Littérature orale et écriture littéraire

.

.

  • BAUMGARDT Ursula, 2008, « La littérature orale n’est pas un vase clos », in Ursula BAUMGARDT et DERIVE Jean (dir.), 2008, Littératures orales africaines, perspectives théoriques et méthodologiques, Paris, Karthala, pp. 245-272.
  • BAUMGARDT Ursula (dir.), 2012, Littératures en langues africaines, Dictionnaire des créatrices, Paris, Éditions des femmes, (15 articles sur des créatrices s’exprimant en langues africaines).
  • BAUMGARDT Ursula et Jean DERIVE (dir.), 2013, Littérature africaine et oralité, Paris, Karthala, 165 p.
  • BAUMGARDT Ursula, 2017 (dir.), Littératures en langues africaines. Production et diffusion, Paris, Karthala, 361p.
  • BAUMGARDT Ursula, 2017, « Incidences du contexte de communication en littérature orale et en écriture littéraire », in Ursula BAUMGARDT, 2017 (dir.), pp 227 – 235

Récit de vie de Ra Terezy

   

Récit de vie en pays Betsileo recueillis en avril 2017 par Louise Ouvrard au village d’Ampasakambana

   

   
 

 

La transcription et la traduction des vidéos seront mises prochainement sur le site.

Récit de vie de Ra Edy

 

 

Récit de vie en pays Betsileo recueillis en avril 2017 par Louise Ouvrard au village d’Ampasakambana

 

 

 

 

La transcription et la traduction des vidéos seront mises prochainement sur le site.

Kooba e nagge / Hippotrague et vache

 

 

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; vache, hippotrague ; liberté, protection, obéissance.
Contribution présentée par Aliou MOHAMADOU
Auteur du texte: Baylaa KULIBALI
Enregistrement: Pierre AMIAND
Contexte de production: Conte (tinndol) écrit d’après une version orale transmise à l’auteur par le griot Diawoy Diey (Jaawooy Jeey) en 1986 ; oralisé, après publication, par l’association Timtimol
Résumé: Vache va trouver Hippotrague (ou Antilope cheval). Hippotrague s’étonne de ne jamais voir Vache la nuit dans la brousse. Vache explique qu’elle a un maître auprès de qui elle doit rentrer tous les soirs. Hippotrague propose à Vache de rester pour la nuit et d’apprendre ainsi à devenir libre. Elle refuse, Hippotrague insiste. Arrive un chasseur. Il tire sur Hippotrague qui tombe, poussant un râle d’agonie. Vache lui dit : « Tu vois ? Qui n’a pas de maître est tué par un malheur. »
RéférenceTinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p.

 

 

 

Wonnoo ɗoo ko kooba.

Nagge yehi ladde tawi toon kooba. Kooba wii : « Aan dey, mi yiyataa ma jamma e ladde hee. » Nagge wii : « Miin ko mi jeyaaɗo. Mi nyallan nyaamde e ladde, so hiirii mi joftoya to joomam. » Kooba wii : « Mo jey-maa ? » Nagge wii : « Joomam woni ko wuro. » Kooba wii : « Ko o nafan-maa ? » Nagge wii : « So mi joftii, joomam human kam e ɓoggol, o ɓira mi, janngo subaka o ɓira mi, so o gaynii ɓirde mi, o sogga mi, mi yaha ladde, mi nyalla nyaamde haa hiira, mi arta. »

Kooba wii : « Ko aan jaasi ! Ƴeew tan ko aan nyamminta hoore maa, aan jofnata hoore maa, so a yettiima kumeɗaa e ɓoggol, ɗoon kuwataa, ɗoon coofataa, so joome ari tan ɓir-maa ? Ko a kuutorgal tan, aan fuuyi !… Miin mi jaɓataa ɗum, hay gooto halfaani mi, ɗo mbelaami nyallanmi, ɗo mbelaami mbaalanmi, ko weli mi nyaamanmi. »

