Fέn mín kósɔn sà bὲ jíe rá / Pourquoi le serpent vit dans l’eau de nos jours

 

Mots-clés

mandingue, dioula, Kong, Côte d’Ivoire — oralité, conte, kúman, tàlen — jeune fille exigeante, difficile ; métamorphose, génie, mariage, famille, magie, vieille dame

Production du corpus

Conteur: Ouattara Adama, 13 ans. Élève d’une école coranique à Kong.

Contexte de production

Date et lieu d’enregistrement

Novembre 2011 ; Kong (Côte d’Ivoire).

Contexte

Le conteur a été informé une dizaine de jours, avant les enregistrements (situation quasi réelle). Le public présent durant les séances de contes est de tout âge et tous sexes. Les enfants ont été isolés durant les enregistrements afin d’avoir le moins de bruit possible dans leur voisinage immédiat, le public, les autres assistants ou intervenants sont assis à attendre leur tour d’intervention.

Descriptif

La jeune fille difficile se maria avec celui qu’elle désirait. Le manque de confiance en toute personne fit qu’elle voulut rejoindre son foyer toute seule. La sœur la suivit à son insu. Une fois installée dans son foyer, son mari, homme-python, désirait la manger. Elle échappa grâce à l’aide conjuguée de sa sœur et d’une vieille femme qu’elle avait auparavant refusée d’aider.

Conte expression du mythe de la férocité des serpents des eaux, du culte par excellence aux personnes âgées, et de la pérennité ou sagesse du vieillard. C’est le symbole de la mutation ou transformation, véhicule de solidarité, du merveilleux où les bons sont sauvés ou récompensés et les méchants punis.

 

 


 

 

 

1. Fέn mín kósɔn sà bὲ jíe rá

1. Pourquoi est-ce que le serpent vit dans l’eau1 de nos jours 2 (I)

 

 

 

 

 

 

Ń tá yé ń tá yé,

Voilà le mien, voilà le mien.

Súnguruni dɔ́ lé bὲ yí sísan à kó cὲ mín bἑ yí jóri nɔ̀n tἑ à rá àle bὲ ò cὲ lé fὲ sísan.

Il était une fois une jeune fille. Elle disait qu’elle ne désirait se marier qu’avec un homme sans aucune cicatrice sur le corps.

Jínan cὲ, míninyan bèlebele dɔ́ lé bἑ kóngo rá à ká à yἑrε yἑlεman mɔ̀gɔ yé sísan ká nàn súngurun fὲ yí, súngurun námuso fὲ yí sísan.

Un génie, un énorme python qui vivait dans la brousse s’était transformé en un être humain. Il était allé chez la jeune fille, disons chez la mère de la jeune fille.

À nànan sé à ká súngurun nànmuso fò. Súngurun ká cὲ fὲrɛ fὲrɛ à mán jóri nɔ̀n yé à rá. Kó :

Il a salué la mère quand il est arrivé. La jeune fille contempla le jeune homme et ne découvrit aucune cicatrice sur son corps. Elle dit :

─ Ń nán ń bὲ cὲ mín lé fὲ.

─ Maman, c’est cet homme que moi je désire.

Súngurun nán ká à fɔ́ cὲ nyànan sísan kó :

La mère de la jeune fille a dit alors au jeune homme :

─ Ń déncε, ní dénmuso járabira éle rá.

─ Mon fils, ma fille est tombée amoureuse de vous.

Míninyan cὲ dó bἑ à fɛ̀ ká mɔ̀gɔ lé dómu óle à ká à yὲrɛ kὲ mɔ̀gɔ yé sísan. Ári ká tó kó lámisa lón é nàn à fúru.

L’homme python cherchait à manger un être humain, et c’était pour cette raison qu’il s’était transformé en homme. Alors la famille a décidé qu’il se marierait avec la jeune fille le jeudi3.

Sísan cὲ ká tága bín nàn sísan. Ári ká kú túgun kὲ sísan, míninyan ká yὲlɛman à nɔ̀n rá.

L’homme est retourné en brousse après s’être marié avec la jeune fille. Ils firent des buttes afin de planter les ignames, c’est alors que l’homme serpent retrouva sa forme de serpent.

É mága :

Il travaillait son champ en fredonnant :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]4

─ Lámsa lón nyí mùso kúra tá

─ Jeudi j’épouserai une nouvelle femme.

Lámsa lón nyí mùso kúra tá.

Jeudi j’épouserai une nouvelle femme.

