Kooba e nagge / Hippotrague et vache

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; vache, hippotrague ; liberté, protection, obéissance.
Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU
Auteur du texte: Baylaa KULIBALI
Enregistrement: Pierre AMIAND
Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol
Résumé: Vache va trouver Hippotrague (ou Antilope cheval). Hippotrague s’étonne de ne jamais voir Vache la nuit dans la brousse. Vache explique qu’elle a un maître auprès de qui elle doit rentrer tous les soirs. Hippotrague propose à Vache de rester pour la nuit et d’apprendre ainsi à devenir libre. Elle refuse, Hippotrague insiste. Arrive un chasseur. Il tire sur Hippotrague qui tombe, poussant un râle d’agonie. Vache lui dit : « Tu vois ? Qui n’a pas de maître est tué par un malheur. »
RéférenceTinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 
 

 
 
 

– Wonnoo ɗoo ko kooba.

Nagge yehi ladde tawi toon kooba. Kooba wii : « Aan dey, mi yi’ataa ma jamma e ladde hee. » Nagge wii : « Miin ko mi jeyaaɗo. Mi nyallan nyaamde e ladde, so hiirii mi joftoya to joomam. » Kooba wii : « Mo jey-maa ? » Nagge wii : « Joomam woni ko wuro. » Kooba wii : « Ko o nafan-maa ? » Nagge wii : « So mi joftii, joomam human kam e ɓoggol, o ɓira mi, janngo subaka o ɓira mi, so o gaynii ɓirde mi, o sogga mi, mi yaha ladde, mi nyalla nyaamde haa hiira, mi arta. »

Kooba wii : « Ko aan jaasi ! Ƴeew tan ko aan nyamminta hoore maa, aan jof­nata hoore maa, so a yettiima kumeɗaa e ɓoggol, ɗoon kuwataa, ɗoon coofataa, so joome ari tan ɓir-maa ? Ko a kuutorgal tan, aan fuuyi !… Miin mi jaɓataa ɗum, hay gooto halfaani mi, ɗo mbelaami nyallanmi, ɗo mbelaami mbaalanmi, ko weli mi nyaamanmi. »

Hiiri. Nagge wii : « Kooba, jooni dey hiirii mbiɗa hoota. » Kooba wii : « Mbaalen ɗoo, so a woowii jeyde hoore maa, a wontaa jaɓ halfeede. » Nagge wii : « So mi waalii ɗoo, ko jenngi fof, joomam aranan kam. Ɗuum noon, mi yahan tan. So wonaa ɗuum, so o tawii kam ɗoo, o fiyan kam. » Kooba wii : « Haadi ko a puuyɗo ! Aɗa jaɓa jeyeede, saka noon kaɓɓoowo ma e ɓoggol ! »

Kooba ina yenna nagge tan, haa baanyoowo yii nagge ina wondi e kooba. Tan baanyoowo naati e jeeje, ɗacci haa nagge ɓenni, kooba sawndii ɗum, tan fawi serdu e wuttulo kooba. O aari ngelooba haa ajjii, o fooɗi rawaandu, kapsinaaji petti, kure mbii e wuttulo kooba pat ! Kooba waɗi tuguperi, ba oondi.

Nagge ari tawi kooba ina fettoo. Nagge wii : « A yi’ii, kala mo alaa jeyɗo, ko bone warata ɗum. Miin kay, hay so a feesii baanyoowo, suusaa fellude mi. Aan wonnoo a alaa jeyɗo, baanyoowo warii ma, nawana sukaaɓe mum pijira teewu maa. Miin, so baanyoowo fellii kam, shari’a mum e joomam gasataa ! »

 
Téléchargement

Mbaroodi e Fowru e Rawaandu / Lion, Hyène et Chien

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; lion, hyène, chien ; partage, partage inégal ; force, faiblesse.

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU
Auteur du texte: Baylaa KULIBALI
Enregistrement: Pierre AMIAND
Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol
Résumé: Lion, Hyène et Chien ont en commun un taureau, une chèvre et un agneau. Lion demande à Chien de procéder au partage. Cela se partage tout seul : à Lion le taureau, à Hyène la chèvre et à Chien l’agneau. Lion, mécontent, tue Chien qui meurt en montrant les crocs. Il demande à Hyène de faire le partage. Elle lui attribue le tout. Il dit, satisfait : « Qui t’a appris à partager ainsi ? — C’est cette façon qu’a Chien de montrer ses crocs ! »
RéférenceTinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 

 

 

 

– Wonnoo ɗoo, ko mbaroodi e fowru e rawaandu.

Ɓe ndenndi ngaari e mbeewa e bortel. Mbaroodi wii : « Rawaandu, haadi ko aan woni cukalel, feccan en. » Rawaandu wii : «Ɗum kay feccii hoore mum : haadi ko aan woni mawɗo, naw ngaari ndii, Fowru nawa mbeewa baa, miin, mi nawa bortel ngel. »

Ndeke mbaroodi welaaka ɗuum : woni e mum, ko nawde fof. Tan mbaroodi fiyi takkere mum e reedu rawaandu : tetekki rawaandu njalti. Rawaandu maayi siinyi nyiiƴe ! Mbaroodi wii : « Fowru, feccan en. »

Fowru huli, ndu wii : « Ɗum kay feccii hoore mum : a hiirtoto ngaari ndii, kasitoɗaa mbeewa baa, ngottoɗaa bortel ngel. » Mbaroodi jali wii : « Holmo janngin-maa ndee ɗoo feccere ? » Fowru wii : « Janngini mi ndee ɗoo feccere, ko siinydu nyiiƴe nduu ! »

Rawaandu e Mbeewa e Fowru / Chien et Chèvre et Hyène

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; hyène, chien, chèvre ; stupidité, cupidité, ruse.
Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU
Auteur du texte: Baylaa KULIBALI
Enregistrement: Pierre AMIAND
Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol
Résumé: Chien et Chèvre sont en train de pêcher. Hyène saute dans leur pirogue et dit : « “Déjeuner”, mets-toi par là ! […] “Dîner”, mets-toi de ce côté ! » Chèvre explique à Chien ce que signifient ces paroles. Ils décident de fuir. Chèvre part en prétextant d’aller au village pour chercher du feu. Après un moment, Chien se sauve à son tour. Hyène les poursuit. Chèvre, entendant Hyène approcher, se met dans un terrier. Elle ne laisse voir que ses yeux et ses cornes. Hyène lui demande : « Est-ce bien Chèvre ? — Non, c’est moi “Explosera” ! dit Chèvre. — C’est quoi “Explosera” ? — “Explosera”, c’est meurt qui je vois, meurt qui me voit. — Tu ne m’as pas vue et je ne t’ai pas vue ! ».
RéférenceTinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 

 

 

 

– Wonnoo ɗoo ko rawaandu e mbeewa ena ngawa.

Tan fowru tawi ɓe ɗoon, haɓe ngawa. Tan ndu joli. Ɓe ngoni e awde. Fowru nduu wii mbeewa baa : « Bottaari, abbo too ! » Ndu wii kadi rawaandu nduu : « Hiraande, abbo too ! »

Yehi haa ɓooyi, rawaandu nduu faami ko fowru wi’ata koo. Rawaandu noddi mbeewa, ndu wii : « A nanii ko fowru haalata koo ? » Mbeewa wii : « Alaa. » Rawaandu wii : « Fowru wii, aan ko a bottaari, miin ko mi hiraande. Miin noon, so o wi’ii ma o hiirtoo mi, o hiirtoto jenngunde. » Rawaandu wii : « Mbeewa, waɗ feere njahaa wuro. So a fotii yettoyaade, mi abbo-maa. »

Mbeewa fokkiti, woni e yahde. Fowru wii : « Hiraande, to Bottaari yahata ? » Rawaandu wii : « Bottaari yahanta ko na nokkoya jaaynge ! » Fowru wii : « Ɗuum wallan. Yo o yah. »

Ɓe ngoni e awde. Haa rawaandu anndi mbeewa foti yettoyaade, tan rawaandu ƴeeŋi, ndu wii fowru : « Mbeewa yettoyiima wuro. Miin ne, mi yehii. »

Fowru riddi rawaandu…

Mbeewa yehi. Ndeke nde mbeewa yehi ndee, yii jaaɓi ciinyki jaaɓe. Mbeewa yejjiti ko dognooɗo fowru. Ba woni e murde jaaɓe. Ha ba nani gurdu-gurdu, tan ba naati e ngaska mbabba ladde – walla ngirja – ba naati haa heddii hoore ndee. Mbeewa futtini gite mum boɗeeje.

Fowru riddi rawaandu haa rawaandu naati nder wuro. Fowru ruttii ene ŋattoo, haa tawi mbeewa nder ngaska, ene futtini gite mum boɗeeje. Fowru wii : « Ɗum ko mbeewa ne ? » Mbeewa wii : « Alaa, ko miin Futtan ! » Fowru wii : « Ko woni “Futtan” ? »

Mbeewa wii : « “Futtan” ko ndaarɗo mi maaya, mo ndaarmi maaya ! » Fowru wii : « Walaa hawla walaa quwwata !… Muɓɓu gite maa ! Kori a yi’aani mi dey ? » Mbeewa wii : « Alaa. » Fowru wii : « A yi’aani mi, mi yi’aani ma. »

Ɗanngal Aali / le voyage d’Ali

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte ; patience ; marabout, conseils ; départ, retour.

Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU

Auteur du texte: Baylaa KULIBALI

Enregistrement: Pierre AMIAND

Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol

Résumé: Ali est parti à l’étranger chercher fortune. Après vingt ans, il n’a toujours rien obtenu. Il décide de rentrer dans son pays. Avant de se mettre en route, il consulte un marabout pour que celui-ci lui « facilite son chemin ».
En paiement de son service, le marabout réclame à Ali le seul bien qu’il détient, une plaquette d’or. Ali accepte à contre-cœur. Le marabout lui donne trois conseils : « Un, n’emprunte pas un chemin que tu ne connais pas ; deux, dors là où te trouve la nuit ; trois, quel que soit le tort qu’une personne t’aura causé, aie recours à la patience. »
Ali suit les conseils du marabout et finit par rentrer chez lui avec trois ânes chargés d’or. En arrivant à la maison, il évite de justesse, de tuer son fils qu’il avait pris pour l’amant de sa femme.

Référence:  Tinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 


 

 

– Wonnoo ɗoo ko Aali.

Aali resi debbo. Ɓe ngondi lebbi jeegom. Debbo oo ɓami reedu. Aali ɗannii. Debbo oo jibini caggal makko ɓiɗɗo gorko. Ɓiɗɗo oo mawni haa danyi duuɓi sappo e jeeɗiɗi, Aali artaani.

