Hihira aho / Je chanterai

Print Friendly, PDF & Email
Notice du corpus
  Langue :
  Catégorie(s) : Corpus, Malgache
  Mode d’énonciation : Ecrit   Mots-clés : Tononkalom-pitolomana, indépendance, opprimés, patriotisme, poésie, poésie de combat, style, texte, versification
  Par :
  Contributeurs :
  • F-X MAHAH (Traducteur)
  •  Description :

    Écrit et publié sous l’indépendance, ce poème accuse un militantisme certain en ce que le combat qu’il mène s’étend à tous les opprimés du monde. Cri de révolte devant toutes les formes d’injustice qui sévissent, la violence des mots exprime un patriotisme et une lutte exacerbés. La lutte menée par la poésie malgache des années 60 n’était plus un combat intra-muros. Maintenant que Madagascar a recouvré l’indépendance (1960), elle rejoint la poésie engagée universelle au sein de laquelle les déclarations des écrivains du monde entier se font écho par-dessus la distance et à travers le temps. C’est la troisième phase dans l’itinéraire littéraire de la poésie de combat. Le temps de l’engagement patriotique et nostalgique de l’époque royale au début de la colonisation devient nationaliste au fil des années, en revendiquant d’une manière claire l’indépendance, pour enfin être militant en ces premières années de l’indépendance face à l’oppression du régime postcolonial et les injustices qui sévissent partout ailleurs. Le poème Hihira aho se donne alors pour objectif l’édification d’une société nouvelle à l’échelle universelle quant il revendique l’égalité, la liberté et la paix. Le ton est dur accusant un cri de révolte exacerbé perçu par le choix de termes bien ciblés qui seront ceux de la poésie révolutionnaire des années 70-80 comme mpitrongy, les hommes de peine, ou tolona, la lutte. L’on peut dire qu’il prépare l’avènement de la deuxième République dont les institutions seront placées sous l’égide d’un socialisme révolutionnaire.

      Sources :

    Poème publié dans le journal hebdomadaire Antson’ny Nosy Hita sy Re (Appel de l’Île- Vu et Entendu) n° 772, 1969. (Directeur RALAIARIJAONA)
    « Hihira aho » (Je chanterai) ; poésie de combat, dans NIRHY-LANTO RAMAMONJISOA Solotiana, Anthologie bilingue de littérature malgache. (Paris, L’Harmattan, 2001, p.152).

      Couverture spatio-temporelle :

    La presse en langue malgache de Tananarive demeure le principal moyen de publication des poètes et écrivains malgaches. Toutefois, la diffusion des journaux dans les autres régions de l’Île s’intensifie avec le recouvrement de l’indépendance.

      Droits : Les droits exclusifs de propriété intellectuelle sur cette œuvre appartiennent à L'harmattan. Toute exploitation de cette œuvre est soumise à son autorisation.
      Rédaction de la notice :