À bἑ ó dɔ̀nkiri lé lára sísan.

Le serpent avait l’habitude de fredonner cette chanson.

Lɔ́n dɔ́ mùso dɔ́gɔmuso ká tága sísan ká tága bɔ́ à kàn à bἑ à fɔ́ra.

Un jour, la petite sœur de la femme se rendit sur les lieux où il se transformait et vaquait à ses activités champêtres. Ce fut ainsi qu’elle le surprit à chanter ladite chanson.

Súngurun ká nàn à fɔ́ à kɔ̀rɔmuso yé. Kɔ̀rɔmuso màn mán lá à rá. Sísan lá mín nàn é nàn súngurun dómu, dɔ́gɔmuso màn ká gbàn à kɔ́. Kó :

La jeune fille revint sur ses pas pour en informer sa sœur aînée. La grande sœur ne croyait pas ce qu’elle lui avait dit. Le jour où le serpent pensait manger la jeune fille arriva. La petite sœur l’avait suivie. Elle ajouta :

─ À tó nyí tígi é b̕ lasira.

─ Permets moi de t’accompagner.

À ká bàn.

La grande sœur refusa.

Sísan à ní cὲ bὲ tágara, ári bὲ tágara.

Alors la grande sœur rejoint son mari. Ils sont sur le départ.

Súnguru dɔ́gɔmuso yé à yὲrɛ yὲlɛman ká kὲ bùguri yé, bùguri nyέn díman, kúra kúra yé, kɔ̀rɔmuso màn yé tó :

La petite sœur se métamorphosa en cendre. Une cendre d’une blancheur parfaite, toute fraîche. La grande sœur s’exclama :

─ É bùguri mín cáɲi dὲ!

─ Regarde, cette cendre si précieuse!

É tó kó :

La petite sœur répond :

─ Ń kɔ̀rɔ ní lómu.

─ Grande sœur, c’est bien moi.

É tó :

La grande sœur rétorque :

─ Ní mán à fɔ́ yé tága lú rá wá ?

─ Voyons, ne t’avais-je pas demandé de repartir à la maison ?

É tó kélende :

Elle répondit avec plus d’énergie :

─ Kɔ̀rɔ à tó ń tága ní é yé.

─ Grande sœur, permets-moi-t’accompagner.

Ári ká tága sé nyέnfɛ túgu, súnguru ká à yὲrɛ yὲlɛman kɔ̀lɔman nyànaman yé. À ká tó :

Elles s’éloignèrent de leur point de départ. La jeune fille se transforma en un parfait bâton. La grande sœur s’exclama alors de nouveau :

─ É! Kɔ̀rɔ, kɔ̀lɔman mín túgu cányi dὲ.

─ Hé, mon aîné5 ce bâton est lui aussi bien beau.

Òle rá dó dɔ́gɔmuso mà kó :

La petite sœur répondit de nouveau :

─ Kɔ̀rɔ ní lómu!

─ Grande sœur, c’est bien moi.

Òle cὲ mà ká tó :

Le mari ajouta :

─ À tó án nyí tága.

─ Laisse-la nous suivre dans ce cas.

Ári tágara sé sísan, cὲ ká tó :

Une fois qu’ils atteignirent le champ, l’homme leur demanda :

─ Bɔ́n ári yá lɔ̀ ká ń kɔ̀nɔn yàn.

─ Bon, veuillez m’attendre ici.

Cὲ bὲ tágara ári kí yé à dἐndɛn, à bὲ tágara ári kí yé à dἐndɛn. Cὲ ká tága yὲlɛman sà yé sísan.

L’homme commençait à s’éloigner. C’est ainsi qu’elles le suivirent en cachette. Il continuait à s’éloigner pendant qu’elles continuaient à l’épier.

Tò bὲ ári kùnan, dɔ́gɔmuso mà ká mága sísan :

Elles portaient la nourriture en équilibre sur leur tête. La petite sœur dit alors au serpent qui s’affairait aux travaux champêtres.

─ É ní cé.

─ Courage!

À ká à yὲrɛ yὲlɛman mɔ̀gɔ yé sísan. Ká ári nyíninka kó :

Le serpent se métamorphosa du coup en être humain. Il demanda6 à son épouse et à sa petite sœur :

─ Kɔ̀ni ári má ń yé!

─ Vous avez vu l’état dans lequel je me trouvais, n’est-ce pas ?

Òle dɔ́gɔmúso mà ká tó kó :

La petite sœur répondit :

─ Ɔ́nhɔ̀n, mí é yé.