Aali woni ladde duuɓi noogas e lebbi, hay batte danyaani. Aali tampii, o yiɗii hootde, kono hay ko o hootiri o alaa. Omo jogii menkelde kaŋŋe dimo wootere. O yehi to Ceerno, yoo ƴeewan mo, laawol makko ngol sattirii mo. Ceerno wii : « Hoore kuɗol am ko menkelde kaŋŋe dimo. » Aali wii : « Ceerno, mate aɗa anndi ko menkelde ndee wootere njogiimi ? » Ceerno wii : « Mi anndaa. Kono miin, hoore kuɗol am ko menkelde kaŋŋe naamnotoomi. So henanaaki ma, yah.

Aali miijii haa juuti, itti menkelde hokki Ceerno. O wii : « Mi nannga e Alla. »

Ceerno wii : « Ko daaɗe tati tottan-maa-mi njahaa. Ceerno wii : « Go’o, wata yah e laawol ngol a anndaa ; ɗiɗi, kala to jamma taw-maa, waal ɗooran ; tati, kala ko neɗɗo waɗ-maa, muny. » Aali wii : « Ceerno, miin mi wi’ii ma yo a nyawndam, kaalataa ko ɗii haalaaji ? » Ceerno wii : « Ko ɗum tottu-maa-mi, so henanaaki ma, ndaa menkelde maa. » Aali wii : « Naw, mi nanngii e Alla. Wallam e faandu, mi yeloroo. » Ceerno totti mo faandu.

Aali wii : « Jooni kay, mi yahan tan miɗa yeloo ha nde njettiimi wuro amen kala. »

Aali nanngi laawol omo yaa, ha o hawri e sagataaɓe ɗiɗo ina ndimndi bamɗi tati kaŋŋe dimo. Ɓeen mbii mo : « Hee gorko, ar rewan min heen mbabba, so en njettiima, min tottu-maa nifgaaji tati kaŋŋe. »

Aali jaɓi, rewani ɓe heen mbabba. Nde naange muti, hakkille makko ari e ko Ceerno wiinoo mo koo : « Kala ɗo jamma taw-maa, waal ɗoon. » Aali wii joom-bamɗi’en : « Jamma dey arii. En mbaalataa ɗoo haa subaka ndawen ? Yitere dey yi’ataa : ko Aduna leeri. » Ɓeen mbii : « Mate ko a kaangaaɗo ? Hamin ndimndi bamɗi tati kaŋŋe, mbi’aa yo min mbaal e ladde ? » O wii : « Ɗum noon, nawee bamɗi mon, miin ko ɗoo mbaalanmi. »

Ndeen joom-bamɗi’en njehii e jammaagu hee, gooto e maɓɓe yaɓɓi mboddi, mboddi soppi ɗum, maayi.

Aali fini subaka ƴeɓti faandu mum rewi e laawol haa tawi heen gooto ina maayi, hunuko mum ina waɗi nguufa. Aali wii : «Subahaana Allaah, kooni ko miin malaa ! Ndanyeerum, kiseerum ! Mbaaseerum, kiseerum ! » Hay so mi danyii nifgaaji tati kaŋŋe, so mi maayii, ko nafata mi ? »

O ɓenni ha o tawi keddiiɗo oo ina waɗda e bamɗi tati. Oon wii : « Hee gorko ! Tinno wallam, sehil am oo, mboddi soppii ɗum maayii. Wallam, mi hokku-maa heen mbabba. » Aali wii : « Alaa. Ko kaaldunoɗen gila sehil maa oo ina wuuri koo tan ndokkataa mi. » Oon wii : « Eey. »

Ɓe coggi bamɗi ha ɓe ngari e maayo. Aali ardii juuwi haa ndiyam ari ɗum e koppi, miijo mum ari e ko Ceerno wiinoo koo : «Hoto a yah e laawol ngol a anndaa. » Aali wii : « Joom bamɗi, miin dey mi anndaa ngol laawol, mi ardo­taako. » Joom bamɗi oo wii : « Ɗum noon, miin mi ardoo. Aan ko a kulɗo reedu, hay batte sonngataa ma ɗoo. Yimɓe fof, ko ɗoo njuuwata, aan mbi’aa a anndaa laawol !… »

Joom bamɗi oo ardii, juuwii seeɗa, tan muti ! Aali woni e memmbaade mo e nder maayo hee. Tan neɗɗo ina wonnoo dow, wii : « Hee mon, hoto ndewee ɗoon, ko luggere ! » Oon wii : « Holto mo ngonndunoɗaa oo woni ? » Aali wii : « O mutii. » Oon wii : « O yooliima. Ɗoo kala jooliiɗo ɗoo wontaa yiite ! Rutto. »

Aali yiilti bamɗi ƴeeŋi. Aali ruttii. Oon holli mo laawol, oon wii : « A yii ɗeya peŋɗe ? »

Rew e majje. » Aali rewi heen haa ƴeeŋi.

Aali heddoriima bamɗi tati kaŋŋe dimo. Aali faati wuro mum’en.

Aali yettii taw jamma jenngii. Ɓiyiiko mo o accunoo e reedu oo, tawi mawnii, wonii sagata timmuɗo. Kanyum remanta yummum ko nyaami…

Aali ari e wuro hee taw jenngii. O yettii galle maɓɓe, o faltiri palal ngal seese, o udditi udumere ndee seese, o rimnditi bamɗi ɗii, o ɓaari dimle ɗee, o humi bamɗi ɗii, o naati suudu nduu, o tawi ɓiɗɗo oo ina wetti e bannge e suudu hee, ina lelii, yummo oo ina lelii dow ndaɗɗudi na ɗaanii.

Aali darii, ndaari haa ɓooyi. O wii e ɓernde makko : « Miin dey, ko ɗum haɗi mi danyde ladde ! Oo debbo kay, so gorko resii ɗum, resani ko sagataaɓe, haadi sagata garɗo fof, ko ɗoo waalata !… » Aali ƴeɓti silaama mum ina jogori soppude ɓiɗɗo oo, tan miijo makko ari e ko Ceerno wiinoo koo : « Kala ko neɗɗo waɗ-maa, wallitoro munyal. »

Tan o joƴƴini silaama kaa, o yalti suudu nduu, o darii hakkunde galle, o wii debbo oo : « Jeyni ? » Tan ɓiɗɗo oo nani sawtuwol gorko, fini wii : « Neene, nooto, won gorko nodduɗo ma. » Debbo oo wii : « Ko baaba maa. Hikka waɗi duuɓi noogas e ɗiɗi hay gorko gooto suusaa noddude mi jamma. »

Aali ina heɗii konngol ngol.Tan ɓe ngummii, Jeyni wii : « Haayoo, Baamum Aamadu am ! » Aamadu wii : « Haayoo, Baabooyi am ! »

Ɓe njaɓɓondiri. Kamɓe tato fof, gite maɓɓe mberlii gonɗi. Ɓe mbeltii sanne.

 

 

Ɗanngal Aali / le voyage d’Ali (pdf)

 

Ɗanngal Aali

 

Téléchargement

Diala de Tammba, poème pastoral peul 1

version enregistrée en contexte réel d’énonciation

.

.

.

.

.

Ataasiyo ! Attention !
Jala Tammba Diala de Tammba
Jaljallo debbo Femme Diallo
Jaannaba 1 nyekko La chaleur de la saison sèche progresse
Leydi ɓuuɓii paraaji L’eau qui ruisselle a rafraîchi la terre
Nyemmbii torooje Comme les figuiers sauvages
Kahe ɓawlii Les caïlcedrats sont noirs 2
Kaareeje ndawnii Les karités ont blanchi 3
Leykal Sininkoro Petit pays de Sininkoro
Baninkoro Baninkoro
Ɓeeɓaa daande maayo La rive du fleuve ne tarit pas
Seeɗa nyaamee On mange un peu
Sella waalee On passe la nuit dehors
Moƴƴuɓe mbaynee On dit au revoir aux bonnes personnes 4
Bonɗi njahdee On part avec les méchants 5
Mawɗi e Maniga la 6 Les grands [moutons] chez les Malinkés
Mawɗi e manndinnja Les grands [moutons] là où l’on parle le malinké
Mawɗi tippee tilee Les grands [moutons] sont entrés [dans la brousse], c’est fini
Alla tiiɗ e maa Dieu t’a aidé
Tiiɗaa garde 7 baali La surveillance des moutons n’est pas difficile
Mutirii Kale A disparu à Kalé
Suppitorii Kannguɗe A ressurgi à Kanngudé
Hawri e Ceerno Aali Kibbo A rencontré Maître Aali Kibbo
O wii winnda lootoo Il dit : écrit et se lave 8
Winndanee lootoo On lui écrit et il se lave 9
Haɓee Alla nootoo Se bat et Dieu répond
Janngii Lawwal 10 A appris Lawwal
Janngii Lakdari 11 A appris Lakdari
Nano fuuɗaama La [main] gauche est teinte au henné
Nyaamo tookaama La [main] droite est venimeuse 12
Debbi ndarnii kumtii kuuɓi ladde Les brebis se sont accouplées, elles ont mis bas, remplissant la brousse
So borti ngoorii Les agneaux partent au pâturage
Ceŋi gaaworɗe Accrochés aux flancs [de leurs mères]
Debbi mbaɗii kuŋkuuji Les femelles ont des croupes charnues
Gori mbaɗii tuubaaji 13 Les mâles ont des pantalons 14
Cegeeji ɓilii buti Les brebis gestantes ont la vulve visible
Buuti kay e bulanka [Les moutons ont mangé du] buuti 15 et ils ont de la peinture bleue 16
Alla hulaaka On ne craint pas Dieu
Enɗam reenaaka On ne respecte pas la parenté
Misiida juulaaka On ne prie pas à la mosquée
Miskiino sakkaaka On ne fait pas l’aumône aux indigents
Mbakkiimi bagaas J’ai mis mes bagages sur l’épaule
Mi wayraani baasi Je n’ai pas laissé de problème derrière moi
Jam waawi baasi La paix l’emporte sur les problèmes
Ndunngu waawi ceeɗu La saison des pluies l’emporte sur la saison sèche
Halal waawi njananndi Le bien propre l’emporte sur le bien d’autrui
Ceelawal 17 waawi ceeɗɗi Baafi Le grand bicolore l’emporte sur ceux qui passent la saison sèche au Bafing 18
Kaabi baali mbii Les brebis ayant agnelé ont dit :
Baasi alaa maayo Il n’y a pas de problème au fleuve
Maniga ceekiiɗo Les Malinké aux scarifications
Ceemeedo mbaroodi Où il y a des lionnes
Jamaa yoo tappu jamɗe Que l’assemblée [fasse] battre le fer
Garde 19 yoo nanngu jammbe Que le garde [des Eaux et Forêts] s’empare des haches 20
Jawal yoo yaɓɓu kaaƴe Que le grand mouton piétine les pierres
Kaabi yoo njaɓɓu peɗal Que les brebis ayant agnelé piétinent les branches
Persidaa eeral Goral Jallo Le berger est président du mouton blanc [nommé] Diallo le Grand Homme
Jawal nelii golle mbiltiima Le grand mouton est un message de la réussite du travail
Yoga tiggitoo ɓennataa Certains se dressent [pour faire quelque chose] mais s’arrêtent en chemin
Ɓernde mum nyawii Le cœur est malade 21
Yejjitii nyaaƴo Il a oublié la fierté
Leer 22 jeeɗiɗi ceeɗu Au septième mois de la saison sèche
So midi 23 wullii Lorsque midi hurle
Jokolɓe miili joloyde Les jeunes hommes robustes ont pensé à la descente 24 [au fleuve]
Yoga jola ƴakka gerte Certains descendent [mais] croquent de l’arachide
Gera boombi Ils font la cour aux jeunes filles
Ndeen boɗeejii nana bojji jamɓe Alors les [moutons] rouges entendent le bruit des haches
Gori ndardii pelle-pelle Les béliers ont formé groupes
Culu 25 wonti sofeer 26 isperes 27 Le moucheté est devenu le chauffeur du train express 28
Ataasiyo ! Attention !
Jala Tammba Diala de Tammba
Jaljallo debbo Femme Diallo
Ataasiyo ! Attention !
Albarka culu cuɓɓu 29 Merci à la mouchetée et aux longs poils sur la croupe
Ngiwngu e Suumanaaɓe Qui vient des Peuls Suumanaaɓe
Fooɗee diccoo On la tire, elle s’agenouille
Woppee dikkoo On la lâche, elle met bas son premier agneau
Jamma jenngii À la nuit tombée
So jeereende yeewii Si la brousse est solitaire et déserte
Mi yeewtida e culal labaari Je cause avec le grand moucheté, qui est beau
Puɗɗoraaɗi maral Ceux qui sont au commencement des biens
Mi maɓɓa galbal Je rassemble le troupeau
Mi tipporoo ɗi gaaworɗe Je dirige les [moutons] par leurs flancs
Ɗi cammii kebbe Ils ont gaulé [de leurs pattes] les graines piquantes des graminées
Ɗi njaɓɓii tuppe Ils ont piétiné les épines sur le sol
Minen e masaalahaa Nous sommes dans l’entente
Leykal mooyaama gelooɗi Petite terre où marchent les dromadaires
Saafaama lubaaji On a trait les brebis allaitantes
Jartaa wuynuuji On fait téter les cordées d’agneaux
Mbiyaa albarka maa Tu dis : merci à toi
Sawndintaa coggi [Il] ne confie pas le troupeau à quelqu’un d’autre
Sawndotaako firigaaji Ne fréquente pas les tentes des Maures
Tippantaake njaganaayi Ne se repose pas sur un oreiller
Seydi 30 Kulibali ! Maître Coulibali 31 !

