mán cíɛn kὲ sáraka yé. Súrugu bὲ síra kàn kí nàn, bàkɔrɔni bὲ síra kàn kí nàn, súrugu nàn sé túrunan nàn bàkɔrɔni ká nàn sé túrunan nàn ári ká nyɔ̀ngɔn bín kúrukurucɛ tànsí.

Nàmulaminε ─ Kóngoligo!
Súrugu ká bàkɔrɔni yé à júsu súmanan ká yὲrɛko.
Nàmulaminε ─ É kó à ká búwo kὲ jíe rá.

Súrugu ká tó:
─ Kɔ̀rɔ bàkɔrɔni éle sé míni?
Òle bàkɔrɔni kó à bὲ tágara sànga fó dúga. À kó:

─ Kɔ̀rɔ bàkɔrɔni é yé kó jára ní yé, kó kábini sɔ̀gɔman ní mán dómini kὲ bàn.
Nàmulaminε ─ Túwo lé bὲ à bóro wá?

Òle kɔ̀rɔ bàkɔrɔni kó:
─ Súrugu túwo lé bὲ é bóro wá?
Òle à ká tó:
─ Éle yὲrɛ ò ká à lón ní nì éle ò tá nyɔ̀ngɔn nyí fín mí bὲ yí?
Nàmulaminε ─ Kíti tὲ ò rá

─ Kíti tὲ ò rá éle ní nì fíla yá bín tàn mɔ̀gɔ tὲ yí; éle yὲrɛ ká à lón mí bɛ̀ yí.
Nàmulaminε ─ É kὲra nágafila lé yé.
Kɔ̀rɔ súrugu ká ákiri bíla:
─ Kàramɔgɔcԑ tí ká sáraka fɔ́ ní yé ní mán ó kὲ? Ò rá dó kɔ̀rɔ bàkɔrɔni bὲ àle nyέn kɔ́rɔ cógominan ò tí sé ká tága ká àle tó yí.
É ká à yé sáraka bɔ̀ báriya mànyi, àn bὲ ò kúman lé fɔ́ra tàn. Ò ló kɔ̀rɔ bàkɔrɔni ká tó súrugu màn:

─ Ní ká ń tága dúga fɔ́ éle nyέnan, éle yé é tá tága dúga fɔ́ nyí.
Kó:
─ Únhun, kànan fàninyan fɔ́ nyí dὲ.
Ò ló súrugu ká tó bàkɔrɔni màn:
─ Éle yé cìan lón wá?

Súrugu kó bàkɔ̀rɔni màn:
─ Cíɛn bɛ̀ jóri?
Bàkɔrɔni ká tó:
─ Cíɛn bὲ sáawa. Kó ní é kó cíɛn sáawa fɔ́ mɔ̀gɔ tὲ yí mí yé sé kí é sɔ̀sɔ.
Ká à sɔ̀rɔ lá dɔ́ ári ká súrugu mínan ḱ ó bíla sànzaran nàn. kóngo sògori tɛ̀nbɛ tɔ̀ ári yé tó:
─ Ee! Kɔ̀rɔ súrugu ári dó kí é mínan?
─ Ári dó ní é kὲ dí lé?
─ Ɔ̀nhɔn! Ári kònni ká ń mínan. Ári nàn ń mínan lé wá, ári nàn sékɔ ká ń bíla lé wá ní kònni mán à lón ári yé nàn ń kὲ dí lé.

Àle yá cɛ́wu à tí à fɔ́ ári yé nàn à nyími dɛ̀?

Dálaminan ─ À tí ò fɔ́.
Ò ló kɔ̀rɔ bàkɔrɔni nànan sé kó:
─ Kɔ̀rɔ súrugu ári dó kí é mínan? Ári dó ní é kɛ̀ dí lé?

─ Ári kònni ká ń mínan. Ári nàn ń mínan lé wá, ári nàn ń bíla lé wá, éle kɔ̀rɔ bàkɔrɔni ári yὲrɛ ní é fàga lé wá ní mán ò lón.

À ká tó kó:
─ Kɔ̀rɔ bàkɔrɔni íncha Alla àn nyí nàn nyɔ̀ngon nyí lá dɔ́.

