Gise ak Maam Yunus Jeŋ / Entretien avec Mame Younousse Dieng

Mame Younousse Dieng

Portrait réalisé par Daam LO, Wikimedia Commons, 2017

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Maam_Yunus_JENG_2017.jpg

.

.

.

Mots-clés:  wolof, Sénégal, Gambie, Mauritanie — écriture littéraire, roman; romancière — littérature orale, griot, griotte — mariage polygame, première épouse.

Entretien Réalisé en wolof sous forme d’enregistrement audio le 28 mars 2014 à Dakar, par Saly Amy Diémé, qui a transcrit et traduit l’entretien.

Biographie:  Née en 1939 à Tivaouane dans le Cayor, au Sénégal, Maam Yunus Jeŋ [Mame Younousse Dieng] est décédée en 2016. Elle a fait ses études secondaires au Collège Ahmeth Fall de Saint-Louis. Elle était institutrice et directrice d’école. Dans son enfance, dans une grande famille polygame, elle avait souvent l’occasion d’entendre les griottes (géwél) et les discussions de femmes, ce qui lui a inspiré certains thèmes de ses romans.

Maam Yunus Jeŋ [Mame Younousse Dieng] est la première femme sénégalaise à avoir écrit un roman en wolof, en l’occurrence Aawo bi [La Première épouse] 1. Elle a également publié des poèmes et un roman en français (voir ci-dessous « Œuvres »).

Œuvres:  Aawo bi [La Première épouse], fentaakon bi [fiction], Dakar, Organisation sénégalaise d’appui au développement (OSAD), Collection « Teere fent » [ouvrages de fiction], 1999, 2e édition, 76 p. [Première édition, Dakar, IFAN/Cheikh Anta Diop, 1992, 72 p.]

L’ombre en feu, Dakar, Les Nouvelles Éditions Africaines du Sénégal, 1997, 236p. [manuscrit déposé chez l’éditeur en 1977]

Sommaire de l’entretien:

      • Téereb fent ci wolof / Un roman en wolof
      • Janeer / Inspiration
      • Am génnekatu teere / Trouver un éditeur
      • Warugari bind kat bi / Droits d’auteur
      • Bind ci farãse wala ci wolof ? / Écrire en français ou en wolof ?
      • Aawo bi / La première épouse
      • Bind ci wolof / Écrire en wolof
      • Way-jëmmal yi / Les personnages
      • Séyu kujje / Mariage polygame
      • Nettalikatu géwél / Le griot comme narrateur
      • Jafe-jafeey fésal téere / Difficultés de publication
      • Tekkim Bataaxal bu gudde nii ci wolof / Traduction en wolof d’Une si longue lettre
      • Áddinay jigéen ñi / Le monde des femmes
      • Ay woy / Des poèmes
      • Feminist yi / Les féministes
      • Aada ji / La tradition
      • Pόlόtik bi / La politique

 

 

 

 

 

Gise ak Maam Yunus Jeŋ

Entretien avec Mame Younousse Dieng

 

 

Sali Ami Jemme (S.A.J): Bind nga ay woy ak ñaari téere fent. Bëggoon naa xam naka la la mbind mi dikke.

Saly Amy DIEME (S.A.D): Vous avez écrit des poèmes et deux romans, je souhaiterais savoir comment avez-vous été initiée à l’écriture.

Maam Yunus JEŊ (M.Y.J) : Xam nga nettali ak bind moom […] ñun dañu ko bind rekk.

Mame Younousse DIENG (M.Y.D): Vous savez, entre raconter et écrire, il n’y pas une grande différence […], j’ai plutôt choisi l’écriture.

Littérature orale

Littérature orale

Waaye boo déggee li tubaab naan littérature orale am na. Loolu dafa mës a am ci sunu réew mi, mësu fee jόge. Ne bu njëkk bu guddee boo reeree ba noppi yaa ngay léeb wala yaa ngay nettali. Wala nga añ ba noppi nga toog ci taatu garab, benn géwél ñëw di nettali dara dale-ko ci cocc ba coset. Wax la fa mu jaar […]. Loolu téere la di, fent la. Fent boobu nak ñun daawuñu ko bind. Kon bind ko dafay yomb, te man ba may xale ba léegi yalla daf ma xiir ci bind.

La littérature orale a toujours existé dans notre pays et elle n’a jamais disparu. Autrefois, après le dîner, on racontait un conte, une histoire. Parfois, après le déjeuner vous vous asseyiez sous l’arbre à palabre et un griot venait raconter une histoire du début à la fin et dans les moindres détails. Cela est un livre. Cette histoire, nous ne l’écrivions pas. Donc l’écrire devient facile et moi, depuis mon enfance, l’écriture m’a toujours attirée.

Njàngum mbind

Apprentissage de l’écriture

Naka ma dugg ekool luñ ma jàngal ma ñëw di ko waxaat, di ko fentaat. Man day mel ni sax su ma ko waxaatul ci sama làkk ba mu yégg, du ma xam nu ma bëgg mu dugge ma ko. Xëy-na moo ma dimbali tam ba ma nekkoon ku mën jàng […]. Su ma daan jàng samay leson sax noonu laa ko daan jànge […]. Mbind mi daal noonu la ma ci yàlla xiire. Ba yàgg may bind ay woy, ndax woy moom dañu koy judduwaale. Dañuy juddu fekk fi woy yi. Xam nga fii Afrig lépp lañuy woy. Bànneex dañu koy woy, naqar dañu koy woy. Bu ñuy kàll dañu koy woy, boo gisee ñu juboowul dëkk bu ñuy gaaruwaalante dañ koy woy […]. Woy moom dafa dëkk ci Afrig. Bokkul ak li nga xam ne danga koy jàng ekool […]. Moo tax bind daal jafewul woon.

Dès que je suis entrée à l’école, je traduisais tout ce qu’on m’apprenait. J’avais l’impression que si je ne le traduisais pas dans ma langue, je ne pourrais pas retenir le sens. C’est ce qui m’a peut être aidée à être une élève brillante […]. Et même pour apprendre mes leçons, je les traduisais d’abord en wolof […]. C’est ainsi que j’ai débuté dans l’écriture. Par la suite, j’ai commencé à écrire des chants, car la chanson, on naît avec. Vous savez en Afrique tout se chante, les moments de bonheur, de malheur, quand on s’exprime en verlan, des voisins qui ne s’entendent pas bien se lancent des attaques verbales indirectes en chantant […] La chanson fait partie du quotidien. Elle est différente de ce qu’on apprend à l’école […]. C’est pourquoi je n’ai pas rencontré de difficultés à écrire.

Mbindmu njëkk

Premiers écrits

Ba ma toogee ba wara wax itam, fekk na it sama boroom kër gaañu, ma wéet yor ay xale yu ndaw, bari lu ma bëgga wax daal te mënuma woona génn di wax it. Ma daldi tàmbali di wax ak sama bopp. Jël samay kayit di bind ti tek. Lu ma xalaat sirtu ci waxi jigéen rawatina ci nak. Ba ma bind romaa. Ma joxe ko nak mu të wa génn, të wa génn, të wa génn ba yàgg ma ni bii de du génn.

J’ai commencé à écrire et cette période coïncide avec le décès de mon mari. Je me sentais seule avec mes enfants en bas âge. J’avais beaucoup de choses à dire, mais je ne pouvais pas sortir de chez moi parce que j’étais en deuil. J’ai commencé à parler toute seule. Par la suite j’ai pris des feuilles et j’ai commencé à écrire tout ce qui me passait par la tête, particulièrement sur la femme. J’ai fini par écrire un roman [en français] que j’ai déposé [chez l’éditeur] et qui a mis du temps pour être publié. J’ai fini par me résigner à l’idée qu’il ne sortira jamais. 

Téereb fent ci wolof

Un roman en wolof

Man maa ñàkk-fayda sax ba di ko bind ci tubaab, ba tax ñu di ma këll-këllee boobu ba tey. Ma daldi ne man tee maa bind benn fent wolof. Man li ma jaxaal ci wolof yi léeb a ngi ci, woy a ngi ci, ay kàll a ngi ci, ay gaaruwaale […]. Waaye man daal gisaguma ci téere fent.

Je me suis dit que c’est ma faute, pourquoi écrire en français pour ensuite être malmenée ainsi2? Je me suis dit pourquoi ne pas écrire un livre de fiction en wolof puisqu’il y a des contes, des poèmes, des verlans, des « attaques verbales indirectes » […]. Mais je n’ai pas vu de roman.

Rekk ma daldi toog fent benn. Xool sama yaay fekk mu ñëw fi kat. Moom bu ma nuyusee day bëgg ñuy waxtaan. Su ma jàngalejee ba noppi ñu toog di waxtaan ba muy ñibbi. Waaye weer woowu ndeysaan, léeg-léeg mu fab kayit yi, sanni fee. « Bàyyil sa kayit yi te nga déglu ma. Yow lu tax ma ñëw fi ba noppi doo wax ak man nga sëgg ci sa kayit yi doo waxtaan ak man ». Te fekk na ci moom laa xool ba am yég-yégu bind, wax ci séy yi ci Senegaal ak mbirum aawo ni mu wara mel. Ndax gis naa yu bari. Fekkoon na ci samay ndongo yu nekkoon foofu dangay gis ku yaayam ñëw fekk la fi nga toog sa biro di liggéey mu wax la sama wujj a def lii sama wujj a def lii. Ma daldi ne waa Ndakaaru manu ñu wujje.

Et j’en ai créé un. J’ai observé ma mère qui était venue me rendre visite. Quand elle venait me voir, elle voulait qu’on discute après le travail. Ce mois-là, elle jetait souvent mon manuscrit. « Arrête d’écrire et écoute moi. Pourquoi tu ne discutes pas avec moi, tu es toujours penchée sur tes feuilles au lieu de discuter avec moi ». Alors que c’est elle qui m’a inspiré ce que j’écrivais, [c’est-à-dire] parler des mariages au Sénégal, et [montrer] comment doit être une première épouse. Car j’ai vu beaucoup de problèmes de mariage. A ce moment, plusieurs mères de mes élèves venaient dans mon bureau pour me raconter leurs problèmes avec leurs coépouses. Je me suis dit que les Dakaroises ne savent pas vivre avec une coépouse.

Janeer

Inspiration

Ma ni négal ma won leen sama yaay moom ni mu wujje woon ak wujjam yi ni mu rafetee. Xam naa bu doon autobiographie dinaa ne moom la, waaye doonu ko ndax bari na lu ñu wuute dal. Bu dul ci jikko ji daal, li ci des du sama yaay. Ndax sama kër pàppa gëmuma ni nii la meloon. Miinuma woon sama pàppa, waaye melul woon nii.

Je me suis dit je vais leur montrer la belle façon dont ma mère vivait avec ses coépouses. Si c’était une autobiographie, je dirais que c’est ma mère, mais ce n’en est pas une car il y a beaucoup de différences. A part son caractère3 tout le reste, n’est pas ma mère. Je ne pense pas que ma maison paternelle était ainsi4. Je n’ai pas vécu longtemps avec mon père, mais il n’était pas ainsi5.

Waaye sama yaay ku baxoon la, baax. Mënuma woona baña bind ci moom. Ndax dama koo gis muy benn ci ndey ak ci baay, waaye mu wéttali ku lool te ay wujjam doŋŋ a ko wéttali. Ñooy xaritam, ñooy doomi ndeyam. Mu doon seen yaay, li leen neex, li leen naqari moo leen koy jiital, uuf leen ni mu gëna rafete. Looloo tax ma bind téere bi.

Ma mère était très gentille. Je ne pouvais pas ne pas écrire sur elle, car elle est fille unique, mais je ne l’ai jamais vue toute seule. Ce sont seulement ses coépouses qui lui tiennent compagnie. Ses coépouses sont ses amies et elle est comme une seconde mère pour elles. Elle les soutient dans le bonheur comme dans le malheur. C’est la raison pour laquelle j’ai écrit ce livre.

Am génnekatu teere

Trouver un éditeur

Waaye nak defe na duma gaawatee bind, ndax bi ma binde dama mujje gecc de, ndax damaa sonn lool lool lool. Téere bu njëkk bi am na ñaar-fukki at dora génn te ba mu génneek léegi am na fukki at ak juróom ñaar, du fiftiin bu ma ci mës a am. Te wax ji sonn naa ci, jooy sax def naa ko ci mu dora génn, ci delloleen ma sama téere wala ngeen génne ko. Ñu di ma këll-këllee […].

Mais je pense que je ne vais pas écrire à nouveau de si tôt, parce que quand j’ai écrit [mes deux romans], j’ai fini par être démotivée, épuisée. Mon premier roman [L’ombre en feu ] a mis vingt ans avant d’être publié. Il y a dix-sept ans qu’il a paru et je n’ai toujours pas perçu de droits d’auteur. Je suis fatiguée de réclamer ce qu’ils me doivent, j’avais même pleuré avant qu’il ne soit publié. J’ai dû exiger qu’ils le publient ou qu’ils me rendent le manuscrit. Ils m’ont tellement fait attendre […].

Warugari bind kat bi

Droits d’auteur

Ba fi mu ne nii jubooguñu ci lu ñu ma wara fay. Xam naa su ma guddul fan lool, gëmuma naa ci lekk di. Ndax bi ci des tam (Aawo bi) moo tane ndax ba mu njëkkee génn daldi nay jeex ci juróomi at. Ba mu génnaatee, 1000 eksãpleer yi ren la ci fukki at ak juróom, jeexagul tuuti la weesu xaaj bi. Waaye ca depaar gi joxoon nañu ma li ma ci amoon. Fi mu ne nii amatuma ci dara. Damay mujj di jénd di ci maye. Xam nga loolu du tax ngay sawar di bind.

Jusqu’à présent nous ne sommes pas d’accord sur mes droits d’auteur. Ce qui est sûr, c’est que si je n’ai pas une longue vie, je ne pense pas qu’un jour je toucherai cet argent. L’autre [Aawo bi] est un peu mieux, car la première édition était épuisée en cinq ans. La deuxième est tirée en 1000 exemplaires il y a maintenant 15 ans et elle n’est toujours pas épuisée. Plus de la moitié du stock est vendue. Mais ils m’ont payé mes droits d’auteur dès le début. Actuellement, je n’ai rien à y gagner. De temps à autre, j’achète mes propres livres pour les donner en cadeau. Vous savez, cela n’encourage pas à écrire.

Bind ci farãse wala ci wolof ?

Écrire en français ou en wolof ?

S.A.J: Bind nga ci nasaraan ak ci wolof. Ci ñaari làak yooyu ban moo la ci gënal?

S.A.D: Vous avez écrit en français et en wolof. Dans laquelle de ces deux langues préférez-vous écrire?

M.Y.J: Xam nga ni olof a may gënal ndax olof bi yomb na. Bu ma koy bind duma wuti bàat yi, duma jël téere di seet lii lu muy tekki, duma seet lii nan laa koy mëna waxe […] Ni ma ko xalaate lay dal di ñëwee ma dal di bind dafay yomb ci man ndax li nga namp nga di ko wax, bokkul ak li nga jàng. Man déggu maay tubaab sax. Lu ne laa daj ba may bind tubaab. Fu ne ma woote fa, fu ne ma lajte fa.

M.Y.D: Vous savez bien que je préfère le wolof puisque c’est plus facile. Quand j’écris en wolof, je ne cherche pas les mots, je ne consulte pas un dictionnaire pour voir le sens des mots, comment je dois les écrire […] Mon inspiration coule de source et c’est facile pour moi. Écrire dans votre langue maternelle est différent d’écrire dans une langue que vous avez apprise. Moi je ne comprends même pas bien le français. J’ai beaucoup souffert quand j’écrivais en français. J’ai demandé et appelé un peu partout.

Aawo bi

La première épouse

S.A.J: Sa téere wolof bi yaa ngi ko tudde Aawo bi. Lu tax nga taamu Aawo bi bañ ka tudde « Aawo yi »?

S.A.D: Le titre de votre roman en wolof est La Première épouse, pourquoi pas « Les premières épouses »?

M.Y.J : Soo nee benn aawo bu baax rekk, wax nga aawo yu baax yépp. Man daal aawo bi ma jël muy benn aawo bu baax, ma xool ko ci sama yaay génne ko. Aawo bu baax bu nekk nak di nga ci gis sa bopp.

M.Y.D: Dés que vous dites une première épouse exemplaire, vous avez nommé toutes les premières épouses exemplaires. La première épouse que j’ai choisie est inspirée de ma mère et toute première épouse doit se retrouver en elle.

Ndax boo newoon aawo yi, aawo yépp bokkuñu. Am na itam aawo yu xawa sàggan, yu xawa mel ni man, yi nga xam ne seen bootaay taxu ko yaatu.

Ce serait différent si j’avais dit « Les premières épouses » car toutes les premières épouses ne sont pas pareilles. Il y a des premières épouses un peu négligentes, un peu comme moi. Celles qui ne sont pas ouvertes, qui ne sont pas généreuses.

Aawo bu dëgg-dëgg tey yewwoo Kajoor muy ki nga xam ne moo yaatu dënn, yaatu xol boot ñepp. Boole ñi mu jur ak ñi mu jurul, ñi baax, ñi sikk ñépp boot leen. Di fa toog nak luñ naan sonn muñ, jaxle muñ, bëgga dee muñ, ku muñ muuñ. Moom noonu lay def. Du daw du tàyyi. Sonn daw, bëgg a dee daw, jaaxle daw doo fekke dara. Waaye aawo booboo tax may wax.

