Ajo Obi / Un mauvais coeur

Print Friendly, PDF & Email
Notice du corpus
  Langue :
  Catégorie(s) : Corpus, Igbo
  Mode d’énonciation : Ecrit   Mots-clés : Théâtre, auteur, fiction, personnage, récit, texte
  Par :
  Contributeurs :
  • Françoise UGOCHUKWU (Rédacteur de la notice, Traducteur)
  •  Description :

    Ajo Obi (1998) se distingue par un scénario différent des autres. Son originalité est d’abord dans le sujet, nouveau dans la littérature igbophone : une sombre histoire de vengeance posthume à Owerri, capitale de l’État d’Imo, dans le milieu des affaires par ailleurs si familier aux Igbo, Cette pièce en quatre actes, qui peut aussi se lire comme un plaidoyer pour les veuves, entraîne le lecteur dans les méandres d’une enquête policière autour du corps d’un homme d’affaires qui semble s’être suicidé chez lui sans motif apparent. Ce drame de la jalousie, né d’une dispute entre deux amis et associés dont l’un accuse l’autre, encore célibataire, d’avoir une liaison avec son épouse, aboutit à la découverte du corps du mari. L’attente se prolongera jusqu’à la fin de la pièce, soigneusement entretenue par questionnements, cancans et suppositions. La dernière scène ramène le sujet dans le giron de la tradition morale du conte – et aujourd’hui des vidéo films igbo – en remettant les choses en ordre : la jalousie maladive et le stratagème du défunt, qui a organisé son suicide après avoir soigneusement mis en place un scénario qui devait venger son honneur offensé et faire accuser son associé du « crime », sont révélés et l’accusé lavé de tout soupçon.

      Sources :

    Gabriella Ihuarugo NWAOZUZU, Ajo Obi, Enugu, Format Publishers 1998, 171p.

      Couverture spatio-temporelle :

    Le récit se déroule à Owerri, capitale de l’État d’Imo, dans le milieu des affaires si familier aux Igbo, dans la région d’où est originaire l’auteure.

      Droits : Les droits exclusifs de propriété intellectuelle sur cette œuvre appartiennent à Format Publishers. Toute exploitation de cette œuvre est soumise à son autorisation.
      Rédaction de la notice :