Fín mí kósɔn bà yé bùwo kέ wásawasa / Pourquoi les crottes de chèvre sont rondes

 

 

Mots-clés

mandingue, dioula, Kong, Côte d’Ivoire — oralité, conte, kúman, tàlen — sorcière, grand-mère, petit-fils, grand-père, chèvre, crottes.

Production du corpus

Conteur Ouattara Adama, 13 ans. Élève d’une école coranique à Kong.

Contexte de production

Date et lieu d’enregistrementNovembre 2011, Kong, Côte d’Ivoire.

ContexteLe conteur a été informé une dizaine de jours, avant les enregistrements (situation quasi réelle). Le public présent durant les séances de contes est de tout âge et tous les sexes. Les enfants ont été isolés durant les enregistrements afin d’avoir le moins de bruit possible dans leur voisinage immédiat, le public, les autres assistants ou intervenants sont assis à attendre leur tour d’intervention.

Descriptif

Une vieille femme, considérée par tous les sorciers du village comme leur patronne, a appris l’équitation à son petit-fils. Elle prend des braises dans le foyer, le feu se répand, son petit-fils se brûle, il lui demande si elle est folle et il l’appelle par son nom de sorcière. Elle menace de le tuer, il prend la fuite à cheval, elle le poursuit ; il se réfugie chez son grand-père qui lui demande de partir. Un tisserand fait de même.

Le garçon tombe sur un bouc qui lui dit qu’il avalera la grand-mère. Le bouc demande au garçon sous quelle forme il veut voir les restes de la grand-mère dans ses excréments, sous forme de boules ou sous forme de crottes. Le bouc avale la grand-mère, ce que le garçon a demandé se produit.

Ce conte réfère à deux pratiques courantes dans de nombreuses sociétés : la relation entre la grand-mère et le petit-fils permet une certaine liberté d’expression à ce dernier ; par ailleurs, on évite de prononcer le nom d’une personne. La grand-mère étant une sorcière, le conte évoque cette relation dans un cadre extraordinaire et sous le régime de la démesure et de l’amplification. Celles-ci permettent de produire le comique.

 

 


 

 

 

7. Fín mí kósↄn bà yé bùwo kέ wásawasa  /  7. Pourquoi les crottes de chèvre1 sont rondes

 

 

 

 

 

 

 

Ń tá yé ń tá yé,

Voilà le mien, voilà le mien.

Mùso dɔ́ lému dúgu súbagari bíyɛ y̕ à lɔ́n àle lé bὲ ári kùntigi yé. Sísan à mámadeni dɔ́ bὲ yí, [súbaga] à tí y̕ sò bɔ̀ri lɔ́n. Òle à ká nà à mámaden kàran sò bɔ̀rira. Mámaden màn ká sò bɔ̀ri lɔ́n sísan. Lá dɔ́ mámamuso màn ká tága tá bɔ́ gbá rá, tá ká jànja gbá rá. Mámaden màn ká sèn dó gbá rá tá ká mámadén jὲni. Òle mámaden ká tó:

Une femme vivait dans un village où tous les sorciers la considéraient comme leur patronne. Cette femme avait un petit-fils qui savait monter à cheval. Elle avait enseigné l’équitation à son petit-fils, c’est pourquoi celui-ci savait très bien monter à cheval. Un jour, la grand-mère enleva du feu du foyer et le feu se répandit au sol. Le petit-fils y marcha et le feu le brûla. Alors, il protesta:

─ Fὲrɛ máma é ká à tó tá ká ń jἑni. Òle à ká tó:

─ Regarde grand-mère, le feu m’a brûlé à cause de toi.

[Mámaden màn ká tó]:

[Le petit-fils poursuivit]:

─ Fà lé bὲ é rá wá?

─ Es-tu folle?