La vraie première épouse, celle qui habite au Kayor, est celle qui a un grand cœur. Celle qui accepte tout le monde, ses enfants comme les enfants des autres, les gentils comme ceux qui ont des défauts. Elle vit dans son foyer dans le bonheur et dans le malheur, l’endurance et la persévérance sans limite car celui qui endure sourira bientôt. C’est ainsi qu’elle doit se comporter. Si elle quitte son foyer à la moindre difficulté, elle n’assistera à rien. C’est d’une première épouse qui a toutes ces qualités dont je parle [dans le roman].

Bind ci wolof

Écrire en wolof

S.A.J: Li ñu seetlu ci sa téere bi nga tudde Aawo bi mooy olof yi nga fa làkk.

S.A.D: Ce qu’on remarque dans Aawo bi, c’est la langue particulière du roman.

M.Y.J: Waaw man olof laa di.

M.Y.D: Oui moi je suis Wolof.

S.A.J: Gaa, waaye olof ya nga fa làkk wute na ñook olofi Ndakaaru, lu waral loolu?

S.A.D: Certes, mais le wolof dans Aawo bi est différent de celui de Dakar. Pourquoi ce choix?

M.Y.J: Ndakaaru séy a ma fi indi doŋŋ. Man Kajoor laa dëkk sa biir Kajoor te ginnaaw olof boobu ba mu done olof ba noppi dafa am lebu, am wolofu doomu Ndaar, am wolofu Kajoor. Ndax olof dëgg-dëgg Kajoor, Bawol ak Njàmbuur la. Ku nekk ak ni mu koy waxe. Man nak su ma xasee bay bind, damay bind olofu Kajoor nga xam ni lii ki ko bind waa Kajoor la. Foofu laa juddoo, fa la maggee, fa laa yaroo. Séy rekk a ma fa taxa joge. Olof nak dafa neex, man moo ma neex.

M.Y.D: Je suis à Dakar parce que c’est ici que je me suis mariée. Je suis du Kayor et en dehors de ce wolof, il y a le lébou, le wolof de Saint-Louis, celui du Kayor, car le vrai wolof est celui du Kayor, du Baol et du Niambour. Chacun a sa façon de le parler. Moi, quand je décide d’écrire, j’écris le wolof du Kayor. Toute personne qui le lira, saura que l’auteure est une Kayorienne. Je suis née là-bas et j’y ai grandi. C’est le mariage qui m’a fait partir de là. La langue wolof est agréable et je l’aime bien.

Way-jëmmal yi

Les personnages

S.A.J: Li ñu gis ci sa téere wolof bi moy Mbeen Faal dafa di koo xam ne wute naak wujjam wi Ndeela, ndax moom yaaram la, bu ñu ko tooñee sax du fayu. Mbeen moom da koy deffanteek Coro njëkke li, du ko bàyyi benn yoon. Ndax li mu sant Faal a waral loolu?

S.A.D: On remarque dans votre roman que Mbeen Faal est différente de sa coépouse Ndeela, car cette dernière est sans histoire, elle ne répond pas à la provocation. Alors que Mbeen, elle, ne se laisse pas faire, surtout par rapport à sa belle-sœur Coro. Est-ce parce qu’elle porte le nom de Faal?

M.Y.J: Loolu ñu bari loolu lañu wax. Mbeen moom faaleen la, loolu nga ci wax a ci am. Faaleen la. Man tamit bëggu ma bind loo xam ni ëllëg-ak-sibir […] Ndax dangay bind dem wacc fi. Sunu sët yeek ñépp di gis. Bu ñu ñëwee, war na nu gis ni séy kat nii la deme woon. Am na ku nangu wujj, amoon na ku bañ wujj. Am na ku mënee ko xam ne boo ci doxaleek moom mu bàyyi ca, yomb, nooy. Jigéen ju mel noonu yaatu, yaa dënn. Am na jigéen yoo xam ne tamit dañu am seen jikko, boo defee ñu defantekook yow ba mu saf ni faaleen yi. Ndax bëggu ma nak ñiy ñëw, won leen ni lépp nii la meloon. Loolu sax mënula nekk. Ádduna moom nit ñi dañu wuute, kenn bokkul.

M.Y.D: Cela, beaucoup de personnes le disent. Mbeen est une Faaleen6 et c’est la vérité. C’est une Faaleen. Et moi je ne veux pas écrire quelque chose et on s’aperçoit dans le futur que ce n’est pas la réalité. […] Car vous écrivez pour la postérité. Nos descendants le verront. Quand ils viendront ils doivent savoir comment se passait le mariage. Il y a des femmes qui acceptent d’avoir une coépouse comme il y en a qui ne l’acceptent pas. Il y a des femmes qui se laissent faire, qui ne se vengent pas, des femmes généreuses. Il y a aussi des femmes qui ont du caractère et qui ne se laissent pas faire, comme les Faaleen. Je ne voudrais pas tromper la génération future en lui donnant l’impression que toutes les femmes étaient pareilles. Cela n’est même pas possible. Les gens sont différents, tout le monde n’est pas pareil.

Man li ma bëggoon mooy wone jigéen ju mel nii ak jigéen ju mel neneen. Wone nak yaatu dënn aawo bi nga xam ne noo mën a mel boo ñëwee mu boot la, ndax loolu mooy li ko war. Te boo amee dëgg-dëgg wërsëg, dangay dajeek aawo boo xam ni dafa yaatu dënn, yaatu ginnaw, lu ñëw mu boot. Moo tax Mbeen ak na mu mën a mel, jikkoom feeñul lu dul ba ñu ko indilee wax nak te mu wara wax. Waaye nak faaleen la dafa daldi feeñ loolu nak dafa am. Yu am rekk la wone foofu.

Ce que je voulais montrer c’est qu’il y’a une femme qui a tel caractère et une qui est différente, mais surtout, montrer la générosité d’une première épouse qui accepte tout le monde, car c’est son devoir. Et si vous avez vraiment de la chance, vous rencontrerez une première épouse qui a un grand cœur et qui supporte tout le monde. C’est pourquoi pour Mbeen, bien qu’elle soit une bonne épouse, son caractère ne s’est révélé que lorsqu’elle devait exprimer ce qu’elle a dans le cœur7. Mais c’est une Faaleen et cela est une réalité. Je n’ai écrit que ce qui existe.

S.A.J: Corook yaayam sonnal nañu Ndeela lool. Ci tongo la dëkkeek njëkke li. Ba seen tongoo bu mujj gi ca la Coro làggale Ndeela, damm ay gëñam. Lan nga bëggoona wone ci jëf jooju?

S.A.D: Coro et sa mère mènent la vie dure à Ndeela. Coro se dispute tout le temps avec sa belle-sœur. Leur dernière querelle se solde par la perte des deux incisives de Ndeela. Quel message voulez-vous faire passer à travers cet acte?

M.Y.J: Dama bëggoon wone ñaari mbir. Li ëpp ci mettitu séy lu ci ëpp goro yi ak njëkke yi ñoo koy yóbbe seen jabaru doom wala seen cammiñ. Bu ñu mënoona xam ni li ñu nekkeek ñoom dañu koy def seen doom te ñoom it dañu leen koy def ñun jigéen ñi dinañu ci jeema génn. Ndax neexul ba neexul waaye, séy li ci gëna metti du sax wujj bi ñu siy wax, du yit nekk ci liggéeyu góor di ko toppatoo. Lu ci gën a metti mooy fekk fa ay njëkke wala ay goro yu lay toŋal, mayu ñu la benn jàmm. Nga bëgg cee bole ëmb, di am doom, di togg, di fóot, di paase […] naqar rekk ngay dëkke. Loolu daal jigéen ñi war nañ cee seetaat seen bopp. Loolu laa bëggoon a duut baaraam ba nga xam ne lii du dëgg du yoon te metti na. Loolu laa bëgoon a wone.

M.Y.D: Je voulais montrer deux choses. Les peines les plus difficiles dans le mariage sont infligées à l’épouse par la belle-mère et les belles-sœurs. Si seulement celles-ci pouvaient comprendre que leur attitude envers la mariée leur sera rendue et sera rendue à leurs propres filles, toutes les femmes essaieraient de changer leur attitude à l’égard de leur belle-fille ou de leur belle-sœur. A vrai dire, le plus difficile dans le mariage n’est pas la rivalité entre coépouses ni être au service du mari. Le plus pénible est de trouver dans le foyer des belles-sœurs ou de beaux-parents qui vous persécutent qui ne vous laissent aucun répit. Si vous devez y ajouter les maternités et les travaux domestiques […], vous ne vivrez que dans le malheur. Les femmes devraient revoir leur attitude. C’est ce que je voulais dénoncer afin que tout le monde sache que ce comportement n’est pas normal. C’est ce que je voulais montrer à travers cet acte.

Séyu kujje 

Mariage polygame

S.A.J: Dëkk yii di Dooxiif ak Finaax, ndax ay dëkk yu am la wala yaa ko fent rekk?

S.A.D: Est-ce-que les villages de Dooxiif et Finaax existent-ils réellement ou c’est vous qui les avez inventés?

M.Y.J: Maa ko fent waxe ko noonu rekk. Ndax bëggu maa wax benn dëkk, muy dëkk fenn. Damaa bëgg ba nga xam ne Kajoor géep ku ci nekk fa nga tollu nga defe ne sa dëkk la. Te boo tuddee benn dëkk rekk, dëkk boobu da koy moom bàyyi ya ca des. Moo tax nak ma daldi tëgg baat yooyu. Ba noppi, baat yooyu ba ma leen tëggee ma daldi koy nirooleek na dëkk bi mel. Ndax ma nga joge woon Dooxiif, dëkk baayam. Boo seetlo ba muy séysi lu ne topp na ko. Baay ba am na alal, xiifu fa, maru fa. Mu ñëw fii ci Finaax, dañ ko nax. Fii ay nax a fi ne. Waaye dangay defe ne bu ñëwee da naan finaax feex, dara dootu ko war. Fekk ay nax la. Ku la ne kër jëkkër fu neex la, da lay nax. Fii nax a fi nekk moo tax ñu ne ko Fiinaax. Am na nak ñu ne xiif na la tudd tamit bu ñu defe verlan bi. Ndax ba mu fa deme xiif na cofeel, xiif na yërmande, xiif na jàmm, amu ko fa. Waaye man ni ma ko déggee dëgg-dëgg moy fii ay nax la. Ku la ne séy dafa neex da lay nax […]. Te goro ba mu fa fekk ak njëkke la dañu ne finaax, dara waratu leen. Moo leen wara gàddu […].

M.Y.D: C’est moi qui les ai inventés. Je n’ai pas voulu donner un nom propre qui finira par l’emporter. Je voulais que tout Kayorien pense que c’est son village qui est décrit. Si vous nommez un village, il finira par l’emporter au détriment des autres. C’est pourquoi j’ai créé ces noms. Après les avoir créés, j’ai fait en sorte qu’ils ressemblent aux villages crées. Car elle [Ndeela] vient de Dooxiif,8 village de son père. Si vous vous rappelez quand elle rejoignait le domicile conjugal, elle avait apporté beaucoup de choses. Son père a beaucoup de biens, elle n’avait ni faim, ni soif chez ses parents. Elle vient à Finaax, on l’a trompée. Finaax: Fii (ici) nax (tromperie, supercherie) « ici il n’y a que de la supercherie ». Mais vous pensez que lorsqu’elle arrive elle sera à son aise et qu’elle ne doit rien faire. C’est de la tromperie. Si on vous dit que le domicile conjugal n’est que du bonheur, on vous trompe. Certains disent que le village s’appelle « il/ elle a faim » si on fait le verlan car l’héroïne est en manque d’amour, de compassion, de paix. Elle manque de tout cela. Mais moi j’entends par Finaax la supercherie. Celui qui te dit que la vie conjugale est facile ne te dit pas la vérité […]. De plus, la belle-mère et la belle-sœur qu’elle a trouvées dans le domicile conjugal sont à leur aise, elles ne font aucune tâche ménagère. C’est elle [Ndeela] qui doit les supporter […].

Nettalikatu géwél 

Le griot comme narrateur

S.A.J: Ki nettali Aawo bi géwél la muy Penda Géwél. Lu tax nga taamu nettalikatu géwél.

S.A.D: La narratrice de Aawo bi est une griotte, Penda-Géwél. Pourquoi choisir une griotte comme narratrice du roman?

M.Y.J: Xam nga ni sunu dëkk yi nettalikat bi moy géwél, moy liggéeyam. Bu doon ca bu njëkk a njëkk am na tëgg, am na wuude, am na géer ñi, waaye am na it géwél yi. Géwél yi nak li gëna doon seen liggéey moy nettali. Cosaan it ñoom ñoo ko yor. Seen dënn ak seen bopp yi la nekk. Ku fi bëgga xam sa cosaan géwél a la koy wax ca cocc ba coset. Xam la ca baax, xam la ca bon. La ca bon lu ci ëpp da la koy nëbb, wax la ca rafet. Waaye soo ko tooñee ba mu dugg ci ruq, wala ba nga merloo ko ba mu wax, dina génne la mu nëbboon ndax dara réeru ko. Cosaan nak ñun daawuñu ko bind. Sunu cosaan géep mi ngi seen dënn rawatina géwél bu góor bi, moo yor cosaan gépp. Bu jigéen beep xam na ko. Waaye bu jigéen bi li mu gën a mën moy nettali ak reelo, ak kàll, ak kaf ak taasook fecc. Loolu moy liggéeyam. Booy wut kuy nettali ci Afrig, ci Senegaal dangay jël géwél yi, keneen mën na ko waaye ñoom ñoy borom.

M.Y.D: Vous savez, dans nos pays, le narrateur par excellence est le griot, c’est son métier. Auparavant, il y avait les forgerons, les cordonniers et ceux qui n’exerçaient pas un métier artisanal, mais il y avait également les griots. Le principal métier des griots est de raconter. C’est aussi eux qui gardent la tradition. Ils la connaissent par cœur. Qui veut connaître sa culture s’adresse au griot. Il sait tout dans les moindres détails, le bon côté comme le mauvais côté. La plupart du temps il vous cache le mauvais côté et ne vous explique que le bon. Mais si vous l’offensez, il vous dira tout ce qu’il avait caché car il n’a rien oublié. Quant à l’histoire, nous ne l’écrivions pas. Toute notre histoire est gardée par les griots, surtout le griot homme. La griotte connaît également l’histoire, mais son principal métier est de raconter, de faire rire, de plaisanter, déclamer des énoncés rythmés élogieux ou satiriques et de danser. C’est cela son métier. Si vous cherchez un narrateur ici en Afrique, au Sénégal, il faut prendre le griot. D’autres peuvent le faire, mais c’est le métier des griots.

Jafe-jafeey fésal teere 

Difficultés de publication

S.A.J: Sa téere bi yaa ngi ko bind 1982, toog na fukki at bala ñu koy génne. Lu waral yàggaay boobu?

S.A.D: Votre roman [Aawo bi] est écrit en 1982, mais il n’est publié que dix ans plus tard. Qu’est-ce qui explique cette longue durée?

M.Y.J: Xam nga bind téere benn la fi. Waaye génne ko moo gën a jafe sax bind ko fii ci Afrig. Génne téere moo gëna jafe. Fi mu nekk nii téere yu génnagul a ka ëpp.

M.Y.D: Vous savez ici, écrire un livre est une chose, le publier en est une autre. Il est plus facile d’écrire que de publier un livre en Afrique. Actuellement, il y a plus de manuscrits que de livres édités.

Sama téere bu tubaab bi am na ñaar-fukki at sooga génn. Bii [Awoo bi] fukki at ya mu am, fekk na kenn tàmbaleegul génne ay téere ci olof lu bari te kii mooy téere fent bi ñu njëkka bind ci làkki réew mi ci Senegaal. Waaye wa IFAN ko njëkk a génne, ci seen xaalis la ñu ko génne. Booba Aram Faal moo fa nekk, moo ma jàngal mbind mi. Moo ko taxawu ba ñu génne ko. Fii bind moo fi gën a yomb génne. Dañu amul, xam naa ñàkk gi la rekk.

Mon roman en français a mis vingt ans avant d’être publié. Celui-là [Aawo bi] a mis dix ans. C’est parce qu’il n’y avait pas encore de structures éditoriales en langues nationales à ce moment. Il est le premier roman en langues nationales et c’est l’IFAN qui l’a édité à ses frais. C’est Aram Faal qui était là-bas, c’est elle qui m’a alphabétisée. C’est elle qui s’est battue pour que le roman soit édité. Il est plus facile d’écrire que d’éditer un livre, peut-être que c’est à cause de la pauvreté.

Tekkim Bataaxal bu gudde nii ci wolof

Traduction en wolof d’Une si longue lettre

S.A.J: Tekki nga Une si longue lettre bu Mariyaama Ba ci wolof. Lu tax nga taamu téere boobu?

S.A.D: Vous avez traduit Une si longue lettre de Mariama Ba en wolof. Pourquoi avoir choisi ce roman en particulier?

M.Y.J: Waaw dama demoon IFAN — fekk Mareetu Jõŋ Jòob a yoroon Direction du livre et de la lecture. Ba ma ñewe, xam naa bëggoon na ma ka sant, xamul nu muy def. Mu ne maa: « ay Maam Yunus su ma amoon ku may tekkil Une si longue lettre bu Mariyama Ba […] ». Foofu nak ma ni ko « ah kooku de danaa ko mën ndax kooku ñoo bokk yëg-yëg. Te liñ nekk jigéen ñoo bokk yëg-yëg. Kooku bosam mën naa ko tekki. Waaye nak, pur ma tekki ko de, faw dama ciy ànd ak Aram ndax man xam naa ne wóoluwuma sama bopp ci fite gi ». Mu ne ma « kon nak wax ko Aram ». Ma daldi nak wax ko Aram. Aram ne ma ayca. Wallaay feyyuñu ñu sax lu ko jàr, waaye ñun dañuy liggéeyal làkku réew mi. Ñu daldi ko bokk tekki ko maak Aram

M.Y.D: Je suis allée un jour à l’IFAN — à l’époque, Mariétou Diongue Diop était la directrice du livre et de la lecture. Lorsque je suis arrivée, certainement elle voulait me le demander, mais elle ne savait pas comment faire9. Elle me dit: « Mame Younousse, si j’avais quelqu’un qui me traduirait Une si longue lettre de Mariama Ba […]». Je lui dis: « Je peux bien le faire parce que nous avons la même vision. Je peux traduire son roman. Mais en collaboration avec Aram Faal, car je ne suis pas sûre de mon orthographe ». Elle me répond: « Va voir Aram Faal ». Je suis allée la voir et elle était d’accord. Ils ne nous ont pas payé le prix, mais nous l’avons fait pour les langues nationales. Nous l’avons traduit ensemble.