─ Que non, nous ne t’avons pas vu.

Sísan cὲ ká à yὲrɛ yὲlɛman sà yé sísan, é nà à kùnu, dɔ́gɔmuso ká kɔ̀rↄ mínan sísan kí yé bóri. Ári kí bóri, sà ká gbàn ári kɔ́. Ká fáta ári kɔ́, ká fáta ári kɔ́, ká fáta ári kɔ́.

Alors l‘homme se métamorphosa soudainement en serpent. Il était sur le point de les engloutir. La petite sœur saisit alors sa grande sœur pour s’enfuir. Elles continuèrent à courir pendant que le serpent était à leurs trousses durant un bon bout de temps.

Kɔ̀rɔmuso mà tágara sé mùsokɔrɔba dɔ́ má, mùsokɔrɔba sígini bὲ à bὲ kòra à kó :

L’ainée vint à rencontrer une vieille femme qui s’était assise pour se laver. La vieille femme lui dit :

─ Ń dénmuso, nà ń kɔ́ kò ń yé.

─ Ma fille, viens me laver le dos.

À kó :

La grande sœur répondit :

─ Ń nán ń tí sé, fín dɔ́ lé bὲ àn gbέnan.

─ Grand-mère, je ne peux pas pour l’instant. Il y’a un génie qui est en train de nous pourchasser.

Kɔ̀rɔmuso mà ká tέmin ká tága sísan. Dɔ́gɔmuso mà nànan sé, mùsokɔrɔba ká tó :

L’ainée s’éloigna rapidement de l’endroit. La veille femme répéta son invite à la petite sœur quand celle-ci arriva vers elle :

─ Nà ń kɔ́ kò ń yé.

─ Viens-me laver le dos.

Dɔ́gɔmuso mà ká gbálan mínan sísan ká à kɔ́ kó á yé. À kɔ́ dúga dɔ́ ká wága, à ká tó kó :

La petite sœur prit l’éponge et commença à frotter le dos de la veille. Une partie de son dos s’ouvrit brusquement. La petite sœur poussa un cri de frayeur :

─ Ée! Ń nán é kɔ́ dúga dɔ́ wágara!

─ Hé, grand-mère une partie de votre dos est entrain de s’ouvrir sous mes yeux.

À kó :

La veille femme demanda :

─ É ká míni lé yé ?

─ Qu’est-ce qu’y as-tu vu ?

À ká tó :

La petite sœur répondit :

─ Ń ká fìnfin ní yé.

─ J’y ai vu un charbon.

Kó :

La vieille femme de nouveau demanda :

─ À ní míni ?

─ Quoi d’autre ?

Kó :

La petite sœur poursuivit :

─ À ní sísɛ kíri.

─ Un œuf de poule.

À ní míni ?

─ Quoi d’autre ?

─ À ní bὲrε.

─ Une pierre.

Kó :

La vieille dame ajouta :

─ Bón fín mín bὲ ári gbínnan tèn, ní é ká tága sé, ní à ká á fɔ́ é sùnrunyan tèn ári rá, yé bἑrɛ fíri é yὲrɛ kɔ̀. Bɛ̀rɛ yé kὲ fára bélebele dɔ́ yé, ári yé tó kí yé tága. Kàna à bέn é yὲrɛ nyɛ́n, yé à fíri é kɔ́. Ári yé tó kí tága, yàni à yé ò fára tὲmen ári yé jànfa. Ní à ká à fɔ́ é sùnrunyan yé fínfin tɔ̀gɔ fíri é kɔ́ túgun é kὲ tú bélebele, yàni à yé ò tìgɛ ári yé jànfa túgu.

─ Ce génie que qui est en train de vous poursuivre, quand il sera sur le point de vous atteindre, tu devras jeter la pierre à terre. La pierre se transformera ainsi en une roche géante. Continuez à vous éloigner. Attention, ne la lance pas devant toi, jette – la plutôt derrière toi. Profitez – en pour vous éloigner jusqu’à ce que ce génie puisse atteindre l’autre côté de la roche. Jette ce morceau de charbon derrière toi quand il se rapprochera de nouveau de vous. Il se transformera en une énorme forêt afin que vous puissiez vous éloigner, car il mettra du temps à la traverser.

Sísɛ kíri, yé ó fíri é kɔ́ túgun é kὲ bá jíe yé, yàni à yé ó tìgɛ ári yé sé ári dùgu rá.

