Hare duulaaɗe / La bataille des lézards

 

 

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

 

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — chien, cheval, coq, bélier, taureau ; enchaînement des causes, solidarité.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Ibrahima Lih ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Maïmouna Thiam.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

RésuméDeux lézards sont en train de se battre. Le chien demande au cheval de les séparer. Il refuse. Cela ne le concerne pas. Le chien va, tour à tour, trouver le coq, le bélier et le taureau à qui il demande d’aller séparer les lézards, ceux-ci le renvoient. Le chien avertit : « Le mal secoue la queue1. »

Les lézards tombent dans la corbeille d’une vieille femme, leur queue emporte du coton, ils tombent dans le feu, ils grimpent sur la case, la case de la vieille femme prend feu, elle meurt dans l’incendie.

On selle le cheval pour annoncer le décès à la ronde. Le cheval passe la journée à galoper, il meurt d’épuisement, il est jeté, le chien le mange. Les gens viennent pour les funérailles. On tue le coq pour leur déjeuner ; le soir, on tue le bélier ; le lendemain, on tue le taureau pour le déjeuner. Les os sont jetés au chien.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 20.

 

.

.

.

Hare duulaaɗe / La bataille des lézards

 

 

 

Wonnoo ɗoo ko rawaandu.

Ndu tawi duulaaɗe — walla mbatiiji ɗiɗi — ina kaɓa. Ndu ari e puccu, ndu wii : « Puccu, duulaaɗe ɗiɗi nena kaɓa, a yaataa ceerndaa ɗe ? » Puccu wii : « Miɗa jiimi e gammbal am miɗa nyaama, yo mi yah hare duulaaɗe ? Ko wondii kam e ɗuum ? » Rawaandu wii : « Bone dey ficcan laaci !… »

Rawaandu ɓenni, ari e ngori, ina wiɗoo. Ndu wii : « Ngori, duulaaɗe ɗiɗi nena kaɓa, a yaataa ceerndaa ɗe ? » Ngori wii : « Hol miin e yaade hare duulaaɗe ? Ɗuum dey wonaa haaju am ! » Rawaandu wii : « Bone dey ficcan laaci !… »

Rawaandu ɓenni, ari e njawdi. Ndu wii : « Njawdi, duulaaɗe ɗiɗi nena kaɓa. A yaataa ceerndaa ɗe ? » Njawdi wii : « Miɗa nyaama gooƴe am, yo mi yah hare duulaaɗe ? Yo ɗe mbarndir ! » Rawaandu wii : « Bone dey ficcan laaci !… »

Rawaandu ɓenni, ari e ngaari. Ndu wii : « Ngaari, duulaaɗe ɗiɗi nena kaɓa. A yaataa ceerndaa ɗe ? » Ngaari wii : « Miɗa nyaama nyaayko am, yo mi seerndoy hare duulaaɗe ? Ummo ɗoon dey ! » Rawaandu wii : « Bone dey ficcan laaci !… »

Duulaaɗe cippiri haa njani e jige debbo nayeejo. Jige oo ina waɗi wiro. Laaceeje ɗee nawori wiro. Ɗe njani e jaaynge, ɗe ŋabbi e suudu. Suudu debbo nayeejo wonnoo nduu sumi. Debbo oo maayi. Gullaali ngulli, yimɓe mbii : « Kaɓɓee puccu nguu, ƴeewon cukalel wulloyoo banndiraaɓe. » Puccu seŋaa labungal. Rawaandu ari e puccu, ndu wii : « Puccu, mi wiyiino ma bone ficcan laaci. Hannde so ɓe ceertii e maa, so a maayaani ne, a tampan. » Puccu nyalli dogneede e gure, arti tan maayi, daasaa werlaa caggal wuro. Rawaandu nyaami.

Hoɓɓe ngari janayse. Yimɓe mbii : « Ƴeewanee hoɓɓe ɓee ko nyaami. » Ɓe mbii : « Mbaree ngori oo ». Tan sukaaɓe mbiyaa yoo paɗɗu ngori. Ɓe ƴeɓti cabbi, ɓe ndewi e ngori. Ngori ina doga, ina naata e cuuɗi e ndallaaji. Rawaandu wii : « Ngori, mi wiyiino ma bone ficcan laaci. Oo bone luutataa ma. » Ngori waraa nyaamaa, ƴiye mum mberlaa rawaandu.

Hiiri. Yimɓe mbii : « Ƴeewanee hoɓɓe ko kiirtii. » Ɓe mbii : « Mbaree njawdi ndii. » Njawdi nanngaa ina waree. Rawaandu ari e njawdi. Ndu wii : « Mi wiyiino ma bone ficcan laaci. Aan kam a daɗataa. » Njawdi waraa nyaamaa, ƴiye mum mberlaa. Rawaandu nyaami.

Nyawli. Ɓe mbii : « Ƴeewanee hoɓɓe ko ngottii. » Yimɓe mbii : « Mbaree ngaari ndii. » Ngaari jaggaa, haɓɓaa ina waree. Rawaandu ari wii : « Ngaari, mi wiyiino ma bone ficcan laaci. Oo bone luutaani ma. » Ngaari waraa nyaamaa, ƴiye mum mberlaa rawaandu.

 

 

.

.


 

..

.

 

 

.


.

.

.

.

 

 

Hare duulaaɗe

La bataille des lézards

 

Wonnoo ɗoo ko rawaandu.

Était ici un chien.

 

Ndu tawi duulaaɗe — walla mbatiiji ɗiɗi — ina kaɓa.

Il trouva deux lézards mâles2 en tain de se battre.

 

Ndu ari e puccu, ndu wii :

Il alla chez le cheval, il dit :

 

« Puccu, duulaaɗe ɗiɗi ne na kaɓa, a yaataa ceerndaa ɗe ? »

« Cheval, deux lézards sont en train de se battre, tu ne vas pas les séparer ? »

5

Puccu wii :

Le cheval dit :

 

« Miɗa jiimi e gammbal am miɗa nyaama, yo mi yah hare duulaaɗe ?

« Je suis devant mon auge en train de manger, [et tu veux] que j’aille à la bataille des lézards ?

 

Ko wondii kam e ɗuum ? »

En quoi cela me concerne-t-il ?3 »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Bone dey ficcan laaci !… »

« Le mal, certes, secoue la queue !… »

10

Rawaandu ɓenni, ari e ngori, ina wiɗoo.

Le chien continua son chemin, vint chez le coq qui était en train de gratter le sol.

 

Ndu wii :

Il dit :

 

« Ngori, duulaaɗe ɗiɗi ne na kaɓa, a yaataa ceerndaa ɗe ? »

« Coq, deux lézards sont en train de se battre, tu ne vas pas les séparer ? »

 

Ngori wii :

Le coq dit :

 

« Hol miin e yaade hare duulaaɗe ?

« Qui suis-je pour aller à la bataille des lézards ? 

15

Ɗuum dey wonaa haaju am ! »

Ça, vraiment, ce n’est pas mon affaire ! »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Bone dey ficcan laaci !… »

« Le mal, certes, secoue la queue !… »

 

Rawaandu ɓenni, ari e njawdi.

Le chien continua [son chemin], vint chez le bélier.

 

Ndu wii :

Il dit :

20

« Njawdi, duulaaɗe ɗiɗi ne na kaɓa.

« Bélier, deux lézards sont en train de se battre.

 

A yaataa ceerndaa ɗe ? »

Tu ne vas pas les séparer ? »

 

Njawdi wii :

Le bélier dit :

 

« Miɗa nyaama gooƴe am, yo mi yah hare duulaaɗe ?

« Je suis en train de manger mon foin, [et tu veux] que j’aille à la bataille des lézards ?

 

Yo ɗe mbarndir ! »

Qu’ils s’entretuent ! »

25

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Bone dey ficcan laaci !… »

« Le mal, certes, secoue la queue !… »

 

Rawaandu ɓenni, ari e ngaari.

Le chien continua [son chemin], vint chez le taureau.

 

Ndu wii :

Il dit :

 

« Ngaari, duulaaɗe ɗiɗi ne na kaɓa.

« Taureau, deux lézards sont en train de se battre,

30

A yaataa ceerndaa ɗe ? »

Tu ne vas pas les séparer ? »

 

Ngaari wii :

Le taureau dit :

 

« Miɗa nyaama nyaayko am, yo mi seerndoy hare duulaaɗe ?

« Je suis en train de manger mes tiges de mil, [et tu veux] que j’aille m’interposer dans la bataille des lézards ?

 

Ummo ɗoon dey ! »

Dégage de là ! »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

35

« Bone dey ficcan laaci !… »

« Le mal, certes, secoue la queue !… »

 

Duulaaɗe cippiri haa njani e jige debbo nayeejo.

Les lézards luttèrent jusqu’à tomber dans la corbeille d’une vieille femme.

 

Jige oo ina waɗi wiro.

La corbeille contenait du coton.

 

Laaceeje ɗee nawori wiro.

Leurs queues emportèrent du coton.

 

Ɗe njani e jaynge, ɗe ŋabbi e suudu.

Ils tombèrent sur du feu, ils montèrent sur la case.

40

Suudu debbo nayeejo wonnoo nduu sumi.

La case où était la vieille femme brûla.

 

Debbo oo maayi.

La femme mourut

 

Gullaali ngulli, yimɓe mbii :

Les cris fusèrent4, les gens dirent :

 

« Kaɓɓee puccu nguu, ƴeewon cukalel wulloyoo banndiraaɓe. »

« Sellez le cheval, cherchez un jeune pour qu’il aille annoncer le décès aux proches.

 

Puccu seŋaa labungal.

On mit le mors au cheval.

45

Rawaandu ari e puccu, ndu wii :

Le chien vint chez le cheval, il dit :

 

« Puccu, mi wiyiino ma bone ficcan laaci.

« Cheval, je t’avais dit que le mal, certes, secoue la queue.

 

Hannde so ɓe ceertii e maa, so a maayaani ne, a tampan. »

Aujourd’hui, quand ils auront fini avec toi, si tu n’es pas mort, tu seras épuisé. »

 

Puccu nyalli dogneede e gure, arti tan maayi, daasaa werlaa caggal wuro.

Le cheval passa la journée à se faire galoper entre les villages, il revint et mourut, il fut traîné et jeté derrière le village.

 

Rawaandu nyaami.

Le chien [le] mangea.

50

Hoɓɓe ngari janayse.

Des étrangers vinrent pour les funérailles.

 

Yimɓe mbii :

Les gens dirent :

 

« Ƴeewanee hoɓɓe ɓee ko nyaami. »

« Cherchez de quoi manger pour les étrangers. »

 

Ɓe mbii :

On dit :

 

« Mbaree ngori oo ».

« Tuez le coq. »

55

Tan sukaaɓe mbiyaa yoo paɗɗu ngori.

Alors on dit aux enfants d’assommer le coq.

 

Ɓe ƴeɓti cabbi, ɓe ndewi e ngori.

Ils prirent des bâtons, et poursuivirent le coq.

 

Ngori ina doga, ina naata e cuuɗi e ndallaaji.

Le coq courait, entrait dans les cases et les espaces sous les greniers5.

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Ngori, mi wiyiino ma bone ficcan laaci.

« Coq, je t’avais dit que le mal, certes, secoue la queue.

60

Oo bone luutataa ma. »

Ce mal ne va pas te rater.

 

Ngori waraa nyaamaa, ƴiye mum mberlaa rawaandu.

Le coq fut tué et mangé, ses os furent jetés au chien.

 

Hiiri.

Il fit nuit.

 

Yimɓe mbii :

Les gens dirent :

 

« Ƴeewanee hoɓɓe ko kiirtii. »

« Cherchez de quoi dîner pour les étrangers. »

65

Ɓe mbii :

Ils dirent :

 

« Mbaree njawdi ndii. »

« Tuez le bélier. »

 

Njawdi nanngaa ina waree.

Le bélier fut attrapé pour être tué.

 

Rawaandu ari e njawdi.

Le chien vint chez le bélier.

 

Ndu wii :

Il dit :

70

« Mi wiyiino ma bone ficcan laaci.

« Je t’avais dit que le mal, certes, secoue la queue.

 

Aan kam a daɗataa. »

Toi, en tout cas, tu n’échapperas pas. »

 

Njawdi waraa nyaamaa, ƴiye mum mberlaa.

Le bélier fut tué et mangé, ses os furent jetés.

 

Rawaandu nyaami.

Le chien mangea.

 

Nyawli.

[Le lendemain,] il se fit tard dans la matinée.

75

Ɓe mbii :

On dit :

 

« Ƴeewanee hoɓɓe ko ngottii. »

« Cherchez de quoi déjeuner pour les étrangers. »

 

Yimɓe mbii :

Les gens dirent :

 

« Mbaree ngaari ndii. »

« Tuez le taureau. »

 

Ngaari jaggaa, haɓɓaa ina waree.

Le taureau fut attrapé et ligoté pour être tué.

80

Rawaandu ari wii :

Le chien vint et dit :

 

« Ngaari, mi wiyiino ma bone ficcan laaci.

« Taureau, je t’avais dit que le mal, certes, secoue la queue.

 

Oo bone luutaani ma. »

Ce mal ne t’a pas raté. »

 

Ngaari waraa nyaamaa, ƴiye mum mberlaa rawaandu.

Le taureau fut tué et mangé, ses os furent jetés au chien.

 


 

Notes:

1  C’est-à-dire que le mal secoue sa queue pour propager le mal autour lui.

2  L’auteur ajoute un synonyme, mbatiiji.

3  Mot à mot : Ko wondii kam e ɗuum ? « Qu’est-ce qui m’associe avec cela ? »

4  Mot à mot : gulaali ngulli « les cris crièrent ».

5  Traduction de ndalla (ka).

© Copyright ADELLAF 2021

Bojel e nyiiwa e mbaroodi e caamaaba / Le lièvre, l’éléphant, le lion et le python

 

 

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — lièvre, éléphant, lion, python ; ruse, supercherie, naïveté.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Ibrahima Dia.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé

L’éléphant, le lion et le python accordent, chacun, un crédit d’un bœuf au lièvre. Le délai pour rembourser la dette est atteint. Le lièvre demande à chacun des animaux de lui donner une corde pour qu’il lui rembourse son bœuf. Il prend les cordes et les attache à un grand arbre. Il donne à chacun un bout de corde en lui demandant de tirer son bœuf. Les trois animaux passent la journée à tirer vainement sur la corde. Ils découvrent la supercherie et promettent de tuer le lièvre.

La gazelle vient pour boire. Le python lui fait part de leur décision. La gazelle en informe le lièvre.

Le lièvre se couvre de la peau d’un chat sauvage mort et en putréfaction et il va trouver l’un après l’autre ses créanciers. Ceux-ci lui demandent, en le prenant pour un chat sauvage, ce qui lui est ainsi arrivé. Le « chat sauvage » leur explique que c’est la malédiction de lièvre : lui, le « chat sauvage », a fait crédit d’un bœuf au lièvre ; quand il a réclamé sa dette au lièvre, celui-ci a refusé de le payer et il l’a maudit.

Chacun des créanciers renonce à sa dette.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 17.

.

.

.

Bojel e nyiiwa e mbaroodi e caamaaba / Le lièvre, l’éléphant, le lion et le python

 

 

 

Wonnoo ɗoo ko bojel.

Ngel yehi to nyiiwa, ngel wii : « Nyiiwa, nyamlam ngaari haa nyande altine mi yoɓ-maa. » Nyiiwa nyamli ngel ngaari. Bojel yehi to mbaroodi, ngel wii : « Mbaroodi, nyamlam ngaari haa nyande altine mi yoɓ-maa. » Mbaroodi nyamli ngel ngaari. Bojel yehi to caamaaba, ngel wii : « Caamaaba, nyamlam ngaari haa nyande altine, mi yoɓ-maa ngaari maa. » Caamaaba nyamli ngel ngaari.

Ngel waɗdi e maɓɓe lajal. Nde lajal ngal timmi, bojel yehi to nyiiwa. Ngel wii : « Nyiiwa, addu ɓoggol mi yoɓ-maa ngaari maa. » Nyiiwa hokki ngel ɓoggol. Bojel yehi to mbaroodi, ngel wii : « Mbaroodi, addu ɓoggol mi yoɓ-maa ngaari maa. » Mbaroodi hokki ngel ɓoggol. Bojel yehi to Caamaaba, ngel wii : « Caamaaba, addu ɓoggol mi yoɓ-maa ngaari maa. » Caamaaba hokki ngel ɓoggol.

Bojel ƴeɓti ɓoggi ɗii, ngel haɓɓi e lekki mawki. Bojel yehi to nyiiwa, ngel totti nyiiwa ɓoggol, ngel wii : « Nyiiwa, fooɗ ngaari maa ! » Bojel yehi to mbaroodi, ngel wii : « Mbaroodi, ndaa ɓoggol fooɗ ngaari maa ! » Bojel yehi to caamaaba, ngel totti caamaaba ɓoggol, ngel wii : « Fooɗ ngaari maa ! » Bojel wii gooto fof yoo fooɗ ngaari mum. Ɓe nyalli fooɗde ha ɓe tampi, hay huunde araani. Moni fof rewi e ɓoggol mum, ha ɓe njettii lekki.