Áddinay jigéen ñi

Le monde des femmes

S.A.J: Ci sa ñaari téere yéep, coono jigéen nga ci wax. Lu waral nga jiital jigéen ci saay téere?

S.A.D: Dans vos deux romans vous parlez de la souffrance de la femme. Pourquoi vous mettez la femme en avant dans vos romans?

M.Y.J: Xam nga loolu daa-naka jarul laaj. Man jigéen laa. Sama yëg-yëg, sama gëm-gëm, xam-xam yéep jigéen. Te it, dama bëgg jigéene nak. Da may wax xale yi, jigéen nay jigéen, góor nay góor, xale di xale, mag di mag. Su ko defee réew mi mën a dox. Waaye bu kenn xamatul kenn, gone lu ko neex wax, lu ko neex def. Jigéen lu ko neex sol, lu ko neex wax. Góor def nu ko neex […]. Wax dëgg yàlla loolu àndu ma ci. Man damay jigéen ba noppi, man ci ay jigéen laa mës a dëkk. Xam nga fii ci sunu réew yi léegi la sax waaye bu njëkk boo demee ci kër yi yu mag lay doon. Jigéen ñi dañuy féete nee, góor ña féetee nee. Ci biir fo sax bu ñu xasee ba weesu juróom ñaari at duñuy nangu góor ñeek jigéen ñi di bokk fo. Xale yu góor ñi dañuy fo fii, jigéen ñi di fo fee. Bokku ñu sax fo. Man nak ci jigéen ñooñu la mës a nekk. Ci sama peggu yaay laa yaroo, samay wujju yaay, samay mag, samay rakk […]. Jigéen ñi rekk laa dëkkal ba ma tollu nii ba am kër. Ba fii ma nekk ni yàlla nattu ma sama borom kër teela dëddu it ma yar samay doom yu jigéen ak samay jarbaat…ñépp jigéen lañu […]. May gis seeni coono, seeni mettit ak seeni xalaat, seeni doxalin, li ñuy gise àddina, luy seen banneex, luy seen naqar […] Su ma la bëggee wax li góor nekke it bariwut lu ma ci xam.

M.Y.D: Ce n’est même pas la peine de le demander car je suis une femme. Mes sentiments, mes convictions, mon savoir, tout est féminin. De plus, j’aime bien la féminité. J’ai toujours dit aux enfants que la femme reste femme, que l’homme reste homme, l’enfant reste enfant, le vieillard, vieillard, ainsi le pays pourra évoluer. Mais si l’enfant dit tout ce qu’il pense, fait ce qu’il veut. La femme porte tout ce qu’elle veut, dit tout ce qu’elle pense, l’homme fait la même chose […]. Sincèrement, je ne suis pas d’accord avec cela. Je suis femme et j’ai toujours vécu dans un environnement féminin. Vous savez, dans nos pays, c’est maintenant que les choses ont changé, mais auparavant, les maisons étaient très grandes. Les hommes et les femmes vivaient séparément. Même dans le jeu, dès l’âge de sept ans, on n’accepte plus que les garçons et les filles jouent ensemble. Ils jouent séparément. J’ai toujours vécu dans ce milieu de filles. J’ai grandi sous la protection10 de ma mère, de ses coépouses, de mes sœurs […]. Je n’ai habité qu’avec des femmes jusqu’à mon mariage. Dieu a fait que mon mari est décédé tôt, j’ai éduqué mes filles et mes nièces […]. J’ai partagé leur peine, leurs pensées, leur façon d’agir, leur vision du monde, leur bonheur, leur malheur […]. Je ne peux pas vous dire comment vit l’homme parce que je n’y connais pas grand-chose.

Ay woy

Des poèmes

S.A.J: Am na woy yoo bindoon te génne goo ko. Ndax dina mësa génn?

S.A.D: Vous avez écrit un recueil de poèmes qui n’est pas encore édité. Est-ce qu’il le sera un jour?

M.Y.J: Woy yi moom kom xaw na pare ba noppi, am na yu sax profesëer Asan Silla génne ci téereem te am na yu ma ci denc yu génnul […]. Woyi moom dafa gàtt am na yu ma ci denc. Nde man sax tàmbali naa yeneen fent, waaye mënuma fexe ba yeggale ko. Ndax xol bi nekkatu ci, xel mi nekkatu ci, jot maye tu ko, doole maye tu ko. Taŋ ba ma njëkkee di bind, suñ ma joxoon ma bind, xéy na booba taŋ de amoon naa lu mu bon a bon juróroom wala juróom benn téere ci sama bopp. Wax nañu ma wax bindaatal, waaye gëmuma ma mën ko de. Waaye woy yi moom bari na yu ma denc am woy yu génn. Defe naa ni moom dinaa ko mujj dajale mu génn wala ma génne ko. Bu dul dara sax ma génne ko joxe ko rekk ngir réew mi ak ngir dolli ci aaday réew mi.

M.Y.D: Les poèmes sont presque prêts. Certains sont d’ailleurs publiés dans le recueil du professeur Assane Sylla11 […]. Les poèmes sont courts, j’en ai gardé certains. J’avais même commencé d’autres romans, mais je n’arrive pas à les terminer, car ni l’esprit, ni la motivation n’y sont. De plus, le temps et la force ne me le permettent plus. Quand j’ai commencé, s’ils m’avaient donné les moyens, peut-être j’aurais pu écrire au moins cinq ou six romans. On me dit toujours de continuer, mais je ne pense pas pouvoir le faire. Toutefois, j’ai beaucoup de poèmes écrits et d’autres sont publiés. Je pense que je finirai par les rassembler pour les faire éditer [dans un seul recueil]. S’il le faut, je les éditerai à mes frais ne serait-ce pour le pays, pour la culture.

Feminist yi

Les féministes

S.A.J: Bëggoon naa xam sa digganteek mbootaay mi ñu tudde « Yewwu yewwi » ? Ndax deggoo ngeen xalaat ci xeexal jigéen?

S.A.D: Quels sont vos rapports avec le mouvement « Yewwu Yewwi12 »? Avez-vous la même vision du féminisme?

M.Y.J: Ñoom ba ñu njëkkee woote di taxawal « Yewwu yewwi » man demoon na. Bles Seŋoor fii ci Ndakaaru la woon. Yàgg na. Ba ma demee wax dëgg yàlla sopp naa leen lool ndax ànd nañook seen jamono xam naa. Man damay wax ni bokkuma ci xarnu bii, man ci xarnu bi weesu la bokk. Ndax xarnu boo ca duggee am lu mat juroom-fukki at, xarnu boobu nga bokk […]. Xarnu bu ma doon defe di soppi, di liggéey di dem di ñëw di jéema soppi sama réew […] mooy xarnu bi ñu weesu mooy ñaar-fukkeelu xarnu bi. Ñoom nak seen xalaat dafa jiitu woon xarnu boobu nak. Ñoom defe naa seen xalaat dafa yegsi woon ba ñaar-fukki xarnook benn. Ni ñu gise xeexal jigéen baax na waaye man bokku ma kook ñoom.

M.Y.D: J’ai assisté à leur toute première réunion constitutive. C’était à Blaise Senghor, ici à Dakar. Cela fait maintenant des années. En réalité, je les admirais beaucoup, car leurs revendications correspondent certainement à leur génération. J’ai l’habitude de dire que je ne suis pas de ce siècle, car si vous vivez pendant cinquante ans dans un siècle, vous appartenez à celui-là […]. Le siècle durant lequel je travaillais, j’essayais de changer des choses pour mon pays […] est le 20ème siècle. Les idées de « Yewwu Yewwi » devançaient ce siècle. Je pense qu’elles avaient des idées du 21ème siècle. Leur vision du féminisme est bien, mais je ne la partage pas.

Aada ji

La tradition

Man dama xawa wéeru tuuti ci cosaan, ci sama ñoom yaay. Ndax fi mu ne nii man bañuma xew, ndax gisuma benn xeet ci àddina bu amul xew. Kon nak kenn du joge fale rekk dikk ne ma xew baaxul rekk ma daldi bàyyi xew. Jànq ji téye boppam ba xéy ñu jox ko jëkkër mu mel na mu war a mel, ñu xéy di ko laabaan, su ma sañoon laabaan jooju day am. Dañu koy bégal, yendu koo bégal ay mbokkam di ka feccal. Dina tax ka topp ci moom am jom. […].

Je suis un peu conservatrice, car je ne rejette pas la tradition comme les cérémonies familiales. Je n’ai jamais vu un peuple au monde qui n’organise pas de fêtes. Donc je ne les abandonnerai pas juste parce que quelqu’un a soutenu que ce n’est pas bien. La fille restée chaste jusqu’au mariage, je souhaiterais qu’on lui organise un laabaan13. Ses parents passeront la journée à chanter et à danser pour elle. Cela encouragera sa sœur cadette à faire pareil […].

Boo demee ci sunu mbokku tubaab yi lu ñuy wax aniwerseer la ñuy def de, atal. Atal boobu lu ne lañu siy ñàkk. Te dañuy feetu da ñuy xumbal itam seeni séy de. Te seen séy sax moo gën a metti sunu bos. Ndax ñoom boo seetlo benn jaaro baaraam bu ñuy tudde jamaa bu tuuti, takkal ko ndaw si, man loolu mën na cee rey ay nag di, togg ko ñépp lekk, ñu waxtaan. Boo seetloo ñoom dañuy yendoo déglu Betowen xaw ma Mosaar xaw ma kan.

Les Européens fêtent leur anniversaire et ils dépensent beaucoup d’argent pour cette fête. Ils organisent pourtant des mariages animés. D’ailleurs leur mariage est plus onéreux que le nôtre. Avec seulement l’équivalent du prix de la bague d’alliance en diamant, je peux acheter des bœufs et préparer à manger pour tous les convives. Ils passent la journée à écouter Beethoven ou Mozart.

Man Buu Kunta Njaay man mooy sama Betowen. Buu Kunta bu yore xalamam googu bay woy « kor Joor Jeŋee Saala Biige Ngoone Njuga Faal Yaasin […] ». Sama jom yéngu, ma xam maay kan. Dinañ tax ma déggook sama mbokk mii ma dëkkaloon te xamantewuñu. Danañ tax ba ma rusa def lu ma warut a def. Dana tax sama doom xam lu ko booleek réew mi, lu tax may bokki Senegaal te bokkuma feneen.

Moi, c’est Bu Kunta Njaay14 qui est mon Mozart. Quand il prend son luth et me chante « Kor Joor Jeŋee Saala Biige Ngoone Njuga Faal Yaasin […] »15. Cela réveillera mon amour-propre, je connaîtrai mes origines. Cela me permettra d’être en de bons termes avec mon voisin que je ne connaissais pas. J’aurais honte d’avoir un mauvais comportement [en tant que citoyenne]. Mon enfant saura ce qui le lie au pays. Je comprendrai pourquoi je suis Sénégalaise et pas d’un autre pays.

Loolu lépp dama koy bàyyi ndax damay yàq ? Ñoo ci duggal yàq waaye yàq amu ci […]. Bu ñu ko dinde sànni ko, dinañ ko réccu ndax ñëpp a ngi xumbal ci seen réew. Waaye ñun tam nañu tere yàq gi, tere ko sunu bopp, dindi ko ci […]. Lii nuy yόot muy, toog ba dëkk ci benn kër wut fa benn xaj bu lay garde. Nga ne fa ndoŋ dee ba am ay fan te kenn du yëg ni dee nga ci biir kër gi. Loolu baaxul. Ñun li ñu nar a def moy xotti sunu aada sànni […].

Je dois abandonner tout cela parce qu’[on pense que] je gaspille? C’est nous qui avons introduit [dans les cérémonies] des futilités mais il n y a aucun gaspillage […]. Si nous abandonnons ces fêtes nous le regretterons car tout le monde conserve ses traditions. Mais de notre côté nous devons lutter contre le gaspillage et nous devons moraliser les fêtes. […]. Ce qui risque de nous arriver est l’individualisme [c’est-à-dire] vivre seul dans sa maison avec un chien qui vous tient compagnie. Vous vivez dans la solitude et un beau jour, vous mourez sans que personne ne soit au courant. Cela n’est pas bien. Ce qui risque de nous arriver est l’abandon de nos traditions […].

Áddina bii ñu nekk ak aada ji fay nekk, aada jooju aada boolante lay doon. Ku ne dangay indi la nga am. Su ko defee mu nekk benn aada boo xam ne àddina bépp a koy bokk. Ndax léegi lépp a gaaw. Kom lépp a gaaw, nañ tànn lu baax lépp ñu teye ko, Amerig la fa baax bu ñu ko indee ñu booleek sunu bos. Ñoom it ñu jël ci nit ñi lu baax. Waaye boo xottee sa lépp sànni dem ak sa yaram neen, dinga sol ba sol lu la jàppul, dinga lekk ba lekk loo xamul. Danu ñuy gëna ree rekk. Man de duma bàyyi xew […]. Da ma bëgg it ku may tagg.

Nous sommes dans un monde de partage. Chacun apporte sa culture de sorte que ce sera une culture universelle. Avec les nouvelles technologies tout va vite. Puisque tout va vite, préservons le meilleur de notre culture, prenons le meilleur chez les Américains et eux aussi font pareil chez les autres peuples. Mais si vous rejetez toute votre culture, vous porterez des habits qui ne vous vont pas, vous mangerez ce que vous ne devrez pas manger. On finira par se moquer de vous. Personnellement, je n’abandonnerai pas les cérémonies familiales […] et j’aime bien qu’on me chante [en déclamant ma généalogie].

Pόlόtik bi

La politique

S.A.J: Doon nga polotik ndax yaa ngi koy def ba léegi?

S.A.D: Vous faisiez de la politique est-ce que vous le faites toujours?

M.Y.J: Dañu defe ne dama daan pόlόtik… Man daal ba ma génnee liise Amet Faal […] Xam nga ne naa la dugg naa ékool ñetti yoon. Ba may am berewe mag la sax. Defe naa maa ngi ko am ci ñaar-fukki at ak ñaar xaw ma ñaar-fukki at ak benn. Àt mu ma njëkka jàngale moy atum indepãdãs. Ma yegsi Tiwaawon fekk ñuy doora dugg ci pόlόtik bi. Sama mag ju góor ju ma bokkal benn baay ni ma yow dangay dugg, yaay doon sunu jigéen ndax amu ñu jigéen te waa Cés am nañu jigéen. Fekk na booba tubaarkalla mënoon na maa wax, xawoon na maa mëna làkk tuuti, làkk a xewoon. Léegi rekk ñu daldi may def lu ñuy wax imesur UPS. Fekk nak man ubbi naa maison des jeunes àbboon naa ko. Li ma jàngoon ca ékoolu Ndar ñaw ak togg ak puériculture, enseignement ménager bu ñuy wax léegi. Ma di ko fa jàngal jigéen ñi, di leen jàngalaale itam cours du soir ay farãse. Di leen jàngal ni ñuy yore doom ak nu jigéen di sakkanale ñam ak dund gi ci biir kër gi… yu deme noonu.

M.Y.D: Ils pensent que je faisais de la politique… Quand je suis sortie du lycée Amet Fall […] Je vous ai dit que j’ai été retirée de l’école à trois reprises. J’étais adulte quand j’ai eu mon Brevet. Je pense que je l’ai eu à 22 ans ou à 21 ans. Ma première année d’enseignement est l’année de l’indépendance16. Je suis arrivée à Tivaoune au moment où on commençait la politique. Mon grand frère me dit: « Tu vas adhérer. Tu seras notre responsable femme, puisqu’on n’en a pas encore alors que Thiès en a déjà une17. » À ce moment, je savais parler en public, je savais m’exprimer en français, c’était la mode. Ils m’ont nommée membre UPS18. J’avais ouvert auparavant une maison des jeunes, une salle que j’avais empruntée. J’enseignais aux femmes ce que j’avais appris à Saint-Louis, la couture, la cuisine, la puériculture, l’enseignement ménager dont on parle maintenant et des cours du soir de français. Je leur apprenais comment s’occuper d’un bébé, la gestion du foyer, des choses de ce genre.

Ñoom daal ñu ne ma « dara dangay dugg ». La ñu ma gëna def sax moy dama toog benn bës rekk ñu indil ma paasu Amerig. Ma ni : « Lii lan la ? » Ñu ne ma dangay dem Amerig ndax dañoo demoon Cés di fa daje ñu jox ñu ay paas MJPS. Ku nekk wara yóbbu kenn. Ñun ñu tombeel paasu ku jigéen. Ma ni leen man bokkuma fenn di. Ñu ni ma dangay dem boo ñibbisee bokk. Nii laa deme Amerig de. Dem ci délégation MJPS. Ba ma ñëwee ma militeek ñoom. Waaye ñaari at laa fa def ñetteel ba ma daldi mariye.