Jette enfin derrière toi l’œuf de poule. Celui-ci se transformera en un lac. Le temps que le serpent le traverse, vous atteindrez un endroit où vous serez sauves.

Bón ári bὲ tágara sísan, [dɔ́gɔ ní kɔ̀rɔmuso mà], ári tágara sé nyέnfɛ dɔ́gɔmuso mà ò ká bἑrɛ fíri à yὲrɛ kɔ́ à ká kὲ fára bélebele dɔ́ yé sísan. Yàni míninyan tɔ̀gɔ yé à tígɛ sísan ári ká jánfa. Míninyan bὲ sùnrunyanra ári rá, ári ká cáribon fíri ári yὲrɛ kɔ́ sísan à ká kὲ tú bá yé sísan. Ári bὲ bórira, sísan dɔ́gɔmuso mà ní kɔ̀rɔmuso mà ká tága bíla nyɔ̀ngɔn nàn sísan. Kó é kíri bɔ̀si à rá, ká à fíri ári yὲrɛ kɔ́, jóonan jóonan. Kíri ká bɔ̀si à rá kélende ká bèn ári nyέnfɛ sísan, ká kὲ bá jíe bèlebele yé ári nyέnfɛ, ári tí sé ká tὲmɛ. Míninyan nànan sé sísan kí yé sùrunyan ári rá. Kɔ̀nɔni dɔ́ ká nà bɔ́ sánan ká sígi, ári nà tìgɛ nyέmiman sísan ári mán à lɔ́n.

Les deux sœurs commencèrent à s’échapper. Une fois qu’elles s’ éloignèrent, la petite sœur jeta la pierre derrière son dos. Celle-ci se transforma en une énorme roche. Lorsque le génie réussit à franchir cet obstacle, elles étaient déjà très loin. Il les rejoignit de nouveau. Ce fut alors qu’elles jetèrent le charbon derrière leur dos. Celui-ci se transforma en une immense forêt. Elles poursuivirent leur fuite, mais soudain la petite sœur et son ainée commencèrent à se disputer. La grande sœur réclamait l’œuf afin de le jeter derrière elle. L’œuf soudainement leur avait échappé des mains et s’était rompu devant elles. Elles ne pouvaient plus passer ; alors l’homme serpent se rapprocha d’elles, sur ces entrefaites un oiseau atterrit près des deux sœurs qui ne savaient plus comment traverser.

Kɔ̀rɔmuso mà ká à yé kó :

La grande sœur chanta dès qu’elle vit l’oiseau :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul] :

─ Nà ń tà ó bá yé ń kùnun,

─ Viens me prendre, le fleuve va m’engloutir.

Nà ń tà ó bá yé ń kùnun,

Viens me prendre, le fleuve va m’engloutir.

Ní àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, le fleuve va m’engloutir.

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, le fleuve va m’engloutir

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun.

Cinq cents plus cinq cents, le fleuve va m’engloutir.

Dɔ́gɔmuso mà ká tó :

La petite sœur a entonné :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ Kàna à tà ó bá yé kùnun,

─ Ne la prends pas, fleuve engloutis-la.

Kàna à tà ó bá yé kùnun,

Ne la prends pas, fleuve engloutis-la.

Ní ń ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, fleuve engloutis-la.

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, fleuve engloutis-la.

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun.

Cinq cents francs CFA plus cinq cents francs. Fleuve engloutis-la.

Òle kɔ̀nɔn mán à tá dɔ́gɔmuso mà ká à fɔ́ kúra yé.

L’oiseau ne l’a pas prise alors. La petite sœur répéta.

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ Nà ń tà ó bá yé ń kùnun,

─ Viens me prendre, le fleuve va m’engloutir.

Nà ń tà ó bá yé ń kùnun,

Viens me prendre, le fleuve va m’engloutir.

Ní àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, le fleuve va m’engloutir.

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, le fleuve va m’engloutir.

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun,

Cinq cents plus cinq cents, le fleuve va m’engloutir.

Kὲmɛ ní kὲmɛ táran bá yé kùnun.

Cinq cents plus la moitié de cinq francs, le fleuve va m’engloutir.

Kɔ̀nɔn ká dɔ́gɔmuso mà tá, ká tága à bíla bá jíe nyέn dɔ̀min kàn. Ká kɔ̀rɔmuso mà tó yí, sísan sà bὲ sùrunyanan à rá. Kɔ̀rɔmuso mà ká tó :

L’oiseau saisit la petite sœur et la laissa sur l’autre rive du fleuve. Il n’écouta pas l’appel de la grande sœur. Le serpent pendant ce temps se rapprochait de plus en plus. La grande sœur dit :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ Nà ń tà ó bá yé ń kùnun,

─ Viens me prendre, le fleuve va m’engloutir.