.


.

Notes:

1 De l’arabe jahannama : géhenne.

2 Le feuillage dense donne à l’arbre un aspect sombre.

3 Ont fleuri.

4 La famille.

5 Les moutons.

6 Mot bambara signifiant : chez.

7 Du français : garder.

8 Il écrit des écritures saintes et se lave avec l’eau de lavage de ces écritures.

9 Idem.

10 Titre d’un ouvrage dans les études coraniques.

11 Petit abrégé de fiqh malékite.

12 La main est très efficace, forte.

13 Dans l’enregistrement, la fin de l’unité rythmique 34 et le début de la 35 sont tronquées. En effet, Barel Jah est perturbé par l’homme qui est à sa droite et qui lui prend le bras. Nous avons choisi de restituer ici l’intégralité de ces deux unités rythmiques conformément à la version hors contexte.

14 Ils ont également des croupes charnues.

15 Plat fait avec une plante que mangent les moutons.

16 Couleur avec laquelle on peint les moutons pendant les ƴare (les fêtes de retour de transhumance).

17 Mouton au pelage bai à l’avant et blanc à l’arrière.

18 Cours d’eau dont la confluence avec le Bakoye forme le fleuve Sénégal.

19 Du français : garde.

20 La loi interdit aux bergers de couper des branches d’arbres pour nourrir leurs moutons. Si un garde de l’administration des Eaux et Forêts surprend un berger dans cette circonstance il peut confisquer la hache du berger.

21 Il a manqué de courage.

22 Du français : l’heure.

23 Du français : midi.

24 Descendre au fleuve pour faire boire les animaux.

25 Mouton à la robe mouchetée.

26 Du français : chauffeur.

27 Du français : express.

28 Ce mouton est en tête du troupeau.

29 Mouton avec de longs poils sur le haut des cuisses.

30 De l’arabe : sayyid.

31 Patronyme du berger pour lequel Barel Jah déclame le poème.

Bello, deerɗiiko’en bee goggo maɓɓe / Bello, ses frères et leur tante paternelle

.

Mots-clés

peul, fulfulde de l’Aadamaawa (Cameroun et États voisins) — oralité, conte, taalol — tante paternelle, ogresse

Production du corpus

Conteuse: Mamma Mâzou surnommée affectueusement Diddiya ou Inna. Elle a environ 75 ans. Elle est née à Marfaye Dalâré [Marfay Dalaare ]. Diddiya a appris à conter auprès de sa grand-mère et de sa tante, auprès desquelles elle a grandi. Son contage s’est amélioré quand elle le faisait pour ses enfants. « Mais maintenant, je suis en train d’oublier de conter » dit-elle en riant. Parce qu’elle ne conte plus. Elle n’aime pas la lumière des flashs, ni que la caméra soit fixée sur elle.

Contexte de production

Marfaye Dalâré [Marfay Dalaare ] (Cameroun, région de l’Extrême Nord), 23/03/2011.  Conte enregistré suite à rendez-vous pris avec la conteuse. L’enregistrement a été fait au domicile même de la conteuse. Conteuse plusieurs fois interrompue dans son récit.

Descriptif

Un enfant dans le ventre de sa mère demande à celle-ci de le mettre au monde pour qu’il aille rattraper ses frères. Ils arrivent chez leur tante paternelle, qui en fait est une ogresse. Elle égorge ses propres enfants au lieu des trois garçons, qui se sauvent grâce au benjamin. De retour au village, celui-ci obtient une femme et la moitié du village.

Collecte et édition

Collecté sous la direction de: Hadidja Konaï

Image et son: Henry Tourneux

Transcription et traduction: Boubakary Abdoulaye et Henry Tourneux

Annotation: Henry Tourneux

.

.

.

.