Hiiri. Nagge wii : « Kooba, jooni dey hiirii mbiɗa hoota. » Kooba wii : « Mbaalen ɗoo, so a woowii jeyde hoore maa, a wontaa jaɓ halfeede. » Nagge wii : « So mi waalii ɗoo, ko jenngi fof, joomam aranan kam. Ɗuum noon, mi yahan tan. So wonaa ɗuum, so o tawii kam ɗoo, o fiyan kam. » Kooba wii : « Haadi ko a puuyɗo ! Aɗa jaɓa jeyeede, saka noon kaɓɓoowo ma e ɓoggol ! »

Kooba ina yenna nagge tan, haa baanyoowo yii nagge ina wondi e kooba. Tan baanyoowo naati e jeeje, ɗacci haa nagge ɓenni, kooba sawndii ɗum, tan fawi serdu e wuttulo kooba. O aari ngelooba haa ajjii, o fooɗi rawaandu, kapsinaaji petti, kure mbii e wuttulo kooba pat ! Kooba waɗi tuguperi, ba oondi.

Nagge ari tawi kooba ina fettoo. Nagge wii : « A yiyii, kala mo alaa jeyɗo, ko bone warata ɗum. Miin kay, hay so a feesii baanyoowo, suusaa fellude mi. Aan wonnoo a alaa jeyɗo, baanyoowo warii ma, nawana sukaaɓe mum pijira teewu maa. Miin, so baanyoowo fellii kam, shari’a mum e joomam gasataa ! »

Rawaandu e Mbeewa e Fowru / Chien et Chèvre et Hyène

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; écriture littéraire, tinndi, conte, fable ; hyène, chien, chèvre ; stupidité, cupidité, ruse.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Oumar Ndiaye.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:  Le chien et la chèvre sont dans l’eau en train de pêcher. L’hyène entre dans l’eau et dit : « Déjeuner, mets-toi par là ! […] Dîner, mets-toi de ce côté ! » La chèvre explique au chien ce que signifient ces paroles. Ils décident de fuir. La chèvre s’en va en prétextant d’aller au village pour chercher du feu. Après un moment, le chien se sauve à son tour. L’hyène les poursuit. 

En cours de route, la chèvre trouve un jujubier couvert de fruits, elle se met à en manger et elle oublie qu’elle a fui l’hyène. Elle entend l’hyène qui approche, elle se réfugie dans un terrier. Elle ne laisse voir que ses yeux et ses cornes. Arrivée à sa hauteur, l’hyène demande : « Est-ce bien Chèvre ? » La chèvre répond : « Non, c’est moi Écarquillé1 ! — C’est quoi Écarquillé ? — Écarquillé, c’est celui que je vois meurt, celui qui me voit meurt ! — Tu ne m’as pas vue et je ne t’ai pas vue ! » dit l’hyène.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 11.

.

.

Rawaandu e Mbeewa e Fowru / Chien et Chèvre et Hyène

 

 

– Wonnoo ɗoo ko rawaandu e mbeewa ena ngawa.

Tan fowru tawi ɓe ɗoon, haɓe ngawa. Tan ndu joli. Ɓe ngoni e awde. Fowru nduu wii mbeewa baa : « Bottaari, abbo too ! » Ndu wii kadi rawaandu nduu : « Hiraande, abbo too ! »

Yehi haa ɓooyi, rawaandu nduu faami ko fowru wi’ata koo. Rawaandu noddi mbeewa, ndu wii : « A nanii ko fowru haalata koo ? » Mbeewa wii : « Alaa. » Rawaandu wii : « Fowru wii, aan ko a bottaari, miin ko mi hiraande. Miin noon, so o wi’ii ma o hiirtoo mi, o hiirtoto jenngunde. » Rawaandu wii : « Mbeewa, waɗ feere njahaa wuro. So a fotii yettoyaade, mi abbo-maa. »

