Bergers des mots

Print Friendly, PDF & Email
Notice du corpus
  Langue :
Peul
, fulfulde maasinankoore
  Catégorie(s) : Corpus, Peul
  Mode d’énonciation : Oral   Mots-clés : Poésie profane, berger, contexte, fêtes pastorales, jammooje na'i, jeux phoniques, louanges aux bovins, mergol, oralité, performance, poésie, poésie pastorale, transcription
  Par :
  Contributeurs :
  • Christiane SEYDOU (Collecteur, Editeur, Rédacteur de la notice, Traducteur, Transcripteur)
  • Almâmi Malîki YATTARA (Transcripteur)
  •  Description :

    Poésie pastorale : déclamation très rapide à tue-tête et d’un seul souffle, combinant le rythme du mécanisme respiratoire et les modulations vocales et intonatoires liées à l’articulation du texte. Genre de poésie libre « mergol » La riche création littéraire des Peuls du Massina (Mali) est illustrée ici par deux genres pratiqués l’un par les jeunes bergers, l’autre par tout poète doué : s’y révèlent une maîtrise de la langue et de l’art verbal et un goût pour l’expression poétique la plus affinée. La poésie pastorale appelée « louanges aux bovins » est pratiquée comme un exercice culturel par les jeunes bergers, qui compose et mémorise leur poème pendant la transhumance le sujet en est le même pour tous : la longue marche du troupeau à la recherche d’herbe et d’eau, la vaillance des bêtes etc. ; le style de récitation (rythme effréné et continu) en accentue les traits stylistiques particuliers : une recherche dominante des jeux phoniques (accumulation d’allitérations superposées) qui s’enchaînent indéfiniment à l’image du défilé des bêtes aux robes variées qui se succédent devant le récitant. La poésie du genre « mergol » est pratiquée par qui en a le goût et le talent et traite de tous sujets : la création, une anecdote, un lexique bilingue, un souvenir, des listes de toponymes, etc. ; cette poésie libre est déclamée sur un mode monocorde et cadencé assez rapide, et utilise toute la gamme des tropes avec une grande virtuosité ; la variété des sujets se prête à une richesse de vocabulaire qui fait de ce genre un conservatoire du patrimoine linguistique.

      Sources :

    Poèmes pastoraux : enregistrés à la fête de retour de transhumance de Ouro-Dialloubé, à la veille du défilé, lors d’une veillée d’entrainement et de répétition, à Oumméré, en mars 1973.
    Poèmes mergi :
    Njîdo Kaoudo Tamboura, à Koumbé-Sâré, mars 1973
    Hammadi Hamma Bari, à Sindégué, mars 1973
    Yérowal, à Lardé-Bâli, en mars 1973
    Yéro Dalla, à Diondiori, en mars 1973

      Couverture spatio-temporelle :

    La poésie pastorale est composée par les jeunes bergers durant les mois de solitude de la transhumance, pour être déclamée par chacun, en exhibant ses bêtes devant les villageois, lors des grandes fêtes traditionnelles du degal et du Ÿaaral ; est apprécié la musicalité de leur création poétique et leur virtuosité vocale pour la clamer à toute volée et sans un hiatus.
    La poésie du genre « mergol » est récitée par ses créateurs en toute occasion favorable où se puisse rencontrer un public amateur de belle parole et généreux. L’accent est mis sur la forme harmonieuse de la parole et la sûreté de la déclamation bien rythmée.

      Droits : Les droits exclusifs de propriété intellectuelle sur cette œuvre appartiennent à Karthala, Christiane Seydou et Classiques africains. Toute exploitation de cette œuvre est soumise à son autorisation.
      Rédaction de la notice :