Ɓiɗɗo oo, L’enfant,
Mhm ! – Mhm 1 !
Mm, daada maako reedu. Mm, sa mère est enceinte.
Ɓikkon Hamman bee Buuba. [Ses] enfants sont Hamman et Buuba.
Ɓe mbii yoo ɓe ndillan jahaangal. Ils disent qu’ils partent en voyage.
Mhm ! Mhm !
Yoo ! Ɓe ndilli. Bon ! Ils sont partis.
Daada reedu goo wi’ata yoo, La mère enceinte dit,
ɓinngel nder reedu goo wi’ata : « Miin boo, l’enfant dans [son] ventre dit : « Quant à moi,
Mhm ! Mhm !
uuum ! daada, danyam law haa mi dilla, hum ! maman, accouche-moi vite pour que je parte,
Mhm ! Mhm !
haa mi dilla mi taccina Hamman bee Buuba, deerɗam’en ». pour que je parte rattraper Hamman et Buuba, mes frères ».
Mhm ! Mhm !
Hii ! Daada goo danyi mo. Hii 2  ! La mère l’a mis au monde.
Nii noon, oo, o taccini ɓe. Comme ça, il, il les a rattrapés.
O yehi, o wi’ata yoo : « Ndeenee ɗam ! Il est allé et leur a dit : « Attendez-moi !
[Ayyo !] Ayyo 3  !
Ndeenee ɗam ! Attendez-moi !
Mhm ! Mhm !
Mhm ! Mhm !
[On mbaali jam ?] Bonjour 4
Jam ni, jam ɓanndu ? Bonjour, ça va 5  ?
[……………….] ………………. 6
Koyɗum nii. Tout va bien 7
[On ɗon bee hoɗɓe du ?] Vous avez donc des visiteurs 8  ?
[……………….] ………………. 9
Mhm ! Mhm !
Ɓe ndeeni mo. Ils l’ont attendu.
Mhm ! Mhm !
Jam, o wi’ata yoo : « Taata ɗumaana, taa kultoree ! Puis il dit : « Ne euh !…, n’ayez pas peur !
Daada am danyimmi ɓaawo mon ; miin boo, Ma mère m’a mis au monde après votre départ, quant à moi.
Mhm ! Mhm !
mi deerɗiraawo mon. Je suis votre frère.
To weelo nanngi on, mbi’on am. Si vous avez faim, dites-le-moi.
To woodi haala mbiimi on boo, Et si je vous dis quelque chose,
uum, njaɓon, taata calee ! » hum, acceptez-le, ne dites pas non ! »
Mhm ! Mhm !
Yoo ! Ɓen goo mbii : « Wooɗi ! » Bon ! Quant à eux, ils lui disent : « Bien ! »
O wii : « To ɗomka naawi on boo, mbi’on am. » Il leur dit : « Si vous avez soif également, dites-le-moi. »
Ɗomka naawi ɓe. Ils ont eu soif.
Ɓe mbii : « Ɗomka goo na naawi min ». Ils lui ont dit : « On a vraiment soif ».
O waɗi moccoore maako, ndiyam wangi. Il a fait une incantation magique en crachotant, de l’eau est apparue.
Mhm ! Mhm !
Ɓe njari. Ils ont bu.
Yoo ! Kadi boo, o wi’ata yoo : Bon ! Il 10 leur dit encore :
« Weelo na naawi yam. » « J’ai faim. »
O waɗi dabare maako. Il a fait son truc.
Nyiiri wangi, ɓe nyaami. De la nourriture est apparue et ils ont mangé.
Mhm ! Mhm !
Yowwa ! Ɓe njehi kadi her goggo maɓɓe, ɓe mbaalii. Bon ! Ils se sont alors rendus chez leur tante paternelle et y ont passé la nuit.
O wi’ata : « Goggo am, Il [le jeune garçon] lui dit : « Ma tante,
miin kam, anndal ni ngarmi ɗaɓɓugo. » moi, c’est seulement le savoir que je suis venu chercher. »
Goggo wi’ata yoo : « Wooɗi, ɓinngel am ! » Sa tante lui dit : « Bien, mon enfant ! »
« Woodi ni ɓinngel, umm, deerɗam goɗɗo boo, « Il y a un enfant, hum ! un autre frère à moi,
Mhm ! Mhm !
bumɗo, gite woodaa. qui est aveugle, il n’a pas d’yeux.
Fuu ni, kanjum ngarmi ɗaɓɓugo annde maajum. » Tout ça, c’est de tout ça que je suis venu chercher le savoir. »
Mhm ! Mhm !
O wii : « Booɗɗum ! Elle dit : « Bien !
A heɓan ! » Tu pourras l’avoir ! »
Jam, o wari o jooɗii. Puis, il est venu s’asseoir.
Jemma waɗi. La nuit est tombée.
Mhm ! Mhm !
Goggo goo wii : « Miin kam, mi dilli, La tante dit : « Quant à moi, je m’en vais,
Mhm ! Mhm !
ammaa, to ɓadake weetgo, mais, à l’approche du jour,
ƴummooɗon ! vous vous lèverez !
Woodi ko ndefananmi on » Je vais cuire quelque chose pour vous »,
wi’ata ɓiyum’en goo. dit-elle à ses enfants.
« Ooho ! Ooho ! » « Oui ! Oui ! » [répondent les enfants.]
« Woodi ko ndefanmi nyaamon ! « Je vais vous faire la cuisine pour que vous mangiez !
Mhm ! Mhm !
Onon kam, mi dillan, miin kam, mi dawan mi dilla na’i am. » Pour vous, je vais partir, quant à moi, je vais partir très tôt auprès de mes vaches. »
Mhm ! Mhm !
Jam, jemma waɗi na. Puis, la nuit est tombée, n’est-ce pas?
Caka jemma goo, o ummi o hirsi ɓiyiiko’en goo. Au milieu de la nuit, elle se leva et elle égorgea ses enfants.
– Hḿm̀ ! – Hḿm̀ 11  !
O sikka ɗum warnooɓe goo. Elle croyait que c’était ceux qui étaient venus [i.e. des visiteurs].
Mhm ! Mhm !
Goggo maɓɓe, o wii o Goggo goo. Leur tante, elle dit qu’elle était leur tante paternelle.
Mhm ! Mhm !
Jam, o hirsi. Puis, elle les a égorgés.
Ɓinngel goo ɗon waalii laara mo, L’enfant en question était couché et la regardait ;
biinoongel “ndanyee ɗam” goo, celui qui avait dit “accouchez-moi”,
Mhm ! Mhm !
ɗon waalii laara mo ; ɗon laara mo. il était couché et la regardait ; il la regardait.
O hirsi Hamman maako, Buuba maako, kanko boo, Elle a égorgé son Hamman, son Buuba, elle,
– Uu’’uhum ! – Uu’’uhum !
jam, o wa’’ini her payanga. puis, elle les a mis [à cuire] sur [le feu] dans une grande marmite.
Mhm ! Mhm !
Jam, o wi’ata yoo : « To subaha waɗi ɗoo, Puis, elle a dit : « A l’aube,
Mhm ! Mhm !
ƴummooɗon nyaamon ! vous vous lèverez et vous mangerez !
Mhm ! Mhm !
Miin kam, mi dilli. Quant à moi, je m’en vais.
Ɗalee ɓee kam mbaaloo. Laissez ceux-là dormir
Mhm ! Mhm !
haa to mi warti ! jusqu’à mon retour !
A nani du ? » Tu as bien compris ? »
Mhm ! Mhm !
O wi’ata ɓiyiiko’en : Elle dit à ses enfants :
« Onon kam, to on nyaami on kaari ni, « Vous autres, quand vous aurez mangé et que vous n’aurez plus faim,
kuuje kirsaaɗum ɗoo kam accee. ces machins que j’ai égorgés, laissez-les.
Ndaa ndi ndefmi nyaamon ! » Voici la nourriture que je vous ai préparée à manger ! »
Mhm ! Mhm !
Ɓe ƴummi ɓe ndilli. Ils se sont levés et sont partis.
[Salaamu aleekum !] Salaamu aleekum 12  !
O doggi o dilli goo, o wi’ata ɓe yoo : [L’enfant] s’est enfui en courant et leut dit :
Mhm ! Mhm !
« Uum, ndaa Goggo kam dilli, « Hum, voici que [notre] tante est partie,
ammaa, onon kam, mais, vous,
Mhm ! Mhm !
Saala, saala aan kam Passe, passe donc !
o ɗon taala, taa taƴa mo] Elle est en train de conter, ne l’interromps pas 13  !
onon kam, ummee ! vous, levez-vous !
Ndaa ko Goggo defi ɗoo, nyaamee ! Voici ce que Tante a cuit, mangez !
Mhm ! Mhm !
Ngaree ndoggee ndillen ! Venez, enfuyons-nous !
Goggo kam anndaa sikka ɗum enen hirsi, La tante ne le sait pas, elle croit que c’est nous qu’elle a égorgés,
Mhm ! Mhm !
jaka ɗum ɓikkon mum hirsi. » alors que ce sont ses enfants qu’elle a égorgés ! »
Jam o wi’ata  : « Ummee ndoggen ma ! Puis il dit  : « Debout, enfuyons-nous !
Nyaamee ko nyaamoton kam haa kaaree nii, ndoggen ! » Mangez ce que vous avez à manger jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim, et fuyons ! »
Mhm ! Mhm !
Jam, ɓe ndoggi ɓe ndilli. Puis, ils se sont enfuis.
Yoo, Goggo goo toon ladde, Bon, la tante est là-bas en brousse,
anndaa jaka ɓikkon mum hirsi. elle ne sait pas que ce sont ses enfants qu’elle a égorgés !
Mhm ! Mhm !
Ɓe nyaami, jam, o wi’ata : « Ndillen ma onon kam ! Ils ont mangé, puis, [le petit] dit : « Partons donc, vous autres !
Taa ndaree, taa ngeecitee ! » Ne vous arrêtez pas, ne vous retournez pas ! »
Ko Goggo tinndini mo goo pat, o hooci o saawi. Tout ce que la tante lui avait expliqué, il l’a retenu 14 .
Jam, ɓe ndoggi ɓe ndilli. Puis, ils se sont enfuis.
Yoo ! Ɓe ndilli. Bon ! Ils sont partis.
Goggo warti : « Hii, ɓikkon am goo nii, haa subaha fuu ɓe ngaraay ? La tante est revenue : « Hii, mes enfants-là, jusqu’à l’aube ils ne sont pas venus 15  ?
No waɗi, Alla am ! » Que s’est-il passé, mon Dieu ! »
Mhm ! Mhm !
Suy dilli laaroygo goo, Alors, elle est allée voir
tawi jaka ɗum ɓikkon mum hirsi, et elle a constaté que ce sont ses enfants qu’elle a égorgés
Mhm ! Mhm !
anndaa fuu. sans le savoir !
« Wayyooo ! Ɓikkon am mi hirsi ɗum ! « Oh mon Dieu ! Ce sont les enfants que j’ai égorgés !
Jenjo malaayel ! Jenjo, le petit brigand !
Mhm ! Mhm !
Mi ƴakki ɓikkon am, mi sikkano ɗum kamɓe ! » J’ai mangé mes enfants, je croyais que c’étaient les autres ! »
Mhm ! Mhm !
Jam, ɓirawattere, Goggo kam suukii noon dilli, Puis, mince alors ! la tante est partie sans savoir où elle allait,
Mhm ! Mhm !
ɗon dogga : « Heey ! Jenjo ! elle court : « Hé ! Jenjo !
[Halkiri toon] Elle s’est perdue là-bas 16
Heey ! Jenjo ! Hé ! Jenjo !
Mhm ! Mhm !
Taa waɗ ba mbiimaami ! Ne fais pas ce que je t’avais dit !
Mhm ! Mhm !
Ɗuum ɗuma, juseere, C’est autre chose, juseere 17 ,
haala gite goo boo, pour l’affaire des yeux,
ɗum gaadal tappumi. c’est un bulbe que j’ai écrasé.
Ngaddaa kilbu njowaa ! Tu prends du natron et tu en verses dessus !
Mhm ! Mhm !
Naa noon, naa ba mbiimaami goo, Goggo, uumm, Jenjo ! Ce n’est pas comme ça, ce n’est pas comme je t’avais dit de faire 18 19 , Jenjo !
Taa waɗ noon ! » Ne fais pas comme ça ! »
O wii : « Heesi, Il dit : « Oh !
Goggo malaawa, Méchante tante,
Goggo laɓel jemma, Tante, petit couteau de nuit 20 ,
Mhm ! Mhm !
Goggo aartuka aarti ! Tante, c’est la première parole qui est la bonne !
Mhm ! Mhm !
Mi nani haala maa fuu. J’ai compris tout ce que tu as dit.
Miin kam, mi sakka ɓiraaɗam, Moi, je mets du lait frais en dessous,
mi wadda ɗuma uumm yitere, j’apporte machin, euh, l’oeil,
mi waɗa ba mbiiɗaa noon, je le mets comme tu l’as dit,
Mhm ! Mhm !
ba mbiiɗaa noon nii. » juste comme tu l’as dit. »
Jam, o doggi o dilli. Puis il s’est enfui.
Mhm ! Mhm !
Goggo goo waɗi anndal mum wiino mo goo fuu o yehi o, o ɗumaani, Le garçon 21 22 ,
Mhm ! Mhm !
anndal o wiino mo goo fuu, ɓiraa, o yehi o waɗoyi kuuje o wiino mo goo pat. tout le savoir qu’elle lui avait dit, il est allé faire tout ce qu’elle lui avait dit.
O waɗoyi, jam, Goggo kam faasikiijo, gujjo. Il est allé le faire, mais la tante n’est pas quelqu’un de fiable, c’est une voleuse.
Mhm ! Mhm !
« Goggo kam wari, en-, enen kam, en njooɗoo. » « La tante est arrivée, nous, nous restons [là]. »
Mhm ! Mhm !
Goggo, ɓernde mum feeri, La tante, son cœur lui a fait très mal,
wii nde hirsi ɓiyum’en kam, elle dit que, comme elle a égorgé ses enfants,
Mhm ! Mhm !
yaha, yaha laatoyo nelɓi, qu’elle va, qu’elle va se transformer en ébénier du Sénégal 23 ,