Nyiiwa wii : « Waɗi en nii ko Bojel. Kono ɗo njii-moo-mi fof, ko mi baroowo mo ! » Mbaroodi wii : « Ladde ndee mi jaggii ɗum : ɗo njiimi Bojel fof, ko mi baroowo ɗum ! » Caamaaba wii : « Ndiyam, mi jaggii ɗum : nde ngel tellii e ndiyam fof, mi waran ngel ! »

Lella ari yarde. Caamaaba wii : « Ɗum ko Bojel ne ? » Lella wii : « Alaa. Ko miin lella ari yarde. » Caamaaba wii : « So a yiyii Bojel, mbiyaa mo, miin e Nyiiwa e Mbaroodi, ɗo min njii mo fof, ko min warooɓe mo ! »

Lella yehi. Ba yii bojel, ba wii : « Bojel, Nyiiwa e Mbaroodi e Caamaaba mbii ɗo njii-maa fof, ko ɓe warooɓe ma ! Ɗuum noon, a wontaa yar ndiyam, ladde ndee, on kejjataa heen ! »

Bojel ari tawi koturu ina maayi ha ndu nyoli, handu ɓuny-ɓunyca gilɗi. Tan bojel suddii nguru oo, gilɗi ina caama. Bojel ari e sara maayo, tan caamaaba wii : « Hii jam, Koturu, holko waɗ-maa nii ? » Bojel wii : « Waɗi mi nii, ko kuɗdi Bojel. Mi nyamlii ngel ngaari, mbiimi yo ngel yoɓam, ngel salii yoɓde mi, ngel huɗi mi : kuɗdi maggel waɗi mi nii. » Caamaaba wii : « So a yiyii Bojel, miɗa rewannoo mo ngaari, mi yaafi-moo-mo. »

Bojel yehi to nyiiwa. Nyiiwa wii : « Koturu, holko waɗ-maa nii ? » Bojel wii : « Waɗi mi nii ko kuɗdi Bojel. Mi nyamlii ngel ngaari, ngel salii yoɓde mi, ngel huɗi mi : kuɗdi maggel waɗi mi nii. » Nyiiwa wii : « So a yiyii Bojel, mbiyaa mo mi yaafi-moo-mo ngaari ndewanno-moo-mi ndii. »

Bojel yehi to mbaroodi. Mbaroodi wii : « Koturu, holko waɗ-maa nii ? » Ngel wii : « Waɗi mi nii ko kuɗdi Bojel. Mi rewii ngel ngaari, lajal amen timmi, Bojel salii yoɓde mi, huɗi mi : kuɗdi maggel waɗi mi nii. » Mbaroodi wii : « So a yiyii Bojel, mbiyaa mo ngaari ndewanno-moo-mi ndii, mi yaafi-moo-mo ndi.

Tan bojel itti nguru werlii. Ngel yehi to caamaaba. Caamaaba wii : « Ɗum ko Bojel ne ? » Bojel wii : « Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… » Caamaaba wii : « Alaa, mi yaafino-maa-ma ngaari am. Ɓam, wata huɗam ! »

Bojel yehi to nyiiwa. Nyiiwa wii : « Ɗum ko Bojel ne ? » Bojel wii : « Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… » Nyiiwa wii : « Alaa, alaa ! Wata huɗam, mi yaafino-maa-ma ngaari am ! »

Bojel yehi to mbaroodi. Mbaroodi wii : « Ɗum ko Bojel ne ? » Bojel wii : « Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… » Mbaroodi wii : « Alaa, alaa ! Mi yaafi-maa-ma ngaari am ndii, ɓooyii ! »

Ɗoo bojel fanndini nyamaale, nyamaale njoolii !

 

.

.


.

 

 

 


 

 

 

 

 

Bojel e nyiiwa e mbaroodi e caamaaba

Le lièvre, l’éléphant, le lion et le python

 

Wonnoo ɗoo ko bojel.

Était ici un lièvre.

 

Ngel yehi to nyiiwa, ngel wii :

Il alla chez l’éléphant, il dit :

 

« Nyiiwa, nyamlam ngaari haa nyande altine mi yoɓ-maa. »

« Éléphant, donne-moi un bœuf à crédit jusqu’au jour de lundi, je te rembourse. »

 

Nyiiwa nyamli ngel ngaari.

L’éléphant lui donna un bœuf à crédit.

5

Bojel yehi to mbaroodi, ngel wii :

Le lièvre alla chez le lion, il dit :

 

« Mbaroodi, nyamlam ngaari haa nyande altine mi yoɓ-maa. »

« Lion, donne-moi un bœuf à crédit jusqu’au jour de lundi, je te rembourse. »

 

Mbaroodi nyamli ngel ngaari.

Le lion lui donna un bœuf à crédit.

 

Bojel yehi to caamaaba, ngel wii :

Le lièvre alla chez le python, il dit :

 

« Caamaaba, nyamlam ngaari haa nyande altine, mi yoɓ-maa ngaari maa. »

« Python, donne-moi un bœuf à crédit jusqu’au jour de lundi, je te rembourse ton bœuf. »

10

Caamaaba nyamli ngel ngaari.

Le python lui donna un bœuf à crédit.

 

Ngel waɗdi e maɓɓe lajal.

Il convint avec eux d’un délai [de paiement].

 

Nde lajal ngal timmi, bojel yehi to nyiiwa.

Lorsque le délai fut atteint, le lièvre alla chez l’éléphant.

 

Ngel wii :

Il dit :

 

« Nyiiwa, addu ɓoggol mi yoɓ-maa ngaari maa. »

« Éléphant, donne-moi une corde pour que je te rembourse ton bœuf. »

15

Nyiiwa hokki ngel ɓoggol.

L’éléphant lui donna une corde.

 

Bojel yehi to mbaroodi, ngel wii :

Le lièvre alla chez le lion, il dit :

 

« Mbaroodi, addu ɓoggol mi yoɓ-maa ngaari maa. »

« Lion, donne-moi une corde, pour que je te rembourse ton bœuf. »

 

Mbaroodi hokki ngel ɓoggol.

Le lion lui donna une corde.

 

Bojel yehi to Caamaaba, ngel wii :

Le lièvre alla chez le python, il dit :

20

« Caamaaba, addu ɓoggol mi yoɓ-maa ngaari maa. »

« Python, donne-moi une corde, pour que je te rembourse ton bœuf. »

 

Caamaaba hokki ngel ɓoggol.

Le python lui donna une corde.

 

Bojel ƴeɓti ɓoggi ɗii, ngel haɓɓi e lekki mawki.

Le lièvre prit les cordes, il les attacha à un grand arbre.

 

Bojel yehi to nyiiwa, ngel totti nyiiwa ɓoggol, ngel wii :

Le lièvre alla chez l’éléphant, il donna [l’une des] cordes à l’éléphant, il dit :

 

« Nyiiwa, fooɗ ngaari maa ! »

« Éléphant, tire ton bœuf ! »

25

Bojel yehi to mbaroodi, ngel wii :

Le lièvre alla chez le lion, il dit :

 

« Mbaroodi, ndaa ɓoggol fooɗ ngaari maa ! »

« Lion, tiens la corde, tire ton bœuf ! »

 

Bojel yehi to caamaaba, ngel totti caamaaba ɓoggol, ngel wii :

Le lièvre alla chez le python, il donna [l’une des] cordes au python, il dit :

 

« Fooɗ ngaari maa ! »

« Tire ton bœuf ! »

 

Bojel wii gooto fof yoo fooɗ ngaari mum.

Le lièvre dit à chacun de tirer son bœuf.

30

Ɓe nyalli fooɗde ha ɓe tampi, hay huunde araani.

Ils passèrent la journée à tirer jusqu’à ce qu’ils soient épuisés, rien ne vint.

 

Moni fof rewi e ɓoggol mum, ha ɓe njettii lekki.

Chacun suivit sa corde, jusqu’à arriver à l’arbre.

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Waɗi en nii ko Bojel.

« C’est Lièvre qui nous a fait ça.

 

Kono ɗo njii-moo-mi fof, ko mi baroowo mo ! »

Mais où que je le voie, je le tuerai1 ! »

35

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Ladde ndee mi jaggii ɗum :

« La brousse, je la tiens :

 

ɗo njiimi Bojel fof, ko mi baroowo ɗum ! »

où que je voie Lièvre, je le tuerai ! »

 

Caamaaba wii :

Le python dit :

 

« Ndiyam, mi jaggii ɗum :

« L’eau, je la tiens :

40

nde ngel tellii e ndiyam fof, mi waran ngel ! »

à tout moment où il descendra dans l’eau, je le tuerai ! »

 

Lella ari yarde.

La gazelle vint boire.

 

Caamaaba wii :

Le python dit :

 

« Ɗum ko Bojel ne ? »

« Ça, c’est Lièvre ? »

 

Lella wii :

La gazelle dit :

45

« Alaa.

« Non.

 

Ko miin lella ari yarde. »

C’est moi Gazelle qui suis venue boire. »

 

Caamaaba wii :

Le python dit :

 

« So a yiyii Bojel, mbiyaa mo, miin e Nyiiwa e Mbaroodi, ɗo min njii mo fof, ko min warooɓe mo ! »

« Si tu vois Lièvre, dis-lui que moi, Éléphant et Lion, où que nous le voyions, nous le tuerons ! »

 

Lella yehi.

La gazelle s’en alla.

50

Ba yii bojel, ba wii :

Elle vit le lièvre, elle [lui] dit :

 

« Bojel, Nyiiwa e Mbaroodi e Caamaaba mbii ɗo njii-maa fof, ko ɓe warooɓe ma !

« Lièvre, Éléphant, Lion et Python ont dit que, où qu’ils te voient, ils te tueront !

 

Ɗuum noon, a wontaa yar ndiyam, ladde ndee, on kejjataa heen ! »

Alors, tu ne vas plus jamais boire de l’eau, [et dans] la brousse, vous ne tiendrez pas ensemble2 ! »

 

Bojel ari tawi koturu ina maayi ha ndu nyoli, handu ɓuny-ɓunyca gilɗi.

Le lièvre vint trouver un chat sauvage mort et en putréfaction, grouillant de vers.

 

Tan bojel suddii nguru oo, gilɗi ina caama.

Et le lièvre se couvrit de la peau, les vers étaient en train de tomber par terre.

55

Bojel ari e sara maayo, tan caamaaba wii :

Le lièvre arriva au bord du fleuve, le python [en le voyant] dit :

 

« Hii jam, Koturu, hol ko waɗ-maa nii ? »

« Bon Dieu, Chat Sauvage, qu’est-ce qui t’a fait ça ? »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Waɗi mi nii, ko kuɗdi Bojel.

« C’est la malédiction de Lièvre qui m’a fait ça.

 

Mi nyamlii ngel ngaari, mbiimi yo ngel yoɓam, ngel salii yoɓde mi, ngel huɗi mi :

Je lui ai donné un bœuf à crédit, je lui ai dit de me payer, il a refusé de me payer, et il m’a maudit :

60

kuɗdi maggel waɗi mi nii. »

c’est sa malédiction qui m’a fait ça. »

 

Caamaaba wii :

Le python dit :

 

« So a yiyii Bojel, miɗa rewannoo mo ngaari, mi yaafimoo mo. »

« Si tu vois Lièvre, il me devait un bœuf, [dis-lui que] je renonce à ma dette3. »

 

Bojel yehi to nyiiwa.

Le lièvre alla chez l’éléphant.

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

65

« Koturu, hol ko waɗ-maa nii ? »

« Chat Sauvage, qu’est-ce qui t’a fait ça ? »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Waɗi mi nii ko kuɗdi Bojel.

« C’est la malédiction de Lièvre qui m’a fait ça.

 

Mi nyamlii ngel ngaari, ngel salii yoɓde mi, ngel huɗi mi :

Je lui ai donné un bœuf à crédit, il a refusé de me payer, et il m’a maudit :

 

kuɗdi maggel waɗi mi nii. »

c’est sa malédiction qui m’a fait ça. »

70

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« So a yiyii Bojel, mbiyaa mo mi yaafimoo mo ngaari ndewanno-moo-mi ndii. »

« Si tu vois Lièvre, tu lui diras que je renonce au bœuf qu’il me devait. »

 

Bojel yehi to mbaroodi.

Le lièvre alla chez le lion.

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Koturu, hol ko waɗ-maa nii ? »

« Chat Sauvage, qu’est-ce qui t’a fait ça ? »

75

Ngel wii :

Il dit :

 

« Waɗi mi nii ko kuɗdi Bojel.

« C’est la malédiction de Lièvre qui m’a fait ça.

 

Mi rewii ngel ngaari, lajal amen timmi, Bojel salii yoɓde mi, huɗi mi :

Il me devait un bœuf, le délai fut atteint, Lièvre a refusé de me payer et m’a maudit :

 

kuɗdi maggel waɗi mi nii. »

c’est sa malédiction qui m’a fait ça. »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

80

« So a yiyii Bojel, mbiyaa mo ngaari ndewanno-moo-mi ndii, mi yaafimoo mo ndi.

« Si tu vois Lièvre, tu lui diras que le bœuf qu’il me devait, j’y ai renoncé. »

 

Tan bojel itti nguru werlii.

Alors, le lièvre ôta la peau et la jeta.

 

Ngel yehi to caamaaba.

Il alla chez le python.

 

Caamaaba wii :

Le python dit :

 

« Ɗum ko Bojel ne ? »

« Ça, c’est Lièvre ? »

85

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… »

« Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… »

 

Caamaaba wii :

Le python dit :

 

« Alaa, mi yaafinomaa ma ngaari am.

« Non, j’avais renoncé au bœuf que tu me devais.

 

Ɓam, wata huɗam ! »

Va avec, ne me maudis pas ! »

90

Bojel yehi to nyiiwa.

Il alla chez l’éléphant.

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Ɗum ko Bojel ne ? »

« Ça, c’est Lièvre ? »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… »

« Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… »

95

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Alaa, alaa !

« Non, non !

 

Wata huɗam, mi yaafinomaa ma ngaari am ! »

Ne me maudis pas, j’avais renoncé au bœuf que tu me devais  ! »

 

Bojel yehi to mbaroodi.

Le lièvre alla chez le lion.

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

100

« Ɗum ko Bojel ne ? »

« Ça, c’est Lièvre ? »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… »

« Yaa Allaahu, yaa Allaahu !… »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Alaa, alaa !

« Non, non !

105

Mi yaafimaa ma ngaari am ndii, ɓooyii ! »

J’ai renoncé au bœuf que tu me devais depuis longtemps ! »

 

Ɗoo bojel fanndini nyamaale, nyamaale njoolii !

[C’est] là [que] le lièvre s’appropria définitivement les dettes, et les dettes se noyèrent !

 


 

Notes:

1  Mot à mot : ko mi baroowo mo « je suis celui qui le tue ».

2  Mot à mot : on kejjataa heen (de heƴ- /suffire/ + dérivatif -d‑ /ensemble/) « vous ne pouvez pas être contenus ensemble dedans ».

3  Mot à mot : mi yaafimoo mo [nyamaande ndee] « je lui ai pardonné [la dette] ».

© Copyright ADELLAF 2021

Fowru e debbo e cukalel mum / L’hyène, la femme et son enfant

 

 

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — hyène ; enfant, mère, ruse, naïveté.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Mamadou Abdoul Sek.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:  L’hyène est restée trois jours sans manger. Elle trouve un bébé couché au pied d’un tamarinier. Elle regarde dans l’arbre, elle voit la mère de l’enfant qui est en train de cueillir des feuilles du tamarinier. L’hyène se réjouit : de l’enfant, elle va faire son déjeuner, et de la mère, son dîner.

L’enfant se met à pleurer. « Pourquoi Déjeuner pleure-t-il ? » demande l’hyène à la mère. La femme explique qu’il pleure parce qu’il a l’habitude de déjeuner du foie d’hyène ; son père est parti chasser les hyènes, « Il m’a dit de monter dans l’arbre, si je vois une hyène, que je le lui dise. »

L’hyène a peur. Elle cherche à se faire passer pour un hippotrague. Elle finit par détaler, elle s’enfonce dans la brousse.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 16.

.

.

.

Fowru e debbo e cukalel mum / L’hyène, la femme et son enfant

 

 

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Ndu raddi balɗe tati, ndu danyaani ko ndu nyaami. Ndu nyalli yaade, handu tampi. Ndu ari les lekki handu leha, handu ɗeɓa maayde heege. Ndu yii cukalel ina lelnaa e les lekki jammi. Ndu wii : « Ɗum kam, maa taw ko koyɗol, walla ko gite am ɗee ngoni ɗe mbelaani no feewi ? »

Ndu toknyii, ndu feerti gite, ndu ndaari cukalel ngel, ndu hooynii dow, ndu yii debbo ina woosa yatilo. Tan ndu moosi. Ndu geewii, ndu yirlii seeɗa, ndu arti sara cukalel ngel. Tan ndu wii : « Ɗum kam wonataa : miɗa jooɗii balɗe tati mi nyaamaani !… Cukalel ngel, ko bottaari mbaɗanmi ngel. Yummo oo, ko hiraande mbaɗan-moo-mi. »

Tan cukalel ngel woni e woyde. Ndu hooynii dow lekki, ndu wii debbo oo : « Hiraande, holko Bottaari woyata ? » Debbo oo wii : « Kanko dey, o woyata, ko o goowɗo wottaade keenye pobbi ; hannde noon, gila subaka baaba makko ina waanya pobbi, hay wooturu yiyaani. Ɗuum woni ko o woyata. Baaba makko nena e nder jeeje, gila subaka heɓaani hay batte. O wii kam, yo mi ŋabbu dow lekki, so mi sooyniima fowru, mi haalana mo. Ɗuum woni ko ŋabbini mi dow lekki. » Ndu wii : « Ɗuum dey, yoo ngaari kooba dunkilo yah. » Debbo oo wii : « Ngaari kooba ndi alaa gallaaɗi ? » Ndu furƴini, ndu wii : « Hii, wonaa ko nguumuuji deedaaɗi tan njahata e ladde hee ? » Debbo oo wii : « Ngaari kooba ina yaha, ina jooɗtoo ? » Ndu wii : « Ndii ko kelnoondi ina jokki. »

Tan ndu ruŋtii, ndu woni e nyoƴƴude koyɗe handu doga !… Debbo oo wii : « Aan a wonaa kooba, ko a fowru ! Ooy baaba makko, ar ! Fowru ne nii. » Tan fowru renndini, punndi ruuki. Fowru dogi naati e nder ladde, ina nanta teppe mum, ɓeydii marnyaade e koose. Ɗoo debbo seerti e fowru. O tellii. O ƴeɓti ɓiyiiko. O faati wuro.