É ká à lɔ́n à bὲ mɔ̀gɔ mí súfa yé é ká à fɔ́ à mà ń Gbὲgɛ à yé é fága. Òle sísan mámaden màn ká tó à màn:

On sait comment sont ces genres de sorcières. Si l’on prononce leur nom qu’elles utilisent pour faire la sorcellerie, elles tuent. Eh bien le petit-fils prononça alors :

─ Ń gbὲgɛ.

─ N gbὲgɛ.

À ká tó mámaden màn:

Elle a répondu au petit-fils :

─ Bí ó rá wá éle ò nín bɔ̀ra dúnunya kɔ́nɔn. Sísan à fátara à kɔ́, mámaden màn ká sò tá sísan kí bɔ́ri. Kirikirikiri! Bòn, sísan à bὲ bɔ̀rira, mámaden màn tágara sé Bèmacε kɔ́rɔ kó:

─ Aujourd’hui tu disparaîtras du monde des vivants. Elle sortit à sa poursuite. Mais le petit-fils s’enfuit à cheval. Kirikirikiri ! Cours, cours. Il arriva chez son grand-père qui lui demanda:

─ À dó kὲra dí lé?

─ Qu’est ce qui se passe?

Mámaden màn kó:

Le petit-fils répondît:

─ Ń máma lé kó à tí fɔ́ àle màn ń gbὲgɛ òle à kó é ní búgɔ. Ń dó láni bὲ ń ná lá cógomi à dó yé ń búgɔ bí.

─ C’est ma grand-mère qui ne veut pas que je l’appelle “N Gbὲgɛ”. Et comme j’ai désobéi, elle veut me donner une bonne raclée. Je suis sûr qu’elle est décidée à me donner une bonne raclée aujourd’hui.

Òle rá à ká tó:

Alors le grand-père dit:

─ Sígi ń kɔ́rɔ yèn. À ká sígi sísan. Mámamuso màn bὲ yó yèn ní Ferké. Òle à bὲ à rá:

─ Eh bien, assieds-toi ici à côté de moi. Donc il s’assit là à côté du grand-père. La grand-mère se trouvait déjà à une distance semblable à celle d’ici à Ferké2. On pouvait l’entendre de loin:

[Tàlenlabaga ká dɔ̀nkiri lá]

[Le conteur entonne un chant]

─ Mámɔri yé ń kíri ná ó ná.

─ Mámɔri m’appelle “maman3”, ” Oh maman”!

Mámɔri yé ń kíri ná ó ná.

Mámɔri m’appelle “maman”, ” Oh maman”!

Mámɔri nànan sò yἑlεman lɔ́n.

Mámɔri, comme il peut faire des pirouettes sur le cheval,

Mámɔri kó Ń Gbégere.

Mámɔri m’appelle “N Gbégere“.

sèn kán lé mága:

Ses pas résonnaient comme le tonnerre:

[Tàlenlabaga ká wòwawo dɔ̀nkiri mín lá]

[Le conteur entonne l’onomatopée chantée suivante]

─Kígitikagata.

─ Kígitikagata.

Bílan ò màgan:

Le pagne qui couvrait ses parties intimes résonnait comme ceci:

[Tàlenlabaga ká wòwawo dɔ̀nkiri mín lá]

[Le conteur entonne l’onomatopée chantée suivante]

─ Pípaa dɔ́ bἑ ń nyán ní dɔ́ bἑ ń kɔ́.

─ Pípaa ! J’ai un pagne en avant, j’ai un autre pagne en arrière.

À jùmugu fìla bἑ màganra sísan:

Le mouvement de chaque fesse faisait ce bruit:

[Tàlenlabaga ká wòwawo dɔ̀nkiri mín lá]

[Le conteur entonne l’onomatopée chantée suivante]

─ Sán túrugutεrεgε.

─ Sán Túrugutεrεgε.

Sán túrugutεrεgε.

Sán túrugutεrεgε4.

