Conte dioula: Pourquoi la hyène a-t-elle peur du varan d’eau?

 

 

2. Pourquoi la hyène a-t-elle peur du varan d’eau?

Voilà mon conte. Voilà mon conte.
Tu vois ! Quand la hyène1 arrive au bord de l’eau, elle commence par toucher l’eau puis, floc, floc, elle s’en asperge. Une fois au bord de l’eau, la hyène s’asperge d’eau : floc, floc, floc, elle s’en asperge abondamment.
Et elle fait ça uniquement à cause du varan d’eau.
Un jour, les animaux se rassemblèrent pour se battre. Lorsque l’un des animaux en terrassait un autre, il le faisait dans un vacarme assourdissant.
Le varan d’eau se battit contre tous les animaux, les uns après les autres. Et aucun d’entre eux ne réussit à le vaincre. Si bien qu’à la fin il ne restait que la hyène. Le varan d’eau lui dit alors :
─ Allez Hyène, approche-toi !
La hyène lui répondit avec mépris :
─ Hehehe, hahaha ! Mais tu crois vraiment que tu peux rivaliser avec moi ?
Et la lutte commença. La hyène et le varan s’empoignèrent. Le varan manœuvra avec sa petite queue pour pouvoir l’enrouler autour de la hyène et il réussit à l’immobiliser avec sa queue. Il sortit ensuite ses griffes et les enfonça dans les fesses de la hyène. La hyène se mit alors à crier :
─ Mais tu me piques ! Tu me piques ! Mais, tu me chatouilles, tu me chatouilles ! Elle s’effondra alors sur le sol avec fracas. Les autres animaux se mirent à crier :
─ Il l’a vaincue ! Il l’a vaincue !
Le varan d’eau plongea alors à toute allure dans l’eau. C’est la raison pour laquelle, jusqu’à aujourd’hui, lorsque la hyène s’approche de l’eau et se prépare à boire, elle s’asperge d’abord d’eau : plouf, plouf, à toute vitesse.
Elle s’assure ainsi que le varan d’eau ne passe pas par là.
Une fois que tout est calme, elle boit et puis s’en va.
Autrefois, elle ne prêtait pas plus d’ attention que cela au varan d’eau. Et personne ne devrait négliger quiconque.

Conte, je te laisse là où je t’ai pris.

Barro Babouakari, 50 ans. Maître d’école coranique Kong, novembre 2011.

2. Fín mí kósɔn súrugu yé síran kànganan nyέn.

Ń tá yé ń tá yé,

É ká à yé súrugu ká sé jié dára é bára ká jíε kἑ:

Pácapaca.

Mí súrugu ká sé jié dára é jié kἑ:

Cágacagacaga Cágacagacaga!

Kɔ́rɔ lé túgun bἑ à rá, kánganan lé kósɔn. Lá dɔ́ ári ká sògori bɔ́ kó ári yé bóndori kἑ. Ní mí ká mí bɛ̀n ò yé ò kἑ:
Bírinw!

Káganan ní ári bíyε ká bóndori kἑ kélen kélen ári sí mán sé à rá. À nànan tó súrugu, ko:

─ Súrugu yá nàn.

Súrugu ká tó:

─ Curuuw, ɔ̀hɔh! Ń bóndori kἑ nyɔ̀ngɔn dɔ́ lé bἑ éle yé wá?

 

Ári fínginnan à ní kánganan ká nɔ́rɔ nyɔ̀ngɔn nàn, à ká à kúwonin kἑ ká súrugu mínimini ká à bíla cἑ rá ká à sɔ̀nni já ká tága à sɔ̀nni dòn súrugu bòda rá. Súrugu kó:

 

─ À bἑ ń sɔ̀gɔra! À bἑ ń sɔ̀gɔra! À bἑ ń léngelengenira! À bἑ ń léngelengenira!

Ká tága bἑn tá wóngow. Ári kó:
─ À ká à bὲn, à ká à bὲn.

Kángana ká pábawu ká tága bíla jié rá, óle kósɔn ní súrugu ká à fɔ́ é tága jié mí dúga rá àli bí ní à ká sé jié dá rá é bára ká jié kἑ:
Ságasagasagasaga.


Ní kánganan tἑ yí ní à mán mágankan míεn sísan é sɔ̀rɔ ká jíe mí ká tága. Àle jɔ̀nan kánganan rá. Òle kósɔn kó mɔ̀gɔ dɔ́ ká nàn jɔ̀n dɔ́ lé rá.


Tàlen ń kí tá dúga mína ń kí bíla.

Barro Babouakari 50. Kong, 2011.

 


Note:

1       Súrugu, “hyène” en dioula est un zoonyme mâle. Lorsqu’il est au féminin, généralement après le mot, on ajoute múso, “femme”. Parfois, quand l’on veut mettre en exergue son genre masculin, le mot Cὲ “homme” suit le mot súrugu “hyène”.

 

Pourquoi la hyène a-t-elle peur du varan d’eau? (pdf)

 

CONTE 2

 

Téléchargement