Néanmoins, ils m’ont dit: « Tu vas militer [dans notre partie politique] » La surprise qu’ils m’ont faite un jour, est un billet pour les États-Unis. Je leur ai demandé : « Qu’est-ce que c‘est ? » Ils m’ont expliqué qu’ils avaient eu une rencontre du MJPS19 à Thiès et qu’on leur avait donné ce billet. Chacun devait avoir un représentant. Puisque notre billet est destiné à une femme, donc c’est moi qui représenterai Tivaoune. Je leur ai répondu que je n’étais pas encore militante. Ils m’ont dit de partir et de militer à mon retour. C’est ainsi que je suis allée aux États-Unis avec la délégation du MJPS. A mon retour j’ai milité avec eux. Mais je n’ai fait que deux ans, je me suis mariée la troisième année.

Ki ma mariyeel xaw ma ci moon dara man itam. Booba nak demoon naa ba ñu ne maay doon première femme députée du Senegaal. Ñoom ñuy xeex, Alfõs Njaay komandã ak ñëpp taxaw ndax ma nekk première femme député du Senegaal. Waaye ma mariye. Am ku ma ci topp rekk, gis ma ci aktiwite yi ndeysaan ba ñu mariye. Ndekete militeer la. Ñu séy ba noppi mu door ni sama yaay jabaru militeer du pόlόtik. Ca laa bàyyee.

Je ne connaissais pas bien mon mari. On disait que j’allais être la première femme députée du Sénégal. Le commandant Alphonse N’diaye et les autres se battaient pour faire de moi la première femme députée du Sénégal. Mais je me suis mariée avec un homme qui m’a vue dans les activités [politiques] et qui ne cessait de me suivre. Il était militaire. Ce n’est qu’après le mariage qu’il a informé ma mère qu’une femme de militaire ne doit pas faire de la politique et j’ai arrêté.

Karolin moom daldi dugg daldi nekk première femme députée. Ndax région Cés a ka moomoon. Fekk Tiwawon di xëcc pur moom ko. Ca laa bàyyee pόlόtik. Te séy ba sax yàggul. Moo jur sama taw ndeysaan. Ku baax la woon waaye séy bee yàggul daal. Noonu la deme.

Caroline a fini par être la première femme députée. Ce poste revenait à la région de Thiès, et Tivaoune se battait pour l’avoir. C’est ainsi que j’ai arrêté définitivement la politique. Le mariage n’a même pas duré longtemps. L’homme avec lequel je m’étais mariée est le père de ma fille aînée. Il était un homme bien, mais le mariage n’a pas duré. C’est ainsi que cela s’est passé.

Waaw yow ku la ko wax? Bala maa waxati daŋ ma wax ku la ko wax.

Mais qui vous l’a dit? Avant de continuer l’entretien vous me direz qui vous a dit que je faisais de la politique.

S.A.J: Kenn waxu ma ko. Dama ka jàng ci sa entretien bi nga def ak Papa Samba Jóop. Da nga cee wax tuuti ni doon nga def pόlόtik.

S.A.D: Personne ne me l’a dit. Je l’ai plutôt lu dans votre entretien avec Papa Samba Diop. Vous avez évoqué dans un passage que vous faisiez de la politique.

M.Y.J: Ñaar wala ñetti at laa def […]. Amuñu woon responsable femme. Xam nga Tiwaawon ñu jàng ñi bariwuñu fa woon. Te ñu jàng ñi ñekkuñu fa woon, dañ leen afekte feneen. Man dama jàngi ñëw di jàngalewaat Tiwaawon ci sunu wetu kër […].

M.Y.D: Je n’ai fait que deux ou trois ans […]. Nous n’avions pas de responsable femme. Vous savez il y avait peu de personnes instruites à Tivaoune. De plus, celles qui l’étaient étaient affectées dans d’autres villes. Moi, j’ai étudié [à Saint-Louis] et j’ai été affectée à Tivaoune, près de chez moi […].

Syndicat yit noonu laa ci dugge. Syndika 56, ci membre fondateur yi la. Booba xale laa maak ñoom Kabiiru Mbooj ak Badara Faal, Duudu Ngom, Jim Saar ak Mbay Mbeng ndeysaan yal na ko yàlla yërëm. Ay mag lañu woon. Ñoom daal laa bokkaloon syndicat bu njëkk. Ki ma njëkka séyal nak moy mititeer moo ma ci génne ci yooyu yépp. Te sunu séy yàggul noonu. Xam nga séyu mag ak xale rekk […].

C’est de la même façon que j’ai adhéré au syndicalisme. Le syndicat 56, j’étais parmi les membres fondateurs. J’étais encore jeune et j’étais dans le groupe des anciens avec Kabirou Mbodj, Badara Fall, Doudou Ngom, Djim Sarr et Mbaye Mbengue que Dieu ait pitié de son âme. Ils étaient plus âgés [que moi]. J’ai milité dans le premier syndicat [des enseignants] avec eux. Mon premier mari était militaire, c’est lui qui m’a demandé d’arrêter toutes ces activités. Notre mariage n’a même pas duré. Vous savez, un mariage entre deux personnes de générations différentes […].

Ndakaaru 28 mars 2014.

Dakar, le 28 mars 2014.

 


 

Références bibliographiques

  • Romans de Mame Younousse Dieng

Aawo bi [Première épouse], fentaakon bi [fiction], Dakar, Organisation sénégalaise d’appui au développement (OSAD), Collection « Teere fent » [ouvrages de fiction], 1999, 2e édition, 76 p. [Première édition, Dakar, IFAN/Cheikh Anta Diop, 1992, 72 p.]

L’ombre en feu, Dakar, Les Nouvelles Éditions Africaines du Sénégal, 1997, 236 p. [manuscrit déposé chez l’éditeur en 1977]

  • Réception

DIEME Saly Amy, 2014, Écriture littéraire en wolof : L’exemple de Aawo bi de Mame Younousse Dieng, Mémoire de Master Recherche 2, Paris, INALCO, 149 p.

DIOP Papa Samba, 2002, « Un entretien avec Yunus Jeŋ », in Claire DEHON, Le réalisme africain, le roman francophone en Afrique subsaharienne, Paris, l’Harmattan, pp. 261-167.

FALL Guéj, « Aawo bi de Mame Younousse Dieng, un récit fondateur en langue wolof » in Éthiopiques n°76, 1er semestre 2006, pp. 37-155.

KEÏTA Abdoulaye, 2014, « De l’alphabétisation à la littérature, la prise de parole didactique par des écrivaines wolof », Journal des africanistes tome 83, fascicule 1, pp. 156-179.

KEÏTA Abdoulaye, 2020, « Aawo bi / La première épouse », ELLAF, la bibliothèque numérique des littératures en langues africaines : recherche, documentation, édition, ISSN 2804-7672, http://ellaf.huma-num.fr/aawo-bi-la-premiere-epouse/

 

 


 

Notes:

1 FALL Guéj (2006), a consacré un article à ce roman.

2 Le roman en question est L’ombre en feu, déposé chez l’éditeur en 1977, mais n’est publié que vingt ans plus tard, c’est-à-dire en 1997.

3 Le caractère de Ndeela (l’héroïne du roman)

4 Il s’agit de la maison conjugale de l’héroïne dans Aawo bi.

5 Comme Matar Ndiaye, le mari de l’héroïne.

6 Faaleen désigne toute personne qui porte le nom de famille Fall. Les Fall et les Dieng sont des cousins à plaisanterie. L’auteure est une Dieng et le cousinage à plaisanterie apparaît à travers le caractère qu’elle donne à l’un des personnages du roman (Mbeen Faal) qui incarne le contraire des valeurs défendues par l’héroïne.

7 Le mari de Mbeen a pris une troisième femme.

8 Dooxiif est composé de deux mots: doo: tu n’auras pas et de xiif: la faim, la famine. C’est le village d’origine de l’héroïne qui est caractérisé par sa richesse et la fertilité de ses terres.

9 Mame Younousse Dieng avait pris la décision de ne plus écrire.

10 Littéralement « sous l’ombre » de… : l’emploi métaphorique d’« ombre » renvoie à l’idée de protection.

11 Sylla Assane, 1980, Poèmes et pensées philosophiques wolof: (de l’oralité à l’écriture), Tome IV, Dakar, ACCT-IFAN, 148 p.

12 Yewwu yewwi qui signifie en wolof « prendre conscience pour se libérer » est le premier mouvement féministe au Sénégal. Il est créé en 1984 par Marie-Angélique Savané.

13 Laabaan est la fête de célébration de la virginité d’une nouvelle mariée.

14 Célèbre griot chanteur et guitariste (luthiste) wolof.

15 « L’époux de Dior Dieng, Sala Bigué Ngoné Ndiouga Fall Yacine » : il s’agit d’une formule pour louer certains membres de la famille Dieng.

16 En 1960.

17 Dans les années 60, très peu de femmes sont instruites en français au Sénégal.

18 UPS: L’Union Progressiste Sénégalaise est un ancien parti politique sénégalais fondé vers la fin des années 1950. (Parti politique de Léopold Sédar Senghor). Cette organisation a pris le nom de Parti socialiste en 1976.

19 Mouvement des Jeunes du Parti Socialiste.

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum / L’hyène, le lion et ses enfants

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable — lion, hyène ; stupidité ; solidarité.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Oumar Ndiaye.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé: La brousse est trop touffue, l’hyène ne trouve aucun animal à attraper, elle incendie la brousse. Les enfants du lion meurent dans l’incendie. L’hyène trouve le lion en train de gémir. « C’est moi qui ai incendié la brousse », dit-elle au lion. Le lion l’accuse d’avoir tué ses enfants. Le lion rappelle que c’est lui qui protège le fourré, que c’est le fourré qui le protège et qui protège tous les animaux. L’hyène prend la fuite. Elle ne trouve pas de fourré où se cacher.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 7.

.

.

.

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum / L’hyène, le lion et ses enfants

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Ndu sumi ladde fof. Ndu wii : « Ndee ladde sukkunde, hay batte yiyetaake heen ! Miin sumi nde. » Ndu wii : « Ladde sukka tan, a danyataa hay ko nyaamɗaa ? Kulle fof coorniima heen. Huunde wontaa soorno ɗoo tawa mi yiyaani. »

Ndeka cumu nguu sumii ɓikkon mbaroodi haa koonyi. Ndu tawi mbaroodi ina jiimi e ɓikkon mum, ina hawsa. Ndu wii : « Kaawu Mbaroodi, miin sumi ladde ndee fof, kulle fof tan coornoo e ladde, hay huunde a yiyataa ! Miin sumi ndee ladde reedaande. Nyawu, jooni dey ko felti ɗoo fof, mi yiyan ɗum ! » Mbaroodi wii : « Aan kay, ko cumu maa nguu sumi cukalon am kon ! »

Fowru ndaari leydi, tan yii ɓikkon mbaroodi ina kooyni takke, ina koonyi. Fowru wii : « Alaa, Kaawu Mbaroodi, a yiyii, cumu am nguu, nde faandii ɗoo, tan ngu waɗi keel, ngu faati too. Cumu am nguu yettaaki gaay. Wonaa miin ! »

Mbaroodi wii : « Hannde ko mi baroowo ma tan. Aan kuɗaaɗo oo, a anndaa ko dunndu suuɗi mbaroodi, mbaroodi suuɗi dunndu, ko dunndu suuɗi enen fof ? »

Fowru dogi ronki yiide dunndu ɗo suuɗii. Mbaroodi aafi fowru…

.

.


.

 

 

.


 

 

 

 

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum

L’hyène, le lion et ses enfants

 

Wonnoo ɗoo ko fowru.

Était ici une hyène.

 

Ndu sumi ladde fof.

Elle incendia la brousse toute entière.

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Ndee ladde sukkunde, hay batte yiyetaake heen !

« Cette brousse touffue, on n’y voit rien !

5

Miin sumi nde. »

C’est moi qui l’ai incendiée. »

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Ladde sukka tan, a danyataa hay ko nyaamɗaa ?

La brousse devient si touffue que tu ne trouves rien à manger ?

 

Kulle fof coorniima heen.

Tous les animaux s’y sont cachés.

 

Huunde wontaa soorno ɗoo tawa mi yiyaani. »

Rien ne se cachera plus ici sans que je [le] voie.

10

Ndeka cumu nguu sumii ɓikkon mbaroodi haa koonyi.

Or l’incendie a brûlé les enfants d’un lion au point de les carboniser.

 

Ndu tawi mbaroodi ina jiimi e ɓikkon mum, ina hawsa.

Elle trouva le lion penché sur ses enfants, en train de gémir.

 

Ndu wii :

Elle dit :

 

« Kaawu Mbaroodi, miin sumi ladde ndee fof, kulle fof tan coornoo e ladde, hay huunde a yiyataa !

« Oncle Lion, c’est moi qui ai incendié la brousse, toute entière, tous les animaux ne font que se cacher dans la brousse et tu ne vois rien !

 

Miin sumi ndee ladde reedaande.

C’est moi qui ai incendié cette bâtarde de brousse !

15

Nyawu, jooni dey ko felti ɗoo fof, mi yiyan ɗum ! »

Voilà, eh bien maintenant, tout ce qui passera ici, je le verrai ! »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Aan kay, ko cumu maa nguu sumi cukalon am kon ! »

« Toi, en fait, c’est ton incendie qui a brûlé mes enfants ! »

 

Fowru ndaari leydi, tan yii ɓikkon mbaroodi ina kooyni takke, ina koonyi.

L’hyène regarda par terre et, tout d’un coup, vit les petits du lion les pattes en l’air, carbonisés.

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

20

« Alaa, Kaawu Mbaroodi, a yiyii, cumu am nguu, nde faandii ɗoo, tan ngu waɗi keel, ngu faati too.

« Non, Oncle Lion, tu vois, mon incendie, quand il a approché d’ici, d’un coup, il a fait un grand détour1 et il est reparti là-bas.

 

Cumu am nguu yettaaki gaay.

Mon incendie n’est pas arrivé par ici.

 

Wonaa miin ! »

Ce n’est pas moi ! »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

 

« Hannde ko mi baroowo ma tan.

« Aujourd’hui, de toutes les façons, je vais te tuer.

25

Aan kuɗaaɗo oo, a anndaa ko dunndu suuɗi mbaroodi, mbaroodi suuɗi dunndu, ko dunndu suuɗi enen fof ? »

Toi, la maudite, tu ne sais pas que c’est le fourré qui protège le lion, que c’est le lion qui protège le fourré, et  que c’est le fourré qui nous protège tous ? »

 

Fowru dogi ronki yiide dunndu ɗo suuɗii.

L’hyène prit la fuite, elle ne réussit pas à trouver de fourré où se cacher.

 

Mbaroodi aafi fowru…

Le lion se lança à la poursuite de l’hyène…

 


 

Note:

1 Le peul emploi l’idéophone keel, évoquant un mouvement circulaire, un détour.

© Copyright ADELLAF 2021

 

Présentation du recueil “Tinndi”

 

 

Tinndi / Contes

de Baylaa Kulibali

 

 

Mots-clés:  peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable.

L’auteur:  Baylaa Kulibali [Baïla Coulibaly] est né en 1949 à Orkadiéré au Sénégal. Il est arrivé en France en novembre 1969. Après avoir occupé divers emplois, il a été, jusqu’à sa retraite, ouvrier chez Talbot1.

Baylaa Kulibali se distingue des autres écrivains de langue peule par son parcours intellectuel. En effet, à la différence de ces derniers, qui reçoivent une formation scolaire dans un cadre institutionnel à travers l’école coranique et les universités arabes ou à travers l’école occidentale, Baylaa Kulibali est un néo-alphabète qui  a appris à lire et à écrire en peul, auprès d’une association d’étudiants, Jaŋde e Pinal [étude et culture] en 1975, au foyer Falguières à Paris.

Son premier texte, qui date de 1981, est un récit autobiographique intitulé Nguurndam Tumaranke [La vie d’un immigré] publié dans la revue Binndi e Jaŋde [écriture et étude]. Il publie ensuite trois nouvelles : les deux premiers, « Daarol Pennda e Dooro » [L’histoire de Pennda et de Dôro] et « Koode men ne na nyaara » [Nos étoiles brillent] paraissent en 1982 dans la revue Binndi e jaŋde ; le troisième, « Luhral » [La discorde] paraît en plusieurs fragments de 1986 à 1988 dans la revue Binndi pulaar [écriture peule].

En1986, il fait la connaissance du griot Diâwôye Diêye. Celui-ci lui transmet la légende de Da Monzon de Ségou qu’il publiera en 1992 sous le titre de Daarol Dah [La légende de Dâ], Paris, Binndi e jannde [numéro hors série]. Diâwôye Diêye lui transmet également la plupart des contes du présent recueil.

Le corpus:  Le recueil est constitué de dix-huit textes de longueur inégale. On peut y distinguer trois ensembles : une série de treize contes brefs à personnages d’animaux, dont dix mettant en scène l’hyène ou le lièvre ; une deuxième série de cinq contes dont les héros sont des personnages humains ; et un conte, le dernier dans l’ordre, qui représente en volume 25% du recueil et qui est une histoire à défis.

Les contes sont réécrits. Treize d’entre eux sont dits par Diâwôye Diêye. Ils sont racontés dans des causeries au foyer des travailleurs migrants à Boulogne. Ils ne sont ni sollicités, ni enregistrés : E ko ɓuri heewde, ko e nder jeewte ɓe tinndi. Ndenndinmi tinndi ɗii, njaajnumi ɗi e binndi « La plupart du temps, c’est dans des causeries qu’ils [les conteurs] ont conté. J’ai rassemblé ces contes et je les développés dans l’écriture ».