Mbeewa fokkiti, woni e yahde. Fowru wii : « Hiraande, to Bottaari yahata ? » Rawaandu wii : « Bottaari yahanta ko na nokkoya jaaynge ! » Fowru wii : « Ɗuum wallan. Yo o yah. »

Ɓe ngoni e awde. Haa rawaandu anndi mbeewa foti yettoyaade, tan rawaandu ƴeeŋi, ndu wii fowru : « Mbeewa yettoyiima wuro. Miin ne, mi yehii. »

Fowru riddi rawaandu…

Mbeewa yehi. Ndeke nde mbeewa yehi ndee, yii jaaɓi ciinyki jaaɓe. Mbeewa yejjiti ko dognooɗo fowru. Ba woni e murde jaaɓe. Ha ba nani gurdu-gurdu, tan ba naati e ngaska mbabba ladde – walla ngirja – ba naati haa heddii hoore ndee. Mbeewa futtini gite mum boɗeeje.

Fowru riddi rawaandu haa rawaandu naati nder wuro. Fowru ruttii ene ŋattoo, haa tawi mbeewa nder ngaska, ene futtini gite mum boɗeeje. Fowru wii : « Ɗum ko mbeewa ne ? » Mbeewa wii : « Alaa, ko miin Futtan ! » Fowru wii : « Ko woni “Futtan” ? »

Mbeewa wii : « “Futtan” ko ndaarɗo mi maaya, mo ndaarmi maaya ! » Fowru wii : « Walaa hawla walaa quwwata !… Muɓɓu gite maa ! Kori a yi’aani mi dey ? » Mbeewa wii : « Alaa. » Fowru wii : « A yi’aani mi, mi yi’aani ma. »

 

 

.

.


 

 


.

 

 

 

Rawaandu e mbeewa e fowru

Le chien, la chèvre et l’hyène

 

Wonnoo ɗoo ko rawaandu e mbeewa ena ngawa.

Étaient ici un chien et une chèvre en train de pêcher.

 

Tan fowru tawi ɓe ɗoon, haɓe ngawa.

Alors, l’hyène les trouva là, en train de pêcher.

 

Tan ndu joli.

Alors, elle entra [dans l’eau].

 

Ɓe ngoni e awde.

Ils se mirent à pêcher.

5

Fowru nduu wii mbeewa baa :

Elle dit à la chèvre :

 

« Bottaari, abbo too ! »

« Déjeuner, mets-toi là-bas ! »

 

Ndu wii kadi rawaandu nduu :

Et elle dit au chien :

 

« Hiraande, abbo too ! »

« Dîner, mets-toi là-bas ! »

 

Yehi haa ɓooyi, rawaandu nduu faami ko fowru wiyata koo.

Au bout d’un moment, le chien comprit ce que l’hyène disait.

10

Rawaandu noddi mbeewa, ndu wii :

Le chien appela la chèvre et il dit :

 

« A nanii ko fowru haalata koo ? »

« Tu as compris ce que l’hyène dit ? »

 

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« Alaa. »

« Non. »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

15

« Fowru wii, aan ko a bottaari, miin ko mi hiraande.

« L’hyène dit que toi, tu es le déjeuner, et que moi, je suis le dîner.

 

Miin noon, so o wiyii ma o hiirtoo mi, o hiirtoto jenngunde. »

Moi, en tout cas, si elle veut me manger au dîner, elle dînera d’un [dîner] tardif. »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Mbeewa, waɗ feere njahaa wuro.

« Chèvre, trouve le moyen d’aller au village.

 

So a fotii yettoyaade, mi abbo-maa. »

Quand tu auras eu le temps d’arriver, je te rejoindrai. »

20

Mbeewa fokkiti, woni e yahde.

La chèvre se mit en route, en train de marcher.

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Hiraande, to Bottaari yahata ? »

« Dîner, où va Déjeuner ? »

 

Rawaandu wii :

Le chien dit :

 

« Bottaari yahanta ko na nokkoya jaaynge ! »

« Déjeuner est allé chercher du feu2 ! »

25

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Ɗuum wallan.