Mhm ! Mhm !
saabeere. en champ d’arachides.
Mhm ! Mhm !
Ɓikkon goo o wii haa o nannga ɓe kadi boo. Les enfants en question, elle dit qu’elle va encore les attraper.
Mhm ! Mhm !
Ɓe ngara ni  « Kaay ! Ayyee ! » Ils viennent « Kaay ! Ayyee ! »
[O laatii biriiji] Elle s’est transformée en arachides 24
Mhm ! Mhm !
Ɓikkon ngara naasta saabeere biriiji. Les enfants entrent dans le champ d’arachides.
Mhm ! Mhm !
O wi’a yoo : « Uumm, biriiji ɗoo, Le garçon dit : « Hum, ces arachides,
Mhm ! Mhm !
taa ɗoofee ! ne les arrachez pas !
[Seŋsaŋ] 500 25
Ayyee ! Saabeere ni layataa sam ! Ben dis donc ! Un champ d’arachides qui ne s’étale pas 26  ?
Biriiji ɗoo layataa sikee ? » Ces arachides ne s’étaleraient pas ? »
Mhm ! Mhm !
To o waɗi nii ni, ɓiraa, biriiji laya, Dès que [le garçon] a dit ça, les arachides s’étalent,
biriiji laya. les arachides s’étalent.
« Kaay ! Ayyee ! Saabeere nde noppi ! « Kaay ! Ayyee ! Un champ d’arachides qui entend [litt. qui a des oreilles] !
Mhm ! Mhm !
Ayyee ! biriiji ?  » Ben dis donc ! des arachides ?  »
O taɓɓitoo : « Hii ! Oo… Taata ɗoofee biriiji ɗoo ɓikkon ! Il répond : « Hii ! Il… N’arrachez pas ces arachides, les enfants !
Mi wii on, ɓe tagga on ɓe ndilla. » Je vous dis, on va vous enrouler [dans les feuilles] et partir [avec vous]. »
Mhm ! Mhm !
Acca, derke’en goo acca ndilla. [Ils les] laissent, les jeunes gens les laissent et s’en vont.
Mhm ! Mhm !
Kadi boo, ɗum laatii nelɓeeji, yehi darii daande maayo. A nouveau, elle se transforme en fruits d’ébénier et va se planter au bord du fleuve.
Mhm ! Mhm !
Nelɓe goo ɗon ciŋŋinii. L’ébénier est couvert de baies.
Mhm ! Mhm !
Hii ! O wi’a : « Kaay ! Ayyee ! Nelɓe nii saamataa sam ? » Hii ! Il dit : « Kaay ! Ayyee ! Des baies d’ébénier qui ne tombent pas ? »
Mhm ! Mhm !
To o wii nii ni, kanko kam o anndi. Dès qu’il a eu dit ça, lui, il connaît [la réponse].
Nelɓe nii caamataa ? Des baies d’ébénier qui ne tombent pas ?
Suy ko caama ratatatata ! Alors ils 27 tombent ratatatata !
[Rire] [Rire]
O wi’a : « Ɓikkon, taa kooƴee nelɓe ɗoo ! Il dit : « Les enfants, ne prenez pas ces baies d’ébénier !
Mhm ! Mhm !
Ndaayee ! Laissez-les !
Taa kooƴee ! N’en prenez pas !
Nelɓi nii bee noppi ? » Un ébénier qui entend [litt. un ébénier qui a des oreilles] ? »
Mhm ! Mhm !
Jam, ɓikkon goo acca ! Puis, les enfants le laissent !
Jam, ɓiɗɗo gooto wi’a  : « Miin kam, Puis, l’un des enfants dit  : « Quant à moi,
hannde kam, mi hoocan nelɓe ɗoo ! » aujourd’hui, je vais prendre ces baies ! »
Mhm ! Mhm !
Ɓe mba”ii nelɓi kam, ɓe ciŋŋini. Ils grimpent à l’ébénier, tous.
« Yoo ! Nde a wa”ake kam, minin boo, min mba”oto. » « Bon ! Puisque tu y as grimpé, nous aussi nous allons y grimper. »
Mhm ! Mhm !
Ɓe fuu, ɓe mba”ii nelɓi. Eux tous, ils sont montés sur l’ébénier.
Mhm ! Mhm !
Jam, ɓe ɓori nelɓe, ɓe ɓori. Puis, ils ont arraché des baies, ils en ont arraché.
O wii  : « Kaay ! Hannde kam, mi toskake. [Le plus jeune] dit : « Kaay ! Aujourd’hui, je suis fichu [litt. je suis humilié].
Mhm ! Mhm !
On mba”ake nelɓi du ? » Vous avez-donc grimpé sur l’ébénier ? »
Mhm ! Mhm !
Jam, hooci ɓe ɓee fuu, dillidi. Puis, [l’arbre] les a tous pris et les a emportés.
[Hooci ɓe ɓee fuu ?] Il les a tous pris 28  ?
Hooci ɓe ɓee pat, dillidi. Il les a tous pris et les a emportés 29 !
[Ayyee !] [Ayyee !]
Jam, o jooɗii, o wii : « Mi wi’aay on taa ɓikkon mon mba”oo nelɓi ɗoo na ? Puis, il a dit : « Je ne vous avais pas dit que vos enfants ne devaient pas monter sur cet ébénier ?
Mhm ! Mhm !
Na ndaa ka kadi. Voilà le résultat !
Ooho, hannde kam o hooƴi on. » Oui, aujourd’hui, il 30 vous a pris ! »
[O hooƴi] Il les a pris 31
Jam, ɓe mbii yoo ɓe ndillan. Puis, ils disent qu’ils vont partir.
Jam, ɓii laamɗo boo ɗon nder ɗoon. Et il ya un fils du chef parmi eux.
O wi’ata laamɗo yoo : Il dit au chef :
« Jonta gite ɓinngel maaɗa ɗoo, « Maintenant, les yeux de ton fils,
miin kam to a yiɗi kam, mi wartirante. » moi, si tu veux, je vais les lui rendre. »
Mhm ! Mhm !
O wii : « – Ayyee ! Il dit : « – Vraiment ?
To goɗɗo wartirani yam gite ɓinngel am kam, Si quelqu’un rend pour moi la vue [litt. : les yeux] à mon fils,
Mhm ! Mhm !
miin kam, mi hokkan ɗum reeta wuro am ɗoo. moi, je lui donnerai la moitié de mon village.
– Ayyee ? A hokkan reeta wuro ? – C’est vrai ? tu lui donneras la moitié du village ?
– Mi hokkan ɗum reeta wuro, – Je lui donnerai la moitié du village,
mi ɓaŋanan ɗum debbo. » et je lui donnerai une femme en mariage. »
Mhm ! Mhm !
Jam, o wii : « Booɗɗum haa mi wara kadi. » Puis [l’enfant] dit : « Bien, j’arrive ! »
Jam o doggi o dilli. Puis il partit en courant.
Kadi boo, o saawi nii tekkaaje o wii o reedu. Après, il fait un gros ballot de chiffons et il dit qu’il est en grossesse.
Mhm ! Mhm !
« Ayyee ! Gog-, daada am ! » « Ayyee ! Ma tan-, maman ! »
Jonta kam, o yehi her Goggo goo : Alors, il est allé chez sa tante paternelle [en se faisant passer pour sa fille] :
« – Daada am ! « – Maman !
– Oo’o ! – Oo’o !
– Miin kam, kuuɗe ni kaɗimmi wargo e maa. – Moi, ce sont les travaux qui m’ont empêchée de venir chez toi.
Daga nannoomi Hamman bee Babba am maayi goo ni, Depuis que j’ai appris que mon Hamman et mon Babba sont morts,
mi heɓaay wargo her maa. je n’ai pas pu venir chez toi.
Mhm ! Mhm !
Jonta ɗoo, ndaa kuuɗe ! Actuellement, voici qu’il y a des travaux [à faire] !
Mhm ! Mhm !
Ndaa mi reedu ! Voici que je suis enceinte !
Mhm ! Mhm !
Laamɗo boo ɓaŋatammi, koo dabare. C’est aussi le chef qui m’a épousée, pas moyen de sortir 32
Mhm ! Mhm !
Koo no mbaami. » Je ne peux rien y faire. »
[Jaka boo tekke] Alors que ce sont des chiffons 33  !
Jaka ɗum tekke. Alors que ce sont des chiffons 34  !
Suy o wi’ata mo yoo : Alors elle lui dit :
« E ɗume ngiɗɗaa ɓinngel am ? » « Et que veux-tu ma fille ? »
O wii : « Ngiɗmi kam, Il dit : « Ce que je veux,
mi heɓano, woodi korɗo ɓe ndokkimmi haa wallitammi kuugal, [ce que] j’aurais voulu avoir, il y a une esclave que l’on m’a donnée pour m’aider au travail,
gite woodaa. elle est aveugle [litt. : les yeux, il n’y en a pas].
Miin boo, ndaa mi tedduɗo. » Moi, voici que je suis lourde [i.e. enceinte]. »
O wii : « Hii ! Gite woodaa kam na a heɓan. Elle dit : « Hii ! Elle n’a pas d’yeux ? tu en auras [pour elle].
Uuum ! A heɓan ! » Uuum ! Tu en auras ! »
Jam ! Bon !
Mhm ! Mhm !
Moy ? C’est qui 35  ?
[Aan kam yeewtu haala maa !] Toi, raconte ton histoire 36  !
Mhm ! Mhm !
« Heɓan ! » « Tu en auras ! »
O hooƴi ɗuum ɗoo, Elle prend le truc,
o hooƴi o wii mo : « Ndaa kurtuwal ngaal, elle le prend et lui dit : « Voici cette calebasse 37 profonde,
kooƴaa gite ɗe ngiɗɗaa, njaaraana korɗo maaɗa. prends-y les yeux que tu veux, emporte-les à ton esclave.
Mhm ! Mhm !
Yoo ! Koocaa, uuum, cakkaa ɓiraaɗam, Bon ! Tu prends du lait frais, hum, tu mets le lait frais sous [les yeux],
ngaddaa yitere ngaɗaa. tu prends un œil et tu le mets [sur le lait].
Har ɗoo boo, yitere wootan. » Et là, l’œil se réparera. »
O wii : « Wooɗi. L’enfant [déguisé en femme] dit : « – Bien !
Mhm ! Mhm !
Yoo ! Kooƴaa ɗoo boo, – Bon ! Tu prends ça,
uumm ! hum !
– Ayya ! Ayya ! Ayya ! Ayya 38  !
– Mm ?] Comment ?
Ɓe ɗon ƴeewne !] On t’appelle !]
Kooƴaa ɗoo boo, uumm, ɗuum ɗoo, Tu prends ça, hum, ce truc,
ɗume onon, ɗoo kam, waɗa yitere mo”itina. c’est quoi, vous 39  ?, ça, ça fait que l’œil se répare.
Ee ! Ee ! Ɓiɓɓe, ɓiɓɓe, ɓee boo, ndaa layaaji ɗoo boo. Ee ! Ee ! [Pour] les enfants 40 , [pour] les enfants, pour [eux] aussi, voici ces grigris.
Mhm ! Mhm !
Njahaa ngaɗaa huunde ɗoo, Tu vas mettre ce truc,
ngaɗaa haa ɓanndu maa. tu le mets sur toi [litt. : sur ton corps].
Koo goɗɗo ɗon haa faarte jokke, Même si quelqu’un te poursuit et te rejoint,
Mhm ! Mhm !
a hisan, tu y échapperas,
Mhm ! Mhm !
jokkataako ma. on ne te rattrappera pas.
Ndaa ɗoo, to a sakkini, Le voici, si tu le jettes,
Mhm ! Mhm !
ɗum laatoo maayo caka mon, cela devient un fleuve [qui s’interpose] entre vous,
maayo ngo jolataa, goɗɗo jokkataako ma. un fleuve qu’on ne franchit pas, personne ne pourra te rattrapper.
Ɗoo boo, to a waɗi layaaru nduu boo, Ça, si tu mets ce grigri,
Mhm ! Mhm !
kebbe bee tuppe caka ɗon. [ça met] entre [vous] des graines 41 de Cenchrus biflorus et des graines de Tribulus terrestris.
Yoo ! Innu man wurataa kebbe. Bon ! La personne ne pourra pas passer à travers le Cenchrus. »
Aa ! Booɗɗum ! Oui ! C’est bon !
Goggo am, mi dilli. » Ma tante 42 , je m’en vais. »
Suy o hooci kuuje goo, Puis, il a pris ses affaires et est parti,
o hooci kuuje goo, o doggi. il a pris les affaires en question et il s’est enfui.
Jam, Goggo goo wii : « Onon ! Garɗo oo kam, teema ɗum iii… ɗum Jenjo. Puis, la tante a dit : « Vous ! Celle qui est venue, c’est peut-être, euh, Jenjo.
Mhm ! Mhm !
Naa ɗum ɓinngel am ! » Ce n’est pas ma fille ! »
Goggo tokki 43 Jenjo : « A fewan, ɗum aan, La tante a suivi Jenjo : « Tu mens, c’est toi,
Jenjo malaayel. » Jenjo le petit brigand. »
O wii : Il dit :
« Ɓiraa Goggo malaawa, « Fichue méchante tante !
Goggo laɓel jemma ! Tante petit couteau de nuit !
Uum, ɗum miin ! » hum, c’est moi ! »
O wii mo : « To a yehi kam, Elle lui dit : « Quand tu arrives,
keɓaa kilbu, ngaddaa cokkuri, ngaɗaa haa yitere goo kam. » tu prends du natron, tu mets du sel végétal, tu mets ça sur l’œil. »
Mhm ! Mhm !
O wii : « Aartuka aarti, Il dit : « C’est la première parole qui est la meilleure,
Goggo malaayel, tante méchante,
Goggo laɓel jemma ! » tante petit couteau de nuit ! »
O yehi o huuci saare. Il est rentré chez lui.
Mhm ! Mhm !
Laamɗo hokki mo reeta wuro, Le chef lui donna la moitié du village,
Mhm ! Mhm !
hokki mo debbo, et lui a donné une femme,
suy o ɓaŋi o jooɗii. puis il l’a épousée et il est resté à demeure.
Ɗoo kam, takala mulus ! Ça, takala mulus  44 !
Timmi ! Ngool kam ! C’est fini, ce conte !

