Buubel ɓuuti golel / Le moucheron a un abcès à la joue

Print Friendly, PDF & Email
[av_hr class=’short’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-thin’ custom_width=’50px’ custom_border_color= » custom_margin_top=’30px’ custom_margin_bottom=’30px’ icon_select=’yes’ custom_icon_color= » icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’]

[av_one_full first]

Yoo ! Buubel ɓuuti golel. Bon ! Le moucheron a un abcès à la joue.
Mhm ! Mhm !
Celɓel tuppi, Le stylet l’a percé,
Mhm ! Mhm !
borkal fiiti, le pus a jailli en éclaboussant,
Mhm ! Mhm !
fiiti dow mboodi, en éclaboussant un serpent,
Mhm ! Mhm !
mboodi taari lekki, le serpent s’est enroulé sur l’arbre,
Mhm ! Mhm !
lekki yibbi, l’arbre est tombé,
Mhm ! Mhm !
yibbi dow kuunya, est tombé sur une grosse tortue,
Mhm ! Mhm !
kuunya fuusti, la grosse tortue a pété,
Mhm ! Mhm !
ladde wuli, la brousse a brûlé,
Mhm ! Mhm !
iyeende nyippi, la pluie l’a éteinte,
Mhm ! Mhm !
Mm ! Gaak wurtini ɓikkon mum. Mm ! Le corbeau a sorti ses petits[1].
Mhm ! Mhm !
Miirooji ngurtini ɓikkon mum. Les fourmis Pheidole ont sorti leurs petits.
Mhm ! Mhm !
Gaak suppi. Le corbeau les a picorées.
Mhm ! Mhm !
Yoo ! Ɗum yaadi kiita. Bon ! Tous sont allés en jugement.
Mhm ! Mhm !
– Aan buubel, ko ɓuutanɗaa ? – Toi, le moucheron, pourquoi as-tu eu un abcès ?
Mhm ! Mhm !
– Hii ! Ɓuudi, Alla waɗammi noon, mi ɓuutataa na ? Mi ɓuuti. – Hii ! L’abcès, c’est Dieu qui me l’aurait mis sans que j’en aie un ? J’en ai eu un.
Mhm ! Mhm !
– Aan celɓel, ko tuppanɗaa ? – Toi, le stylet, pourquoi l’as-tu percé ?
Mhm ! Mhm !
– Hii ! Mi ɗon yi’a mbordi ɗon wara neɗɗo noon, mi tuppataa na ? Mi tuppi. – Hii ! Je voyais le pus tuer quelqu’un, et je n’aurais pas percé [l’abcès] ? Je l’ai percé.
Mhm ! Mhm !
– E aan borkal[2], ko piitanɗaa ? – Et toi, le pus, pourquoi as-tu jailli en éclaboussant ?
– Ɓe ngurtinammi nder suudu am noon, mi wurtataa, mi fiitataa na ? Mi fiiti. – On m’a délogé, et je ne serais pas sorti, je n’aurais pas éclaboussé ? J’ai éclaboussé.
Mhm ! Mhm !
– Ee aan mboodi, ko taaraniiɗaa lekki ? – Et toi, serpent, pourquoi t’es-tu enroulé sur l’arbre ?
Mhm ! Mhm !
O wi’i : Il dit :
– Borkal e haccugo mum noon, mi taarataako lekki na ? Mi taarake. – Le pus puait tellement, et je ne me serais pas enroulé à l’arbre ? Je m’y suis enroulé.
Mhm ! Mhm !
– E aan lekki, ko ngibbanɗaa ? – Et toi, l’arbre, pourquoi es-tu tombé ?
– Mboodi e muumaare muuɗum taarommi noon, mi yibbataa na ? Mi yibbi. – Un serpent entier m’a entouré, et je ne serais pas tombé ? Je suis tombé.
Mhm ! Mhm !
– E aan kuunya, ko puustanɗaa ? – Et toi, la grosse tortue, pourquoi as-tu pété ?
– Hii ! Fuustere… – Hii ! Le pet …
(lekki e mawnugo) (L’arbre et sa taille)
Lekki e mawnugo muuɗum yibba dow am noon, mi fustataa na ? Mi fuusti. Un arbre tellement grand serait tombé sur moi sans que je pète ? J’ai pété.
– E aan ladde, ko ngulanɗaa ? – Et toi, la brousse, pourquoi as-tu brûlé ?
– Fuustere kuunya e haccugo muuɗum noon, mi wulataa na ? Mi wuli. – Le pet de la tortue aurait senti tellement mauvais et je n’aurais pas brûlé ? J’ai brûlé.
– Yoo, e aan iyeende, ko nyippanɗaa ? – Bon, et toi la pluie, pourquoi l’as-tu éteinte ?
– Mi ɗon yi’a ladde Alla ɗon wula noon, mi nyippataa na ? Mi nyippi. – J’aurais vu brûler la brousse de Dieu[3] et je ne l’aurais pas éteinte ? Je l’ai éteinte.
– E aan miirooji, ko ngurtinanɗaa ɓikkon maa ? – Et toi, fourmi, Pourquoi as-tu sorti tes petits ?
– Hii ! Suudu am yuuta noon, mi wurtintaa na ? Mi wurtini. – Hii ! Ma maison aurait été inondée et je ne les aurais pas sortis ? Je les ai sortis.
– E aan gaak, ko cuppanɗaa ? – Et toi, corbeau, pourquoi les as-tu picorées ?
Gaak wi’i : Le corbeau dit :
– Mi tawa buutu noon, mi buuttataa na ? Mi buutti. – J’aurais trouvé [à manger] facilement et je n’en aurais pas profité ? J’en ai profité.
Takala mulus ! Formule finale.
(Rire) (Rire)

[1] Erreur de la conteuse qui se reprend à la ligne suivante.

[2] Diminutif de mbordi « pus ».

[3] L’expression « brousse de Dieu » réfère à la pleine brousse, la grande brousse.

[/av_one_full]