John Leavitt : « Poètes inspirés et inspirants dans deux traditions de langue indo-européenne »

Print Friendly, PDF & Email
Notice du corpus
  Langue :
  Catégorie(s) : Journée d'étude sur l'inspiration, Journées d'études, conférences
  Mode d’énonciation : Oral   Mots-clés : L'inspiration au prisme des vies de poètes, biorgraphie, poète, poésie, poésie himalayenne, poésie irlandaise
  Par :
  Contributeurs :
  • Cultures, langues, textes (CLT- UPS2259) (Preneur d'images, Preneur de son)
  •  Description :

    Les mots pour désigner le poète dans les langues du monde le présentent souvent soit comme un artisan du langage—rhapsodos grec ou « maker » écossais, ou bien le mot grec poietes lui-même, ‘faiseur’—ou bien comme un récipient inspiré de mots divins—comme dans le latin vates, le sanskrit kavi, le filidh irlandais, ou dans le « voyant » de Rimbaud (Chadwick 1942). Il semblerait que dans certains cas la formation pour un métier devienne une maîtrise de l’au-delà. Je voudrais présenter deux cas exemplaires venant de deux périodes historiques et de deux sociétés aux deux bouts du monde parlant des langues indo-européennes, chacun le « poète archétypal » de sa tradition respective (Doan 1981). D’une part, le poète irlandais Cearbhall Ó Dálaigh (XVe siècle) est devenu un personnage du folklore pour ses dons quasiment surnaturels et ses rapports avec les fées, résultats d’une rencontre spirituelle pendant son adolescence. D’autre part, le grand poète himalayen Gopi Das (décédé en 1975) était le maître des rituels d’invitation des dieux locaux (Sah 1990). Malgré la différence de leurs biographies—notons en particulier un rapport inversé à l’amour, Cearbhall ayant été un séducteur littéralement légendaire, Gopi Das marqué par un amour perdu—les deux se centrent sur des incidents qui rendent leurs héros des intermédiaires appropriés entre la société humaine et les sociétés transnaturelles. On va demander jusqu’à quel point les deux représentent des transformations de la figure du poète-magicien qu’on peut reconstruire pour l’indo-européen commun (Watkins 1985, West 2007), et jusqu’à quel point leurs biographies ont des éléments en commun avec celles de grands maîtres spirituels (Bucke 1901).

      Sources :

    Vidéo de la communication de John Leavitt à la journée d'étude : "L’inspiration au prisme des vies de poètes" organisée par Sandra Bornand et Amalia Dragani

      Couverture spatio-temporelle :

    Paris, Institut National d'Histoire de l'Art (INHA), 6 novembre 2014

      Droits : Ce contenu est soumis aux conditions de la licence Creative Commons: CC/BY/NC/ND. droits
      Rédaction de la notice :