Òle ári nánan nyɔ̀ngɔn bín ò kó bὲ kɔ̀rɔ súrugu kɔ̀nɔn ári tí ká àle mínan lá mí nán.
─ É ká cíεn sáwa mí kúman fɔ́ à fɔ́ ní yé nyí à fἑrε ní sɔ̀sɔri mán kἑ à rà nyí é tó yí.
Ò ló kɔ̀rɔ bàkɔrɔni kó:
─ Cíεn jóonan jóonan kἑ, dɔ́ tá júsu súman lá òle bὲ dɔ́ tá júsu kási lá yé.
Kɔ́rɔ súrugu ká tó:
─ Sɔ̀sɔri tɛ̀ nyí nàn, lá mí nàn ári ká ní mínan ká ní bíla sànzanran nàn ní júsu tí kásini bὲ éle nànan sé fɔ́ é ká dɔ̀nkɛ.
Nàmulaminε ─ É kὲ.
À ká tó kó:
─ Ùnhun sɔ̀sɔri tὲ ò rá. Kó à tɔ̀ tóra cíɛn fíla, kélen wὲrɛ fɔ́ nyí.

À ká tó:
─ Kɔ̀rɔ súrugu?
Kɔ̀rɔ súrugu ká tó kó:
─ Nàmu.
Kó:
─ Ah! Ní tí ká à lón éle bὲ síra mí lé tára bí játe játe ní tí síra ń tá.

Súrugu ká tó:
─ Ò bὲ cíɛn ní yé éle yá à lón ní bὲ síra mí kàn éle yé túgun ká à tá. Cíɛn kɛ̀ra fíla. Ní é ká cíɛn sáwanan sɔ̀rɔ ká à fɔ́ kúman bànan ní tí sé é màn.

À kó:

─ Kɔ̀rɔ súrugu?
Kɔ̀rɔ súrugu ká tó:
─ Nàmu.
─ Ní nì éle fíla nyɔ̀ngɔnyeni kó mɔ̀gɔ wὲrɛ tὲ yí Alla lé bὲ àn cὲrɛ yé. Éle yá à fɔ́ kɔ̀rɔ bàkɔrɔni tága ń yáfara é màn ń tí ní é nyími ní é ká tága ká tága à lákari dúga ó dúga ári yé tó fàninyan ló.
Nàmulaminɛ ─ Cíɛn! Ní yὲrɛ yé à fɔ́.
Cíɛn sáwanan nànan dáfa, mí é nyέn bὲ súrugu rá tàn à límaniyara dὲ, à ká tó ní kɔ́ngɔ yé. À ká tó:
─ Kɔ̀rɔ bàkɔrɔni tága.
Bàkɔrɔni tágani kúwɔ dó à ká tó:
─ Kàramɔgɔcԑ tí kó ní yá sáraka mí búwɔ ní mán à kὲ ò fúwon lé ká ní sɔ̀rɔ tàn, ò kó lé ká ní sɔ̀rɔ tàn.
Tàlen ń kí tá dúga mína ń kí bíla.
Traoré Brahima, 34.
Kong 2011.

Corpus inédit – © Copyright Awa Traoré


Notes:

[1] Selon une croyance populaire, l’hyène aime faire ses besoins dans l’eau.Cela représente pour lui un objet de divertissement.

[2] « Peut-être qu’il va t’arriver quelque chose comme si tu avais fait une prière sans y être obligée ».C’est comme une bénédiction que reçoit celui qui fait sa prière surérogatoire.

  Entre musulmans, la prière volontaire, c’est à dire non obligatoire, est considérée comme étant très efficace. Par cette périphrase, Bouc suggère à Hyène que les intérêts découlant de leur rencontre seront importants.C’est un cadeau de Dieu pour avoir accompli une prière non obligatoire.

[3] Le narrateur utilise l’expression arabe « Ín cha Alla », « inchaa Alla », « si Dieu le veut ».

 


 

 

Le mystique qui prédit à Hyène que s’il ne faisait pas de sacrifice 

il subirait une grosse perte

 

 

CONTE 4

 

Téléchargement