Gila ndeen, ina haɗaa ɗalde baasnumel tan e nder ladde, walla e nder ngesa, walla to baɗtoowo e mum hakkille ɗoo alaa…

Diwaa ɗoo, ɗakkaa ɗoo…

 

.

.


.

 

 

 


 

 

 

 

Fowru e debbo e cukalel mum

L’hyène, la femme et son enfant

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Était ici une hyène.

 

Ndu raddi balɗe tati, ndu danyaani ko ndu nyaami.

Elle chassa pendant trois jours, elle ne trouva rien à manger.

 

Ndu nyalli yaade ha ndu tampi.

Elle passa la journée à marcher jusqu’à épuisement1.

 

Ndu ari les lekki handu leha, handu ɗeɓa maayde heege.

Elle arriva sous un arbre, elle haletait, elle était sur le point de mourir de faim.

5

Ndu yii cukalel ina lelnaa e les lekki jammi.

Elle vit un enfant qu’on avait couché sous un arbre, un tamarinier.

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Ɗum kam, maa taw ko koyɗol, walla ko gite am ɗee ngoni ɗe mbelaani no feewi ? »

« Ça, c’est sans doute un rêve, ou alors ce sont mes yeux qui ne voient pas bien ? »

 

Ndu toknyii, ndu feerti gite, ndu ndaari cukalel ngel, ndu hooynii dow, ndu yii debbo ina woosa yatilo.

Elle se frotta les yeux, elle ouvrit bien les yeux, elle regarda l’enfant, elle regarda en haut, elle vit une femme qui cueillait des feuilles de tamarinier.

 

Tan ndu moosi.

Elle sourit.

10

Ndu geewii, ndu yirlii seeɗa, ndu arti sara cukalel ngel.

Elle dansa, elle tournoya un instant, elle revint à côté de l’enfant.

 

Tan ndu wii :

Elle dit :

 

« Ɗum kam wonataa :

« Ça, c’est pas possible :

 

miɗa jooɗii balɗe tati mi nyaamaani !…

je suis restée trois jours sans manger !…

 

Cukalel ngel, ko bottaari mbaɗanmi ngel.

L’enfant, j’en ferai le déjeuner.

15

Yumma oo, ko hiraande mbaɗan-moo-mi. »

La maman, j’en ferai le dîner. »

 

Tan cukalel ngel woni e woyde.

Et l’enfant se mit à pleurer.

 

Ndu hooynii dow lekki, ndu wii debbo oo :

Elle regarda en haut de l’arbre, elle dit à la femme :

 

« Hiraande, hol ko Bottaari woyata ? »

« Dîner, pourquoi Déjeuner pleure-t-il ? »

 

Debbo oo wii :

La femme dit :

20

« Kanko dey, o woyata, ko o goowɗo wottaade keenye pobbi ;

« Lui, en fait, il pleure parce qu’il avait l’habitude de déjeuner de foie d’hyène ;

 

hannde noon, gila subaka baaba makko ina waanya pobbi, hay wooturu yiyaani.

or aujourd’hui, depuis le matin, son père est en train de chasser les hyènes, et il n’en a vu aucune.

 

Ɗuum woni ko o woyata.

C’est pour cela qu’il pleure.

 

Baaba makko nena e nder jeejee, gila subaka heɓaani hay batte.

Son père est dans une cache, depuis ce matin, il n’a rien obtenu.

 

O wii kam yo mi ŋabbu dow lekki, so mi sooyniima fowru, mi haalana mo.

Il m’a dit de monter dans l’arbre, si je vois une hyène, que je [le] lui dise.

25

Ɗuum woni ko ŋabbini mi dow lekki. »

C’est ce qui m’a amenée à monter dans l’arbre. »

 

Ndu wii :

Elle [l’hyène] dit :

 

« Ɗuum dey, yoo ngaari kooba dunkilo yaha. »

« Dans ce cas, que le grand mâle des hippotragues s’en aille de son pas lourd2. »

 

Debbo oo wii :

La femme dit :

 

« Ngaari kooba ndi alaa gallaaɗi ? »

« Un grand mâle des hippotragues qui n’a pas de cornes ? »

30

Ndu furƴini, ndu wii :

Elle [l’hyène] fit une moue bruyante, elle dit :

 

« Hii, wonaa ko nguumuuji deedaaɗi tan njahata e ladde hee ? »

« Hii, n’est-ce pas qu’il n’y a que des bâtards sans cornes qui marchent dans cette brousse ? »

 

Debbo oo wii :

La femme dit :

 

« Ngaari kooba ina yaha, ina jooɗtoo ? »

« Un grand mâle des hippotragues qui marche en boitillant ? »

 

Ndu wii :

Elle [l’hyène] dit :

35

« Ndii ko kelnoondi ina jokki. »

« Celui-ci avait eu une fracture qui est guérie. »

 

Tan ndu ruŋtii, ndu woni e nyoƴƴude koyɗe handu doga !…

Et elle tourna les talons, se mit à accélérer le pas et à courir !…

 

Debbo oo wii :

La femme dit :

 

« Aan a wonaa kooba, ko a fowru !

« Toi, tu n’es pas un hippotrague, tu es une hyène ! 

 

Ooy baaba makko, ar !

Hé, père de l’enfant, viens !

40

Fowru ne nii. »

Voici une hyène ! »

 

Tan fowru renndini, punndi ruuki.

Alors, l’hyène détala3, la poussière se souleva.

 

Fowru dogi naati e nder ladde, ina nanta teppe mum, ɓeydii marnyaade e koose.

L’hyène s’enfuit, pénétra dans la brousse [et], entendant le bruit de ses propres pas, s’enfonça davantage dans les épineux

 

Ɗoo debbo seerti e fowru.

[C’est] là que la femme se débarrassa de l’hyène.

 

O tellii.

Elle descendit.

45

O ƴeɓti ɓiyiiko.

Elle prit son enfant.

 

O faati wuro.

Elle retourna au village.

 

Gila ndeen, ina haɗaa ɗalde baasnumel tan e nder ladde, walla e nder ngesa, walla to baɗtoowo e mum hakkille ɗoo alaa…

Depuis lors, il est interdit de laisser un petit enfant seul dans la brousse, ou dans un champ, ou bien là où il n’y a personne qui fasse attention à lui…

 

Diwaa ɗoo, ɗakkaa ɗoo…

Bondi ici, collé ici4

 


 

Notes:

1  Mot à mot : ha ndu tampi « jusqu’à ce qu’elle fût épuisée”.

2  Mot à mot : yoo ngaari kooba dunkilo yaha « que le grand mâle hippotrague marche d’un pas lourd et qu’il s’en aille ».

3  Traduction de renndini : accompli relatif de renndinde « rassembler ; réunir » ; renvoie ici à l’idée de « détaler ».

4  Traduction littérale de diwaa ɗoo, ɗakkaa ɗoo « a été réalisé un bond ici, a été collé ici » ; formule finale des contes en pulaar.

© Copyright ADELLAF 2021

Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru / L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène

 

 

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — éléphant, lion, léopard, hyène, lièvre ; force, ruse.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Oumar Ndiaye.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:

L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène construisent une case au bord de l’eau, ils la nomment « La Case des Forts ». La gazelle apprend la nouvelle, elle se plaint auprès du lièvre : la brousse est devenue mauvaise, on ne pourra plus boire. Le lièvre promet de faire éclater la case.

Il se procure une vieille marmite, un coquillage, une outre qu’il remplit d’eau, un fusil à poudre et des munitions. Les Forts partent à la chasse. Le lièvre descend chez eux en leur absence. Il se couche à la place de l’éléphant.

L’éléphant est le premier à être de retour. Il cède sa place au lièvre et il se couche à la place du lion, qui à son tour se couche à la place du léopard, qui se couche à la place de l’hyène, qui se couche devant la porte. L’hyène avertit les autres animaux : un étranger qui se couche à la place de l’éléphant doit être quelqu’un de puissant.

La nuit, le lièvre demande à l’éléphant la permission de se gratter. Il se met à râcler la marmite avec le coquillage. L’hyène s’affole. L’éléphant la calme en lui expliquant que c’est leur hôte qui se gratte. Un peu plus tard dans la nuit, le lièvre demande la permission de se soulager. Il défait l’outre, l’eau dévale dans la case. Plus tard encore, il demande la permission de péter. Il tire un coup de fusil. Les animaux, effrayés, se précipitent dans toutes les directions, emportant chacun un pan de la case. Depuis ce moment-là, ils ne se sont pas retrouvés.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 14.

.

.

.

Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru / L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène

 

 

 

Wonnoo ɗoo ko nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru. Ɓe mbii haɓe mbaɗa suudu joom-doole’en.

Ɓe mbaɗi suudu e sara ndiyam. Ɓe nginniri ndu « Suudu Joom-Doole’en ».

Lella nani ɗum wii : « Ladde bonii ! Joom-doole’en mbaɗii suudu sara ndiyam, mbii ndu Suudu Joom-Doole’en. Hay gooto yarataa hankadi ! » Ba wii : « Bojel, ladde bonii, joom-doole’en mbaɗii suudu sara ndiyam, ɓe mbii ko Suudu Joom-Doole’en. Ɗuum en mbooraama ! » Bojel wii : « Holi ɓeen ? » Lella wii : « Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru. » Bojel wii : « Ma mi sar suudu maɓɓe nduu, ɓe ngontaa renndu e Aduna ha ɓe maaya ! »

Ndeen ɓe peewni suudu nduu. Ɓe pecci lelɗe ɗee : lelnde nyiiwa, lelnde mbaroodi, lelnde cewngu, lelnde fowru. Ɓe mbii hay gooto wata toony goɗɗo oon. Ɓe kawri e oon shari’a.

Bojel ƴeewi barme kiiɗɗo e wujo e hudusuru. Bojel loowi hudusuru ndiyam haa heewi. Ƴeewi fetel, loowi heen peɗeeli nay conndi. Bojel seŋi heen kapsin boɗeejo coy. Taw nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru ndaddoyii. Ngel ari, ngel naati suudu, ngel heɓi lelnde nyiiwa, ngel lelii.

Hiiri. Nyiiwa adii arde, tawi bojel ina lelii e lelnde mum. Nyiiwa wii : « Hol oo ? » Bojel wii : « Miin dey ko mi koɗo. Mi arii ɗoo, taw hiirii, mi yiyaani ɗoo hay gooto, mbiimi mi leloo ɗoo haa janngo mi dawa. » Nyiiwa wii : « Suudu nduu ko Suudu Joom-Doole’en, ko miin adii joftude, heddiiɓe ɓee nena ngara. Kono haadi ko a koɗo, waal ɗoo haa janngo. Bisimilla maa ! » Nyiiwa heɓi lelnde mbaroodi lelii. Mbaroodi arti wii : « Hay yontinaani, toonyannge ina fuɗɗoo ?

Nyiiwa wii : « Alaa, ko en danyɓe koɗo, haa subaka o yaha. Lelo e lelnde cewngu. » Mbaroodi wii : « Ɗum ina moƴƴi. » Mbaroodi lelii e lelnde cewngu.

Cewngu ari wii : « Hii jam ! Hay yontinaani, toonyannge ina fuɗɗoo ? » Mbaroodi wii : « Alaa, ko en danyɓe koɗo, lelii e lelnde nyiiwa. Lelo e lelnde fowru haa janngo tan moni fof heɓa lelnde mum. » Cewngu wii : « Ɗum ina moƴƴi. » Cewngu lelii e lelnde fowru.

Fowru arti wii : « Hee hee, hay yontinaani tawo, toonyannge ina fuɗɗoo ? » Cewngu wii : « Alaa, ko en danyɓe koɗo, lelii lelnde nyiiwa, nyiiwa lelii lelnde mbaroodi, mbaroodi lelii lelnde am, miin, leliimi lelnde maa. Haa janngo tan, moni fof heɓa lelnde mum. » Fowru wii : « Hee hee, koɗo lelotooɗo lelnde nyiiwa ? Oo koɗo koy, ko o joom doole koy ! Nduu suudu dey, so o waalii e men hannde ndu fusaani, ngannden ndu wontaa bon ! » Fowru lelii e damal…

Nde yehi haa jenngi, bojel wii : « Nyiiwa, suudu mon nduu ina ŋaanyee ne ? » Nyiiwa wii : « Handu ŋaanyee kay. flaanyo ! » Bojel ƴeɓti wujo tan waɗi e barme koos !… koos !… Fowru fini wii : « Hii jam ! Ko ɗum woni ? » Nyiiwa wii : « Famɗin dille : ko koɗo men ŋaanyotoo. » Fowru wii : « Ɗum ko segene ? Nduu suudu, so ndu weetii e men ndu fusaani e men, ngannden ndu wontaa fus !… »

Yehi haa ɓooyi, bojel wii : « Nyiiwa, suudu mon nduu ina soofee ne ? » Nyiiwa wii : « Handu soofee. Minen fof ko ɗoo min coofata. Soof ! » Tan bojel haɓɓiti hudusuru, ndiyam deeli e leydi, wayi no waraango nii ! Ndiyam ɗam tawi fowru e damal. Fowru wii : « Hii jam ! Ko ngoo waraango woni ? » Nyiiwa wii : « Famɗin dille maa : ko koɗo men soofata. » Fowru wii : « Ɗum ko coofe ? Hii, ha mi yiya oo jamma weeta ! »

Yehi haa ndaari weetde, bojel wii : « Nyiiwa, suudu mon nduu ina puttee ne ? » Nyiiwa wii : « Ina puttee. Minen fof ko ɗoo min puttata. Puttu ! » Bojel ƴeɓti fetel, fooɗi ngelooba, nanngi e rawaandu, kapsinaaji petti, fiyannde waɗi tuy !… Tan nyiiwa roondii bannge e suudu, mbaroodi bannge e suudu, cewngu roondii bannge e suudu, fowru roondii bannge e suudu. Tan suudu dajjitii. Moni e maɓɓe fof rewi tiinde mum.

Fowru wii : « Miin kay, mi haaliino : koɗo lelotooɗo e lelnde nyiiwa, oon koɗo kay, to waali fof, jam waalataa ɗoon ! »

Gila ndeen, ɓe kawraani.

 

.

.


.

 

 

 


 

 

 

 

Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru

L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène

 

Wonnoo ɗoo ko nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru.

Étaient ici un éléphant, un lion, un léopard et une hyène.

 

Ɓe mbii haɓe mbaɗa suudu jom-doole’en.

Ils décidèrent de construire la case des forts.

 

Ɓe mbaɗi suudu e sara ndiyam.

Ils construisirent une case au bord de l’eau.

 

Ɓe nginniri ndu « Suudu Jom-Doole’en ».

Ils l’appelèrent « La Case des Forts ».

5

Lella nani ɗum wii :

La gazelle apprit cela et dit :

 

« Ladde bonii !

« La brousse est devenue mauvaise !

 

Jom-Doole’en mbaɗii suudu sara ndiyam, mbii ndu Suudu Jom-Doole’en.

Les forts ont construit une case au bord de l’eau et l’ont baptisée « La Case des Forts ».

 

Hay gooto yarataa hankadi ! »

Personne ne pourra boire désormais ! »

 

Ba wii :

Elle dit :

10

« Bojel, ladde bonii, joom-doole’en mbaɗii suudu sara ndiyam, ɓe mbii ko Suudu Jom-Doole’en.

« Lièvre, la brousse est devenue mauvaise, les forts ont construit une case au bord de l’eau et l’ont baptisée « La Case des Forts ».

 

Ɗuum, en mbooraama ! »

Ça, c’est un malheur qui nous arrive ! »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Holi ɓeen ? »

« Qui sont-ils ?

 

Lella wii :

La gazelle dit :

15

« Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru. »

« L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène. »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Ma mi sar suudu maɓɓe nduu, ɓe ngontaa renndu e aduna ha ɓe maaya ! »

« Je vais les disperser1, ils ne vont plus jamais se réunir ici-bas jusqu’à leur mort ! »

 

Ndeen ɓe peewnii suudu nduu,

Lorsqu’ils eurent construit la case,

 

ɓe pecci lelɗe ɗee :

ils attribuèrent les couches :

20

lelnde nyiiwa, lelnde mbaroodi, lelnde cewngu, lelnde fowru.

la couche de l’éléphant, la couche du lion, la couche du léopard, la couche de l’hyène.

 

Ɓe mbii hay gooto wata toony goɗɗo oon.

Ils dirent que personne ne fasse du tort à l’autre.

 

Ɓe kawri e oon shari’a.

Ils s’accordèrent sur cette loi.

 

Bojel ƴeewi barme kiiɗɗo e wujo e hudusuru.

Le lièvre se procura une vieille marmite, un coquillage et une outre.

 

Bojel loowi hudusuru ndiyam haa heewi.

Le lièvre remplit une outre d’eau2.

25

Ƴeewi fetel, loowi heen peɗeeli nay conndi.

Il se procura un fusil, le chargea de quatre doigts de poudre.

 

Bojel seŋi heen kapsin boɗeejo coy !