Corpus inédit, © Copyright Henry Tourneux

.


.

Notes:

1 Approbation d’une répondante qui va scander les propos de la conteuse tout au long du conte.

2 Exclamation marquant l’étonnement.

3 Quelqu’un de l’extérieur appelle la conteuse.

4 La personne salue de dehors la conteuse.

5 La conteuse répond à la salutation.

6 Inaudible.

7 Réponse de la conteuse.

8 Question posée par la personne qui se trouve à la porte de la case.

9 Inaudible.

10 Normalement, ce sont les grands frères de l’enfant qui devraient dire ce qui suit.

11 Forte exclamation d’indignation d’une auditrice, prononcée sur un ton haut-bas.

12 Salutation d’une visiteuse qui est arrivée à la porte dela case.

13 La visiteuse veut à tout prix entrer et on lui dit de faire vite.

14 Litt. : il l’a pris et l’a emballé.

15 Sous-entendu : « me rejoindre en brousse ».

16 Commentaire d’une personne de l’auditoire.

17 Mot inconnu.

18 [Ce n’est pas comme je t’avais dit de faire qu’il faut faire.] La tante veut tromper le garçon en lui faisant croire que le remède qu’elle lui avait indiqué pour guérir l’aveugle n’est pas le bon.

19 La conteuse se trompe et commence par dire « goggo » au lieu de « Jenjo ».

20 Référence probable à la sorcellerie.

21 La conteuse se trompe ici et dit « la tante ».

22 La conteuse emploie ici un verbe passe-partout, dépourvu de sens propre.

23 Diospyros mespiliformis (Ebenaceae).

24 Précision aportée par une auditrice.

25 On entend quelqu’un de dehors prononcer ce nombre en français.

26 L’arachide dont on parle ici a un port rampant.

27 Le sujet en fulfulde est [ko], d’une classe augmentative, laissant entendre que ces fruits sont énormes.

28 Intervention d’une auditrice, reprenant sur le mode interrogatif une phrase de la conteuse.

29 Réponse de la conteuse à la question de l’auditrice.

30 En fulfulde, pronom [o], qui ne réfère pas à l’arbre en tant que tel, mais à la sorcière qui est dedans.

31 Reprise d’un membre de phrase de la conteuse par une auditrice, en manière de confirmation.

32 La femme est recluse au fond de la concession de son mari, a fortiori lorsque celui-ci est un chef.

33 Commentaire d’une auditrice.

34 La conteuse confirme la remarque de l’auditrice en la répétant.

35 La conteuse demande l’identité d’une personne qui vient d’arriver dehors.

36 Une auditrice dit à la conteuse de ne pas s’en préoccuper et de continuer à conter.

37 En fulfulde : kurtuwal. D’après Noye 1989, p. 210, calebasse profonde dans laquelle on peut mettre du lait ou des aliments, mais qui sert surtout à recueillir l’urine des animaux. Sert aussi de vase de nuit pour les personnes âgées.

38 Un enfant, dehors, appelle une femme qui est à l’intérieur de la case. Suit un court dialogue entre la femme en question et l’enfant.

39 La conteuse demande à l’audiroire de l’aider à retrouver un mot.

40 La vieille femme fait maintenant référence aux enfants de sa fille.

41 Le Cenchrus biflorus est une herbe dont les épillets sont garnis de petits crochets réfléchis et vulnérants ; les fruits de Tribulus terrestris sont ornés de fortes dents épineuses et divergentes (cf. Le Bourgeois, 2010, Adventrop).

42 L’enfant aurait dû dire « maman », puisqu’il a pris l’apparence de la fille de la vieille.

43 Le verbe devrait être tokkake, à la voix moyenne.

44 Formule stéréotypée de clôture de conte.

Hamman Kine-Loope / Haman Nez-d’Argile

.

Mots-clés

peul, fulfulde de l’Aadamaawa (Cameroun et États voisins) — oralité, conte, taalol — chien, chat, arbre-véhicule

Production du corpus

Conteuse: Zaraou, âgée d’environ 35 ans. Elle est née à Bogo. Veuve. Elle a quatre enfants.

Contexte de production

Bogo [Ɓogo ] (Cameroun, région de l’Extrême Nord), 19/04/2012. Le conte a été enregistré dans la matinée, en plein air, suite à un rendez-vous pris avec la conteuse.

Descriptif

Haman Nez-d’Argile demande à son chien de l’accompagner en voyage et le transporte dans un arbre quand il est fatigué. Il lui procure tout ce qu’il faut pour manger. De retour au village, le chien invite le chat à le suivre en voyage et finit par le manger.

Collecte et édition

Collecté sous la direction de: Hadidja Konaï

Image et son: Henry Tourneux

Transcription et traduction: Boubakary Abdoulaye et Henry Tourneux

Annotation: Henry Tourneux

.

.

.

.

.

.