L’oralisation du corpus:  Les contes, à l’exception du dernier, ont été oralisés en mars 2012 au centre de documentation André Georges Haudricourt à Villejuif, à l’initiative de l’association Timtimol. Le projet a été réalisé par Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé. Ont prêté leur voix : Ibrahima Dia, Haby Zacharia Konté, Oumar Ndiaye, Mamadou Abdoul Sek, et Maïmouna Thiam. Le tableau qui suit indique les sources des contes et leurs lecteurs.

 

Tableau récapitulatif

Conteur

N° Conte

Titre

Oralisation

[L’auteur]

04

Fowru e fayannde teewu e mbaroodi ɓesndi [L’hyène, la marmite de viande et une lionne mère]

Haby Zacharia Konté

 

09

Fowru e debbo e cukalel mum [L’hyène, une femme et son enfant]

Mamadou Abdoul Sek

 

16

Bacca Joom [Bathia Diom]

Oumar Ndiaye

Alassane Thiam

02

Fowru e bojel e mbaroodi [L’hyène, le lièvre et le lion]

Ibrahima Dia

Diâwôye Diêye

01

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum [L’hyène, le lion et ses petits]

Oumar Ndiaye

 

03

Mbaroodi e fowru e rawaandu [Le lion, l’hyène et le chien]

Mamadou Abdoul Sek

 

05

Rawaandu e mbeewa e fowru [Le chien, la chèvre et l’hyène]

Oumar Ndiaye

 

06

Fowru e mbeewa [L’hyène et la chèvre]

Maïmouna Thiam

 

07

Fowru e bojel e rawaandu [L’hyène, le lièvre et le chien]

Ibrahima Dia

 

08

Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru [L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène]

Oumar Ndiaye

 

10

Bojel e nyiiwa e mbaroodi e caamaaba [Le lièvre, l’éléphant, le lion et le python]

Ibrahima Dia

 

11

Kooba e nagge [L’hippotrage et la vache]

Haby Zacharia Konté

 

13

Noorwa e cukalel [Le crocodile et l’enfant]

Haby Zacharia Konté

 

14

Jaaƴe e Jaari [Diadié et Diari]

Maïmouna Thiam

 

15

Aduna-Alaa-To-Darii

Ibrahima Dia

 

17

Ɗanngal Aali [Le voyage d’Ali]

Haby Zacharia Konté

 

18

Ndimaagu [Noblesse]

[non oralisé]

Ibrahima Lih

12

Hare duulaaɗe [Le combat des lézards]

Maïmouna Thiam

Éditions

Première édition

Baylaa Kulibali, Tinndi [contes], Paris, Binndi e jannde, 1988, 103 p. [numéro hors série de la revue Binndi e jaŋde ; multicopié].

Deuxième édition

Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p. [numéro hors série de la revue Binndi e jaŋde ; multicopié].

Références

Kulibali, Baylaa, 1991, Nguurndam tumaranke [La vie d’un immigré], Paris, Binndi e jannde, 60 p. [1e édition, revue Binndi e jaŋde 4-5, pp. 93-100 ; 6, pp. 53-60].

Kulibali, Baylaa, 1992, Daarol Daa [La légende de Dâ], Paris, Binndi e Jannde, 1992, 67 p.

Kulibali, Baylaa, 1996a, Tinndi [Contes], Paris, Binndi e Jannde, 49 p. [1e édition 1988].

Kulibali, Baylaa, 1996b, « Pennda e Dooro », Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, p. 7-28 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi e Jaŋde 7,p p. 41-59].

Kulibali, Baylaa, 1996c, « Koode men ne na nyaara » [Nos étoiles brillent], Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, p. 29-50 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi e jannde 8, pp. 43-57].

Kulibali, Baylaa, 1996d, « Luhral » [La discorde], Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, pp. 51-76 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi pulaar 1, 2, 4].

Mohamadou Aliou, 2000, « Nouvelles tendances en littérature peule : présentation des textes de quatre auteurs haal-pulaar (Sénégal et Mauritanie) », in Ursula Baumgardt et Abdellah Bounfour (dir.), Panorama des littératures africaines, Paris, L’Harmattan & Inalco, pp. 77-92, [Coll. Bibliothèque des études africaines].


 

Note:

1 Mohamadou, A., 2000: 83-84. L’usine, située à Poissy, aura changé plusieurs fois de nom.

© Copyright ADELLAF 2021

Tinndi / Contes de Baylaa Kulibali

.

.

Présentation du recueil

01  Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum / L’hyène, le lion et ses enfants

02  Fowru e bojel e mbaroodi / L’hyène, le lièvre et le lion

03  Mbaroodi e fowru e rawaandu / Le lion, l’hyène et le chien

04  Fowru e fayannde teewu e mbaroodi ɓesndi / L’hyène, la marmite de viande et une lionne mère

05  Rawaandu e Mbeewa e Fowru / Chien et Chèvre et Hyène

06  Fowru e mbeewa / L’hyène et la chèvre

07  Fowru e bojel e rawaandu / L’hyène, le lièvre et le chien

08  Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru / L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène

09  Fowru e debbo e cukalel mum / L’hyène, la femme et son enfant

10  Bojel e nyiiwa e mbaroodi e caamaaba / Le lièvre, l’éléphant, le lion et le python

11  Kooba e nagge / Hippotrague et vache

 

Fowru e bojel e mbaroodi / L’hyène, le lièvre et le lion

.

 

texte traduit par

Oumar Mounirou Déme et Aliou Mohamadou

 

.

Mots-clés: peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — tinndol, conte, fable — lion, lièvre, hyène ; précipitation ; proie ; partage ; la loi du plus fort.

Contexte de production: Écrit en 1986 d’après une version dite par Alassane Thiam ; oralisé par l’association Timtimol en mars 2012. Présentation du recueil.

Voix: Ibrahima Dia.

Réalisation: Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé.

Résumé:  L’hyène, le lièvre et le lion vont à la chasse. Ils tuent une gazelle, un hippotrague1 et une chauve-souris. Ils se mettent à partager les proies. Le lion fixe la règle du partage : personne ne doit dédaigner sa part au risque de sa vie. L’hyène s’empare de la chauve-souris pour la donner au lièvre. Le lièvre proclame tout haut que l’hyène a pris sa part. Il attribue au lion l’hippotrague et il prend la gazelle. L’hyène regarde le lièvre et le lion griller leur proie.

Référence: Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, p. 8.

.

.

.

Fowru e Bojel e Mbaroodi / L’hyène, le lièvre et le lion

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e mbaroodi.

Ɓe mbii : « Ngaree njehen raddo. » Ɓe njehi, ɓe mbari lella e kooba e wilwilnde. Ɓe mbii : « Peccen. » Fowru wii : « Kaawu Mbaroodi, moni e men fof, ko hokkaa hoto yaw. » Mbaroodi wii : « Kala jawɗo, ko mi baroowo ɗum ! »

Ndu sastii wilwilnde ndee, handu jogori rokkude bojel. Tan bojel wii : « Tappi ! Hee Kaawu Mbaroodi, Kaawu Fowru ƴeɓtii geɗal mum ! » Ngel wii : « Kaawu Mbaroodi, naw kooba baa, miin mi nawa lella baa. »

Bojel woni e juɗde lella mum. Mbaroodi woni e juɗde kooba mum. Haɓe mbaɗa sunununuu !… sanananaa !… Fowru woni e ɓiinyde, e ŋormaade. Bojel wii : « Hii jam, Kaawu Fowru, aan kam a yaw ne ? »

Fowru heɓɓitii wii : « Hii, ko yawi e ɗum ɓiɗɗum soolde, ko alaa teewu, alaa ƴiiƴam ? »

.

.


.

.


 

 

 

 

Fowru e bojel e mbaroodi

L’hyène, le lièvre et le lion

 

Wonnoo ɗoo ko fowru e bojel e mbaroodi.

Étaient ici une hyène, un lièvre et un lion.

 

Ɓe mbii :

Ils dirent :

 

« Ngaree njehen raddo. »

« Venez, allons à la chasse. »

 

Ɓe njehi, ɓe mbari lella e kooba e wilwilnde.

Ils partirent, tuèrent une gazelle, un hippotrague et une chauve-souris.

5

Ɓe mbii :

Ils dirent :

 

« Peccen. »

« Partageons. »

 

Fowru wii :

L’hyène dit :

 

« Kaawu Mbaroodi, moni e men fof, ko hokkaa hoto yaw. »

« Oncle Lion, chacun de nous, ce qu’on lui aura donné, qu’il ne [le] dédaigne pas. »

 

Mbaroodi wii :

Le lion dit :

10

« Kala jawɗo, ko mi baroowo ɗum ! »

« Quiconque dédaigne [sa part], je vais le tuer. »

 

Ndu sastii wilwilnde ndee, handu jogori rokkude bojel.

Elle [l’hyène] saisit la chauve-souris, elle allait la donner au lièvre.

 

Tan bojel wii :

Alors, le lièvre dit :

 

« Tappi !

« Quel coup de chance2 ! 

 

Hee Kaawu Mbaroodi, Kaawu Fowru ƴeɓtii geɗal mum ! »

Hé Oncle Lion, Oncle Hyène3 a pris sa part ! »

15

Ngel wii :

Il dit :

 

« Kaawu Mbaroodi, naw kooba baa, miin mi nawa lella baa. »

« Oncle Lion, prends l’hippotrague, moi je prends la gazelle. »

 

Bojel woni e juɗde lella mum.

Le lièvre se mit à griller sa gazelle.

 

Mbaroodi woni e juɗde kooba mum.

Le lion se mit à griller son hippotrague.

 

Haɓe mbaɗa sunununuu ! … sanananaa ! …

Ils faisaient « sunununuu !… sanananaa4 !… »

20

Fowru woni e ɓiinyde, e ŋormaade.

L’hyène se mit à grimacer et à grogner.

 

Bojel wii :

Le lièvre dit :

 

« Hii jam, Kaawu Fowru, aan kam a yaw ne ? »

« Eh bien, Oncle Hyène, mais toi, dédaignerais-tu ta part ? »

 

Fowru heɓɓitii wii :

L’hyène répliqua en disant :

 

« Hii, ko yawi e ɗum ɓiɗɗum soolde, ko alaa teewu, alaa ƴiiƴam ? »

« Eh, qui dédaignerait cette espèce de putain de chose5, qui n’a ni chair ni sang ? »

 


 

Notes:

1 Grande antilope des savanes africaines, également appelée « antilope cheval », haute sur pattes, au pelage roux et au long cou portant une crinière noire. Nom international : Hippotragus equinus.

2 Traduction de l’interjection tappi, mot à mot : « bien frappé ».

3 Dans les contes peuls, l’hyène est un personnage masculin.

4 Onomatopée évoquant le suintement de graisse lors d’une grillade.

5 Traduction de ɓiɗɗum soolde : ɓiɗɗum : « espèce d’enfant de… » ; soolde : « penis ».

© Copyright ADELLAF 2021

 

Ajọ obi

 

Ajọ obi  —  Un Mauvais cœur

de Gabriella Nwaozuzu

 

 

Mots-clés:   igbo, écriture littéraire, pièce de théâtre.

 

Edition du corpus:

Traduction et rédaction de la notice:  Françoise Ugochukwu

 

Contexte:  Le récit se déroule à Owerri, capitale de l’État d’Imo, dans le milieu des affaires si familier aux Igbo, dans la région d’où est originaire l’auteure. Le texte originel (171 p.) a été publié par Format Publishers en 1998 à Enugu (Nigéria).

 

Descriptif:

Ajo Obi (1998) se distingue par un scénario différent des autres. Son originalité est d’abord dans le sujet, nouveau dans la littérature igbophone : une sombre histoire de vengeance posthume à Owerri, capitale de l’État d’Imo, dans le milieu des affaires par ailleurs si familier aux Igbo, Cette pièce en quatre actes, qui peut aussi se lire comme un plaidoyer pour les veuves, entraîne le lecteur dans les méandres d’une enquête policière autour du corps d’un homme d’affaires qui semble s’être suicidé chez lui sans motif apparent. Ce drame de la jalousie, né d’une dispute entre deux amis et associés dont l’un accuse l’autre, encore célibataire, d’avoir une liaison avec son épouse, aboutit à la découverte du corps du mari. L’attente se prolongera jusqu’à la fin de la pièce, soigneusement entretenue par questionnements, cancans et suppositions. La dernière scène ramène le sujet dans le giron de la tradition morale du conte – et aujourd’hui des vidéo films igbo – en remettant les choses en ordre : la jalousie maladive et le stratagème du défunt, qui a organisé son suicide après avoir soigneusement mis en place un scénario qui devait venger son honneur offensé et faire accuser son associé du ‘crime’, sont révélés et l’accusé lavé de tout soupçon.

 

Références:

    • Ajo Obi, Enugu, Format Publishers 1998, 171p. (Texte igbo)

 

Bibliographie:

    • Françoise Ugochukwu (2013):  « Gabriella Ihuarugo Nwaozuzu et le théâtre policier igbo », in Béatrice Didier, Mireille Calle-Gruber & Antoinette Fouque (eds) Dictionnaire des créatrices, Paris, Editions des Femmes,  p.3222

 

 


 

 

AJỌ OBI  —  Un Mauvais cœur
Extrait
OKWU MMALITE   —  Introduction

 

 

 

Mgbe onye gị na ya so na-achụ mmụọ bidoro na-asịzi na ị na-esi mmụọ mmụọ mmadụ etosighị ịgwa gị ka ị gbawakwa ka ụkwụ gị nwere ike ibunwu gị.

Quand celui avec qui tu suivais les esprits se met à dire que tu sens [mauvais] comme les mauvais esprits, personne ne devrait avoir besoin de te dire de t’enfuir aussi vite que tes jambes peuvent te porter.

Obi mmadụ dị aghụghọ.

Le coeur humain est perfide.

Ụfọdụ oge ọ na-eduzi, mgbe ọzọ o duhie.

Quelquefois il te conduit, d’autres fois il t’induit en erreur.

Onye gwara Maazi Onyema na enye ya nwoke Ezenwata onye a na-etu Osisinaamịego, na adịnamma ha ga-adapụta nnukwu ọdachi, ha agareghị ekwe.

Si quelqu’un avait dit à Onyema et son ami Ezenwata, qu’il saluait du nom d’Osisinaamiego [l’arbre qui produit de l’argent], que leur amitié allait très mal finir, ils ne l’auraient pas cru.

Ma etu ahụ ka o sizi di.

Mais c’est exactement ce qui s’est passé.

Françoise Ugochukwu

Yarintata

 

Yarintata
Mon enfance

(Récit de vie)

 

Fiche libraire

 

Auteur

Fatimane MOUSSA-AGHALI

Titre

Yarintata [Mon enfance]

Éditeur

Ellaf Éditions

Lieu

Lagny sur Marne (France)

Pagination

76 pages : pp. 1-62, texte haoussa ; pp. 63-76, résumé

Langue

haoussa

Format

12 cm x 18 cm

ISBN

978-2-491422-03-5

Date de parution

26/03/2021

Date de dépôt légal

26/03/2021

Descriptif

Récit de vie racontant l’enfance d’une fille de fonctionnaire touareg à travers le Niger

Mots-clés

haoussa, Niger, Nigeria — écriture littéraire ; récit de vie — enfance ; scolarité de filles

Présentation

Le livre

Fatimane Moussa-Aghali évoque dans ce récit les souvenirs de son enfance, ses jeux, son entrée à l’école française et le difficile parcours scolaire qu’est le sien, celui d’une fillette touarègue au Niger.

La première édition du récit a paru dans la revue Binndi e jaŋde en 1982 et 1983. Le récit a été ensuite repris en 2000 par les éditions Albasa à Niamey.

L’auteure

Fatimane Moussa-Aghali est née à Bonkoukou au Niger. Elle vit actuellement en France. Après avoir étudié à l’INALCO le touareg, le peul et le haoussa, elle soutient, à l’Université de Paris III, une thèse de doctorat sur cette dernière langue, à laquelle elle a consacré un ouvrage et des articles. Aujourd’hui, elle écrit des contes en haoussa à l’intention du public scolaire.

La langue

Le haoussa est l’une des principales langues africaines. Il est parlé par une soixantaine de millions de locuteurs, principale­ment au Nigeria et au Niger, et dans les États qui leur sont limitrophes.

Voir : http://ellaf.huma-num.fr/litteratures/litterature-en-haoussa/

 

 

Lire le livre en ligne

 

Yarintata Intérieur 20210315 bis

Keenge / Kéngué II

 

 

Keenge Kuruntu na Keenge Leeke / Kéngué Kourountou et Kéngué Léké

 

 

 

Mots-clés

kikongo, lari, (láari, laari, kilaadi) ; République du Congo ; Congo-Brazzaville — oralité, conte, nsamu — manque d’enfant ; conflit entre deux sœurs, sororicide ; apparition

Production du corpus

Conte en quatre épisodes dit par Chrysogone Diangouaya.

Chrysogone Diangouaya est né en 1967 en République du Congo (Congo-Brazzaville). Il vit actuellement à Paris, où il est directeur du centre de danse qui porte son nom, dans le 18e arrondissement. Chrysogone Diangouaya est chorégraphe, comédien et conteur. Il a réalisé ou participé à plusieurs spectacles de danse. Il a interprété des rôles dans un grand nombre de pièces de théâtre, dont certaines montées ou créées par lui. On peut citer parmi ses créations Le cri de la girafe, qui est un conte dansé et chanté pour le jeune public (Théâtre Daniel Sorano à Vincennes et Le Théâtre de la Ville à Paris, 2012 à 2019).

Collecte

Auto-enregistrement réalisé en continu le 16 mai 2020, sans auditoire, à la demande de Raphaël Otho.

Édition du corpus

Transcrit et traduit par Raphaël Otho. Un glossaire réunissant les interjections et quelques noms maintenus dans la traduction sera donné ultérieurement.

Résumé de l’épisode 2

Kéngué se marie. Elle a deux enfants, deux filles : l’aînée, Kéngué Kourountou, et la cadette, Kéngué Léké.