À dá kíniboro à ní númanboro, kíniboro ò yé màgan:

Sa bouche avait un côté droit et un côté gauche. Le côté droit résonnait comme ceci:

[Tàlenlabaga ká wòwawo dɔ̀nkiri mín lá]

[Le conteur entonne l’onomatopée chantée suivante]

─ Ń gbágakankan.

─ N Gbágakankan.

Númanboro ò yé màgan:

Et le côté gauche résonnait comme ceci:

[Tàlenlabaga ká wòwawo dɔ̀nkiri mín lá]

[Le conteur entonne l’onomatopée chantée suivante]

─ Ń gbógokoko.

─ N gbógokoko !

Bèmacε màn ká tó:

Le grand-père demanda :

─ Míni lé màgan tèn.

─ Mais, qu’est ce qui provoque ce vacarme?

Kó:

Il répondit:

─ Ń ná lé bἑ màganra tèn! Ń ná lé bἑ màganra tèn.

─ C’est ma grand-mère qui fait ce bruit ! C’est ma grand-mère qui fait ce bruit!

Kó bón:

Alors le grand-père dit:

─ Dɔ́ lá é sèn nɔ̀n kàn. À já tìgɛ kó júgu fὲ à ká bɔ̀ri ká tága sé Kpἑrɛdantigi dɔ́ màn sísan.

─ Eh bien ! Dans ce cas-là, continue ton chemin et marque bien tes empreintes au sol. Le petit avait très peur. Il partit rapidement de là et alla chez un tisserand.

Kó:

Le tisserand lui demanda:

─ À kἑra dí lé?

─ Qu’est ce qui se passe?

Kó:

Il répondit:

─ Ń ná lé kó é ń búgɔ. Ń dó láni bὲ ń ná rá à dó tὲ ń tó.

– C’est ma grand-mère qui veut me donner une bonne raclée. Je suis sûr qu’elle ne va pas arrêter jusqu’à ce qu’elle m’ait dans ses mains.

Òle à ká tó:

Le tisserand lui dit alors:

─ Sígi é kɔ́rɔ.

─ Eh bien, assieds-toi ici à côté de moi.

Màmamuso màn bὲ yèn ní Náfanan sísan. À ká dɔ̀nkiri dáminan sísan:

La grand-mère se trouvait déjà à une distance semblable à celle d’ici à Nafanan5. Elle entonna à nouveau le chant:

 [Tàlenlabaga ká dɔ̀nkiri mín lá]

[Le conteur entonne le chant suivant]

─ Mámɔri yé ń kíri ná ó ná.

─ Mámɔri m’appelle “maman”, ” Oh maman”!

Mámɔri yé ń kíri ná ó ná.

Mámɔri m’appelle “maman”, ” Oh maman”!

Mámɔri nànan sò yἑlεman lɔ́n.

Mámɔri, Comme il peut faire des pirouettes sur le cheval,

Mámɔri kó Ń Gbégere.

Mámɔri m’appelle “N Gbégere”.

Kígitikagata.

Kígitikagata.

Pípaa dɔ́ bὲ ń nyán ní dɔ́ bὲ ń kɔ́.

Pípaa, J’ai un pagne en avant, j’ai un autre pagne en arrière.

Sán túrugutεrεgε, Sán túrugutεrεgε.

Sán Túrugutεrεgε, Sán túrugutεrεgε.

Ń gbágakankan.

N gbágakankan.

Ń gbógokoko.

N gbógokoko.

Kpὲrɛdanbaga ká tó:

Le tisserand demanda :

─ Míni lé màgan tèn?

─ Qu’est ce qui provoque ce vacarme-là?

Kó:

Le petit répondit:

─ Ń ná lé bὲ màganra tèn.

C’est ma grand-mère qui provoque ce vacarme.

Kó:

Alors le tisserand dit:

─ Wíri ká dɔ́ lá é sèn nɔ̀n kàn. Ní ò tὲ ní màn lára é nà àn fíla tó yí.