Mhm Mhm
Hamman Kine-Loope oo, Hamman Nez-en-Terre,
Mhm Mhm
o ɗon dilla jahaangal  ; il part en voyage.
Ooho ! Ooho[1] !
Mo[2] ɗon dilla jahaangal. Il part en voyage.
Ooho ! Ooho !
O wii rawaandu yoo : Il dit au Chien :
Mhm Mhm
« Rawaandu, ɗoftam ! « Chien, accompagne-moi !
Mhm ! Mhm !
To a somi, mbi’aa yam ! Quand tu seras fatigué, dis-le-moi !
Mhm ! Mhm !
To a doli, mbi’aa yam ! Quand tu auras faim, dis-le-moi !
Mhm ! Mhm !
To a ɗomɗi, mbi’aa yam ! » Quand tu auras soif, dis-le-moi ! »
Mhm ! Mhm !
Rawaandu wii : « Wooɗi ! » Le Chien dit : « Bien ! »
Mhm ! Mhm !
Ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla. Ils marchent, ils marchent, ils marchent, ils marchent.
Jahaangal daayake. Le voyage est long.
Mhm ! Mhm !
Rawaandu goo wi’ata yoo : Le Chien dit :
Mhm ! Mhm !
« Mi somi. « Je suis fatigué.
Mhm ! Mhm !
Mi somi. » Je suis fatigué. »
Mhm Mhm
O wii : « To a somi, dara ! » Il [Hamman] dit : « Si tu es fatigué, arrête-toi ! »
Mhm ! Mhm !
O darii. Il s’arrêta.
O wii, umm, o wii : « Wa’’a lekki. » Il dit, hum, il dit : « Monte dans l’arbre. »
Mhm ! Mhm !
Rawaandu wa’’ii lekki ; Le Chien monta dans l’arbre.
Kanko boo o wa’’ii lekki. Lui aussi, il monta dans l’arbre.
Mhm ! Mhm !
Ɓe ɗon ndilla, Il vont[3]
O wii lekki : « Yaa ! » [Hamman] dit à l’arbre : « Avance ! »
Mhm ! Mhm !
Lekki ɗon yaha, ɗon yaara ɓe, ɗon laa-, ɗon yaara ɓe, L’arbre s’en va, il les emporte, il les -, il les emporte,
ɗon yaara ɓe haa o[4] somti. il les emporte jusqu’à ce que [le Chien] soit reposé.
Rawaandu goo haa somti. Le Chien, jusqu’à ce qu’il soit reposé.
Mhm ! Mhm !
O wii : « – Mi somti. Il [Chien] dit : « – Je suis reposé.
– A somti ? – Tu es reposé ?
– Mi somti ! » – Je suis reposé ! »
Mhm ! Mhm !
O wii : « Jippa ! » Il lui dit : « Descends ! »
Rawaandu goo jippii. Le Chien est descendu.
Ɓe puɗɗiti yaago bee kosɗe. Ils reprennent leur marche à pied.
Mhm ! Mhm !
Ɓe ɗon njaha, ɓe ɗon njaha, ɓe ɗon njaha, bee kosɗe. Ils marchent, ils marchent, ils marchent, à pied.
Mhm ! Mhm !
Suy o wi’ata yoo : « – Mi doli ! Puis [le Chien] dit : « – J’ai faim !
Mhm ! Mhm !
– A doli ? – Tu as faim ?
– Ooho! Mi doli. – Oui ! J’ai faim.
– Yoo ! Wa’’a lekki kadi boo ! » – Bon ! Remonte dans l’arbre ! »
O wa’’ii lekki. Il monta dans l’arbre.
« Yoo ! Ɗoof liiliwol haako ! » « Bon ! Arrache une feuille du feuillage ! »
O ɗoofi liiliwol haako, Il arracha une feuille du feuillage,
nyaamdu wangi nii. et de la nourriture apparut comme ça[5].
Mhm ! Mhm !
Rawaandu nyaami, nyaami, nyaami haa haari, Le Chien mangea, mangea, mangea à satiété,
Mhm ! Mhm !
wii : « – Mi haari ! et dit : « – Je n’ai plus faim !
– Yoo ! Noy a ɗomɗaay na ? » – Bon ! Tu n’as pas soif ? »
O wii : « – Mi ɗomɗi. Il dit : « – J’ai soif.
– Ɗoof liiliwol ! » – Arrache une feuille ! »
O ɗoofi liiliwol. Il arracha une feuille.
Ndiyam wurtii jur tummude. Il en est sorti plein d’eau, une calebasse.
Mhm ! Mhm !
Rawaandu yari, yari, yari haa ɗomɗiti. Le Chien but, but, but jusqu’à ce qu’il n’eût plus soif.
Mhm ! Mhm !
Suy, ɓe njippii. Puis, ils sont descendus.
Ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla. Ils marchent, ils marchent, ils marchent, ils marchent.
Ɓe ngari ɓe tawi maayo maapinndiiwo ngo ɗon heewi. Ils sont allés trouver un très grand[6] fleuve qui était plein.
Mhm ! Mhm !
Ngo ɗon heewi ndiyam. Il était plein d’eau.
Mhm ! Mhm !
Suy, o wi’ata rawaandu yoo : Puis, [Hamman] dit au Chien :
Mhm ! Mhm !
« Yar nee ndiyam to a ɗomɗuɗo ! » « Bois donc de l’eau si tu as soif ! »
Rawaandu yari, yari, yari, yari, haa ɗomɗiti. Le Chien a bu, bu, bu, bu, jusqu’à ce qu’il n’eût plus soif.
Mhm ! Mhm !
Kanko goo, o yari go’o, ɗiɗi noon, maayo ɓeeɓi ; Quant à lui [Hamman], il a bu une fois ; à la deuxième, le fleuve est à sec ;
Koo ko lutti, ndiyam luttaay haa maayo, koo tis. Il ne reste rien, il ne reste pas d’eau dans le fleuve, rien du tout.
Mhm ! Mhm !
Sey liɗɗi ɗon pija nder maayo. Il n’y a que les poissons qui jouent dans le fleuve.
Mhm ! Mhm !
Liɗɗi ɗon pija, ɗon pija, ɗon pija. Les poissons jouent, jouent, jouent.
Mhm ! Mhm !
Suy, o wi’ata rawaandu : « Ƴakku liɗɗi ɗoo haa to a safti ! » Puis, [Hamman] dit au Chien : « Mange ces poissons jusqu’à ce que tu en aies eu suffisamment ! »
Mhm ! Mhm !
Rawaandu ƴakki, ƴakki, ƴakki, waawaay timmingo liɗɗi goo. Le Chien en a mangé, mangé, mangé, il n’a pas pu les manger tous.
Mhm ! Mhm !
O ƴakki gootel noon, liɗɗi man pat timmi. Dès que [Hamman] en a mangé un seul, tous les poissons sont finis.
Mhm Mhm
Suy, jonta kam, ɓe tayti gaɗa maayo. Puis, à ce moment, ils ont traversé le fleuve.
Mhm ! Mhm !
Ɓe tayti gaɗa maayo goo, Quand ils ont eu traversé le fleuve,
o wii rawaandu goo : « Jonta kam, huucu kadi ! [Hamman] dit au Chien : « Maintenant, rentre donc chez toi !
Mi warti. » Je suis rentré[7]. »
Mhm ! Mhm !
Rawaandu lorti, warti, kanyum boo, haa wuro ba naane. Le Chien fit demi-tour, rentra, lui aussi au village, comme avant.
Mhm ! Mhm !
Rawaandu jooɗii, jooɗii wi’ata : « Paatuuru ? » Le Chien est demeuré, est demeuré [là] et il dit : « Chat ? »
Paatuuru nooti. La Chat répondit à l’appel.
« Ɗoftam lee ! « Accompagne-moi !
To a somi, mbi’aa yam ! Quand tu seras fatigué, dis-le-moi !
To a ɗomɗi, mbi’aa yam ! Quand tu auras soif, dis-le-moi !
To a doli, mbi’aa yam ! » Quand tu auras faim, dis-le-moi ! »
Mhm ! Mhm !
Suy, paatuuru goo wii : « Iyo ! » Puis la Chat dit : « D’accord ! »
Ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla. Ils marchent, ils marchent, ils marchent.
Mhm ! Mhm !
Suy, paatu goo wii rawaandu : « Na mi somi. » Puis le Chat dit au Chien : « Je suis vraiment fatigué. »
Rawaandu wii : « Wa’’a lekki ! » Le Chien dit : « Monte dans l’arbre ! »
Paatu wa’’ii lekki ; Le Chat monta dans l’arbre.
« Lekki yaa ! » « Arbre, avance ! »
Lekki ɗon darii. L’arbre reste sur place.
« Lekki yaa ! » « Arbre, avance ! »
Lekki ɗon darii. L’arbre reste sur place.
Mhm ! Mhm !
O wii yoo « Paatu na rawaandu na lekki sali yaago. [Le Chien] dit : « Chat, le Chien[8], l’arbre refuse carrément de marcher !
Yoo, jippa kadi ! » Bon, descends, alors ! »
Mhm ! Mhm !
Suy paatu jippii. Alors le Chat est descendu.
Ɓe ɗon ndilla. Ils s’en vont.
Paatu wii : « Na mi doli ». Le Chat dit : « J’ai vraiment faim ».
Mhm ! Mhm !
O wii : « Wa’’a lekki kadi boo ! » [Le Chien] dit : « Remonte dans l’arbre ! »
Paatu wa’’ii. Le Chat y est remonté.
« Ɗoof ! » « Arrache ! »
Paatu haɓdi haa ɗoofa liiliwol, sali. Le Chat fit tout pour arracher une feuille, mais ça n’a pas marché.
Mhm ! Mhm !
O wii : « Paatu am, jippa noon, ndillen kadi walaa ko keɓɗen ». Il dit : « Cher Chat, descends donc, continuons notre marche, nous n’avons rien eu ».
Mhm ! Mhm !
Ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla, ɓe ɗon ndilla, ɓe njottii maayo goo, Ils marchent, ils marchent, ils marchent, ils atteignirent le fleuve en question,
Mhm ! Mhm !
maayo ɗon heewi. le fleuve était plein.
Mhm ! Mhm !
Suy o wii yoo « Aan kam, yar haa ɗomɗita, paatu !, Puis [le Chien] dit : « Toi, bois pour étancher ta soif, Chat !,
ngam to mi yari ni, ndiyam man timman ». car, dès que j’aurai bu, il n’y aura plus d’eau ».
Mhm ! Mhm !
Paatu yari, yari, yari, ɗomɗiti ; La Chat a bu, bu, bu, et a étanché sa soif.
Rawaandu goo yari, yari, yari, ndiyam goo timmaay. Le Chien aussi a bu, bu, bu, [mais] l’eau n’a pas fini.
Mhm ! Mhm !
Suy, nii noon, ɓe naasti nder maayo goo, Puis, comme ça, ils sont entrés dans le fleuve,
ɓe ɗon nginoo, ɓe ɗon nginoo. et ils nagent, ils nagent.
Ɓe keɓi liik-, liikon taton nii. Ils ont eu des p-, trois petits poissons seulement.
Mhm ! Mhm !
Rawaandu goo wurtini haa daande maayo nii, Le Chien les a sortis sur la rive du fleuve,
wii paatu : « Ƴakku haa to a safti. et il dit au Chat : « Mange jusqu’à ce que tu en aies suffisamment !
Mhm ! Mhm !
To a safti ni, miin boo mi ƴakka. » Quand tu en auras eu suffisamment, moi aussi j’en mangerai. »
Mhm ! Mhm !
Paatu ƴakki go’o, ɗiɗi noon. Le Chat en mangea une fois, deux fois seulement.
O wii : « Aan, a timminan ɗi na ? » [Le Chien] dit : « Toi, tu vas les manger tous ? »
O hippi paatuuru. Il sauta sur le Chat.
Suy, o ƴakki paatuuru kanko ; Puis, il mangea le Chat, lui ;
(Rire) (Rire)
O ƴakki paatuuru kam. Il a mangé le Chat !
Takala mulus ! Takala mulus !
Takkaande bojel ! Takkaande bojel [9] !
Suy timmi, ɗoo kam ! Bon, ce [conte] est fini !
Mhm ! Mhm !

Corpus inédit, © Copyright Henry Tourneux

.


Notes:

[1] Oui !

[2] En principe, ce pronom est un pronom objet, mais dans cette partie du Diamaré, à l’ouest de Maroua, on l’entend couramment utilisé comme sujet du verbe par les locuteurs natifs. A des correspondants en mbo dans des parlers occidentaux (Peter Gottschligg, communication personnelle, décembre 2015).

[3] La conteuse anticipe sur la suite.

[4] On devrait avoir ici le pronom de reprise ndu, correspondant au Chien.

[5] Ici la conteuse fait un geste pour indiquer une grande quantité.

[6] Le mot signifie simplement « grand », mais l’intonation emphatique de la conteuse fait comprendre qu’il s’agit d’un fleuve énorme.

[7] Hamman dit au Chien que lui, il est déjà arrivé chez lui.

[8] Lapsus de la conteuse, qui se reprend.

[9] Formule de clôture du conte.

Panégyrique

 

Du grec panêgurikos (de pan « tout » et aguris « rassemblement, foule »), le terme « panégyrique » désigne tout discours d’apparat énoncé en public. A l’époque classique, les discours panégyriques étaient marginaux, dans la mesure où ils étaient principalement délibératifs et pas nécessairement laudatifs. Pernot (1993) voit une innovation dans la présence plus importante que prend l’éloge dans le Panégyrique et le Panathénaïque d’Isocrate. Et le discours panégyrique n’est devenu un type oratoire laudatif que sous l’Empire romain. Les théoriciens du genre épidictique refusaient toutefois de le considérer comme tel et le définissaient comme un discours prononcé dans une fête, une réunion.