Les deux sœurs grandissent. Elles se marient. Kéngué Kourountou n’a pas d’enfant. Kéngué Léké a une fille, Kiminou. Kéngué Kourountou est jalouse de sa sœur. Un jour, elle lui propose d’aller rendre visite à leurs parents, comme elles le font habituellement. Kéngué Léké accepte. Elle laisse sa fille auprès de son mari.

Elles traversent une rivière sur une passerelle. Arrivées au milieu de la passerelle, Kéngué Kourountou pousse Kéngué Léké dans l’eau et continue son chemin seule. Elle arrive chez ses parents. Ceux-ci lui demandent où est sa sœur. Elle dit que Kéngué Léké a rebroussé chemin en cours de route.

Longtemps après, des pêcheurs entendent une voix de femme à l’endroit où Kéngué Léké avait été précipitée dans la rivière. On interdit de pêcher à cet endroit. Kéngué Léké apparaît en rêve à un villageois, elle demande que l’interdit soit levé.

 

 


 

Keenge Kuruntu na Keenge Leeke / Kéngué Kourountou et Kéngué Léké

 

 

 

 

 

Ekaa ! bilumbu biyookele.

Ekaa ! les jours passèrent.

 

Ɣa ɣata bazeebi tsi Keenge keeri.

Dans le village, les gens étaient au courant du retour de Kéngué.

 

Samu wuuna mpe baluunda wo kwa.

Ils n’en avaient plus parlé.

 

Ekaa ! babakala bavutu kwiiza, kabavutu a kwiiza ko ?

Ekaa ! les hommes qui n’allaient pas venir, n’étaient-ils pas venus1 ?

5

Biiziri, ni mwiizu beka ta kwiiza.

Ils étaient venus et ils ne faisaient que venir.

 

Maama Solola teele tsi :

Maman Solola dit :

 

« Ah ! Keenge mitutuuriri mia mweeni.

« Ah ! Kéngué, tu sais ce qui nous est arrivé.

 

Buubu ah ! Bubeelo ko nga taboonga bakala dio dituzeebi kaanda.

Cette fois-ci, ah ! on prendra un homme dont on connaît la famille.

 

Dio dituzeebi mvila na miamanso na kwe batuuka.

Celui dont on connaît le village et dont on sait d’où il vient.

10

— Ekaa ! maama ni bo kwa tusa.

— Ekaa ! c’est comme ça qu’on va faire, maman.

 

Eh ! ndemvokela mu mio miayookele eh ! »

Eh ! pardonne-moi pour tout ce qui s’est passé eh ! »

 

Keenge toondele kwaandi.

Kéngué remercia ses parents.

 

Ekaa ! bee boonga ta Badiinga.

Ekaa ! ils allèrent chercher papa2 Badinga.

 

Ta Badiinga kayiza ɣaana.

Papa Badinga vint.

15

Ekaa ! bateele tsi : « Ekaa ! Keenge, ta Badiinga yandi tuzeebi ni yaandi kwa, na yaandi kwa lweka kweelana eh ! »

Ekaa ! ils dirent  [à Kéngué] : « Nous connaissons papa Badinga, tu vas donc te marier avec lui eh ! »

 

Ekaa ! Basiingase loongo luuna mpe eh ! Bakweelane mpe loongo bubeele mpe mwamansoni ih ! Baawu beele mpe ih !

Ekaa ! ils se mirent d’accord pour le mariage eh ! ils se marièrent devant tout le monde ih ! Ils partirent [s’installer] ih !

 

Ah ! Kani bavutu ba ɣo tsibelo ɣo kaani, ba baɣeeni tsibelo tsiakaka.

Ah ! au lieu de rester dans le même village, on leur donna un autre endroit.

 

 

 

 

Lweeka lwa lubakala, bayenda kuuna ih ! ni kuuna baye tuungila.

À droite du village, c’est là-bas qu’ils allèrent ih ! construire leur maison.

 

Batuungiri kuuna, bii buta baala boole.

Ils construisirent leur maison et eurent deux enfants.

20

Bubabutiri baala boole, wa ntete baɣeeni Keenge Kuruntu,

Ils eurent deux enfants, [deux filles], ils appelèrent l’aînée Kéngué Kourountou,

 

wa zoole Keenge Leeke.

la sœur cadette Kéngué Léké.

 

Ekaa ! mu kwe kuri, mu kwe kuri baala.

Ekaa ! les enfants grandissaient, elles grandissaient.

 

Mu kwe saansi, mu kwe saansi baala.

Les parents les élevaient, ils les élevaient.

 

Mu kwe kuri, mu kwe kuri baala.

Les enfants grandissaient, elles grandissaient.

25

Mu kwe saansi, mu kwe saansi baala.

Les parents les élevaient, ils les élevaient.

 

Hein ! Keenge Kuruntu kuriri.

Hein ! Kéngué Kourountou grandit.

 

 Keenge Kuruntu ah ! diingiri mu kweela, kweela beka mukweela.

Kéngué Kourountou ah ! voulait maintenant se marier, on allait la marier.

 

Keenge Kuruntu bamukweelele.

Kéngué Kourountou, on la maria.

 

Bakiri bakala mpe, bakala mpe eh eh ! ni mo ka kwe saansi yandi m’keento.

Oui, elle eut un homme qui eh eh ! s’occupait bien d’elle.

30

Babeele, babeele, ekaa ! yandi Keenge Kuruntu mu baka zimi mwa ah ! mwa matapari, mwa mpasi.

Ils vivaient ainsi, ils vivaient ainsi, ekaa ! Kéngué Kourountou, pour ce qui était de grossesse ah ! c’était compliqué, ce n’était pas facile.

 

Ekaa ! na maboonzo beri kwe baangi, maboonzo ma Umba hein ! bakwe muɣaani maboonzo, mwa mpasi.

Ekaa ! on lui donnait toutes sortes de décoctions, telles que celle d’Oumba hein ! on les lui donnait, mais rien.

 

Ekaa ! yandi Keenge Leeke, ni kuna keri kwe bakisa yaaya, kwe bakisi yaaya.

Ekaa ! Kéngué Léké allait là-bas pour prêter main-forte à sa sœur aînée, pour prêter main-forte à sa sœur aînée.

 

Ah yaaya ! Babeele, babeele, Keenge Leeke mwaana bisalu.

Ah yaaya !  ils vivaient ainsi, ils vivaient ainsi, Kéngué Léké travaillait beaucoup.

 

Eh ! mwaana wa bisalu !

Eh ! elle aimait vraiment travailler !

35

Eh ! mwaana taambula, mwaana dia.

Eh ! l’enfant qui obéit, c’est celui-là qui a droit à la nourriture3.

 

Yaandi ni buuna.

Elle était ainsi.

 

Eh ! tsidzuunu tsia tsiingi.

Eh ! elle était très obéissante.

 

Batambila, Keenge taamburi, we sala.

On l’appelait, elle acceptait [de faire ce qu’on lui demandait de faire] et elle partait le faire.

 

Ni keri kwe bakisa kuuna.

Elle se rendait chez sa sœur pour l’aider.

 

 

 

40

Ekaa ! yaandi mpe kuriri, yaandi mpe kweelele.

Ekaa ! elle aussi avait grandi et elle s’était également mariée.

 

Bukakweelele hein ! tsi ka sa ?

Maintenant qu’elle s’était mariée hein ! qu’allait-elle faire ?

 

Yaandi weele kuna loongo luuna lwa yaandi kuna mpe hein !

Elle alla s’installer dans son foyer hein !

 

baɣaambane beka wakaa ekune, wakaa ekune.

Elles étaient séparées, l’une était ici, l’autre était là-bas.

 

Kaa ! Keenge Leeke, buuna kwa ke tuula kuna kwe bakala kuuna,

Kaa ! Aussitôt arrivée chez son mari,

45

Ah ! kaziingiri a ko, namini.

Ah ! Kéngué Léké ne mit pas du temps, elle tomba enceinte.

 

Bukanamimi ih !

Étant tomba enceinte ih !

 

wi buta mwaana.

elle eut une fille.

 

Ɣeeni mwaana nkuumbu Kiminu.

Elle l’appela Kiminou.

 

Ekaa ! Kiminu mpe mwaana wa toma !

Ekaa ! Kiminou était très belle aussi [comme sa mère] !

50

Ekaa ! na mwaana, ntaangu za kaka weele, neeki wee soongela mwaana kwe bankaaka.

Ekaa ! elle allait de temps à autre montrer l’enfant à ses grands-parents [paternels].

 

Wee soongela mwaana mpe kwe bataata na maama.

Elle allait également montrer l’enfant à son père et à sa mère.

 

Ih ! ntaangu za kaka yookele kuuna kwe yaaya.

Ih ! Elle passait parfois chez sa sœur aînée.

 

Ekaa ! yaandi yaaya, ka kwe mona yaandi Keenge,

Ekaa ! la sœur aînée, en voyant sa cadette,

 

[kamona] yaandi wa leeke na mwaana.

[elle voyait que] sa cadette avait une enfant.

55

Yaandi ku mutsima diki diyookele na keta.

Elle, dans son cœur, elle était furieuse.

 

Yaandi wa leeke, keri a zaaba ko, Keenge Leeke.

Sa sœur cadette, Kéngué Léké, ne s’en rendait pas compte.

 

Ka kwe kipi yaaya, ka kwe mukipi, biabianso, biabianso.

Elle s’occupait de sa sœur aînée, elle s’occupait bien d’elle.

 

Ekaa ! kasa laamba ntaangu za kaka,

Ekaa ! quand elle cuisinait,

 

We ɣaana biima kuuna kwe bankaaka na kwe bamaama.

Elle apportait à manger aux grands-parents et aux mamans.

60

Keenge Leeke nibo keri saaka.

C’était ainsi qu’elle faisait, Kéngué Léké.

 

Nga Keenge Kuruntu mu diki kwa dio, yaandi bisalu asikiii mpiaa ! kasalaka andi ko.

Quant à Kéngué Kourountou, elle ne travaillait pas.

 

Yaandi budimbu mpasi.

Elle était paresseuse.

 

Ni mayela keri kwe diingi ngaatsi kakaangisa Keenge Leeke munwa.

Elle cherchait comment faire pour montrer à Kéngué Léké ce dont elle [Kéngué Kourountou] est capable4.

 

 

 

 

Babeele, babeele, bilumbu biayooka ekaa ! ngoonda mpe zayooka.

Ekaa ! elles vivaient ainsi, elles vivaient ainsi, les jours passèrent ekaa ! les mois passèrent.

65

Keenge Leeke ntaangu zakaka kasa laamba biima si yooka kuuna kwe yaaya.

Il y avait des moments où Kéngué Léké faisait la cuisine et apportait [à manger] à sa sœur aînée.

 

[Lumbu tsimosi, teele kwe Keenge Kuruntu :] « Yaaya, twe tatala bamaama eh ! »

[Un jour, elle dit à Kéngué Kourountou :] « Grande-sœur, allons voir les parents eh ! »

 

Yeh ! beele.

Yeh ! les voilà parties.

 

Ah ! kaa ! ntaangu zakaa, yaandi budimbu bwa bwiingi bwe naandi keri andi zolo keendi ko.

Ah ! kaa ! la grande-sœur était paresseuse et n’aimaient pas aller chez leurs parents.

 

Kariri kwaandi hein : « Ah ! eh ! me nikweendani ko eh !

Elle dit non hein : « Ah ! eh ! je ne veux pas y aller eh !

70

Enda yende kwaaku. »

Vas-y, toi. »

 

Eh ! lumbu tsiina tsia kaka, yaandi Keenge Leeke kata kwe teela yaandi yaaya :

Eh ! un autre jour, Kéngué Léké alla dire à sa sœur aînée :

 

« Yaaya tsia tweendi, me laamba ndeembi ngaatsi ta […]

« Grande-sœur, allons-y, j’ai fait à manger […]

 

— Ekaa ! na mwaana kwe nati ?

— Ekaa ! tu vas avec l’enfant ?

 

— Mwaana tasiisa wo kwa.

— Laissons l’enfant.

75

— Ambo kwe tusiisa wo ?

— Où allons-nous la laisser ?

 

— Dzeka bo, tsia keela me na kaala kuna ɣata nasiisa mwaana kwe yaandi wa bakala. »

— Dans ce cas, je repars au village laisser l’enfant auprès de son père. »

 

Yaandi, Keenge Leeke ni kavutukaala ku ɣata kasasiisa mwaana kwe bakala :

Kéngué Léké retourna donc au village laisser l’enfant auprès de son père.

 

[Teele :] « Me na yaaya tutakweenda eh ! »

[Elle dit :] « Je pars avec ma grande-sœur eh ! »

 

Bavukane ɣaana hein ! Bee ɣaana mwaana :

Ensemble, elles allèrent laisser l’enfant [auprès de son père].

80

[Keenge Leeke teele kwe yaandi bakala :] « Tsi saala na mwaana, butukweenda, nkookela mbo tukaala kwa eh !

[Kéngué Léké dit à son mari :] « Reste avec l’enfant, nous partons et nous allons rentrer le soir eh !

 

Eh ! taa diriri, mabeeni ma ngoombe ɣo kwa mena eh !

Eh ! si elle pleure, le lait est là eh !

 

— Yeh ! »

— Yeh ! »

 

Ni bayenda, ni bayenda mpaangi na yaaya.

Elles se mirent en route, elles se mirent en route, la cadette et la sœur aînée.

 

Beele, beele ekaa !

Elles partirent, elles partirent ekaa !

85

Mu tuula kuna ɣata dia taata awu, nto ye wo basabukaa.

Pour arriver au village de leur papa, il fallait traverser une rivière.

 

Ɣo nto ɣo, mukookolo we wo.

À la rivière-là, il y avait une passerelle en bois.

 

Mukookolo baye wa tuula wuuma.

La passerelle était placée quelque part.

 

Nto ya mwa ya saarila, kaa ! mukookolo wa munene.

La rivière était un peu large, kaa ! la passerelle était longue.

 

Buba ɣo, mukookolo wuuna, ɣaana ɣa baye wa tuula,

Quand tu es sur la passerelle, de part et d’autre,

90

bulu dia dinene dieri ɣaana.

il y avait un vide.

 

Eh ! ni muta tsi mu yooka ɣaana, tabi wasa mayela.

Eh ! c’est pour dire qu’il faut faire très attention en passant.

 

Ekaa ! baye tuula ɣaana,

Ekaa ! elles arrivèrent là,

 

« Ah ! kaa ! bwe tusa aah,

« Ah ! kaa ! comment allons-nous faire aah,

 

kaa ! mbe na dema ɣo ɣe naaku nge Keenge.? »

avec la charge que tu portes, Kéngué ? »

95

Ni Keenge Kuruntu ta ta kwe Keenge Leeke :

C’était Kéngué Kourountou qui parlait à Kéngué Léké [et qui lui dit] :

 

« Dema ɣo ɣenaaku ngaatsi ka bubeele a ko, ɣaana me naboonga mwaatu. 

« [Avec] la charge que tu portes, peut-être que tu ne pourras pas traverser, donne-moi ça. 

 

Tsitunga tsio na tuula ɣa mutu, nge bo we teekele. 

Laisse-moi porter le panier sur la tête, tu passes devant.

 

Mu buungu tsi me nitu manene, nge wa fiooti wa toko kwe teekele eh ! »

Moi, je suis grosse, toi, tu es mince. Passe donc devant eh ! »

 

Ekaa ! Keenge Leeke mpe kakolamane a ko, taamburi.

Ekaa ! Kéngué Léké ne refusa pas, elle accepta.

100

Ni tsitunga kaɣeeni kwe yaandi yaaya.

Elle donna le panier à sa grande-sœur.

 

Yaaya boongele tsitunga hein ! siiri a mutu.

Sa grande-sœur prit le panier hein ! et le mit sur la tête.

 

Bata kwe yende, kwe yende, bata kwe yende, yaandi ni ɣa manima kata kwe laandi yaandi mpaangi.

Elles marchaient, elles marchaient, elle [Kéngué Kourountou] était derrière sa sœur cadette.

 

Ka kwe laandi ah ! batuuriri ɣa na kati-kati ɣaana.

Elle marchait derrière [sa sœur cadette] jusqu’à arriver au milieu de la passerelle.

 

Keenge Kuruntu bo kaboongele yaandi mpaangi, ni boo ! mu maamba na woo !

Kéngué Kourountou poussa sa sœur cadette boo ! dans l’eau woo !

105

Ni bukata : « Eeh ! me nibwa !… »

Elle cria : « Eeh ! je vais tomber !… »

 

Keenge Leeke mu maamba buu!

Kéngué Léké tomba dans l’eau buu !

 

Bo kapupa ɣo kaka !

Elle s’agitait kaka !

 

Yambukiri.

Elle était en train de se noyer.

 

Kapupa ɣo ni yaandi ta ta :

Elle s’agitait en disant :

110

« Yaaya mboonga eeh ! yaaya kapupa bo. »

« Grande-sœur, rattrape-moi eeh ! »

 

Hum ! kabuta vutu ba ko, yambukiri.

Hum ! ça n’allait plus, elle s’était noyée.

 

Ah ! Keenge Kuruntu kani bidilu, kani mbeembo.

Ah ! Kéngué Kourountou n’avait pas pleuré, elle n’avait même pas réagi.

 

Hum ! samu andi ntama kawaaya wo.

Hum ! elle l’avait prévu.

 

Ih ! ni nzila kaboongele, ni mukookolo kasabukiri, ni kwe bamaama keele.

Ih ! Elle traversa la passerelle et se rendit chez sa mère.

115

Kee tuula kwe bamaama kuuna, [maama mu yuuriri :]

Arrivée chez sa mère, [celle-ci lui demanda :]

 

« Eh ! ebwe bateele ?