Nà ń tà ó bá yé ń kùnun,

Viens me prendre, le fleuve va m’engloutir.

Ní àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, le fleuve va m’engloutir.

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA. Le fleuve va m’engloutir.

Kὲmɛ ní kὲmɛ táran bá yé kùnun.

Cinq cents plus la moitié de cinq francs. Le fleuve va m’engloutir.

Dɔ́gɔmuso mà ká tó :

La petite sœur dit :

─ Kàna à tà ó bá yé kùnun,

─ Ne la prends pas, fleuve engloutis-la.

Kàna à tà ó bá yé kùnun,

Ne la prends pas, fleuve engloutis-la.

Sá bá múso ló bá yé kùnun,

C’est la femme du grand serpent, fleuve engloutis-la.

Ní àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, le fleuve va m’engloutir,

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, le fleuve va m’engloutir

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun.

Cinq cents plus cinq cents, le fleuve va m’engloutir.

Òle sá m̕ à tà. Sà sùrunyanan é nà à tá wágati mí nàn, dɔ́gɔmuso mà ká tó :

Alors l’oiseau ne l’a pas prise, pendant ce temps le serpent s’était rapproché et il était sur le point de l’attraper. La petite sœur cria :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ À tà ó bá yé kùnun,

─ Prends-la, le fleuve va m’engloutir.

À tà ó bá yé kùnun,

Prends-la, le fleuve va m’engloutir.

Ní àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, le fleuve va m’engloutir,

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, le fleuve va m’engloutir

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun,

Cinq cents francs plus cinq cents francs, le fleuve va m’engloutir.

Kὲmɛ ní kὲmɛ táran bá yé kùnun.

Cinq cents plus la moitié de cinq cents, le fleuve va m’engloutir.

Bón sísan kɔ̀nɔn ká à tà sísan, ká tága à jígi, sísan kɔ̀nɔn ká kɔ̀rɔmuso mà jígi, à kí bóri kí tága. Ká dɔ́gɔmuso mà tó yí kí tága. Sà séra kɔ̀nɔn má, sá ká tó kɔ̀nɔn má :

L’oiseau alors s’envola avec elle. Il la sauva puis libéra la grande sœur. Elle avait commencé à courir en abandonnant sa petite sœur. Le serpent arriva au niveau de l’oiseau et lui demanda :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ À tà ó bá yé kùnun,

─ Prends-le, le fleuve va m’engloutir.

À tà ó bá yé kùnun,

Prends-le, le fleuve va m’engloutir.

Ní àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, le fleuve va m’engloutir,

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, le fleuve va m’engloutir

Kὲmɛ ní kὲmɛ táran bá yé kùnun.

Cinq cents et la moitié de cinq cents, le fleuve va m’engloutir.

Sísan kɔ̀rɔmuso mà ó ká tága ká dɔ́gɔmuso mà lɔ̀ni tó yí, dɔ́gɔmuso mà ká kó :

La grande sœur avait abandonnée la petite sœur, celle-ci chanta :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ Kàna à tà ó bá yé kùnun,

─ Ne le prends pas, fleuve engloutis-le.

Kàna à tà ó bá yé kùnun,

Ne le prends pas, fleuve engloutis-le.

Ní ń ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, fleuve engloutis-le.

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, fleuve engloutis-le.

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun.

Cinq cents francs CFA plus cinq cents francs, fleuve engloutis-le.

Òle kɔ̀nɔn dɔ̀nkiri lá túgu, dɔ́gɔmuso mà ká à fɔ́ :

L’oiseau a repris alors la même chanson et la petite soeur ajouta :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ Kàna à tà ó bá yé kùnun,

─ Ne le prends pas, fleuve engloutis-le.

Kàna à tà ó bá yé kùnun,

Ne le prends pas, fleuve engloutis-le.

Ní ń ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, fleuve engloutis-le.

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, fleuve engloutis-le.

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun.

Cinq cents francs CFA plus cinq cents francs. Fleuve engloutis-le.

Dɔ́gɔmuso mà ká tó túgu :

La petite sœur dit encore une fois :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ À tà ó bá yé kùnun,

─ Prends-le, s’il te plaît, le fleuve va m’engloutir.

