Fowru e bojel e mbaroodi / L’hyène, le lièvre et le lion

.

.

Mots-clés:  peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; lion, hyène,  lièvre;

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Baylaa KULIBALI

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol

Résumé

RéférenceTinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

.

.

.

Fowru e Bojel e Mbaroodi / Hyène, Lièvre et Lion

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e mbaroodi.

Ɓe mbii : « Ngaree njehen raddo. » Ɓe njehi, ɓe mbari lella e kooba e wilwilnde. Ɓe mbii : « Peccen. » Fowru wii : « Kaawu Mbaroodi, moni e men fof, ko hokkaa hoto yaw. » Mbaroodi wii : « Kala jawɗo, ko mi baroowo ɗum ! »

Ndu sastii wilwilnde ndee, handu jogori rokkude bojel. Tan bojel wii : « Tappi ! Hee Kaawu Mbaroodi, Kaawu Fowru ƴeɓtii geɗal mum ! » Ngel wii : « Kaawu Mbaroodi, naw kooba baa, miin mi nawa lella baa. »

Bojel woni e juɗde lella mum. Mbaroodi woni e juɗde kooba mum. Haɓe mbaɗa sunununuu !… sanananaa !… Fowru woni e ɓiinyde, e ŋormaade. Bojel wii : « Hii jam, Kaawu Fowru, aan kam a yaw ne ? »

Fowru heɓɓitii wii : « Hii, ko yawi e ɗum ɓiɗɗum soolde, ko alaa teewu, alaa ƴiiƴam ? »

.

.


.

.


.

Fowru e bojel e mbaroodi

L’hyène, le lièvre et le lion

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e mbaroodi.

Etaient là, l’hyène, le lièvre et le lion.

Ɓe mbii :

Ils dirent :

« Ngaree njehen raddo. »

« Venez, allons à la chasse. »

Ɓe njehi, ɓe mbari lella e kooba e wilwilnde.

Ils partirent, tuèrent une gazelle, un hippotrague et une chauve-souris.

Ɓe mbii :

Ils dirent :

« Peccen. »

« Partageons. »

Fowru wii :

L’hyène dit :

« Kaawu Mbaroodi, moni e men fof, ko hokkaa hoto yaw. »

« Oncle Lion, chacun de nous, ce qu’on lui aura donné, qu’il ne [le] dédaigne pas. »

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

« Kala jawɗo, ko mi baroowo ɗum ! »

« Quiconque dédaigne [sa part], je vais le tuer. »

Ndu sastii wilwilnde ndee, handu jogori rokkude bojel.

Elle [l’hyène] saisit la chauve-souris, elle allait la donner au lièvre.

Tan bojel wii :

Alors le lièvre dit :

« Tappi !

« Quel coup de chance1 ! 

Hee Kaawu Mbaroodi, Kaawu Fowru ƴeɓtii geɗal mum ! »

Hé Oncle Lion, Oncle Hyène2 a pris sa part ! »

Ngel wii :

Il dit :

« Kaawu Mbaroodi, naw kooba baa, miin mi nawa lella baa. »

« Oncle Lion, prends l’hippotrague, moi je prends la gazelle. »

Bojel woni e juɗde lella mum.

Le lièvre se mit à griller sa gazelle.

Mbaroodi woni e juɗde kooba mum.

Le lion se mit à griller son hippotrague.

Haɓe mbaɗa sunununuu ! … sanananaa ! …

Ils faisaient « sunununuu !… sanananaa3 !… »

Fowru woni e ɓiinyde, e ŋormaade.

L’hyène se mit à grimacer et à grogner.

Bojel wii :

Le lièvre dit :

« Hii jam, Kaawu Fowru, aan kam a yaw ne ? »

« Eh bien, Oncle Hyène, mais toi, dédaignerais-tu ta part ? »

Fowru heɓɓitii wii :

L’hyène répliqua en disant :

« Hii, ko yawi e ɗum ɓiɗɗum soolde, ko alaa teewu, alaa ƴiiƴam ? »

« Eh bien, qui dédaignerait cette espèce de putain de chose4, qui n’a ni chair ni sang ? »

 


 

Notes:

1  Traduction de l’interjection tappi, mot à mot : « bien frappé ».

2  En peul, l’hyène est un personnage masculin.

3  Onomatopée évoquant le suintement de viande en train de griller.

4  Traduction de ɓiɗɗum soolde : ɓiɗɗum : « espèce d’enfant de… » ; soolde : «penis ».