« Eh ! qu’est-ce qu’on dit ? 

 

Eh ! Keenge Kuruntu bwe kwa bateele ?

Eh ! Kéngué Kourountou, qu’est-ce qu’on dit ?

 

— Ah ! beeno kwa nsiri tala ɣa.

— Ah ! je viens juste vous voir. 

 

Eh ! dianzeenza hein !

Eh ! c’est étonnant hein !

120

Ambo kaa ! mpaangi a ku ?

Kaa ! où est ta petite-sœur ? 

 

A bo lutokokwiiza na mpaangi a ku lukwe yende.

Vous avez l’habitude de venir ensemble.

 

— Ah ! Twiiziri nzila mosi ka butwiiziri, ni mwaana kata vutu beele lwaaka, ni kakeeri kwaandi.

— Ah ! en route, elle s’était inquiétée de l’enfant et elle avait rebroussé chemin.

 

Kuuna kwe bakala kavutulu kaala kuuna, buungu mwaana kasi siisa.

Elle était repartie chez son mari parce qu’elle [lui] avait laissé l’enfant.

 

Katamona tsi ah ! Mwaana tsia wa saala diri, ni kakeeri kwaandi.

Elle ne voulait pas que l’enfant pleure, c’était pour cette raison qu’elle était repartie.

125

Me tsiaangu ndiiziri ku eh !

C’est pour cela que je suis venue ici eh !

 

— Ambo bi biima, ni nge leembi bio ?

— Est-ce toi qui as préparé cette nourriture ?

 

— Ih ! me nzirikiri biabianso.

— Ih ! C’est moi qui ai tout fait.

 

— Eh ! eh ! maama, eh ! Keenge Kuruntu, eh ! maama soba ta kwe sobe eh !

— Eh ! eh ! Kéngué Kourountou eh ! tu commences à changer eh !

 

Eh ! kaambe nzaambi wa munene ! »

Eh ! Dieu est grand ! »

130

Badiiri ɣaana, bamokene. [Keenge Kuruntu teele :]

Ils causèrent, ils mangèrent. [Kéngué Kourountou dit :]

 

« Ah ! kaa ! me kaala kwaani nzeka kaala eh !

« Ah ! kaa ! je dois rentrer.

 

— Ekaa ! tsia kaala, nzila ya mbote ! »

— Ekaa ! rentre bien et bonne route ! »

 

Bamuyirikiri mpe mwa tsulu ɣaana mpe :

Ils lui donnèrent des choses [à emporter] :

 

« Ah ! kani mwa nkaba zi we nati eh !, ngaatsi mu nzila kwe za diiri eh ! »

« Ah ! prends ces tubercules, tu pourras les manger en route. »

135

Kaboongele, kakeeri kuuna ɣata kuuna woo ! weele zakala kwaandi.

Elle les prit et elle rentra calmement au village woo ! elle alla s’asseoir.

 

Yandi bakala kuuna, bakala dia Keenge Leeke, kakeela, kakeela mpiimpa yi fweeni.

À la tombée de la nuit, le mari de Kéngué Léké attendit en vain [le retour de sa femme].

 

[Ni kata :] « Ambo kaa ! bwe nisa, mwaaana bidilu, mwaana mpiimpa ya nkaaka dila na dila ?

[Il disait :] « Kaa ! l’enfant n’a pas arrêté de pleurer toute la nuit, comment vais-je faire ?

 

Maamee ! We seekela kwa kuuna ?

Maamee ! Va-t-elle dormir là-bas ?

 

Ngaana samu kwa wu yookele kuuna ?

S’est-il passé quelque chose là-bas ?

140

Ngaatsi samu kwa.

Peut-être qu’il y a eu un problème.

 

Ah ! yaaya ! Ngaatsi samu wa munene kwa wubwiiri kuuna.

Ah ! yaaya ! Peut-être qu’il y a eu un problème grave là-bas.

 

Mbo kaseekele a ku ko ni bwe ? »

Comment se fait-il qu’elle ne rentre pas dormir ? »

 

Yaandi mubaka tolo, mpiimpa ya nkaaka kabaka tolo ko.

Il n’arrivait pas à dormir.

 

Pari na pari kaboongele mwaana, ni kwe Keenge Kuruntu.

De bon matin, il prit l’enfant et il alla droit chez Kéngué Kourountou.

145

Ke tuula kuuna, ah ! Keenge Kuruntu :

Arrivé là-bas, il demanda à Kéngué Kourountou :

 

« Nge ku kwaku wena ?

« Es-tu en paix ?

 

— Yeh !

Yeh !

 

— Ambo kaa ! mpaangi aku ?

— Où est ta petite-sœur ?

 

— Ah ! Mpaangi bu tayele, bu tayele, mu nzila, waye kaarila mu nzila mwaana kabele kwe bingiri kooko.

Ah ! nous nous étions mises en route pour venir quand, soudain, elle rebroussa chemin à cause de l’enfant.

150

Ah ! Me nitabaanza ka mpe koteleke. 

Ah ! je pensais qu’elle était déjà rentrée.

 

— Tabaanza koteleke ?

— Tu crois qu’elle est rentrée ?

 

Nzila mosi layele, ntsia faso tabanzila koteleke ?

Vous étiez parties ensemble, comment penser qu’elle était rentrée ?

 

— Ekaa ! Me nibo nzaabiri wo.

Ekaa ! c’est ce que je pensais.

 

— Kabulendi a bwa ba ko.

— Ça ne peut pas être ainsi.

155

Katoko a yendila bo ko, zena nzaatulu za Keenge Leeke ko. »

Elle n’est pas comme ça, ce n’est pas dans les habitudes de Kéngué Léké. »

 

Beele kuuna ɣata diina dia bamaama ngaatsi ni ko kwa ke.

Ils allèrent au village de leur maman, peut-être qu’elle était resté là-bas.

 

Bamaama bateele :

Les femmes dirent :

 

« Ih ! ambe yaandi, yandi kaka wiiziri ku, katuzeebi a ko […]. »

« Ih ! on ne sait pas, elle était venue ici toute seule […]. »

 

Oh ! maamee ! lumbu tsio tsiyookele.

Oh ! maamee ! Ce jour-là passa.

160

Beele na te kuuna kwe bankaaka.

Ils allèrent jusque chez les grands-parents.

 

Kwe bankaanka Solola na bankaanka Munsambote.

Chez la grand-mère Solola et le grand-père Mounsamboté.

 

Be tuula kuuna : eh ! Kena ku ko.

Ils arrivèrent là-bas : elle n’était pas là.

 

Maamee ! Ekaa ! Ni bwe beka sa ?

Maamee ! Ekaa ! comment allaient-ils faire ?

 

Bata kaala ɣaana, badiinga eh !, badiinga eh !,

Ils étaient repartis pour chercher eh ! chercher eh !

165

Eeeh ! Badiinga eh, badiinga eh !

Eeeh ! Ils cherchèrent eh ! ils cherchèrent eh !

 

Ah ! Maama ! Samu weka…

Ah ! Maama ! Le problème était très grave.

 

Ekaa ! Keenge kabata vutu mumona ko bilumbu bitatu,

Ekaa ! trois jours qu’on n’avait pas vu Kéngué.

 

Ka ni digi a ko basiiri.

On organisa la veillée mortuaire.

 

Basiiri dizi dia lombo mvuumbi.

Une veillée mortuaire sans corps.

170

Badiriri, bamaama badiriri :

Les femmes pleuraient :

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Eh ! Keenge, kilembo watala kwaaku eh kilembo !

Eh ! Kéngué, elle est belle, on a envie de la voir, eh ! belle !

 

Ah ! meeso maana, eh maama !

Ah ! ses yeux, eh ! maama !

 

Ah ! mboombo yina ah ! eh ! maama !

Ah ! son nez-là ah ! eh ! maama !

175

Eh ! Keenge, kilembo wamona kwaaku eh kilembo !

Eh ! Kéngué, elle est belle, on a envie de la voir, eh ! belle !

 

Ah ! Keenge yeeto eh ! eh ! maama !

Ah ! notre Kéngué eh ! eh ! maama !

 

Ah ! maama wayenda eh ! eh ! maama !

Ah ! maama est partie eh ! eh ! maama !

 

Ɣana dizi ɣaana, mpeeve mpe ziduukiri ɣaana, baantu babakiri mpeeve ah ! ih !

A la veillée mortuaire, Il y en avait qui tombaient en transe ah ! ih !

 

Tsi ah ! kuuma kena eh !

Ah ! elle devait être quelque part eh !

180

Ɣaana ɣa kena ɣa kaangama ɣena.

Elle devait être dans un endroit caché.

 

Ekaa ! Ni bwe ?

Ekaa ! comment ça ?

 

Tsia kuuma kena ?

Où était-elle ?

 

Badiingiri ah ! ka batamubaka ko.

Ils avaient cherché ah ! sans succès.

 

 

 

185

Ekaa ! Tsilumbu tsiayooka.

Ekaa ! Un jour passa.

 

Lumiingu luyookele.

Une semaine passa.

 

Ngoonda mpe ziyookele.

Des mois aussi passèrent.

 

Ekaa ! mwaana bakala mosi, yandi wuuna ni wa keka ta wa kuna saangi kuuna.

Ekaa ! il y avait un homme, il entendait une voix dans la forêt.

 

Mwaana bakala wo kayetuula kuuna, ni soola keri ke sole ɣa ndeeko.

Cet homme-là était allé à la pêche au bord de la rivière [dans laquelle Kégué Léké avait été poussée].

190

Bukatakwaanga, ni ko ! ko ! ko ! ni zu katawa :

Pendant qu’il pêchait, il entendit une voix ko ! Ko ! ko !

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Lukwaanga bitungu, lukwaanga bitungu

Vous qui êtes en train de couper les arbres,

 

Teela maama nguri bola

Dites à maman que mon corps commence à se décomposer,

 

Yaaya eh ! ku malele ngongongo bola yibola.

Yaaya eh ! je suis dans la souffrance,

195

Ko ! ko ! ko !

Ko ! ko ! ko !

 

Lukwaanga bitungu, lukwaanga bitungu,

Vous qui êtes en train de couper les arbres,

 

Teela maama nguri bola,

Dites à maman que mon corps commence à se décomposer,

 

Yaaya eh ! ku malele ngongongo bola yibola.

Yaaya eh ! je suis dans la souffrance.

 

Mwaana bakala wo weka oh ! ekaa ! zu nitawa ?

Il se dit : « Oh ! ekaa ! Serait-ce une voix humaine ?

200

Tsiaana eti muuntu ta zoonza kooko, ekaa ! bwe na bwe ?

On dirait que quelqu’un est en train de parler là-bas… Ekaa ! comment ça ? »

 

Mbo kavutu diinga mu sola :

Il voulait continuer à pêcher, il entendit :

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Ko ! ko ! ko !

Ko ! ko ! ko !

 

Lukwaanga bitungu, lukwaanga bitungu,

Vous qui êtes en train de couper les arbres,

205

Teela maama nguri bola,

Dites à maman que mon corps commence à se décomposer,

 

Yaaya eh ! ku malele ngongongo bola yibola.

Yaaya eh ! je suis dans la souffrance.

 

Bukasusumuka ɣaana ah ! ni ku makaanga kaneeki.

Lorsqu’il entendit la voix, ah ! il remonta directement [sur la rive].

 

[Teele kwe baantu :] « Ah ! me ko kumbeele kooko ah ! zu dia muuntu nitawa eh ! »

[Il dit aux gens :] « Ah ! Là où j’étais ah ! j’avais entendu une voix humaine eh ! »

 

Ooh ! baantu mpe kabatamukwiikila ko.

Ooh ! Les gens ne le croyaient pas.

210

« Tsia faso ah ?

« Comment ça ah ?

 

— Mu bwe na bwe ah ! kaani

— Comment ça ah ? Non…

 

— Amboka ɣa beeto bimpongo bia mpila bio ɣa bikwe be ?

— Y aurait-il ce genre de problème chez nous ici ?

 

— Kani kabwe. »

— Jamais. »

 

Ekaa ! bilumbu kwa biayooka bioole, wa ka kavutu kweenda kuuna mpe, sola katasola.

Ekaa ! deux jours après, un autre était parti pêcher au même endroit.

215

Ko ! ko ! ko ! nkuunga mpe ni wo kwa katavutu wa.

Il entendit la même chanson : Ko ! ko ! ko !…

 

« Ah ! samu we ɣa eh !

« Ah ! il y a quelque chose qui se passe ici eh !

 

Samu we ɣa ?

Y a-t-il un problème ici ?

 

 Tsi eh ! »

Eh ! »

 

Bateele baantu baɣata, bibuunda biakaka biiziri ɣaana hein !

On fit venir les habitants du village avec quelques vieillards à cet endroit hein !

220

[Bo babeele waaka zu bateele :] « Bakwizi tuula, ni ɣa tuta wa.

[Ceux qui avaient entendu la voix dirent :] « C’est là que nous entendons [la voix].

 

Ni ɣaaɣa ?

— Ici ?

 

Tsi yeh !

— Yeh !

 

Dzekabo, ni tsipooyi basa eh ! »

Puisqu’il en est ainsi, nous allons faire des invocations eh ! »

 

Baye tuula ɣaana, bi biingula nzaambi maamba.

Ils y invoquèrent le dieu d’eau.

225

Babiinguri biabiansoni.

Ils procédèrent à toute sorte d’invocation.

 

Baboongele tsipoyi na kakakaka !

On procéda à la divination de branche d’arbre kakakaka !

 

Tsipoyi tsiayenda ɣaana, ɣaana maamba ni ɣaana tsieri zuungana kukukuku !

La branche ne faisait que tourner au bord de la rivière kukukuku !

 

[Bisi ɣata bateele :] « Ah ! samu we ɣa !…

[Les villageois se disaient :] « Ah ! il y a un problème ici !…

 

— Samu we ɣa ɣa !…

— Il y a un problème ici !…

230

— Ekaa ! ni bwe tusila ?

— Ekaa ! qu’allons-nous faire ?

 

— Dzekabo, ntente lavutu kwi sola ɣa ɣa…

— Dans ce cas, avant de venir pêcher ici…

 

— Kaluvutwandi kwi lobaka ku ku eh ! »

— Ne venez plus pêcher ici eh ! »

 

Dzekabo, baawu basiiri tsibila ɣaana.

Ils conclurent donc ainsi.

 

Basa tsibila ɣaana ih ! tsiayooka mvula ya nkaaka, tsibila hein !

Depuis qu’ils ont interdit, ça fait déjà une année hein !

235

Kuuna vutukweenda pele.

Personne ne devait y aller.

 

Babeele muuna tsibila muuna, babeele, babeele…

Ils vivaient avec cette interdiction, ils vivaient, ils vivaient…

 

Ekaa ! ɣana ɣata ɣaana, ni muuntu talooto ndozi [ni ka wa zu dita taanga
 :]

Ekaa ! dans le village, quelqu’un fit un rêve [qu’il avait entendu la voix qui chantait :]

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Na wo tsetsa mu ndeeko nzari eh !

Toi qui pêches au bord de la rivière eh !

240

Teela maama, teela maama kendani nioonge.

Dis à maman de ne pas se soucier.

 

Na wo tsetsa mu ndeeko nzari eh !

Toi qui pêches au bord de la rivière eh !

 

Teela maama, teela maama kendani nioonge.

Dis à maman de ne pas se soucier.

 

Me Keenge, me nawombele kendani nioonge.

Moi, Kéngué, j’ai péri, qu’elle ne se soucie pas.

 

Me ! Keenge me naniongene, kendani nioonge.

Moi, Kéngué, je m’inquiète parce qu’elle se soucie.

245

Me Keenge, me nayambukiri keendani nioonge.

Me Keenge, me nayambukiri keendani nioonge.

Moi, Kéngué, je m’étais noyée, qu’elle ne se soucie pas.

Moi, Kéngué, je m’étais noyée, qu’elle ne se soucie pas.

 

Milele miaani mbo kayanika kuuna ku makaanga ya.

Milele miaani mbo kayanika kuuna ku makaanga ya.

Elle doit étaler mes pagnes.

Elle doit étaler mes pagnes.

 

Milunga miaani mbo kaluundila ntekolwani wo wo.

Qu’elle garde mes bracelets pour sa petite-fille.

 

Milunga miani mbo kaluundila ntekolwani wo wo.

Qu’elle garde mes bracelets pour sa petite-fille.

 

Me Keenge, me nawombele kweendani didi.

Moi, Kéngué, j’ai péri, qu’elle ne pleure pas.

250

Mbo kasusumukini, ekaa ! ndozi kwa !

À son réveil, ekaa ! quel rêve !

 

Kavumbukiri ɣa ɣata ɣaana, ni nsaangu kekaɣaana.

Il alla informer les gens du village.

 

« Ekaa ! ndozi yi ndootolo ebu na ebu.

« Ekaa ! j’ai fait un rêve extraordinaire.

 

Keenge wiiziri takwi kuntaangila nkuunga.

Kéngué est venue me chanter une chanson.

 

Oh ! Nge mpe tsia bikeno, muuntu wayenda, wayenda. 

Oh ! quelqu’un qui est décédé depuis longtemps.

255

Tsi ambe nkuunga ngwiiri. »

J’ai écouté la chanson. »

 

Ni wa kalongese kuunga ni wa bawiiri.

Il chanta la chanson et ils l’écoutèrent.

 

« Oh ! Ni bo wena ?

« Oh ! c’est comme ça ?

 

Tsi yeh ! nibo wena.

— Yeh ! c’est bien cela. »

 

Ekaa ! ngaatsi tubakiri mafuumba mampaamba,

Ekaa ! pour éviter des problèmes,

260

dzeka bo, ni tsibila tsio tukwe zuula eh ! »

nous allons lever l’interdiction eh ! »

 

Be katula tsibila tsiina.

