Lee Harring: "Deux ou trois choses que je connais des contes comoriens"

Print Friendly, PDF & Email
Notice du corpus
  Langue :
  Catégorie(s) : Discours canoniques, Séminaires
  Mode d’énonciation : Oral   Mots-clés : Mayotte, comores, conte, créolisation, discours canoniques dans leurs modalités linguistiques, kibôsy, littérarité, oralité, performance, shimaore, transcription
  Par :
  Contributeurs :
  • Sandra BORNAND (Coordinateur, Rédacteur de la notice)
  • Cultures, langues, textes (CLT- UPS2259) (Preneur d'images, Preneur de son)
  •  Description :

    Deux ou trois cents contes des Comores, surtout de Mayotte, ont acquis une position canonique pour le chercheur, au moyen des démarches de l’enregistrement, la transcription, et la traduction. Mayotte, aujourd’hui Département d’Outre-Mer, se trouve plus multilingue que jamais. Y sont présentes les langues kibôsy (malgache de Mayotte), shimaore (langue propre de l’île) et le franc̨ais (éternellement langue des étrangers) ainsi que les langues des autres îles. La circulation des textes en Mayotte est le résultat des déplacements des gens entre Madagascar et les autres îles. On peut modifier les données du concept de l’intertextualité à partir de telles particularités énonciatives (la performance, c.-à.-d. l’ethnographie descriptive), des théories de la traduction, et des principes de la créolisation. La croissance des études de la traduction fait mieux comprendre ce qui se passe quand les conteurs mahorais reconstituent un conte tel que la fille difficile. Le concept de l’interprétant, disséminé par le théoricien Lawrence Venuti, a son équivalent parmi les chercheurs de la littérature orale. La notion de la fidélité d’une traduction devient variable selon les genres « ethniques ». ‘L’objet de la science de la littérature [dit Jakobson] n’est pas la littérature mais la “littérarité”, c’est-à-dire ce qui fait d’une oeuvre donnée une oeuvre littéraire’ — ce qui veut dire les genres « ethniques ». Le contact socioculturel amène une créolisation culturelle. Comme les langues créoles ne peuvent être prévues à partir de leurs langues parentales, il est bien possible que les contes de Mayotte seront des produits nouveaux, des pièces de bricolage, utilisant des matériaux de Madagascar, de l’Afrique, et d’autre part; que le remaniement est l’essentiel dans toutes les époques de l’agitation culturelle. On peut étendre le concept du discours canonique en regardant la communauté de chercheurs et lecteurs côte à côte avec les performers et les auditeurs comoriens. Le chercheur travaillant sur la littérature orale, pour diriger ses travaux, va cerner non seulement les productions littéraires étrangères. Pour diriger ses travaux, il va aussi invoquer les discours canoniques de son domaine: les écrits de Marcel Mauss, Franz Boas, Stith Thompson, Michel Foucault . . . , et de ses professeurs. Si les contes sont des produits de l’histoire, le large éventail où l’on mettra tous les genres de l’expression le sera aussi.

      Sources :

    Vidéo de la septième séance du séminaire du LLACAN "Discours canoniques dans leurs modalités linguistiques"

      Couverture spatio-temporelle :

    9 octobre 2014, Villejuif, salle de conférence de LLACAN

      Droits : Ce contenu est soumis aux conditions de la licence Creative Commons: CC/BY/NC/ND. droits
      Rédaction de la notice :