Le lièvre y « accrocha » une capsule toute rouge !

 

Taw nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru ndaddoyii.

Pendant ce temps, l’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène étaient partis à la chasse.

 

Ngel ari, ngel naati suudu, ngel heɓi lelnde nyiiwa, ngel lelii.

Il [le lièvre] vint, il entra dans la case, il se coucha à la place de l’éléphant.

 

Hiiri.

Le soir tomba.

30

Nyiiwa adii arde, tawi bojel ina lelii e lelnde mum.

L’éléphant fut le premier à venir, il trouva le lièvre couché à sa place.

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Hol oo ? »

« Qui est celui-là ? »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Miin dey ko mi koɗo.

« Moi, je suis un étranger.

35

Mi arii ɗoo, taw hiirii, mi yiyaani ɗoo hay gooto, mbiimi mi leloo ɗoo haa janngo mi dawa. »

Je suis arrivé ici alors qu’il faisait nuit, je n’ai vu personne ici, je me suis dit que j’allais me coucher ici jusqu’à demain, je repartirai le matin. »

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Suudu nduu ko Suudu Jom-Doole’en, ko miin adii joftude, heddiiɓe ɓee ne na ngara.

« La case est La Case des Forts, c’est moi qui suis le premier à revenir, les autres vont bientôt arriver.

 

Kono haadi ko a koɗo, waal ɗoo haa janngo.

Mais puisque tu es un étranger, passe la nuit ici jusqu’à demain.

 

Bisimilla maa ! »

Tu es le bienvenu ! »

40

Nyiiwa heɓi lelnde mbaroodi lelii.

L’éléphant se mit à la place du lion et se coucha.

 

Mbaroodi arti wii :

Le lion revint et dit :

 

« Hay yontinaani, toonyannge ina fuɗɗoo ?

« Il ne s’est même pas passé une semaine et les provocations commencent [déjà] ? »

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Alaa, ko en danyɓe koɗo, haa subaka o yaha.

« Non, on a un étranger, demain matin, il partira.

45

Lelo e lelnde cewngu. »

Couche-toi à la place du léopard. »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Ɗum ina moƴƴi. »

« C’est bien. »

 

Mbaroodi lelii e lelnde cewngu.

Le lion se coucha à la place du léopard. 

 

Cewngu ari wii :

Le léopard arriva et dit :

50

« Hii jam !

« Bon sang !

 

Hay yontinaani, toonyannge ina fuɗɗoo ? »

« Il ne s’est même pas passé une semaine et les provocations commencent [déjà] ?

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Alaa, ko en danyɓe koɗo, lelii e lelnde nyiiwa.

« Non, nous avons un étranger qui s’est couché à la place de l’éléphant.

 

Lelo e lelnde fowru haa janngo tan moni fof heɓa lelnde mum. »

Couche-toi à la place de l’hyène jusqu’à demain seulement, chacun va reprendre sa couche. »

55

Cewngu wii :

Le léopard dit :

 

« Ɗum ina moƴƴi. »

« C’est bien. »

 

Cewngu lelii e lelnde fowru.

Le léopard se coucha à la place de l’hyène.

 

Fowru arti wii :

L’hyène revint et dit :

 

« Hee hee, hay yontinaani tawo, toonyannge ina fuɗɗoo ? »

« Hee hee ! Il ne s’est même pas encore passé une semaine et les provocations commencent [déjà] ?

60

Cewngu wii :

Le léopard dit :

 

« Alaa, ko en danyɓe koɗo, lelii lelnde nyiiwa, nyiiwa lelii lelnde mbaroodi, mbaroodi lelii lelnde am, miin, leliimi lelnde maa.

« Non, nous avons un étranger qui s’est couché à la place de l’éléphant, l’éléphant s’est couché à la place du lion, le lion s’est couché à ma place, moi je me suis couché à ta place.

 

Haa janngo tan, moni fof heɓa lelnde mum. »

Jusqu’à demain seulement, chacun va reprendre sa place. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Hee hee, koɗo lelotooɗo lelnde nyiiwa ?

« Hee hee, un étranger qui se couche à la place de l’éléphant ?

65

Oo koɗo koy, ko o jom-doole koy !

Cet étranger-là est vraiment fort !

 

Nduu suudu dey, so o waalii e men hannde ndu fusaani, ngannden ndu wontaa bon ! »

Cette case, à coup sûr, s’il passe la nuit avec nous et qu’elle ne s’est pas effondrée, alors elle ne sera jamais détruite ! »

 

Fowru lelii e damal…

L’hyène se coucha à l’entrée…

 

Nde yehi haa jenngi, bojel wii :

Lorsqu’il se fit tard dans la nuit, le lièvre dit :

 

« Nyiiwa, suudu mon nduu ina ŋaanyee ne ? »

« Éléphant, votre case-là, est-ce qu’on s’y gratte ? »

70

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Handu ŋaanyee kay.

« Si, on s’y gratte.

 

Ŋaanyo ! »

Gratte-toi ! »

 

Bojel ƴeɓti wujo tan waɗi e barme koos !…

Le lièvre prit le coquillage et fit sur la marmite koos !…

 

koos !…

koos !…

75

Fowru fini wii :

L’hyène se réveilla et dit :

 

« Hii jam !

« Bon sang !

 

Ko ɗum woni ? »

Qu’est-ce que c’est que ça ?

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Famɗin dille :

« Fais moins de bruit :

80

ko koɗo men ŋaanyotoo. »

c’est notre hôte qui se gratte. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Ɗum ko segene ?

« Ça c’est des ongles ? 

 

Nduu suudu, so ndu weetii e men ndu fusaani e men, ngannden ndu wontaa fus !… »

Cette case, si elle tient jusqu’au lever du jour3 et qu’elle ne s’est pas effondrée sur nous, alors elle ne va jamais s’effondrer ! »

 

Yehi haa ɓooyi, bojel wii :

Quelque temps après, le lièvre dit :

85

« Nyiiwa, suudu mon nduu ina soofee ne ? »

« Éléphant, votre case-là, est-ce qu’on y urine ? »

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Handu soofee.

« On y urine.

 

Minen fof ko ɗoo min coofata.

Nous tous, c’est ici que nous urinons.

 

Soof ! »

Urine ! »

90

Tan bojel haɓɓiti hudusuru, ndiyam deeli e leydi, wayi no waraango nii !

Alors le lièvre dénoua l’outre, l’eau se répandit sur le sol, tel un torrent !

 

Ndiyam ɗam tawi fowru e damal.

L’eau trouva l’hyène à la porte.

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Hii jam !

« Bon sang !

 

Ko ngoo waraango woni ? »

Qu’est-ce que c’est que ce torrent ?

95

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Famɗin dille maa :

« Fais moins de bruit :

 

ko koɗo men soofata. »

c’est notre hôte qui urine. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Ɗum ko coofe ?

« Ça c’est des urines ? 

100

Hii, ha mi yiya oo jamma weeta ! »

Hii4, on verra bien comment cette nuit va finir5 ! »

 

Yehi haa ndaari weetde, bojel wii :

Le temps passa jusqu’à ce qu’il fasse presque jour, le lièvre dit :

 

« Nyiiwa, suudu mon nduu ina puttee ne ? »

« Éléphant, votre case-là, est-ce qu’on y pète ? »

 

Nyiiwa wii :

L’éléphant dit :

 

« Ina puttee.

« On y pète.

105

Minen fof ko ɗoo min puttata.

Nous tous, c’est ici que nous pétons.

 

Puttu ! »

Pète ! »

 

Bojel ƴeɓti fetel, fooɗi ngelooba, nanngi e rawaandu, kapsinaaji petti, fiyannde waɗi tuy !…

Le lièvre prit le fusil, tira le bassinet, appuya sur la détente, les capsules éclatèrent, la détonation fit tuy !…

 

Tan nyiiwa roondii bannge e suudu, mbaroodi bannge e suudu, cewngu roondii bannge e suudu, fowru roondii bannge e suudu.

Alors, l’éléphant fonça sur un pan de la case, le lion sur un pan de la case, le léopard fonça sur un pan de la case, l’hyène fonça sur un pan de la case.

 

Tan suudu dajjitii.

Alors, la case explosa.

110

Moni e maɓɓe fof rewi tiinde mum.

Chacun d’eux partit dans sa direction6.

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Miin kay, mi haaliino :

« Moi, en tout cas, j’avais parlé :

 

koɗo lelotooɗo e lelnde nyiiwa, oon koɗo kay, to waali fof, jam waalataa ɗoon ! »

un hôte qui se couche à la place de l’éléphant, cet hôte-là, en tout cas, partout où passe la nuit, la paix ne passera pas la nuit à cet endroit-là ! »

 

Gila ndeen, ɓe kawraani.

Depuis ce moment-là, ils ne se sont pas rencontrés.

 


 

Notes:

1  Mot à mot : ma mi sar suudu maɓɓe nduu « je vais disperser leur case ».

2  Mot à mot : loowi hudusuru ndiyam haa heewi « mit de l’eau dans une outre jusqu’à ce qu’elle fût pleine ».

3  Mot à mot : so ndu weetii e men « si elle est arrivée au matin avec nous »

4  Interjection marquant, ici, la résignation ou le scepticisme.

5  Mot à mot : ha mi yiya oo jamma weeta « que je vois cette nuit faire jour ».

6  Mot à mot : rewi tiinde mum « suivit son front ».

© Copyright ADELLAF 2021

Fowru e bojel e rawaandu / L’hyène, le lièvre et le chien

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-cléspeul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — hyène, lièvre, chien ; naîveté, méfiance.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Ibrahima Dia.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:  Le chien va trouver l’hyène et le lièvre dans la brousse. Il leur parle des bons plats qu’on trouve au village. Il leur décrit le « koddé1 ». La nuit tombée, l’hyène va au village ingurgiter de la cendre. Elle revient dire au lièvre qu’elle a mangé du « koddé ». Le lièvre ne la croit pas. Ils se renseignent auprès du chien, celui-ci dit qu’il ne s’agit pas de « koddé » ; lorsque l’hyène parviendra à l’endroit où se trouve le « koddé », tous les animaux le sauront. Il lui décrit l’emplacement où l’on garde habituellement le « koddé ».

La nuit, l’hyène va au village, elle entre dans une case, elle se dirige vers l’emplacement où se trouve habituellement le « koddé ». Elle reçoit un coup de gourdin sur la truffe, elle prend la fuite, le visage ensanglanté. Le lièvre, en la voyant, dit : « Oncle Hyène2, même si tu n’as pas mangé du « koddé », tu es arrivé là où il se trouve ! »

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 13.

.

.

.

Fowru e bojel e rawaandu / L’hyène, le lièvre et le chien

 

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e rawaandu.

Fowru e bojel ina ladde, rawaandu tawi ɓe toon. Rawaandu woni e yeewtande ɓe nyaameele wuro belɗe. Fowru e bojel mbii : « Holko weli toon ? » Rawaandu wii : « Nyaamde ina toon, ina wiyee kodde. » Fowru wii : « Holno kodde mbayi ? » Rawaandu wii : « Kodde ndakketee ko subaka, kono heewi nyaameede ko kikiiɗe. » Fowru wii : « Sifono mi no kodde mbayi. » Rawaandu wii : « Kodde ina rawni, ko gawri sottetee haa laaɓa, saanyo koo ittee, unee haa ɗaata, waɗee ɓooɗe-ɓooɗe. » Ngool laawol, rawaandu haalanaani fowru ɗo kodde mooftetee.

Hiiri. Fowru ari e wuro, tawi jinnde ndoondi, sikki ko kodde. Fowru muuɗi haa reedu heewi ndoondi, tan fowru arti wii : « Bojel, mi muuɗii kodde hanki jamma ! » Bojel wii : « Eehee ! Haa Rawaandu ara, mi naamnoo ɗum taw ko kodde muuɗɗaa. »

Weeti. Rawaandu ari. Bojel wii : « Rawaandu, Fowru dey wii muuɗii kodde hanki ! » Rawaandu wii : « Fowru, holto tawɗaa kodde ɗee ? » Fowru wii : « Tawmi kodde ɗee ko sara caggal wuro, ina weɗɗaa e jinnde, muuɗmi heen haa kaarmi. » Rawaandu wii : « Alaa. Ɗuum wonaa kodde, ko ndoondi. Hay gooto yiɗaa. To kodde ngonata too, so a yehii toon, so a artii, kulle fof nganndan a nyaamii kodde, walla a yettiima ɗo ɗe ngoni. »

Fowru wii : « Holto kodde ngoni ? »

Rawaandu wii : « So a naatii e galle, njahataa ko nder suudu, kooynoɗaa dow, ma a yii ɗaggal — walla kaggu — ma a yii koron ɗiɗon : ngel ina waɗi kosam, ngela ina waɗi kodde ; ma a yii heen nyeɗdude : njowtaa korel kosam ngel, e korel kodde ngel, e nyeɗdude ndee ; ƴeɓtaa kosam ɗam, mbaylaa e kodde hee, nirkiraa nyeɗdude ndee haa ɗaata, tan njaraa haa kaaraa. Ɗuum woni kodde. »

Tan fowru acci haa futuro juulaa, yehi wuro. Fowru ari naati galle, fayi nder suudu, yettii, yii ɗaggal, ndu hooynii ɗaggal ngal. Ndeke joom kodde ɗee ina nder suudu : o yii fowru nduu. O ƴeɓtii ɓannde… O yii fowru naatii suudu. Fowru tinaani. Fowru ƴeeŋii ina yowta koron kon, tan korel kosam ngel rufi e hoore fowru ! Joom kodde ɗee addi ɓannde fiyi kine fowru pat ! Tan hinere fowru fusi, ƴiiƴam werlii, nyiiƴe ɗee keli, tan cosorɗi ƴiiƴam mberlii, tan fowru dogi faati to bojel, hoore mum ina moddi kosam, hunuko mum ina silsilta ƴiiƴam !

Fowru yettii bojel. Bojel ndaari fowru, hoore ndee ina moddi kosam, hinere ndee ina feesii, ƴiiƴam ina siimta. Bojel wii : « Heehee ! Kaawu fowru, hay so a yaraani kodde dey, a yettiima ɗo kodde ngoni ɗoo ! »

.

.


.

 

 

 


 

 

 

Fowru e bojel e rawaandu

L’hyène, le lièvre et le chien

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e rawaandu.

Étaient ici une hyène, un lièvre et un chien.

 

Fowru e bojel ina ladde, rawaandu tawi ɓe toon.

L’hyène et le lièvre étaient en brousse, le chien les y trouva.

 

Rawaandu woni e yeewtande ɓe nyameele wuro belɗe.

Le chien se mit à leur parler des bons plats qu’on trouve au village.

 

Fowru e bojel mbii :

L’hyène et le lièvre dirent :

5

«Hol ko weli toon ? »

« Qu’est-ce qui est bon là-bas ? »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Nyaamde ina toon, ina wiyee kodde. »

« Il y a là-bas une nourriture appelée “koddé”. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Hol no kodde mbayi ? »

« Comment est le “koddé” ? »

10

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Kodde ndakketee ko subaka, kono heewi nyaameede ko kikiiɗe. »

« Le “koddé”se prépare le matin, mais se mange d’habitude l’après-midi. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Sifono mi no kodde mbayi. »

« Décris-moi comment est le “koddé”. »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

15

« Kodde ina rawni, ko gawri sottetee haa laaɓa, saanyo koo ittee, unee haa ɗaata, waɗee ɓooɗe-ɓooɗe. »

« Le “koddé”est blanc, c’est du mil que l’on pile pour le débarrasser complètement du son, on enlève le son, on le pile pour obtenir une farine fine, on [en] fait des boulettes. »

 

Ngool laawol, rawaandu haalanaani fowru ɗo kodde mooftetee.

Cette fois-là, le chien n’a pas dit à l’hyène où l’on garde le « koddé ».

 

Hiiri.

Il fit nuit.

 

Fowru ari e wuro, tawi jinnde ndoondi, sikki ko kodde.

L’hyène se rendit dans un village, trouva un amas de cendre et crut que c’était du « koddé ».

 

Fowru muuɗi haa reedu heewi ndoondi, tan fowru arti wii :

L’hyène ingurgita de la cendre et se remplit le ventre, et l’hyène revint et dit :

20

« Bojel, mi muuɗii kodde hanki jamma ! »

« Lièvre, j’ai ingurgité du “koddé” hier nuit ! »

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Eehee !

« Eehee !

 

Haa Rawaandu ara, mi naamnoo ɗum taw ko kodde muuɗɗaa. »

[J’attends] que Chien arrive, je lui demande si c’est bien du “koddé”que tu as mangé. »

 

Weeti.

Il fit jour.

25

Rawaandu ari.

Le chien vint.

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Rawaandu, Fowru dey wii muuɗii kodde hanki ! »

« Chien, voilà Hyène qui dit qu’elle a ingurgité du “koddé”, hier ! »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Fowru, hol to tawɗaa kodde ɗee ? »

« Hyène, où as-tu trouvé le “koddé” en question ? »

30

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Tawmi kodde ɗee ko sara caggal wuro, ina weɗɗaa3 e jinnde, muuɗmi heen haa kaarmi. »

« J’ai trouvé le “koddé” aux alentours du village, jeté  dans les ordures, j’en ai ingurgité à satiété. »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Alaa.

« Non.

 

Ɗuum wonaa kodde, ko ndoondi.

Cela n’est pas du “koddé”, c’est de la cendre.

35

Hay gooto yiɗaa.

Personne n’en veut.

