Marie Lorin : "Du canon à la marge, évolution de la poésie orale peule (pékâne) des pêcheurs de la vallée du fleuve Sénégal"

Print Friendly, PDF & Email
Notice du corpus
  Langue :
Peul
, Poulâr
  Catégorie(s) : Discours canoniques, Séminaires
  Mode d’énonciation : Oral   Mots-clés : Pékâne, chant, discours canoniques dans leurs modalités linguistiques, fleuve Sénégal, oralité, paysage, performance, poésie, pêcheur, transcription
  Par :
  Contributeurs :
  • Sandra BORNAND (Coordinateur, Rédacteur de la notice)
  • Cultures, langues, textes (CLT- UPS2259) (Preneur d'images, Preneur de son)
  •  Description :

    Le Pékâne, poésie de la caste des pêcheurs dans la vallée du fleuve Sénégal, a connu son moment de gloire dans les années 60-70 avec l’avènement de Guélâye Âli Fâl, célèbre interprète qui a révolutionné le genre. Guélâye a permimes au Pékâne de voyager hors de la vallée du fleuve Sénégal grâce à des enregistrements audio fréquemment diffusés à la radio et vendus sur les marchés. Ces enregistrements audio ont été transcrits dans plusieurs ouvrages universitaires qui tous se sont attachés à mettre en avant la tonalité épique de certains passages, illustrant selon eux l’essence de l’identité thioubalo. Le succès de Guélâye fut tel qu’il s’est imposé en même temps que ses épopées comme les véritables canons du Pékâne moderne, à l’orée desquels chaque nouveau chanteur est jugé. Mon exposé s’attachera à comprendre comment cette nouvelle norme s’est construite sur la position pourtant marginale de ce poète. En effet, en chantant le Pékâne, Guélâye a transgressé un ordre social puisqu’avant lui cette pratique poétique était réservée à une seule famille. De plus en retenant presque uniquement ses performances à tonalité épique, les commentateurs ont accentué un aspect tout à fait personnel de sa production poétique qui comprend aussi un autre aspect pourtant prépondérant, le Diârâlé, ou poésie descriptive. L’épopée fut l’une des particularités de la poésie de Guélâye mais en aucun cas, le trait dominant du Pékâne en général. Un second temps de mon exposé s’attardera sur l’évolution de ce canon aujourd’hui. J’ai filmé les performances de deux chanteurs de Pékâne contemporains. S’il est évident que l’oeuvre de Guélâye a une influence majeure sur leur propre production, leurs textes prennent aujourd’hui une résonance particulière, ils jouent avec le canon que constitue l’oeuvre de Guélâye pour s’inscrire dans une perspective différente La pêche et les pêcheurs ne sont plus aussi souverains sur le fleuve, l’épopée et ses prestiges ont laissé la place à la poésie descriptive, reflétant ainsi un mode de vie nomade aujourd’hui en danger. Le Pékâne est devenu le discours d’une marge déterminée à résister à travers la pêche et la poésie. C’est donc à ces deux formes de marges, d’un côté, l’extraordinaire talent qui devient une nouvelle norme, et de l’autre une poésie devenue minoritaire et incarnant un mode de vie en danger que nous analyserons le détournement canonique à l’oeuvre dans le Pékâne.

      Sources :

    Vidéo de la dixième séance du séminaire du LLACAN "Discours canoniques dans leurs modalités linguistiques"

      Couverture spatio-temporelle :

    5 mars 2015, Villejuif, LLACAN

      Droits : Ce contenu est soumis aux conditions de la licence Creative Commons: CC/BY/NC/ND. droits
      Rédaction de la notice :