« Ça sera utile.

 

Yo o yah. »

Qu’elle y aille. »

 

Ɓe ngoni e awde.

Ils se mirent à pêcher.

 

Haa rawaandu anndi mbeewa foti yettoyaade, tan rawaandu ƴeeŋi, ndu wii fowru :

Jusqu’au moment où le chien estima que la chèvre avait eu le temps d’arriver, alors le chien sortit de l’eau, il dit à l’hyène :

30

« Mbeewa yettoyiima wuro.

« Chèvre est arrivée au village.

 

Miin ne, mi yehii. »

Moi, à mon tour, je m’en vais. »

 

Fowru riddi rawaandu…

L’hyène poursuivit le chien…

 

Mbeewa yehi.

La chèvre était partie.

 

Ndeke nde mbeewa yehi ndee, yii jaaɓi ciinyki jaaɓe.

Or, lorsque la chèvre était partie, elle avait vu un jujubier tout couvert de jujubes.

35

Mbeewa yejjiti ko dognooɗo fowru.

La chèvre avait oublié qu’elle avait fui l’hyène.

 

Ba woni e murde jaaɓe.

Elle se mit à se goinfrer de jujubes.

 

Ha ba nani gurdu-gurdu, tan ba naati e ngaska mbabba ladde — walla ngirja — ba naati haa heddii hoore ndee.

Jusqu’à ce qu’elle entendit des bruits de pas, alors elle entra dans le terrier d’un « âne-de-brousse » — ou phacochère — elle y entra jusqu’à ce qu’il [ne] reste [que] la tête.

 

Mbeewa futtini gite mum boɗeeje.

La chèvre écarquilla ses yeux rouges.

 

Fowru riddi rawaandu haa rawaandu naati nder wuro.

L’hyène poursuivit le chien jusqu’à ce qu’il entrât dans le village.

40

Fowru ruttii ene ŋattoo, haa tawi mbeewa nder ngaska, ene futtini gite mum boɗeeje.

L’hyène revint sur ses pas en se mordant les doigts, et elle trouva la chèvre dans le terrier, écarquillant ses yeux rouges.

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Ɗum ko mbeewa ne ? »

« Ça, est-ce bien Chèvre ça ?

 

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« Alaa, ko miin Futtan ! »

« Non, c’est Écarquillé ! »

45

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Ko woni “Futtan” ? »

« C’est quoi, Écarquillé? »

 

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« “Futtan” ko ndaarɗo mi maaya, mo ndaarmi maaya ! »

« Écarquillé, c’est celui que je vois meurt, celui qui me voit meurt ! »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

50

« Walaa hawla walaa quwwata !…

« Walaa hawla walaa quwwata3 !…

 

Muɓɓu gite maa !

Ferme les yeux !

 

Kori a yiyaani mi dey ? »

J’espère que tu ne m’as pas vue ?»

 

Mbeewa wii :

La chèvre dit :

 

« Alaa. »

« Non. »

55

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« A yiyaani mi, mi yiyaani ma. »

« Tu ne m’as pas vue et je ne t’ai pas vue. »

 


 

Notes:

1  Traduction de futtan ! idéophone pour écarquillement des yeux.

2  Mot à mot : yahanta « va avec pour but de » ko « c’est » na nokkoya jaaynge « elle est en train de prendre le feu ».

3  Invocation connue sous le nom de Ḥawqala ; elle est dite sans le wa initial : Lā ḥawla wa-lā quwwata illā bi-l-Lāhi « Il n’y a de pouvoir ni de force qu’en Dieu ». L’invocation est récitée quand survient un malheur.

© Copyright ADELLAF 2021

Site WordPress - ELLAF par Adellaf - ISSN 2804-7672 (en ligne) - Hébergé par Huma-num -©- 2019