 

To kodde ngonata too, so a yehii toon, so a artii, kulle fof nganndan a nyaamii kodde, walla a yettiima ɗo ɗe ngoni. »

Là où se trouve habituellement le “koddé”, si tu vas là-bas, à ton retour4, tous les animaux sauront que tu as mangé du “koddé”, ou que tu es arrivée là où il se trouve. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Hol to kodde ngoni ? »

« Où se trouve le “koddé” ?

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

40

« So a naatii e galle, njahataa ko nder suudu, kooynoɗaa dow, ma a yii ɗaggal — walla kaggu — ma a yii koron ɗiɗon :

« Si tu entres dans une maison, tu dois aller dans une case, tu regardes en haut, tu verras bien une étagère suspendue [appelée] ɗaggal — ou kaggu —, tu verras bien deux petites calebasses :

 

ngel ina waɗi kosam, ngela ina waɗi kodde ;

l’une contient du lait, l’autre contient le “koddé” ;

 

ma a yii heen nyeɗdude :

tu y verras bien une louche :

 

njowtaa korel kosam ngel, e korel kodde ngel, e nyeɗdude ndee ;

Tu descends la calebasse de lait, la calebasse de “koddé” et la louche ;

 

ƴeɓtaa kosam ɗam, mbaylaa e kodde hee, nirkiraa nyeɗdude ndee haa ɗaata, tan njaraa haa kaaraa.

Tu prends le lait, tu le verses sur le “koddé” que tu mélanges avec la louche jusqu’à ce que ça soit onctueux, alors tu manges5 et tu t’en régales.

45

Ɗuum woni kodde. »

C’est ça le “koddé”. »

 

Tan fowru acci haa futuro juulaa, yehi wuro.

Alors, l’hyène attendit que la prière du crépuscule ait été faite, et elle alla au village.

 

Fowru ari naati galle, fayi nder suudu, yettii, yii ɗaggal, ndu hooynii ɗaggal ngal.

L’hyène arriva, elle entra dans la maison, elle se dirigea vers l’intérieur d’une case, elle arriva [à l’intérieur de la case], elle vit l’étagère, elle leva les yeux vers l’étagère.

 

Ndeke jom kodde ɗee ina nder suudu :

Or, le propriétaire du « koddé » était dans la case.

 

o yii fowru nduu.

Il vit l’hyène.

50

O ƴeɓtii ɓannde…

Il s’empara d’un gourdin…

 

O yii fowru naatii suudu.

Il vit que l’hyène était entrée dans la case.

 

Fowru tinaani.

L’hyène ne s’était rendu compte de rien.

 

Fowru ƴeŋii ina yowta koron kon, tan korel kosam ngel rufi e hoore fowru !

L’hyène se hissa sur la pointe des pieds pour descendre les calebasses quand la calebasse de lait se renversa sur la tête de l’hyène !

 

Jom kodde ɗee addi ɓannde fiyi [e] kine fowru pat !

Le propriétaire du « koddé » asséna un coup de gourdin sur le nez de l’hyène pat !

55

Tan hinere fowru fusi, ƴiiƴam werlii, nyiiƴe ɗee keli, tan cosorɗi ƴiiƴam mberlii, tan fowru dogi faati to bojel, hoore mum ina moddi kosam, hunuko mum ina silsilta ƴiiƴam !

Et la truffe de l’hyène éclata, le sang gicla, les dents se cassèrent, le sang gicla par jets, et l’hyène s’enfuit, elle rejoignit le lièvre, la tête  barbouillée de lait, la bouche dégoulinant de sang !

 

Fowru yettii bojel.

L’hyène arriva chez le lièvre.

 

Bojel ndaari fowru, hoore ndee ina moddi kosam, hinere ndee ina feesii, ƴiiƴam ina siimta.

Le lièvre regarda l’hyène, la tête barbouillée de lait, la truffe fendue, le sang suintant.

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Heehee !

« Heehee !

 

Kaawu fowru, hay so a yaraani kodde dey, a yettiima ɗo kodde ngoni ɗoo ! »

Oncle Hyène, même si tu n’as pas mangé du “koddé”, tu es arrivé là où il se trouve ! »

 

 


 

 

Notes:

1  kodde : plat fait de minuscules boulettes de farine de mil cuites à la vapeur, que l’on consomme avec du lait caillé.

2 Dans les contes peuls, l’hyène est un personnage masculin.

3 Il s’agit plutôt de weddeede « jeter » et non weɗɗeede « débarrasser le mil du son en utilisant un van ».

4  Mot à mot : so a artii « si tu es revenue ».

5  Le peul emploie njaraa « que tu boives ».

© Copyright ADELLAF 2021

 

Fowru e mbeewa / L’hyène et la chèvre

 

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — hyène, chèvre ; gentillesse, hypocrisie.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Maïmouna Thiam.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:  Un matin, la chèvre croise l’hyène sous un câprier1 touffu. « Ma matinée est fichue ! » s’écrie-t-elle. L’hyène la rassure : « Si tu me dis quatre vérités, je ne te mangerai pas. »

La chèvre lui dit : « Si Dieu m’avait fait savoir que tu passerais par ce chemin, je n’y serais pas passée. […] si je vais au village et que je dis aux gens que j’ai rencontré l’hyène et qu’elle m’a épargnée, ils diront que c’est un mensonge, car tu n’as pas cette noblesse. […] si mon maître savait qu’en allant au pâturage aujourd’hui j’allais te rencontrer, j’aurais passé la journée [attachée] à une corde. […] si notre discussion a duré si longtemps, c’est que tu es rassasiée. »

L’hyène, satisfaite de ces réponses, explique à la chèvre qu’elle vient de tuer un bœuf qu’elle a mangé et qu’elle a laissé de la viande.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 12.

.

.

.

Fowru e mbeewa / L’hyène et la chèvre

 

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e mbeewa.

Subaka law, mbeewa ina iwra funnaange, fowru ina iwra hiirnaange. Ɓe kawri e nder guumi cukkuki. Mbeewa tinaani, fowru tinaani, haa gite maɓɓe kawri.

Mbeewa wii : « Hii, subaka am bonii hannde ! » Fowru ndaari mbeewa. Mbeewa ndaari fowru. Fowru wii : « Aaha, hannde kay subaka maa bonii ! » Fowru wii : « So a haalii goongaaji nay, tan mi accete, mi waasa warde ma. » Mbeewa wii : « Nyaamam tan, ɗum woni e maa. » Fowru wii : « So a haalanii kam goongaaji nay, mi nyaamataa ma. »

Mbeewa wii : « Sinno Alla anndinii kam aɗa rewa e ngol laawol, mi rewataa heen. » Fowru wii : « Aaha go’o, a haalii goonga. »

Ba wii : « Ɗiɗaɓel ngel, so mi yehii wuro mi wiyii yimɓe ɓee, mi hawrii e fowru accii kam, ɓe mbiyoyan ko fenaande, ngati a alaa nguun ndimaagu. » Fowru wii : « Ɗiɗi, a haalii goonga. »

Mbeewa wii : « Tataɓel ngel, sinno joomam anndiino so mi oorii hannde miɗa hawra e maa, ko e ɓoggol nyallanmi. » Fowru wii : « Tati, a haalii goonga. »

Mbeewa wii : « Nayaɓel ngel, so a yiyii haala men kaa juutii tan ko aɗa haari. » Fowru wii : « Nay, a haalii goonga. Jooni-jooni, conngumi ngaari, nyaammi haa ngoppumi teewu. Yah, mi accii ma. »

 

.

.


.

 


 

 

 

Fowru e mbeewa

L’hyène et la chèvre

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e mbeewa.

Étaient ici une hyène  et une chèvre.

 

Subaka law, mbeewa ina iwra funnaange, fowru ina iwra hiirnaange.

Tôt le matin, la chèvre venait de l’Est, l’hyène venait de l’Ouest.

 

Ɓe kawri e nder guumi cukkuki.

Elles se rencontrèrent sous un câprier touffu.

 

Mbeewa tinaani, fowru tinaani, haa gite maɓɓe kawri.

La chèvre ne s’y attendait pas, l’hyène ne s’y attendait pas, quand leurs regards se croisèrent.

5

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« Hii, subaka am bonii hannde ! »

« Hii ! Ma matinée est fichue aujourd’hui ! »

 

Fowru ndaari mbeewa.

L’hyène  regarda la chèvre.

 

Mbeewa ndaari fowru.

La chèvre regarda l’hyène.

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

10

« Aaha, hannde kay subaka maa bonii ! »

« Oui, aujourd’hui, à coup sûr, ta matinée est fichue ! »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« So a haalii goongaaji nay, tan mi accete, mi waasa warde ma. »

« Si tu dis quatre vérités, alors je t’épargnerai, je renoncerai à te tuer. »

 

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« Nyaamam tan, ɗum woni e maa. »

« Mange-moi tout simplement, c’est ce qui est en toi. »

15

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« So a haalanii kam goongaaji nay, mi nyaamataa ma. »

« Si tu me dis quatre vérités, je ne te mangerai pas. »

 

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« Sinno Alla anndinii kam aɗa rewa e ngol laawol, mi rewataa heen. »

« Si Dieu m’avait fait savoir que tu passerais par ce chemin, je n’y serais pas passée. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

20

« Aaha go’o, a haalii goonga. »

« Oui, une, tu as dit la vérité. »

 

Ba wii :

Elle dit :

 

« Ɗiɗaɓel ngel, so mi yehii wuro mi wiyii yimɓe ɓee, mi hawrii e fowru accii kam, ɓe mbiyoyan ko fenaande, ngati a alaa nguun ndimaagu. »

« Deuxièmement, si je vais au village et que je dis aux gens que j’ai rencontré l’hyène et qu’elle m’a épargnée, ils diront que c’est un mensonge, car tu n’as pas cette noblesse. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Ɗiɗi, a haalii goonga. »

« Deux, tu as dit la vérité. »

25

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« Tataɓel ngel, sinno joomam anndiino so mi oorii hannde miɗa hawra e maa, ko e ɓoggol nyallanmi. »

« Troisièmement, si mon maître savait qu’en allant au pâturage aujourd’hui j’allais te rencontrer, j’aurais passé la journée [attachée] à une corde. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Tati, a haalii goonga. »

« Trois, tu as dit la vérité. »

 

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

30

« Nayaɓel ngel, so a yiyii haala men kaa juutii tan ko aɗa haari. »

« Quatrièmement, si notre discussion a duré si longtemps2, c’est que tu es rassasiée. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Nay, a haalii goonga.

« Quatre, tu as dit la vérité. 

 

Jooni-jooni, conngumi ngaari, nyaammi haa ngoppumi teewu.

Je viens d’abattre un bœuf3 que j’ai mangé et j’ai laissé de la viande.

 

Yah, mi accii ma. »

Vas-y, je t’ai épargnée. »

 


 

Notes:

1  Arbuste sahélien, branchu, avec des ramifications compactes (Capparis decidua — Kerharo J., Adam J.G., « Plantes médicinales et toxiques des Peul et des Toucouleur du Sénégal ». In: Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée, vol. 11, n°10-11, Octobre-novembre 1964, pp. 384-444 ; sur le « câprier », voir p. 418 de l’article.

2  Mot à mot : so a yiyii haala men kaa juutii tan « si tu as vu que notre discussion a été longue seulement ».

3  Mot à mot : jooni-jooni, conngumi ngaari « maintenant-maintenant, j’ai abattu un bœuf ».

© Copyright ADELLAF 2021

Fowru e fayannde teewu e mbaroodi ɓesndi / L’hyène, la marmite de viande et une lionne mère

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés:  peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — hyène, lionne ; égoïsme, dépit.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Haby Zacharia Konté.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:  L’hyène trouve sur son chemin une marmite de viande. Elle lève les yeux : le soleil est en train de la regarder. Elle ne lui en donnera pas, elle décide de manger la viande là où le soleil ne la verra pas. Elle transporte la marmite et se met à l’abri sous un câprier1.

Or une lionne a mis bas sous le câprier. Elle n’est pas sortie chasser depuis une semaine. L’hyène ouvre la marmite pour manger. Son regard croise celui de la lionne, elle lui dit : « Tante Lionne, en fait, moi, j’ai appris que tu as accouché, alors je t’ai apporté une marmite de viande. »

La lionne lui ordonne de déposer la marmite et de s’en aller.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 10.

.

.

.

Fowru e fayannde teewu e mbaroodi ɓesndi

L’hyène, la marmite de viande et une lionne mère

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Handu yaha ha ndu tawi fayannde teewu ene jooɗii. Ndu huufi fayannde ndee. Ndu hooynii dow, ndu yii naange. Ndu wii naange ngee : « A nyaamataa heen dey. » Ndu wii : « Nyaamanmi fayannde teewu ndee, ko to a yiyataa kam. »

Ndu roondii fayannde ndee. Ndu ari e lekki cukkuki. Ndu hooynii dow, ndu yii sereendu naange. Ndu wii : « Ɗoo, hange yiya mi… Ma mi yah ɗo a yiyataa kam. »

Ndu ɓenni, ha ndu ari e guumi cukkuki. Ndu rootii fayannde ndee. Ndu hooynii dow, ndu yiyaani naange. Ndu wii : « Ɗoo dey, nge yiyataa kam… Aɗa futtini gital maa tan, ɗo njaami fof, ndewaa e am ! Ko a tenkoowo no feewi. A nyaamataa heen dey ! »

Ndeke mbaroodi ɓesndi ene nder guumi hee. Yontere, yaltaani, nyaamaani. Ene fadi haa ɓikkon mum ngutta, yalta raddoya. Ndu hippiti fayannde ndee tan, haa gite mayru e gite mayri mbaɗdi renku ! Ndu wii : « Yumpaany Mbaroodi, miin kay, mi nanno a ɓesnii, ngaddan-maa-mi fayannde teewu. » Mbaroodi wii : « Joƴƴin ɗoon, yah. A jaaraama ! »

Tan ɓoosaaji mbaroodi njiimi e fayannde ene nyaama kette teewu, ene pijira. Fowru darii ene morsindoo, suusaa haalde, suusaa haɗde. Mbaroodi wii : « Fowru, ko padɗaa ? » Fowru wii : « Hay batte, Yumpaany Mbaroodi, mi yehii. »

Fowru ene yaha, ene saɓɓitoo.

 

.

.


.

 


 

 

 

Fowru e fayannde teewu e mbaroodi ɓesndi

L’hyène, la marmite de viande et une lionne mère

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Était ici une hyène.

 

Handu yaha ha ndu tawi fayannde teewu ene jooɗii.

Elle était en train de marcher quand elle trouva une marmite de viande posée [par terre].

 

Ndu huufi fayannde ndee.

Elle mit la marmite devant elle.

 

Ndu hooynii dow, ndu yii naange.

Elle regarda en haut, elle vit le soleil.

5

Ndu wii naange ngee :

Elle dit au soleil :

 

« A nyaamataa heen dey. »

« Tu n’en mangeras pas du tout. »

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Nyaamanmi fayannde teewu ndee, ko to a yiyataa kam. »

« Je mangerai cette marmite de viande là où tu ne me verras pas. »

 

Ndu roondii fayannde ndee.

Elle porta la marmite sur la tête.

10

Ndu ari e lekki cukkuki.

Elle arriva sous un arbre touffu.

 

Ndu hooynii dow, ndu yii sereendu naange.

Elle regarda en haut, elle vit un rai de soleil.

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Ɗoo, hange yiya mi…

« Ici, il me voit…

 

Ma mi yah ɗo a yiyataa kam. »

J’irai bien là où tu ne me verras pas. »

15

Ndu ɓenni, ha ndu ari e guumi cukkuki.

Elle continua jusqu’à arriver sous un câprier touffu.

 

Ndu rootii fayannde ndee.

Elle se déchargea de la marmite.

 

Ndu hooynii dow, ndu yiyaani naange.

Elle regarda en haut, elle ne vit pas le soleil.

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Ɗoo dey, nge yiyataa kam…

« Là, c’est sûr, il ne me voit pas…

20

Aɗa futtini gital maa tan, ɗo njaami fof, ndewaa e am !

Tu ne fais qu’écarquiller ton œil énorme, [et] partout où je vais, tu me suis !

 

Ko a tenkoowo no feewi.

Tu es un grand écornifleur !

 

A nyaamataa heen dey ! »

Tu n’en mangeras pas du tout ! »

 

Ndeke mbaroodi ɓesndi ene nder guumi hee.

Or une lionne qui venait d’accoucher était sous le câprier.

 

Yontere, yaltaani, nyaamaani.

Depuis une semaine, elle n’était pas sortie, elle n’avait pas mangé.

25

Ene fadi haa ɓikkon mum ngutta, yalta raddoya.

Elle attendait que ses petits prennent des forces pour sortir chasser.

 

Ndu hippiti fayannde ndee tan, haa gite mayru e gite mayri mbaɗdi renku !

Elle [l’hyène] ouvrit la marmite, quand soudain son regard et celui de la lionne firent renku2 !

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Yumpaany Mbaroodi, miin kay, mi nanno a ɓesnii, ngaddan-maa-mi fayannde teewu. »

« Tante Lionne, en fait, moi, j’ai appris que tu as accouché, alors je t’ai apporté une marmite de viande. »

 

Mbaroodi wii :

La lionne dit :

30

« Joƴƴin ɗoon, yah !

« Dépose[-la] là-bas, et va-t-en.

 

A jaaraama ! »

Merci ! »

 

Tan ɓoosaaji mbaroodi njiimi e fayannde ene nyaama kette teewu, ene pijira.

Et les lionceaux entourèrent la marmite, mageant les morceaux de viande et jouant avec.

 

Fowru darii ene morsindoo, suusaa haalde, suusaa haɗde.

L’hyène resta immobile, ravalant sa salive, elle n’osait pas parler, elle n’osait pas [les] empêcher [de manger].