─Eh bien ! Dans ce cas-là, continue ton chemin et laisse bien marquées tes empreintes au sol. Si tu ne le fais pas, je crois qu’aucun d’entre nous ne restera en vie.

Sísan dén cὲ màn ká tága kànyɛn sàgajígi dɔ́ màn. À bὲ kpὲrɛ dàn nàn. Sàgajigi tóro kélen, nyàndεn kélen, gbàn kélen, sén kélen bὲ kpὲrɛ dánan sísan à ká tó:

Le petit s’enfuit de là et rencontra un bélier qui faisait du tissage. Le bélier avait une oreille, un œil, une corne, une jambe6, et il tissait. Il lui dit donc:

─ Sígi é kɔ́rɔ yèn.

─ Eh bien, assois-toi ici à côté de moi.

Mámamuso màn à ká dɔ̀nkiri tɔ̀gɔ lá ká nà sé sàgajigi kɔ́rɔ.

La grand-mère avançait en chantant le même chant au fur et à mesure qu’elle s’approchait du bélier.

─ Mámɔri yé ń kíri ná ó ná.

─ Mámɔri m’appelle “maman”, ” Oh maman”!

Mámɔri yé ń kíri ná ó ná.

Mámɔri m’appelle “maman”, ” Oh maman”!

Mámɔri nànan sò yἑlεman lɔ́n.

Mámɔri, comme il peut faire des pirouettes sur le cheval,

Mámɔri kó Ń Gbégere.

Mámɔri m’appelle “N Gbégere”.

─Kígitikagata.

─ Kígitikagata.

Pípaa dɔ́ bὲ ń nyán ní dɔ́ bὲ ń kɔ́.

Pípaa, J’ai un pagne en avant, j’ai un autre pagne en arrière.

Sán túrugutεrεgε, Sán túrugutεrεgε.

Sán Túrugutεrεgε, Sán túrugutεrεgε.

Ń gbágakankan.

N gbágakankan.

Ń gbógokoko.

N gbógokoko.

Òle sàgajigi ká tó déncεman màn:

Le bélier demanda alors au petit:

─ Ní ń kí mámamuso kùnun nyí à bò kὲ pɔ̀tɔpɔtɔ, wála nyí à kὲ wárawara?

─ Lorsque je vais manger ta grand-mère, veux-tu voir ses restes dans mes excréments sous forme de boue ou sous forme de boules rondes?

À ká tó:

Le petit répondit:

─ À kὲ wárawara.

─ Ce serait mieux de la rendre sous forme de boules rondes.

Sàgajigi ká à mámamuso kùnun sísan. Ká à bò kὲ wárawara à yἐrε nyɛ̀nan.

Le bélier avala donc la grand-mère. Et par la suite les restes de la grand-mère apparurent dans ses selles sous forme de boules rondes, en présence du petit.

Tàlen ń kí tá dúga mína ń kí bíla.

Conte je te laisse là où je t’ai pris.

Ouattara Adama, 13 ans. Kong, 2011.

Ouattara Adama, 13 ans. Kong, 2011.

Corpus inédit, © Copyright Awa Traoré

 


 

Notes:

1  Lapsus du conteur; selon le conte, il pourrait s’agir de brebis, mouton, ovin:  sàga en dioula. C’est le terme employé plus loin dans le texte.

2 Ferké: abréviation de Ferkéssédougou, une ville située au nord de la Côte d’Ivoire. Administrativement, Kong dépend de cette ville et se trouve à une centaine de kilomètres.

3  Les petits-fils parfois appellent leur grand-mère, maman, quand celle-ci les élève.

4  Sán túrugutεrεgε, en dioula : « Qui balance et balance ».

5  Náfanan est un village situé à 18 kilomètres de Kong.

6  Le physique atypique du bélier indique à coup sûr qu’il s’agit d’un génie.