Le panégyrique conçu comme concept de littérature générale permet, d’une part, d’interroger les littératures orales et écrites en langues africaines et, d’autre part, de mettre en évidence – dans la perspective d’une analyse transculturelle – des « airs de famille » et de construire des ponts entre des pratiques littéraires appartenant à des genres et cultures différents. On remarque ainsi l’importante présence de discours panégyriques dans les littératures orales africaines, présence qui s’explique par le fait qu’un individu n’existe, n’est reconnu que s’il est loué en public Ces pratiques sont courantes encore aujourd’hui : qu’on se rappelle les griots mandingues sollicités pour chanter les louanges d’une personne à la radio ou les jeunes universitaires d’Afrique australe qui invitent des artistes pour qu’ils les célèbrent lors de la remise de leur diplôme. Les références aux discours panégyriques écrits en langues africaines sont rares ; mais l’on ne sait si c’est parce que la diffusion écrite d’une réputation est bien moins efficace que celle qui est énoncée en public (étant donné la faiblesse du lectorat potentiel), ou si c’est parce que les chercheurs travaillant sur les littératures écrites en langues africaines ne se sont pas intéressés à cet aspect. On note la présence de nombreux panégyriques religieux, qu’ils soient adressés au Prophète Mohamed, à des leaders musulmans ou à des saints chrétiens. Pensons au poème Hamziya (1652) écrit en swahili par Sayyid Aidarusi Bin Uthaima (une traduction du panégyrique à la gloire du Prophète écrit par le poète égyptien du 13ème siècle Al-Busir), au Wakar Muammadu (env. 1845) écrit en hausa par Asim Degel, un poète de Kano, au Sifofin Shehu, « Attribut du Cheikh » dédié à Ousmane Dan Fodio, traduit en hausa à partir d’un texte peul, ou encore aux melke, sortes de « blasons » écrits en guèze qui vénèrent un saint (mais, dans ce cas, on peut se demander si ce ne sont pas des poèmes d’abord oraux conservés par écrit et ayant le même statut quelque part que les transcriptions des épopées swahili que nous avons citées précédemment).

Parmi les discours panégyriques, on peut opérer différentes distinctions selon le type d’énonciateur (s’agit-il d’un auto-panégyrique dit par l’intéressé lui-même ou d’un panégyrique dit pour un tiers ? quel est le statut social de ces différents énonciateurs ?), l’objet de l’éloge (est-ce un individu ou un collectif qui est loué ? le panégyrique porte-t-il uniquement sur des êtres humains ou vise-t-il des entités non-humaines à l’instar des génies, des animaux, voire de lieux ?), les modalités de communication (le panégyrique est-il déclamé, chanté, accompagné ou non de musique ? un simple air musical peut-il être le vecteur d’un panégyrique ?). On peut également se demander si le destinataire du panégyrique est directement loué ou si l’on passe par des objets transitoires, comme quand les bergers peuls louent leurs vaches pour se glorifier.

Reprenons quelques-unes des ces interrogations à partir d’exemples tirés des littératures orales et écrites en langues africaines :

  • Les auto-panégyriques semblent plus rares que les panégyriques énoncés pour un tiers. Citons pour les premier, sans vouloir être exhaustif, les ibyivugo des Tutsi du Rwanda, les lebôkô des Tswana du Bechuanaland, les lifela des travailleurs migrants du Basotho, ou encore les jammooje na’i des bergers peuls du Mali. Pour les seconds, on pense aux griots généalogistes qui louent les aristocrates dans les sociétés ouest-africaines (le fasa mandingue par exemple), mais ceux-ci ne sont pas les seuls à composer des discours panégyriques au profit de tiers ; on citera entre autres exemples les panégyriques hagyiographiques des Peuls, les chants kàsàlà des Luba, les izibongo des Zoulou, où un barde, habillé d’un costume mêlant fourrure, plumes, queues d’animaux etc., récite – en dramatisant par la voix et la gestuelle – l’éloge des chefs et des notables. On peut encore citer les taasu des femmes wolof, poésie tantôt élogieuse, tantôt moqueuse que les femmes déclament accompagnées de tambours, de calabasses ou de bols en étain. Quant aux lisotho des chefs du Basotho, ils peuvent être énoncés soit par le chef lui-même soit par un poète qui souhaiterait louer ce dernier. Dans les littératures écrites, on trouve des panégyriques de tiers (par exemple, le poème écrit en peul de Jawo Pellel, éloge du chef du Fouta Jalo Almami Ibrahima Dara), mais à notre connaissance on ne trouve aucun auto-panégyrique.
  • Le panégyrique peut être individuel, c’est-à-dire adressé à un individu ou parfois à une famille, mais dans la devise patrimoniale et répertoriée, cet individu n’est jamais loué pour ses qualités personnelles mais pour son appartenance à une famille ou à un groupe prestigieux par les hauts faits de ses ancêtres. Pensons pour la littérature orale aux jammore des Peuls ou aux ize zamu (éloge d’enfant) des Songhay et des Zarma (dans ce cas, l’enfant est loué à travers des homonymes célébres). Concernant la littérature écrite, on trouve des poèmes écrits dédiés à des hommes importants comme ceux écrits en peul ( ?) par Ahijo Bello dou Kerol sur le Président du Cameroun Ahijo ou ceux rédigés en hausa par Buba mai Jarida’s qui loue des bouchers, des chauffeurs ou de belles femmes. Le panégyrique peut également être collectif, à l’image du récit épique qui réfère à une communauté plus ou moins large (par exemple, l’épopée de Soundiata Keïta). Dans la poésie comme dans les romans, on trouve également des panégyriques écrits et adressés à la collectivité. Citons entre autres Wakar maraba da soja, littéralement « chant d’accueil aux soldats », ou wa Watumwa (« La libération des esclaves »). Le premier est écrit par le poète hausa Sa’adu Zungur qui loue l’héroïsme des troupes du nord Nigeria rentrées au pays à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Le second est un roman swahili de James Mbotela Uhuru – qui accumule les termes panégyriques – et qu’Euphrase Kezilahabi qualifie pour cela de maadili (« chant de louange »).
  • Selon les sociétés, les objets d’éloge ne sont pas seulement humains, mais peuvent être aussi être des génies, des animaux – notamment des bovins dans les sociétés pastorales (pensons aux jammooje, où les jeunes bergers peuls déclament à toute vitesse des poèmes louant leurs vaches) – des lieux et des objets comme chez les Shona du Botswana. Les panégyriques écrits – s’ils portent le plus souvent sur des hommes – peuvent eux aussi porter sur des objets. C’est ainsi que Hamaseyo Gire (né vers 1905 ?) loue dans un poème écrit en peul la bicyclette, l’avion ou le train.
  • La parole n’est pas le seul vecteur possible du panégyrique, et la musique peut jouer un rôle important, soit dans son articulation avec la parole, soit que celle-ci est utilisée seule ( les travaux de Christiane Seydou sur les devises peules, ou ceux de Junzo Kawada sur les panégyriques tambourinés des Mossi).
  • Les auteurs écrivant en langues africaines insèrent parfois, ou s’appuient dans leurs écrits sur des panégyriques oraux. Ainsi Thomas Mofolo, dans son roman Chaka écrit en sotho, insère un izibongo dans sa langue originale, soit le sessouto, qui diffère pourtant fortement de la langue du roman. Dans L’homme qui marchait vers le soleil, ce même auteur insère des morceaux écrits de poésie d’éloge de vaches des Basotho au Lesotho. Ces citations ne font toutefois pas de ces romans des panégyrique – l’écrivain posant par exemple dans Chaka un regard à la fois admiratif et critique sur son héros. Avec Le relève-goût des pommes de terre, Alexis Kagame va un peu plus loin, puisqu’il prend appui sur la poésie d’éloge des vaches au Rwanda pour écrire son éloge du cochon et propose ainsi – par le détournement – un texte satirique.

Sandra Bornand

Bibliographie

ANDRZEJEWSKI Stanislaw, PILASZEWIC Stanislaw et Witold TYLOCH (éds), 1985, Literatures in African languages : theoretical issues and sample surveys, Cambridge, New York, Cambridge University Press.

BAUMGARDT Ursula et Jean DERIVE, 2008, Littératures orales africaines : perspectives théoriques et méthodologiques, Paris, Karthala.

BORNAND Sandra, 2005, Le discours du griot généalogiste chez les Zarma du Niger, Paris, Karthala.

FAÏK-Nzuji M. Clémentine, 1974, Kasala. Chant héroïque luba, Lubumbashi, Presses Universitaires du Zaïre.

GARNIER Xavier, 2006, Le roman swahili : la notion de littérature mineure à l’épreuve, Paris, Karthala.

KAGAME Alexis, 2004, Le relève-goût des pommes de terre (Indiyohesha-Birayi), Paris, Classiques Africains.

KAWADA Junzo, 1981, « Le panégyrique royal tambouriné Mosi, un instrument de contrôle idéologique », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol 68, n°250-253, p. 131-153.

KAWADA Junzo, 2002, Genèse et dynamique de la royauté : les Mosi méridionaux (Burkina Faso), Paris, L’Harmatta (coll. « Etudes africaines »).

MBOTELA James, 1959 [1ère éd. 1934], Uhuru Wa watumwa (Freedom for the Slaves), Nairobi, Nelson [1956, The Freeings of Slaves, Londres, Evans Brothers Limited].

MOFOLO Thomas, 1907, Moeti oa bochaleba [traduction du sesotho par Victor Ellenberger, L’homme qui marchait vers le soleil, 2003, Bordeaux, Ed. Confluences].

MOFOLO Thomas, 1925, Chaka [traduction du sesotho par Victor Ellenberger, Chaka. Une épopée bantoue, 2010 [1ère éd. 1940], Paris, Gallimard (coll. « L’imaginaire »].

NCUBE Elizabeth, 2009, « Louange à Mbuya Nehanda [traduit en français d’après la traduction en anglais de Thoko Remigia Makhanya] », in Margareth J. Damond (éd.) Des femmes écrivent l’Afrique. L’Afrique autrale, Paris, Paris, Karthala, p.625-632

PERNOT Laurent, 1994, La Rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris, Institut d’études augustiniennes (Collection des études augustiniennes).

COLL., 1984, Littérature et société, Politique africaine n°13.

RICARD Alain, 1995, Littératures d’Afrique noire : des langues aux livres, Paris, CNRS & Karthala.

Sayyid Aidarusi Bin Uthaima, Hamziya.

DANDATI Abdulkadiri (éd.), 1978, The Poetry, Life, and Opinions of Sa’adu Zungur, Bayero University, The Northern Nigerian publ.

SEYDOU Christiane (éd.), 1972, Silâmaka et Poullôri. Récit épique peul raconté par Tinguidji, Paris, Armand Colin (coll. Classiques Africains).

SEYDOU Christiane (éd.), 1991, Bergers des mots, Paris, Classiques Africains.

TCHOKOTHE Rémi Armand, 2014,Transgression in Swahili Narrative Fiction and its Reception, Vienne, Zürich, Berlin, LIT Verlag.

YARO YAHAYA Ibrahim, 1978, Language and Literature in Hausa : Proceedings of the First International Conference on Hausa Language and Literature held at Bayero University, Kano, July 7-10, 1978, Bayero University, Center for the Study of Nigerian Languages.