 

Mbaroodi wii :

La lionne dit :

35

« Fowru, ko padɗaa ? »

« Hyène, qu’est-ce que tu attends ? »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Hay batte, Yumpaany Mbaroodi, mi yehii. »

« Rien, Tante Lionne, je m’en vais. »

 

Fowru ene yaha, ene saɓɓitoo.

L’hyène marchait en claquant la langue de dépit.

 


 

Notes:

1  Arbuste sahélien, branchu, avec des ramifications compactes (Capparis decidua — Kerharo J., Adam J.G., « Plantes médicinales et toxiques des Peul et des Toucouleur du Sénégal ». In: Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée, vol. 11, n°10-11, Octobre-novembre 1964, pp. 384-444 ; sur le « câprier », voir p. 418 de l’article.

2  Idéophone évoquant une rencontre impromptue.

© Copyright ADELLAF 2021

Birinya da raƙumi / La guenon et le chameau

 

 

Mots-clés:  haoussa, Niger, Nigeria — oralité, néo-oralité ; tatsuniya conte — chameau, guenon, fourmi ; bienfait mal récompensé, litige, jugement ; roi

L’auteure:  Fatimane Moussa-Aghali est née à Bonkoukou au Niger. Elle vit actuellement en France. Après avoir étudié à l’INALCO le touareg, le peul et le haoussa, elle soutient, à l’Université de Paris III, une thèse de doctorat sur cette dernière langue, à laquelle elle a consacré un ouvrage et plusieurs articles. Elle a publié un récit de vie, Yarintata [Mon enfance]. Elle écrit également des contes en haoussa à l’intention du public scolaire.

Production du corpus:  Le présent conte est un auto-enregistrement sur cassette audio réalisé en 1984. Il fait partie d’un ensemble de textes produits dans le cadre d’études haoussa à l’INALCO, en vue de la constitution d’un corpus de textes sous la direction du Professeur Claude Gouffé (1926-2013).

Édition du corpus:  Conte transcrit et traduit par Fatimane Moussa-Aghali. La bande son initiale n’ayant pas été conservée, le conte a été oralisé par l’auteure pour la présente édition, à partir de la transcription qu’elle en avait faite. Une adaptation du conte en français a été publiée en 20051 (cf. références).

Références:

    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 2005, Yarintata [Mon enfance], Lagny-sur-Marne (France), Ellaf Éditions, 2021, 76 p. [première édition, revue Binndi e jannde, 1982-1983]. http://ellaf.huma-num.fr/yarintata/
    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 2005, Contes des dunes et des sables, Roissy-en-Brie (France), Éditions Cultures croisées, 126 p.
    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 1999, Lexique des néologismes en hawsa du Niger, Supplemento n. 90 agli Annali, vol. 59, fasc. 1-4, Naples, Istituto Universitario Orientale, xviii + 91 p.
    • AGHALI, Fatimane, 1984, « Recueil de contes en haoussa suivi de notes linguistiques ». Mémoire de D.R.E.A. sous la direction du Professeur Claude Gouffé, Université de Paris-III / Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), multicopié, 119 p.

Résumé:  Un chameau trouve une guenon qui est sur un figuier. Il demande à la guenon de lui donner des figues à manger. Elle lui dit que les figues sont véreuses. Il les veut quand même. La guenon les lui met dans la gueule, il les mange, il en redemande, il en mange à satiété.

Le chameau se moque ensuite de la guenon et de son espèce à queue. La guenon bondit sur le cou du chameau. Elle le serre très fort et refuse de le relâcher : il faut qu’ils aillent devant le roi pour que celui-ci leur rende justice. En route, ils croisent une fourmi rouge. Elle demande à la guenon ce qui s’est passé. La guenon le lui explique. La fourmi ne peut pas juger l’affaire, ils doivent aller devant le roi. Ils croisent une fourmi noire. Elle leur donne le même conseil.

Ils arrivent chez le roi. Les conseillers s’informent sur l’affaire. Ils en rendent compte au roi. Le roi donne tort au chameau. Il demande à la guenon ce que le chameau doit lui donner pour qu’elle accepte de le relâcher : le chameau doit lui apporter cinq bottes de mil. Le chameau part à la recherche des cinq bottes de mil. La guenon attend toujours le retour du chameau…

 

 

 


 

Birinya da raƙumi / La guenon et le chameau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kunji kun ji ?…

Voici l’histoire, voici l’histoire2 !…

 

 

Wanga dai raƙumi ne.

C’était un chameau.

 

 

Yaz zo ya iske birinya bisa uwaɓ ɓaure, yac ce mata : « Ke ta birinya, ba ni ɓaure in sha. »

Il alla trouver une guenon [qui était] sur un figuier, il lui dit : « Oh toi guenon, donne-moi des figues à manger. »

 

 

Sai birinya tac ce mishi : « Babu ɓaure, sai ruɓaɓɓi-ruɓaɓɓi. »

La guenon lui dit : « Il n’y a pas de figues, il n’y en a que des véreuses. »

0:26

5

Yac ce mata : « Ba ni haka nan, ina so. »

Le chameau lui dit : « Donne-les moi quand même, je les veux. »

 

 

Sai birinya tak kirto ɓaure, ta aza ma raƙumi ga baki.

La guenon cueillit les figues et les mit dans la gueule du chameau.

 

 

Raƙumi yay yi galum ! galum ! yac canye.

Le chameau fit galum ! galum ! et les avala.

 

 

Yak kuma ce a ƙaro mishi.

De nouveau, il dit qu’on lui en donne d’autres.

 

 

Birinya tay yarɓo kuma, ta aza mai ga baki.

La guenon cueillit à nouveau des figues et les lui mit dans la gueule.

0:56

10

Yay yi galum ! galum ! yac canye.

Le chameau fit galum ! galum ! et les avala.

 

 

Yak kuma ce a ƙaro.

De nouveau, il dit qu’on [lui] en donne d’autres.

 

 

Haka nan, haka nan, haka nan, sai da yaƙ ƙoshi.

Ainsi de suite, ainsi de suite, ainsi de suite jusqu’à ce qu’il soit rassasié.

 

 

Sai yac ce ma birinya : « Shegiya !… Irinku masu ƴaw wutsiya. »

Puis il dit à la guenon : « Bâtarde !… Espèce de créature à queue ! »

 

 

Sai birinya tad diro daga bisa, sai kan wuyan raƙumi, tam maƙure shi.

La guenon bondit du haut [de l’arbre] et s’agrippa au cou du chameau, en le lui maintenant fortement serré.

1:24

15

Tac ce : « Amali, ka ga dogon banza !

Elle dit : « Chameau, géant de vaurien !

 

 

Amali, tsutsuketa ! »

Chameau, ferme-la ! »

 

 

Sai ta tsutsuke shi.

La guenon lui serra [le cou].

 

 

Raƙumi yay yi, yay yi birinya ta sake shi, taƙ ƙiya, tac ce mishi sai sun tahi gidan sarki, a yi musu shari’a.

Le chameau essaya, essaya [de faire en sorte que] la guenon le relâche, elle refusa, elle lui dit qu’ils devaient aller chez le roi pour que justice leur soit faite.

 

 

Suka tahi.

Ils partirent.

1:48

20

Suna tahe, suna tahe, sai da suka gamu da majijjiya, tac ce : « Ke ta birinya, ke ta birinya, mi yam miki ? »

Ils marchèrent, ils marchèrent jusqu’à ce qu’ils croisent une fourmi rouge, elle leur dit : « Oh toi guenon, oh toi guenon, qu’est-ce que le chameau t’a fait ? »

 

 

Birinya tac ce :

La guenon dit :

 

 

Raƙumi, raƙumi, ya ishe ni bisa,

Chameau, chameau m’a trouvé là-haut,

 

 

Yac ce mini in bashi ɓauren cina,

Il m’a dit de lui donner des figues à manger,

 

 

Nac ce mishi babu ɓauren cina,

Je lui ai dit qu’il n’y a pas de figues à manger,

2:14

25

Nac ce mishi sai ruɓaɓɓi-ruɓaɓɓi,

Je lui ai dit qu’il n’y en a que des véreuses,

 

 

Nak kirto na aza mai baka,

Je les ai cueillies et je les lui ai mises dans la gueule

 

 

Galum ! galum ! lumka dalam !

[Il fit] Galum ! galum ! lumka dalam !

 

 

Sai yac ce mini :

Puis il m’a dit :

 

 

“Irinku masu ƴaw wutsiya”,

“Espèce de créature à queue !”

2:28

30

Sai nac ce mishi :

Puis je lui ai dit :

 

 

“Amali, ka ga dogon banza !

“Chameau, géant de vaurien !

 

 

Amali, tsutsuketa !”

Chameau, ferme-la !”

 

 

Sai majajjiya tac ce : « Wanga sai ku isa gidan sarki. »

Alors, la fourmi rouge dit : « Là, il faut que vous alliez chez le roi. »

 

 

Birinya taƙ ƙara tsutsuke wuyan raƙumi, suka yi gaba.

La guenon serra davantage le cou du chameau, ils continuèrent leur chemin.

2:47

35

Suna tahe, suna tahe, suna tahe, sai da suka gamu da tururuwa.

Ils marchèrent, ils marchèrent jusqu’à ce qu’ils croisent une grosse fourmi noire.

 

 

Tururuwa tac ce : « Ke ta birinya, ke ta birinya, mi raƙumi ya yi miki ? »

La grosse fourmi noire dit : « Guenon, guenon, qu’est-ce que le chameau t’a fait ? »

 

 

Tac ce :

Elle dit :

 

 

Raƙumi, raƙumi, ya ishe ni bisa,

Chameau, chameau m’a trouvé là-haut,

 

 

Yac ce mini in bashi ɓauren cina,

Il m’a dit de lui donner des figues à manger,

3:11

40

Nac ce mishi babu ɓauren cina,

Je lui ai dit qu’il n’y a pas de figues à manger,

 

 

Nac ce mishi sai ruɓaɓɓi-ruɓaɓɓi,

Je lui ai dit qu’il n’y en a que des véreuses,

 

 

Nak kirto na aza mai baka,

Je les ai cueillies et je les lui ai mises dans la gueule

 

 

Galum ! galum ! lumka dalam !

[Il fit] Galum ! galum ! lumka dalam !

 

 

Sai yac ce mini :

Puis il m’a dit :

3:26

45

“Irinku masu ƴaw wutsiya”,

“Espèce de créature à queue !”

 

 

Sai nac ce mishi :

Puis je lui ai dit :

 

 

“Amali, ka ga dogon banza !

“Chameau, géant de vaurien !

 

 

Amali, tsutsuketa !”

Chameau, ferme-la !”

 

 

Sai tururuwa tac ce : « Sai ku isa gidan sarki, ni ba ni iya raba ku. »

La grosse fourmi noire dit : « Là, il faut que vous alliez chez le roi, moi je ne peux pas vous séparer. »

3:42

50

Birinya taƙ ƙara tsutsuke wuyan raƙumi, suka yi gaba.

La guenon serra davantage le cou du chameau, ils continuèrent leur chemin.

 

 

Suna tahe, suna tahe, suna tahe, sai da suka isa gidan sarki.

Ils marchèrent, ils marchèrent jusqu’à ce qu’ils arrivent chez le roi.

 

 

Koda sarki yats tsinkaye su, sai yat tura hwadawanshi, su tahi su ga abin da yah hwaru.

Quand le roi les aperçut, il dépêcha ses conseillers pour qu’ils se renseignent sur ce qui s’était passé.

 

 

Hwadawa suka zo, suka ce ma birinya : « Ke ta birinya, ke ta birinya, mi yam miki ? »

Les conseillers vinrent, ils dirent à la guenon : « Oh toi guenon, oh toi guenon, qu’est-ce que [le chameau] t’a fait ? »

 

 

Tac ce :

Elle dit :

4:18

55

Raƙumi, raƙumi, ya ishe ni bisa,

Chameau, chameau m’a trouvé là-haut,

 

 

Yac ce mini in bashi ɓauren cina,

Il m’a dit de lui donner des figues à manger,

 

 

Nac ce mishi babu ɓauren cina,

Je lui ai dit qu’il n’y a pas de figues à manger,

 

 

Nac ce mishi sai ruɓaɓɓi-ruɓaɓɓi,

Je lui ai dit qu’il n’y en a que des véreuses,

 

 

Nak kirto na aza mai baka,

Je les ai cueillies et je les lui ai mises dans la gueule

4:36

60

Galum ! galum ! lumka dalam !

[Il fit] Galum ! galum ! lumka dalam !

 

 

Sai yac ce mini :

Puis il m’a dit :

 

 

“Irinku masu ƴaw wutsiya”,

“Espèce de créature à queue !”

 

 

Sai nac ce mishi :

Puis je lui ai dit :

 

 

“Amali, ka ga dogon banza !

“Chameau, géant de vaurien !

4:45

65

Amali, tsutsuketa !”

Chameau, ferme-la !”

 

 

Sai hwadawa suka ce : « Mu ba mu iya shariya, sai ku isa wurin sarki. »

Les conseillers dirent : « Nous, nous ne pouvons pas juger [cette histoire], il faut que vous alliez auprès du roi. »

 

 

Birinya taƙ ƙara tsutsuke wuyan raƙumi, suka bi hwadawa sai wurin sarki.

La guenon serra davantage le cou du chameau, ils suivirent les conseillers jusqu’auprès du roi.

 

 

Aka shaida ma sarki abin da a tsakanin birinya da raƙumi.

On rapporta au roi ce qui s’était passé entre la guenon et le chameau.

 

 

Sai sarki yac ce ma birinya ta sabko, a yi musu shawara.

Le roi dit à la guenon de descendre pour qu’on leur donne un conseil.

5:17

70

Birinya tas sabko.

La guenon descendit.

 

 

Sai sarki yac ce : « Kai raƙumi, ba ka da gaskiya.

Le roi dit : « Toi, chameau, tu as tort.

 

 

Ƙaƙa birinya za ta ba ka ɓaure, ka ci har ka ƙoshi, sa’annan ka zage ta ? »

Comment se fait-il que la guenon te donne des figues à manger, que tu en aies mangé jusqu’à ce que tu sois rassasié et qu’en retour tu l’insultes ? »

 

 

Sai aka ce ma birinya : « To, ta birinya, mi kike so raƙumi ya ba ki ? »

On dit à la guenon : « Eh bien, guenon, que veux-tu que le chameau te donne [en compensation] ? »

 

 

Birinya tac ce ba ta rayda ba sai raƙumi ya kawo mata dame biyar na hatsi, sa’annan ta bar shi.

La guenon dit qu’elle n’accepterait [de relâcher le chameau] que si le chameau lui rapportait cinq bottes de mil, à ce moment-là elle le lâcherait.

5:54

75

Shi ke nan, sai sarki yac ce : « To, yanzu, sai ki zamna.

Le roi dit : « Eh bien, à présent, tu vas rester [ici].

 

 

Kai raƙumi, sai ka tahi ka nemo mata dammanta biyar na hatsi. »

Quant à toi, chameau, il faut que tu ailles chercher les cinq bottes de mil. »

 

 

Birinya tay yarda bisa wannan.

La guenon accepta la proposition.

 

 

Raƙumi yat tahi neman damma.

Le chameau partit à la recherche des bottes.

 

 

Daga can, yag gudu yas tsira, bai komo ba.

De là, il prit la fuite, il échappa [à la guenon] et il ne revint plus.

6:26

80

Yab bar birinya nan zaune, tana jira ya kawo mata dammanta biyar…

Il laissa là la guenon assise, en train d’attendre qu’il lui rapporte ses cinq bottes de mil…

 

 

Ƙanƙaran kan kuusuu !

Le conte s’arrête là3 !

Fatimane Moussa-Aghali

 


 

Notes:

1  Pour une adaptation en français du conte, cf. Fatimane Moussa-Aghali 2005: 107-112.

2  Traduction de la formule de début de conte Kun ji kun ji ? … mot à mot : « Avez-vous entendu, avez-vous entendu ?… »

3  Traduction de la formule de fin de conte Ƙanƙaran kan kusu ; mot à mot : « Petite tête de souris ».

Da zabo da bunsuru da kare / La pintade, le bouc et le chien

 

 

Mots-clés:  haoussa, Niger, Nigeria — oralité, néo-oralité ; tatsuniya conte — pintade, bouc, chien, hyène ; chasse ; ruse ; négligence, erreur, sanction.

L’auteure:  Fatimane Moussa-Aghali est née à Bonkoukou au Niger. Elle vit actuellement en France. Après avoir étudié à l’INALCO le touareg, le peul et le haoussa, elle soutient, à l’Université de Paris III, une thèse de doctorat sur cette dernière langue, à laquelle elle a consacré un ouvrage et plusieurs articles. Elle a publié un récit de vie, Yarintata [Mon enfance]. Elle écrit également des contes en haoussa à l’intention du public scolaire.

Production du corpus:  Le présent conte est un auto-enregistrement sur cassette audio réalisé en 1984. Il fait partie d’un ensemble de textes produits dans le cadre d’études haoussa à l’INALCO, en vue de la constitution d’un corpus de textes sous la direction du Professeur Claude Gouffé (1926-2013).

Édition du corpus:  Conte transcrit et traduit par Fatimane Moussa-Aghali. La bande son initiale n’ayant pas été conservée, le conte a été oralisé par l’auteure pour la présente édition, à partir de la transcription qu’elle en avait faite. Une adaptation du conte en français a été publiée en 20051 (cf. références).