À tà ó bá yé kùnun,

Prends-le, s’il te plaît, le fleuve va m’engloutir.

Ní àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, le fleuve va m’engloutir.

Ɲyí són kὲmɛ rá bá yé ń kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA. Le fleuve va m’engloutir.

Kὲmɛ ní kὲmɛ táran bá yé kùnun.

Cinq cents et la moitié de cinq cents. Le fleuve va m’engloutir.

Sísan kɔ̀nɔn ká sà tá, ári bɛ̀ tágara ári ká tága sé jíe mílie dúga rá sàn, dɔ́gɔmuso mà ká dɔ̀nkiri lá :

L’oiseau a alors pris le serpent. Ils s’envolèrent et quand ils atteignirent le centre du cours du fleuve, la petite sœur reprit à nouveau la chanson :

[Tàlenlabaga kélen ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur chante seul]

─ À b̕ la yí bá yé kùnun,

─ Lâche-le à cet endroit, le fleuve va m’engloutir.

À b̕ la yí bá yé kùnun,

Lâche-le à cet endroit, le fleuve va m’engloutir.

Ń àn ká sé só bá yé kùnun,

Quand nous arriverons à la maison, fleuve engloutis-le.

Nyí són kὲmɛ rá bá yé kùnun,

Je t’offrirai cinq cents francs CFA, fleuve engloutis-le.

Kὲmɛ ní kὲmɛ rá bá yé kùnun.

Cinq cents francs CFA plus cinq cents francs, fleuve englouti-le.

Kɔ̀nɔn ká sá b̕ la jíe rá, ò sà tɔ̀gɔ lé kὲra bì jíe rá sà yé, ní ò tɛ̀ gálɛngalɛn sà tí tὲ jíe rá. Ò káman jíe rá sà yá fári túguni, à tí bὲ fín mín kɔ́ à má ò sɔ̀rɔ dó, ò fári yá ká tó à rá fɔ́ bí tére rá.

L’oiseau alors lâcha le serpent dans l’eau. C’est ce même serpent que nous retrouvons dans l’eau de nos jours. Autrefois il n’y avait pas de serpent dans l’eau. En plus c’est pour cette raison que le serpent des eaux est féroce. Ce qu’il cherche, c’est à dévorer quelqu’un, puisqu’on l’en avait empêché. C’est cette même agressivité qui lui est restée jusqu’à nos jours.

Ní é ká fín sɔ̀rɔ kàna nyína é síginyɔngɔn, é lámɔgɔ, dɔ́gɔ kɔ́.

Si l’on a acquis un bien, il ne faut pas oublier d’en offrir à son voisin, celui à qui l’on fait confiance. N’oublie pas non plus ton petit- frère.

Mùso ní é kó yé cὲ tà kàna yáda.

Enfin la femme qui désire se marier à un homme, ne devrait pas être trop exigeante.

Tàlen ń kí tá dúga mína ń kí bíla.

Conte, je te laisse là où je t’ai pris.

Ouattara Adama, 13 ans. Kong, 2011.

Ouattara Adama, 13 ans. Kong, 2011.

Corpus inédit, © Copyright Awa Traoré

 


 

Notes:

1   Jí, en dioula véhiculaire, désigne l’eau, et par extension tout liquide. Les ressortissants de Kong ont pour coutume de réaliser le mot sous la forme phonétique jíe, pour designer l’eau, le jus. Nous avons conservé jíe dans tout notre corpus pour rester fidèle à la forme dialectale locale.

2 Nous verrons d’autres versions : conte numéro 1 de notre répertoire de contes des femmes, voir ci-après celui des hommes.

3  Dans les cérémonies nuptiales dioula, le jour de la consommation sexuelle de l’union a lieu un jeudi.

4  Les chansons de ce conte sont chantées par une seule personne. Ces chansons ont un lien avec la situation que vit ou vivra chaque protagoniste du récit.

5  Il est courant chez les Dioula que la femme ait recours à cette expression pour communiquer avec son époux. C’est un terme d’adresse qui a une valeur affective chez les Dioula. Ce kɔ̀rɔ, mis pour kɔ̀rɔcε, veut en fait dire aîné, ce qui pour l´épouse est une façon de reconnaître sa soumission au mari, car le puîné est toujours soumis à l’aîné. De fait, en principe, l’épouse est toujours plus jeune que le mari.

6  Nyìninka, dioula, du verbe demander. Les ressortissants de Kong ont pour coutume de réaliser phonétiquement le mot en Nyìninga.