Références:

    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 2005, Yarintata [Mon enfance], Lagny-sur-Marne (France), Ellaf Éditions, 2021, 76 p. [première édition, revue Binndi e jannde, 1982-1983]. http://ellaf.huma-num.fr/yarintata/
    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 2005, Contes des dunes et des sables, Roissy-en-Brie (France), Éditions Cultures croisées, 126 p.
    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 1999, Lexique des néologismes en hawsa du Niger, Supplemento n. 90 agli Annali, vol. 59, fasc. 1-4, Naples, Istituto Universitario Orientale, xviii + 91 p.
    • AGHALI, Fatimane, 1984, « Recueil de contes en haoussa suivi de notes linguistiques ». Mémoire de D.R.E.A. sous la direction du Professeur Claude Gouffé, Université de Paris-III / Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), multicopié, 119 p.

Résumé:  La pintade, le bouc et le chien partent à la chasse. Ils aperçoivent les repaires des hyènes. En cours de route ils ont trouvé la tête d’une hyène morte. Le chien porte la tête autour du cou, il se met à répéter : « Aujourd’hui, nous sommes morts !».  Le bouc la lui reprend : ce n’est pas comme cela qu’il faut faire. Il la met autour du cou et se met à répéter : « J’ai mangé neuf têtes d’hyènes, en voici la dixième ! »

Ils avancent jusqu’à arriver chez les hyènes. Ils demandent de l’eau à boire. Les hyènes ont peur. Le père hyène demande à l’un de ses enfants d’aller chercher de l’eau pour les visiteurs et il conseille à l’enfant d’en profiter pour fuir. L’enfant tarde à revenir. On demande à un autre, qui tarde à revenir. La mère hyène va, elle tarde à revenir, le père va.

Les visiteurs sont seuls. Ils occupent les lieux. Ils trouvent trois greniers, l’un de mil, l’autre de souchets2, le troisième de viande. Le chien veut le grenier de viande, la pintade le grenier de souchets et le bouc, le grenier de mil.

Le chien entre dans son grenier, il se rassasie de viande, il laisse dépasser sa queue hors du grenier. Les hyènes pensent que les visiteurs sont partis. Elles reviennent. Un enfant hyène voit la queue du chien et dit à son père : « Eh, papa, regarde ! Ils ont même oublié leur petit bâton. ». La pintade et le bouc ayant entendu cela prennent la fuite. Les hyènes se saisissent du chien. Elles le frappent à mort.

 

 

 

 


 

Da zabo da bunsuru da kare / La pintade, le bouc et le chien

 

 

 

 

 

 

 

Kun ji kun ji ?…

Voici l’histoire, voici l’histoire3 !…

 

 

Wanga da zabo, da bunsuru, da kare suka tahi hwarauta.

C’était une pintade, un bouc et un chien qui partirent à la chasse.

 

 

Suna ta tahiya, suna ta tahiya, suna ta tahiya cikin daji, sai da suka zo tsakad daji, sai suka tsinkayi gidajen kuraye.

Ils marchaient, ils marchaient, ils marchaient dans la brousse quand ils arrivèrent en plein milieu de la brousse, ils aperçurent les repaires des hyènes.

 

 

To, a kan hanya, sai suka iske kan kura matacce.

Or en cours de route, ils trouvèrent la tête d’une hyène morte.

0:31

5

Sai suka ɗauki kan kuran nan, suka ce : « To yanzu, mi zamu yi, mu ba su tsoro ? »

Ils ramassèrent la tête de l’hyène et ils dirent : « À présent, comment ferons-nous pour leur faire peur ? »

 

 

Sai aka ce : « To, wa zai rataya kan kura ? »

Ils dirent : « Qui va accrocher à son cou la tête de l’hyène ? »

 

 

Sai kare yac ce, shi, shi, shi, shi !…

Le chien dit que c’est lui, c’est lui, c’est lui !…

 

 

Sai aka ba shi, aka ce mishi : « To, mi zaka cewa ? »

On lui donna [la tête] et on lui dit : « Qu’est-ce que tu vas dire ? »

 

 

Sai kare yah hwara cewa :

Le chien commença :

0:59

10

Yau mun mutu !

Aujourd’hui, nous sommes morts !

 

 

Yau mun mutu !

Aujourd’hui, nous sommes morts !

 

 

Yau mun mutu !

Aujourd’hui, nous sommes morts !

 

 

Yau mun mutu !

Aujourd’hui, nous sommes morts !

 

 

Yau mun mutu !…

Aujourd’hui, nous sommes morts !…

1:06

15

Sai bunsuru ya amshe kan gare shi, yac ce mishi : « Kai tahi ! ba haka nan za ka cewa ba. »

Alors, le bouc lui reprit la tête [de l’hyène] et il lui dit : « Va-t’en ! ce n’est pas ça qu’il faut dire. »

 

 

Sai shi, ya amsa, ya rataya.

Alors, il prit la tête et l’accrocha à son cou.

 

 

Yah hwara cewa :

Il commença :

 

 

Kan kura tara na ci, ga na goma !

J’ai mangé neuf têtes d’hyènes, en voici la dixième !

 

 

Kan kura tara na ci, ga na goma !

J’ai mangé neuf têtes d’hyènes, en voici la dixième !

1:26

20

Kan kura tara na ci, ga na goma !

J’ai mangé neuf têtes d’hyènes, en voici la dixième !

 

 

Kan kura tara na ci, ga na goma !…

J’ai mangé neuf têtes d’hyènes, en voici la dixième !…

 

 

Haka nan, haka nan, sai da suka isa wurin gidajen kuraye.

C’était ainsi, c’était ainsi, jusqu’à ce qu’ils soient arrivés chez les hyènes.

 

 

Shi ke nan, suka zo suka sallama wani gida.

Bon, ils s’annoncèrent chez l’une d’elles.

 

 

Sun iske uwa da uba da ɗiyansu suna zazzaune.

Ils trouvèrent la mère, le père et les enfants tous assis.

1:49

25

Suka sallama, suka ce a ba su ruwa su sha.

Ils saluèrent et demandèrent de l’eau à boire.

 

 

Kuraye su ko, sun ji tsoro.

Les hyènes, quant à elles, elles avaient peur.

 

 

Sun ji a na :

Elles avaient entendu [les visiteurs] qui disaient :

 

 

Kan kura tara na ci, ga na goma !

J’ai mangé neuf têtes d’hyènes, en voici la dixième !

 

 

Kan kura tara na ci, ga na goma !…

J’ai mangé neuf têtes d’hyènes, en voici la dixième !…

2:05

30

Dukansu, sun ji tsoro !

Toutes, elles avaient peur !

 

 

Shi ke nan, suka zo suka tambaya a ba su ruwa.

Bon, [les visiteurs] demandèrent qu’on leur donne de l’eau à boire.

 

 

Sai uban yac ce ma yaro guda, ya tahi can cikin ɗaki, ya ɗebo ruwa.

Le père de famille dit à l’un des enfants d’aller chercher de l’eau dans la maison.

 

 

Sai yac ce mishi : « Daga nan, sai ka gudu ka tahiyakka. »

Il lui dit : « À partir de là, tu vas t’enfuir, tu t’en vas4. »

 

 

Yaron yat tahi neman ruwa.

L’enfant partit chercher l’eau.

2:32

35

Suna nan, suna jira, yanzu, yanzu yaro zai kawo ruwa, yanzu, yanzu yaro zai kawo ruwa…

Ils étaient là en train d’attendre [pensant] que l’enfant apporterait sans tarder de l’eau, que l’enfant apporterait sans tarder de l’eau…

 

 

Kai ! saida suka daɗe, bai kawo ruwa ba.

Kai!5 ils attendirent un long moment, l’enfant n’apportait [toujours] pas l’eau.

 

 

Sai uban yac ce : « Shin, mi yat tahi yi can, har yanzu bai zo ba ? »

Alors le père dit : « Lui, qu’est-ce qu’il est parti faire là-bas, jusqu’à présent il n’est pas de retour ? »

 

 

Sai yac ce ma guda kuma : « Tahi ka gani abin da ya ke yi, ko ka kawo ruwa, mutanenga su sha. »

Alors il dit à un autre [de ses enfants] : « Va voir ce qu’il est en train de faire et apporte de l’eau pour que ces gens-là boivent. »

 

 

Shi ma aka ce mishi : « Da ka tahi, ka yi gudu, ka tahiyakka. »

À lui également on dit : « Lorsque tu seras parti, tu vas t’enfuir, tu t’en vas. »

3:13

40

Yat tahi, shi ma yay yi zamanshi, bai komo ba.

Il partit, lui également s’en alla de son côté6, il ne revint pas.

 

 

Sai uwat tac ce : « Kai ! yaranga mi suka tahi yi ?

La mère dit : « Kai ! qu’est-ce que ces enfants sont partis faire ?

 

 

Tun daɗewa da aka aike su ɗibar ruwa, har yanzu ba su komo ba ! »

On les a envoyés chercher de l’eau depuis un long moment et jusqu’à présent, ils ne sont pas revenus ! »

 

 

Shi ke nan, sai tat tashi, tac ce : « Bari in tahi, ni da kaina. »

Puis elle se leva et dit : « Attends que j’y aille moi-même. »

 

 

Tat tahi, ita ma daga can, ba ta komo ba.

Elle partit, elle non plus ne revint pas.

3:48

45

Sai sauran uban, shi kaɗai.

Il ne resta plus que le père.

 

 

Shi ke nan, yaj jima yana zaune, bai ga ruwa ba.

Ainsi donc, [le père] resta un bon moment assis, toujours sans voir l’eau.

 

 

Sai yac ce : « Kai, mi wai suke nan ga yi, cikin ɗaki ?

Il dit : « Kai ! Qu’est-ce qu’ils sont en train de faire dans la maison ?

 

 

Tun daɗewa da aka aike su su kawo ruwa, har yanzu ba su koma ba ! »

Depuis le temps qu’on les a envoyés pour chercher de l’eau, ils ne sont pas revenus jusqu’à présent.

 

 

Yac ce : « Bari in tashi, in gani da kaina. »

Il dit : « I1 faut que j’aille moi-même voir. »

4:22

50

Yat tahi, shi ma daga can, yag gudu bai komo ba.

Il partit, lui aussi s’en alla, de là il prit la fuite et il ne revint pas.

 

 

Shi ke nan, kare da bunsuru da zabo sun samu wuri, suka shige cikin gidan kuraye.

Alors le chien, le bouc et la pintade n’avaient rien qui s’opposaient à eux7, ils continuèrent plus loin et entrèrent dans les maisons des hyènes.

 

 

Sun kori kurayen, sun gudu, sun tahiyassu.

Ils chassèrent les hyènes, celles-ci s’enfuirent et s’en allèrent.

 

 

Suka zo suka zauna cikin garin kuraye.

Ils s’installèrent dans le village des hyènes.

 

 

To, sun zo, sun iske, rumbu ukku : rumbun hatsi, da rumbun aya, da rumbun nama.

Bon, ils vinrent, ils trouvèrent trois greniers : un grenier de mil, un grenier de souchets8 et un grenier [plein] de viande.

5:02

55

Shi ke nan, sai kare yac ce shi dai, rumbun nama yake so ;

Bon, le chien dit qu’il voulait le grenier de viande ;

 

 

zabo yac ce shi, rumbun aya yake so ;

la pintade dit qu’elle voulait le grenier de souchets ;

 

 

shi kuma bunsuru yac ce, rumbun hatsi yake so.

quant au bouc, il dit qu’il voulait le grenier de mil.

 

 

Kowa yash shiga rumbunshi.

Chacun entra dans son grenier.

 

 

Suka zo suka yi zamansu, suna ta cin kayansu.

Ils s’installèrent et mangèrent leurs réserves.

5:28

60

Suna nan, suna nan, suna nan, suna nan, suna nan, saida suka yi kwanakki, sai kuraye suka ce :

Ils étaient là, ils étaient là, ils étaient là, ils étaient là, ils étaient là, ils passèrent ainsi plusieurs jours, alors les hyènes dirent :

 

 

« To, yanzu, halan mutanen nan, sun tahi.

« Bien, maintenant, [si on se fie à] leurs habitudes, ils sont partis.

 

 

Mu tahi mu gano gidajemmu. »

Allons-y, allons voir nos maisons. »

 

 

Kuraye suka zo, ba su san ba da suna nan cikin rubuna.

Les hyènes vinrent, elle ne savaient pas qu’ils étaient dans le grenier.

 

 

Kai kare, ka zo ka ci nama, ka ƙoshi, ka hiddo wustiya waje !

Quant à toi, le chien, tu es venu, tu as mangé de la viande, tu es rassasié, tu fais sortir ta queue dehors !

6:07

65

Shi ke nan, kurayen suka zo suna ta dibin gidajensu, suna ta larwai, sai da suka zo inda kare yake, sai ɗan kurayen guda yac ce :

Bon, les hyènes vinrent, elles se mirent à visiter leurs maisons, à effectuer des contrôles, jusqu’à ce qu’elles arrivent là où se trouvait le chien.

 

 

« Ee ! baba diba !… Had da ƴas sanda-sandassu suka baro ! »

L’un des enfants des hyènes dix : « Eh, papa, regarde ! Ils ont même oublié leur petit bâton. »

 

 

Sai aka jayo kare.

Alors on fit sortir le chien en le tirant [par la queue].

 

 

Zabo da bunsuru, koda suka ji haka nan, su, sai suka samu suka hita, suka gudu da ransu.

La pintade et le bouc, dès qu’ils entendirent cela, sortirent, s’enfuirent et sauvèrent leur vie9.

 

 

Aka kama kare, aka yi ta ba shi kashi, aka yi ta ba shi kashi, aka yi ta ba shi kashi !… sai da aka kashe shi.

On saisit le chien, on le roua de coups, on le roua de coups, on le roua de coups !… jusqu’à le tuer.

6:54

70

Shi ke nan, sauran su, sun gudu, sun tahiyassu, sun tsira.

Bon, quant aux autres, ils s’enfuirent, ils s’en allèrent, ils furent sauvés.

 

 

Kurayen suka canye karen, suka zo suka yi zamansu cikin gidajensu.

Alors les hyènes dévorèrent le chien, et elles s’installèrent dans leurs maisons.

 

 

Shi ke nan, ƙanƙaran kan kusu.

Bon, le conte s’arrête là10 !

Fatimane Moussa-Aghali

 


 

Notes:

1  Pour une adaptation en français du conte, cf. Fatimane Moussa-Aghali 2005: 97-101.

2  Synonymes :  « noix tigrée » ou « amande de terre » ; nom scientifique : Cyperus esculentus.

3  Traduction de la formule de début de conte Kun ji kun ji ?… mot à mot : « Avez-vous entendu, avez-vous entendu ?… »

4  « tu  t’en vas » : traduction de ka tahiyakka, mot à mot, « tu pars ton départ ».

5  Interjection marquant, un excès, un avertissement, un refus, etc.

6  « s’en alla de son côté » : traduction de yay yi zamanshi, mot à mot, « il partit, il fit son action de rester ».

7  « n’avaient rien qui s’opposaient à eux » traduction de sun samu wuri « ils eurent de la place ».

8  Voir note 2

9  « s’enfuirent et sauvèrent leur vie » : traduction de suka gudu da ransu, mot à mot « ils fuirent avec leur âme ; ils fuirent étant vivants ».

10  « le conte s’arrête là » : traduction de la formule de fin de conte ƙanƙaran kan kusu ; mot à mot : « petite tête de souris ».

Haru da Zoriya Zamzam / Harou et Zoriya Zamzam

 

 

Mots-clés:  haoussa, Niger, Nigeria — oralité, néo-oralité ; tatsuniya conte — deux coépouses ; deux frères, mort de l’une des coépouses ; orphelin de mère, héritage ; marâtre, infanticide, mort de la mère assassine.

L’auteure:  Fatimane Moussa-Aghali est née à Bonkoukou au Niger. Elle vit actuellement en France. Après avoir étudié à l’INALCO le touareg, le peul et le haoussa, elle soutient, à l’Université de Paris III, une thèse de doctorat sur cette dernière langue, à laquelle elle a consacré un ouvrage et plusieurs articles. Elle a publié un récit de vie, Yarintata [Mon enfance]. Elle écrit également des contes en haoussa à l’intention du public scolaire.

Production du corpus:  Le présent conte est un auto-enregistrement sur cassette audio réalisé en 1984. Il fait partie d’un ensemble de textes produits dans le cadre d’études haoussa à l’INALCO, en vue de la constitution d’un corpus de textes sous la direction du Professeur Claude Gouffé (1926-2013).

Édition du corpus:  Conte transcrit et traduit par Fatimane Moussa-Aghali. La bande son initiale n’ayant pas été conservée, le conte a été oralisé par l’auteure pour la présente édition, à partir de la transcription qu’elle en avait faite. Une adaptation du conte en français a été publiée en 20051 (cf. références).

Références:

    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 2005, Yarintata [Mon enfance], Lagny-sur-Marne (France), Ellaf Éditions, 2021, 76 p. [première édition, revue Binndi e jannde, 1982-1983]. http://ellaf.huma-num.fr/yarintata/
    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 2005, Contes des dunes et des sables, Roissy-en-Brie (France), Éditions Cultures croisées, 126 p.
    • MOUSSA-AGHALI, Fatimane, 1999, Lexique des néologismes en hawsa du Niger, Supplemento n. 90 agli Annali, vol. 59, fasc. 1-4, Naples, Istituto Universitario Orientale, xviii + 91 p.
    • AGHALI, Fatimane, 1984, « Recueil de contes en haoussa suivi de notes linguistiques ». Mémoire de D.R.E.A. sous la direction du Professeur Claude Gouffé, Université de Paris-III / Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), multicopié, 119 p.

Résumé:  Deux coépouses ont chacune un fils, Harou et Zoriya Zamzam. La mère de Zoriya Zamzam est riche. Elle décède. Sa coépouse ne veut pas que Zoriya Zamzam hérite des biens laissés par sa mère. Elle cherche à le tuer.

Chaque jour, Zoriya Zamzam mène les animaux au pâturage. À son retour, il va sur la tombe de sa mère, il dit : « Tchos !… tchos !… » et sa mère lui chante une chanson ; dans la chanson, elle le prévient des dangers qui le menacent et lui dit comment les éviter. Il rentre à la maison.

La coépouse cherche à empoisonner Zoriya Zamzam, il échappe ; elle cherche à le faire tomber dans une trappe, il échappe. Elle est en colère. Elle a une idée : elle va creuser un trou derrière le lit dans lequel ils dorment tous, elle y entretiendra un feu, elle placera Zoriya Zamzam du côté du trou ; lorsque tout le monde se sera endormi, elle le poussera dans le trou.

Zoriya Zamzam est averti par sa mère. Il se met à la place de Harou, le fils de la coépouse. La coépouse précipite Harou dans le trou croyant que c’est Zoriya Zamzam. Elle se réveille le lendemain et découvre qu’elle a tué son enfant ; elle meurt. Zoriya Zamzam reste avec les biens laissés par sa mère.

 

 

 

 


 

Haru da Zoriya Zamzam / Harou et Zoriya Zamzam

 

 

 

 

 

 

Kun ji kun ji ?…

Voici l’histoire, voici l’histoire2 !…

 

 

Wanga da kishiya da kishiya ne.

C’était entre une coépouse et sa coépouse.

 

 

Kowace, tana da ɗanta namiji.

Chacune avait un fils.

 

 

Guda tana da ɗanta Haru, guda kuma tana da ɗanta Zoriya Zamzam.

L’une avait un fils [appelé] Harou, et l’autre un fils [appelé] Zoriya Zamzam.

0:14

5

Sai ciwon ajali yak kama uwaz Zoriya Zamzam.

La mère de Zoriya Zamzam tomba malade d’une maladie fatale.

 

 

Sai tar rasu.

Elle mourut.

 

 

Ita kuma, ga ta dukiya ke gare ta.

Or elle avait beaucoup de biens.

 

 

Shanu ke gare ta da yawa !

Des vaches, elle en avait beaucoup3 !

 

 

Shi ke nan, sai ta mutu, tab baro ma yaron nan dukiya.

Donc elle mourut et laissa les biens à l’enfant en question.

0:34

10

To, kishiyatta, abun nan bai mata daɗi ba ko kaɗan.

Cela ne plaisait pas du tout à sa coépouse.

 

 

Bat ta son ma yaron dukiyan nan, ko kaɗan.

Elle ne voulait pas que ces biens aillent à l’enfant, même un tout petit peu.

 

 

Sai tay yi komi da komi, ta kashe shi.

Et elle faisait tout pour le tuer.

 

 

Kullum neman magani take, ta kashe shi.

Elle cherchait tout le temps un moyen pour le tuer.

 

 

Shi ko, da ya zo ma, sai shi tahi wurin kabarin uwashshi, shi zo, shi ce : « Cos cos ! »

Quant à lui [Zoriya Zamzam], dès qu’il revenait du pâturage, il allait sur la tombe de sa mère, il y allait et il disait : « Tchos tchos ! »

1:01

15

In dakwai wani abu lala, sai ta gaya mishi.

S’il y avait quelque chose de mauvais, elle le lui disait.

 

 

Sai ran nan, ya tahi kiwo.

Un jour, il était allé au pâturage.

 

 

Da yak komo ma, ta gina rame, ta sa wuta ciki,

Lorsqu’il revint, elle avait creusé un trou, elle y avait mis du feu,

 

 

ta kawo tabarma ta shinhwiɗa, ta kawo bargo tas sa bisa,

elle avait étalé une natte [au-dessus du trou] et avait mis une couverture [par-dessus]

 

 

don in ya zo ta ce mishi ya zamna.

pour que, lorsqu’il reviendrait, qu’elle lui dise de s’y asseoir.

 

20

In ya zamna, ya hwaɗa cikin ramen nan ya toye.

En s’y asseyant, il tomberait dans le trou et brûlerait.

 

 

Shi ke nan, shi kuma da ya zo ma, sai ya tahi wurin kabarin uwashshi, ya zo, ya yi : « Cos cos ! »

Ainsi donc, lorsqu’il revint, il alla directement sur la tombe de sa mère, il fit : « Tchos tchos ! »

 

 

Sai ta ce mishi :

Sa mère lui dit :

 

 

Zoriya Zamzam,

Zoriya Zamzam,

 

 

Kada ka zamna, Zoriya Zamzam.

Ne t’assieds pas, Zoriya Zamzam,

1:45

25

Haru shi zamna, Zoriya Zamzam.

Que Harou s’asseye, Zoriya Zamzam,

 

 

Yannan ka zamna, Zoriya Zamzam.

Ensuite tu t’assiéras, Zoriya Zamzam.

 

 

Sai yat tahi.

Et il s’en alla.

 

 

Da yaz zo ma, sai maccen tac ce mishi : « Zoriya Zamzam, ga wuri can, ka tahi ka zauna. »

Lorsqu’il arriva, la femme lui dit : « Zoriya Zamzam, tiens, il y a une place là-bas, va t’asseoir. »

 

 

Sai yac ce mata : « A’a, ni ban saba zama bisa tabarma ba,

Il lui dit : « Non, moi, je n’ai pas l’habitude de m’asseoir sur une natte,

2:10

30

ba yau ba zan zamna bisa tabarma ba.

et ce n’est pas aujourd’hui que je vais m’asseoir sur une natte.

 

 

Na tahi dai, in zamna ga ƙasa. »

Je vais m’asseoir à même le sol. »

 

 

Sai yat tahi, yaj jaye can ƙalƙashi icce, yay yi zamanshi.

Alors il s’en alla, il se retira loin sous un arbre, il s’y assit.

 

 

Sai taz zo ta hwara : « Shege, ɗan kare !

Elle vint, elle commença : « Bâtard, fils de chien !

 

 

Yanzu don ubanka ya zo ya iske ka nan wurin, ya ce ko kula ka ba ni yi ko ? »

C’est pour que ton père vienne te trouver là et qu’il dise que je ne m’occupe même pas de toi, n’est-ce pas ? »

2:34

35

Taz zo tay yi ta zagin shi, tay yi ta zagin shi.

Elle vint, elle se mit à l’insulter, elle se mit à l’insulter.

 

 

Shi dai bai ce komi ba, bai kula mata ba, yaƙ ƙyale ta.

Mais [le garçon], lui, n’y prêtait pas attention et il la laissa faire.

 

 

Abin yac cika ta.

Elle était furieuse4.

 

 

Ba ta san ba dai yadda za ta yi yanzu ta kashe shi.

Elle ne savait plus quoi faire pour le tuer.

 

 

Sai ran nan, tat tahi tag ga wani boka, ta amshi maganin da za ta kashe shi.

Un jour, elle alla voir un tradipraticien, elle se procura du poison pour tuer le garçon.

3:00

40

Taz zo tas sa mishi ga hura.

Elle vint mettre le poison dans du « foura »5.

 

 

Yaron yaz zo, ya hito da wurin kiwo, sai yag gudu, yat tahi wurin kabarin uwashshi.

À son retour du pâturage, l’enfant alla en courant sur la tombe de sa mère.

 

 

Shi ke nan, sai yaz zo yac ce : « Cos cos ! »

Une fois arrivé là, il dit : « Tchos tchos ! »

 

 

Tac ce mishi :

Elle lui dit :

 

 

Zoriya Zamzam, hura da tunya6,

Zoriya Zamzam, il y a du poison dans le « foura »,

3:23

45

Zoriya Zamzam.

Zoriya Zamzam.

 

 

Kada ka sha ta, Zoriya Zamzam.

N’en mange pas, Zoriya Zamzam.

 

 

Haru shi sha ta, Zoriya Zamzam.

Que Harou en mange, Zoriya Zamzam.

 

 

Yannan ka sha ta, Zoriya Zamzam.

Ensuite tu en mangeras, Zoriya Zamzam.

 

 

Sai yak koma gida.

Il rentra chez lui.

3:38

50

Maccen taɗ ɗauko hura, tak kai mishi, tac ce ya sha.

La femme prit le « foura », le lui porta et lui dit d’en manger.

 

 

Sai yac ce mata, wallahi shi ba ya jin yunwa ba, bay ya so.

Il lui dit que par Dieu, il n’avait pas faim et qu’il n’en voulait pas.

 

 

Sai ta hwara zagin shi : « Shege, ɗan kare !

Elle se mit à l’insulter : « Bâtard, fils de chien !

 

 

Dan ubanka ya zo ya ce yanzu ko abinci ma, ba ni ba ka ko ?

C’est pour que maintenant ton père vienne dire que je ne te donne même pas à manger, n’est-ce pas ?

 

 

Na bar ka da nyunwa ko ? »

[Qu’il dise] que je t’ai laissé affamé, n’est-ce pas ? »

4:03

55

Taz zo tay yi ta zagin shi, tay yi ta zagin shi.

Elle se mit à l’insulter, elle se mit à l’insulter.

 

 

Shi dai bai ce komi ba, yaƙ ƙyale ta.

Mais [le garçon], lui, ne dit rien, il la laissa faire.

 

 

Abin yac cika ta.

Elle était furieuse7.

 

 

Ba ta san ba dai, yadda za ta yi yanzu kai.

Elle ne savait plus quoi faire maintenant.

 

 

Sai shi ke nan, sai ran nan, tas samu wata dabara da za ta yi.

Alors, un jour, elle eut une idée8.

4:25

60

Sai tag gina rame can bayan gado, tak kawo tabarma da bargo tash shinhwiɗa bisa, tas sa wuta cikin rame.

Elle creusa un trou là-bas derrière le lit [où ils dormaient tous], elle apporta une natte et une couverture qu’elle étala dessus, elle mit du feu dans le trou.

 

 

To, in za su kwana ko, sai ta kawo ɗanta ta sa gaba, ta sa Zoriya Zamzam baya.

Bon, quand les [garçons] allaient se coucher, elle prenait son fils et le mettait devant, et elle mettait Zoriya Zamzam derrière.

 

 

To, ran nan, niyatta, in dare ya yi ƙwarai, suna kwana, ta tura yaron cikin ramen nan, mai wuta, ya toye.

Bon, ce jour-là, son intention était que, lorsque la nuit serait bien avancée et qu’ils seraient en train de dormir, de pousser Zoriya Zamzam dans le trou, où il y avait le feu, pour qu’il brûle.

 

 

Shi ke nan, shi ko, da ya zo ma, sai yag gudu, yat tahi wurin kabarin uwashshi, yac ce : « Cos cos ! »

Alors, quant à lui, [Zoriya Zamzam], à son retour, il alla en courant sur la tombe de sa mère et dit : « Tchos tchos ! »

 

 

Sai uwashshi tac ce mishi :

Sa mère lui dit :

5:13

65

Zoriya Zamzam,

Zoriya Zamzam,

 

 

Kada ka kwanta, Zoriya Zamzam.

Ne te couche pas, Zoriya Zamzam.

 

 

Haru ya kwanta, Zoriya Zamzam.

Que Harou se couche, Zoriya Zamzam.

 

 

Yannan ka kwanta, Zoriya Zamzam.

Ensuite tu te coucheras, Zoriya Zamzam.

 

 

Shi ke nan, yak koma gida.

Bon, il rentra à la maison.

5:30

70

Da dare yay yi, suka zo suka kwanta.

Le soir venu, ils allèrent dormir.

 

 

Taz zo tas sa ɗanta gaba gare ta, shi kuma, tas sa shi can baya.

Elle mit son fils devant elle, et quant à Zoriya Zamzam, elle le mit là-bas derrière.

 

 

Yab bari sai da dare ya yi, su duka sun yi kwana.

[Zoriya Zamzam] attendit que la nuit soit avancée et qu’ils soient tous en train de dormir.

 

 

Sai yat tashi sannu-sannu, yaɗ ɗawki Haru, yas sa shi ga wurinshi,

Il se leva doucement, il prit Harou, il le mit à sa place

 

 

yaz zo yak komo wurin Haru, yak kwanta.

et il regagna la place de Harou, il s’y coucha.

6:01

75

Suna nan — ba dai kwana ya ɗawke su ba ? — sai maccen ta hwara wani miƙa hakanga, tana wani birkiɗaɗɗoniya, sai da tat tura yaron cikin wuta.

Ils étaient là — n’est-ce pas qu’ils dormaient profondément ? — alors la femme commença à s’étirer et à se rouler jusqu’à pousser l’enfant dans le feu.

 

 

Ita ba ta san ba da yaronta ne tat tura cikin wuta, tana cewa Zoriya Zamzam ne.

Elle ne savait pas que c’était son propre fils qu’elle avait poussé dans le feu, elle croyait que c’était Zoriya Zamzam.

 

 

Yaronan ya hwara cewa : « Inna ni ne !… Inna ni ne !… »

L’enfant commença : « Maman, c’est moi !… Maman, c’est moi !… »

6:29

 

Taƙ ƙyale, tac ce : « Shege, sai ka mutu dai ciki ! »

Elle n’y prêta pas attention, elle dit : « Bâtard, tu vas mourir là-dedans ! »

 

 

Shi ke nan, da sahiya tay yi, da jijjibi9 tat tashi, tana shara, daɗi ya kashe ta, wai ta samu dukiya, tana cewa ta samu dukiya.

Alors, le lendemain matin, elle se leva de bonne heure, elle se mit à nettoyer la maison, elle mourait de joie, car elle était devenue riche, elle croyait qu’elle était devenue riche.

 

80

Ta share gidan nan duka, ta yi shi lai-lai-lai !

Elle nettoya toute la maison, bien proprement !

 

 

Shi ke nan, da taƙ ƙare ayukkan da take yi duka, sai taz zo, tat tadda yaron da kwana, ta aza ɗanta ne.

Alors, lorsqu’elle eut fini toutes les tâches qu’elle avait à faire, elle vint réveiller l’enfant qui dormait, croyant que c’était son fils.

7:07

 

Shi ko ya duƙunƙule cikin bargo, yaƙ ƙi gwadin huskashshi.

Lui, l’enfant, s’enroula dans la couverture, il refusa de montrer son visage.

 

 

Sai tana ce mishi : « Kai buɗe idonka !

Elle lui disait : « Eh toi, ouvre les yeux10 !

 

 

Buɗe idonka !…

Ouvre les yeux !…

7:18

85

Mun samu dukiyammu ! »

Nous sommes devenus riches11 

 

 

Tana ta ce mishi haka nan.

Elle s’adressait ainsi à lui continuellement.

 

 

Shi ke nan, yaron yaƙ ƙi buɗe idonshi.

Mais l’enfant refusait toujours d’ouvrir les yeux.

 

 

Sai taj jaye mishi bargo, tac ce : « Buɗe idonka ! »

Elle lui ôta la couverture, elle dit : « Ouvre les yeux12 ! »

 

 

Koda taj jaye bargon, tag ga huskar ba ɗanta ba ne, nan da nan wata kunya tak kama ta, sai ta hwaɗi tam mutu.

Lorsqu’elle ôta la couverture et qu’elle vit que le visage n’était pas celui de son fils, elle fut frappée de stupeur, elle tomba et mourut.

7:46

90

Shi ke nan, Zoriya Zamzam yaz zamna da dukiyashshi.

Et Zoriya-Zamzam resta avec ses biens.

 

 

Shi ke nan, gatana ta ƙare.

C’est tout, le conte s’arrête là13.

Fatimane Moussa-Aghali

 


 

Notes:

1  Pour une adaptation en français du conte, cf. Fatimane Moussa-Aghali 2005: 37-41.

2  Traduction de la formule de début de conte Kun ji kun ji ?… mot à mot : « Avez-vous entendu, avez-vous entendu ?… »

3  Traduction de shanu ke gare ta da yawa, mot à mot : « ce sont des vaches qui sont chez elle, nombreuses ».

4  Traduction de abin yac cika ta, mot à mot : « la chose en question la remplit ».

5  fura ou hura : boule consistante de la taille d’un beignet, à base de farine de mil cuite, qui se consomme malaxée dans du lait caillé.

6  tunya ou tinya : euphorbe connue sous le nom d’Euphorbia unispina et qui entre dans la préparation des poisons sagittaires (KERHARO, Jean, BOUQUET, Armand, 1950, Plantes médicinales et toxiques de la Côte d’Ivoire – Haute-Volta : mission d’étude de la pharmacopée indigène en A.O.F, Paris, Vigot, p 75).

7  Voir note 4.

8  « elle eut une idée » : traduction de tas samu dabara da za ta yi, mot à mot : « elle eut une ruse qu’elle allait faire ».

9  Variante : jìjjífíi, avec [f] au lieu de [b] (Bargery online — http://maguzawa.dyndns.ws/frame.html ).

10  Le haoussa dit : buɗe idonka, mot à mot « ouvre tes yeux » ; de même, à la ligne 87, on a : yaƙ ƙi buɗe idonshi « il refusa d’ouvrir ses yeux ».

11  Traduction de mun samu dukiyammu, mot à mot : « nous avons obtenu nos richesses ».

12  Voir note 12.

13  « le conte s’arrête là » : traduction de la formule finale gatana ta gare, mot à mot « la voilà [qui] est finie », « la » étant mis pour « histoire ».

Site WordPress - ELLAF par Adellaf - ISSN 2804-7672 (en ligne) - Hébergé par Huma-num -©- 2019