On leva l’interdiction.

 

Baye katula tsibila tsiina hein !

On leva l’interdiction hein !

 

Ah ! dzeka bo, bakaturi tsibila, baantu bakwe loba, ni loba bakwe loba.

Ah ! On leva l’interdiction, les gens recomencèrent à pêcher [à cet endroit].

 

Eh ! babasoni ni muuna.

Eh ! tout le monde avait repris [la pêche à cet endroit].

265

Ekaa ! bo beri kwe loba, ni loba bakwe lobe.

Ekaa ! les pêcheurs se remirent à pêcher.

 


 

Notes:

1  C’est-à-dire que l’inattendu s’est réalisé : après le retour de Kéngué de chez les non-humains, on ne s’attendait pas à ce qu’autres hommes viennent la demander en mariage.

2  « Papa » est ici un titre de respect.

3  Dicton.

4  Traduction de ngaatsi kakaangisa Keenge Leeke munwa, mot à mot : « pour fermer la bouche à Kéngué Léké », locution qui signifie « prouver à quelqu’un de quoi on est capable ».

Raphaël Otho

Corpus inédit, © Copyright ADELLAF 2021

Keenge / Kéngué I

 

 

Keenge kwe bisimbi / Kéngué chez les non-humains

 

 

 

Mots-clés

kikongo, lari, (láari, laari, kilaadi) ; République du Congo ; Congo-Brazzaville — oralité, conte, nsamu — « Fille difficile », créature non-humaine, mukuyu, tsisimbi, métamorphose, vieille femme ; famille, mariage, choix du conjoint par la fille.

Production du corpus

Conte en quatre épisodes dit par Chrysogone Diangouaya.

Chrysogone Diangouaya est né en 1967 en République du Congo (Congo-Brazzaville). Il vit actuellement à Paris, où il est directeur du centre de danse qui porte son nom, dans le 18e arrondissement. Chrysogone Diangouaya est chorégraphe, comédien et conteur. Il a réalisé ou participé à plusieurs spectacles de danse. Il a interprété des rôles dans un grand nombre de pièces de théâtre, dont certaines montées ou créées par lui. On peut citer parmi ses créations Le cri de la girafe, qui est un conte dansé et chanté pour le jeune public (Théâtre Daniel Sorano à Vincennes et Le Théâtre de la Ville à Paris, 2012 à 2019).

Collecte

Auto-enregistrement réalisé en continu le 16 mai 2020, sans auditoire, à la demande de Raphaël Otho.

Édition du corpus

Transcrit et traduit par Raphaël Otho. Un glossaire réunissant les interjections et quelques noms maintenus dans la traduction sera donné ultérieurement.

Résumé de l’épisode 1

Papa Mounsamboté et sa femme Maman Solola ont une fille, Kéngué. Elle est très belle. Elle attire le regard de beaucoup de familles du village, mais elle refuse d’épouser tous les hommes qui la demandent en mariage.

Un étranger se présente. Il est très beau. Elle accepte de l’épouser. L’étranger est un mukuyu, un non-humain. Il amène Kéngué dans son village. Elle découvre la vraie nature de son mari.

Une vieille femme se rend en cachette dans le village du mari non-humain. Elle rencontre Kéngué dans une fête du village. Elle l’aide à fuir. Elle lui donne trois objets : un morceau de bois, une pierre et un œuf. Si elle se trouve en grande difficulté, qu’elle jette derrière elle le morceau de bois, puis la pierre, puis l’œuf.

Le non-humain poursuit Kengué. Il est sur le point de la rattraper, elle jette le morceau de bois derrière elle, une grande forêt apparaît avec beaucoup d’arbres, elle échappe au non-humain. Le mukuyu la rattrape à nouveau, elle jette la pierre derrière elle, des montagnes se dressent, elle lui échappe. Il la rattrape encore, elle jette l’œuf, non pas derrière mais devant elle, une grande rivière apparaît devant elle. La vieille femme apprend cela. Un piroguier vient sauver Kéngué.

Kéngué retourne chez elle. Elle explique à ses parents que le jeune homme qu’elle a épousé n’est pas un être humain, qu’elle a été sauvée par une vieille femme. Sa mère lui dit que la vieille femme est son arrière-arrière-arrière-grand-mère. Elle ajoute : « Ah ekaa !’L’essentiel est que tu sois revenue. »

 

 


 

Keenge kwe bisimbi / Kéngué chez les non-humains

 

 

 

 

 

 

Bangwaala yeenge tsieeno !

Paix à vous les amis !

 

Meno Diangouaya,

Je suis Diangouaya,

 

Diangouaya wa dia David Chrysogone.

Diangouaya David Chrysogone.

 

Yeh ! ndiena musi Nseembo,

Yeh ! je suis du clan Nsémbo,

005

mwaana Suundi,

l’enfant du clan Soundi,

 

na ntekololo kwe bisi Mbeembe,

petit-fils du clan Mbémbé,

 

na ntekololo mpe kwe bisi Mviimba.

petit-fils du clan Mvimba.

 

Ekaa ! mulaki tsia lolo ni ɣa mboongi ndiiziri mu kuluteela binsamu.

Ekaa ! aujourd’hui, je viens dans cette case pour vous dire des contes.

 

Ekaa ! lumbutsi, tsinsamu niluteela tsia Keenge.

Ekaa ! aujourd’hui, je vous dis le conte de Kéngué.

010

Binsamu bio mbuta za baantu beri kwe bia tuteeleke.

C’étaient des vieux qui nous disaient ces contes-là.

 

Buuna beeto tweri baala bafioti.

À l’époque, nous étions petits.

 

Ekaa ! buleeke bwa bwiingi bweri neeto mpe biakaka bia ye tuzimbakane kwa.

Ekaa ! nous étions encore des gamins, nous avons donc oublié d’autres contes.

 

Ni buungu dio buuna bubata babeeni bambuta :

C’est ainsi qu’eux-mêmes, les vieux disaient :

 

« Wadia fwa, yika dio. »

« Ce qu’a laissé le mort, améliore-le. »

015

Biakaka ni tukweyiki beto beeni, kweyiki,

D’autres contes sont ajoutés par nous-mêmes,

 

buungu « mayela meeso makutu mayika na yika ».

parce que « l’intelligence des yeux s’enrichit par les oreilles ».

 

Lumbutsi, tsinsamu tsia Keenge tsi niluteela.

Aujourd’hui, je vous dis ce conte-ci de Kéngué.

 

Ah ! mu bipo biya tsena, kaa ambe tsinsamu tsimosi kwa nsiiri ekaa !

Il y a quatre parties, mais ce n’est qu’un seul conte que je raconte ekaa !

 

Ah ! Makutu lu eh !

Ah ! Ouvrez bien les oreilles eh !

 

*
*        *

*
*        *

020

Ekaa ! mu ntaangu ya ntama, ya ntama,

Ekaa ! dans l’ancien temps, dans l’ancien temps,

 

muna ntaangu yiina ya Mbaanza Koongo,

en ce temps-là du Mbanza Kongo,

 

Koongo diina dia dinene,

ce grand Kongo-là,

 

Koongo dia Ntootela,

le Royaume Kongo,

 

Kuuna Koongo dia Ntootela kuna kweri maɣata,

dans ce Royaume Kongo-là, il y avait des villages,

025

maɣata ma manene.

de grands villages.

 

Muna maɣata mweri bibelo.

Dans chaque village, il y avait des groupements de maisons par famille.

 

Muna bibelo muuna, bibuka bieri kwe be muuna na mboongi.

Dans ces maisons de famille-là, il y avait des cases où on disait des contes.

 

Ekaa ! tsibelo tseri kuna loonde kuuna tseri tsibelo tsia Taata Munsambote.

À quelques pas, il y avait une maison qui appartenait à Papa Mounsamboté.

 

Taata Munsambote wakweela Maama Solola.

Papa Mounsamboté avait épousé Maman Solola.

030

Yeh ! Batoma zolasana.

Yeh ! Ils s’aimaient beaucoup.

 

Bubaba, baba, baba, baba,

Ils vivaient, ils vivaient, ils vivaient,

 

ekaa ! mu kwe be, Maama Solola wi buta mwaana wa m’keento.

ekaa ! en étant ensemble, Maman Solola mit au monde une fille.

 

Mwaana wuuna baɣeeni nkuumbu Keenge.

Cette enfant s’appelait Kéngué.

 

Keenge bukata kwi butuka,

À sa naissance, Kéngué,

035

ambo buuna tsia bumpala kwa !

quelle beauté !

 

Keenge bumpala !

Kéngué était très belle !

 

Bukabutukiri.

Elle était donc née.

 

Ekaa ! Taata Munsambote na Maama Solola ni mwaana beka ta kurisa.

Ekaa ! Papa Mounsamboté et Maman Solola élevaient, maintenant, l’enfant.

 

Mu kwe kurisi mwaana,

En élevant l’enfant,

040

mu kwe saansi mwaana,

en l’éduquant,

 

mu kwe kurisi mwaana,

en élevant l’enfant,

 

mu kwe saansi mwaana,

en l’éduquant,

 

ah ! mwaana wuketi lombo kula, wukudidi.

ah ! l’enfant qui n’allait pas grandir, grandit.

 

Mwaana weka mvula kuumi na taanu.

L’enfant a maintenant quinze ans.

045

Mu mvula kuumi na taanu, mwaana beka kwe wa se meeso.

À quinze ans, l’enfant a maintenant les yeux braqués sur elle.

 

Bibelo biina biakaka ni ko bakwi yuula mpe yandi mwaana,

D’autres maisons de famille venaient prendre des nouvelles de l’enfant,

 

buungu tsi mwaana wuzabakane.

parce qu’elle avait grandi.

 

*

*

 

Ɣaana ɣa baa mwaana wa m’keento, ah ! ka ɣakoondo ka meeso ko.

Là où vit une jeune fille, les regards ne manquent jamais.

050

Ekaa ! mvula ziyikamane zoole na tatu.

Ekaa ! cinq ans s’étaient ajoutés à son âge.

 

Ah ekaa ! Makaanda makaa ni mwaana wo beka kwi loomba mu kweela.

Ah ekaa ! Les autres familles venaient demander à épouser la jeune fille.

 

Ekaa ! mu kweela, Taata Munsambote na Maama Solola,

Ekaa ! pour le mariage, Papa Mounsamboté et Maman Solola

 

baawu batomo bwaana kwa makaanda maana mamansoni meri kwiizaka.

avaient reçu toutes les familles qui venaient.

 

Na matoko maana meri waaya mu kwi kweela Keenge,

Et tous les jeunes qui venaient pour épouser Kéngué,

055

ekaa ! tsia mansukina tseri saala ni Keenge fweti taambula.

ekaa ! le dernier mot revenait à Kéngué.

 

Tala taambula kataambula eh !

Est-ce qu’elle allait accepter eh ?

 

Taa kala eh !

Est-ce qu’elle allait refuser eh ?

 

Ekaa ! Keenge mwa lusanu lwa ba naandi.

Ekaa ! Kéngué avait un peu d’orgueil.

 

Lusanu lwa mwa lwa lwiingi.

Un peu plus d’orgueil [que tout le monde].

060

Ekaa ! Bakala dikwi yuula ko eh, yaandi katala :

Ekaa ! Quand un homme venait demander Kéngué en mariage, elle disait :

 

« Yi ! maama, meno bakala dio kanzololo a dio ko. »

« Yi ! maman, je ne veux pas de cet homme ! »

 

Eh ! Diakaa dikwiiza :

Eh ! À l’autre qui venait :

 

« Yi ! maama, yaandi ah ! tsiaana yaandi we na ntunga. »

« Yi ! maman, celui-là ah ! on dirait qu’il a des chiques ! »

 

Eh ! Ni bo na bo, babakala baa nkama kulu yaandi bababi.

Eh ! elle était comme ça, tous les hommes étaient mauvais.

065

Maama Solola dimbitsiri : « Eh !… Ah ! nge Keenge dieka bo nge ni bo kwa ba walombo bakala ?

Maman Solola, après avoir réfléchi [dit à Kéngué] : « Eh !… Ah !  Kéngué, veux-tu rester sans mari ?

 

Eh yaaya ! yaaya ! yaaya ! Masolola ma Nkabi eh ! Yaantsi Keenge fweti wazaaba :

Eh yaaya ! yaaya ! yaaya ! Masolola ma Nkabi eh ! Kéngué, tu dois savoir ceci, écoute bien :

 

seese ya yooka bimbanza, buwa bubolele. Tomo wa wa.

la savane qui a des champignons n’est pas fréquentée par les gens à cause des serpents ! Écoute[-moi] bien.

 

— Ah ! maama, nge mpe zoonza kwa kwiingi kwe naaku ah !

— Ah ! maman, toi-aussi, tu parles beaucoup ah ! 

 

Ambe me nzeebi kwa, mebeeni nzeebi ka tsia bakala nita keela. »

Je connais, moi-même, l’homme que j’attends. »

 

*
*        *

*
*        *

070

Ekaa ! Mu kwe keele, bavutu pamuka kwa ekaa ! ni baantu bayiza ɣaana bayi telama ɣaana tsi :

Ekaa ! En attendant la suite, une famille s’était présentée chez eux en disant :

 

« Ah ! beeto ni ku beeno twiiziri eh !

« Ah ! nous sommes venus chez vous eh !

 

— Ekaa ! Ni bwe ?

— Ekaa ! Qu’est-ce qu’il y a ?

 

— Oh ! Keenge twi monekena, we neeto takweela Keenge. 

— Oh ! Nous sommes venus voir Kéngué pour l’épouser.

 

— Amboka bulwe beeno babiingi-biingi, kweela ni nani eh ? »

— Vous êtes nombreux, mais où est le prétendant eh ? »

075

Bakeelele yandi bakala kaduukiri ɣaana.

Ils attendirent la sortie du prétendant.

 

Ah yaaya ! Bukaduuka ɣaana, bakala.

Ah yaaya ! Quand il sortit, le prétendant !…


 

Tala bakala budiele ah ! Bakala na bumpala !

Quel homme ah ! Un bel homme !

 

Oh ! Tala kayangamane !

Oh ! Regardez-le debout !

 

Ambo ku meeso, nsuki oh ! na pesi-pesi !

Et ses yeux, ses cheveux, oh ! très lisses !

080

Hum ! lunkete mpasi bakala diina !

Hum ! il était très propre, cet homme-là !

 

Bukaduukiri ɣaana ka ! Keenge buuna kwa kamona bakala diina mutsima weka ni paka-paka paka-paka !

Lorsqu’il sortit là ka ! Dès que Kéngué le vit, son cœur se mit à battre paka-paka paka-paka !

 

M’tsima weka pupa tsi : « Ah ! me ni yaandi, maama ! ni yaandi ! »

Elle commença à se dire dans son cœur : « Ah ! c’est lui, maama ! c’est lui ! »

 

Maama Solola tariri yaandi mwaana Keenge.

Maman Solola regarda sa fille Kéngué.

 

Keenge weka meeso na reɣi-reɣi ni reɣi-reɣi ah !

Les yeux de Kéngué étaient devenus reɣi-reɣi, reɣi-reɣi ah !

085

Ekaa ! Maama Solola kadimbitsiri kata tala ni bakala dio :

Ekaa ! Maman Solola regardait cet homme [en se disant] :

 

« Ah ! ngaatsi weri a ngula muuntu ko.

« Ah ! peut-être qu’il n’est pas un humain.

 

Ah ! ngaatsi weri a ngula muuntu ko…»

 Ah ! peut-être qu’il n’est pas un humain… »

 

Ni kwe yaandi bakala keka ta :

Elle s’adressait maintenant à son mari :

 

« Ah ! Taata Munsambote — yaandi bakala dia yaandi yaaya keri mutaaka —

« Ah ! Papa Mounsamboté — elle appelait [plutôt] son mari grand-frère —

090

ah ! yaaya Munsambote yiza eti. »

ah ! viens d’abord, grand-frère Mounsamboté. »

 

Baɣungamane, beele mu kati dia nzo.

Ils se retirèrent, et ils allèrent dans la maison.

 

— Yaandi ngula muuntu kwa we ?

— Est-ce un être humain ? [lui demanda Maman Solola.]

 

Ambo tuuka tsia nabutukila, bumpala bwa mpila bo ka namweeni bo ko.

Depuis ma naissance, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi beau !

 

Ngaana ngula muuntu kwa we ? »

Est-ce vraiment une personne ? »

095

Taata Munsambote :

Papa Mounsamboté répondit :

 

« Ekaa ! ni bwe tweka sa hein ?

« Ekaa ! qu’allons-nous faire hein ?

 

— Ah ekaa ! Tamana kala ah !, dio mpe dieka disumu ah !

— Ah ekaa ! Si nous refusons ah ! c’est aussi un péché ah !

 

— Ekaa ! ni bwe tweka sa ?

— Ekaa ! qu’allons-nous faire ?

 

— Ekaa ! tsia taambula kwa. »

— Ekaa ! accepte seulement [que nous la lui donnions en mariage]. »

100

Bataamburi, baduukiri ɣaana.

Ils se mirent d’accord [pour donner Kengué en mariage au jeune homme] et ils sortirent.

 

« Ekaa ! Beeno malavu ma luneeti ?

« Ekaa ! Avez-vous apporté la boisson ?

 

— Yeh ! 

— Yeh !

 

— Biabiansoni bia lulungisi ?

— Avez-vous tout ce qu’il faut ?

 

— Yeh !

— Yeh !

105

— Na mboongolo m’keento ?

— Avec l’argent de la dot ?

 

— Biabiansoni bie neeto.

— Nous avons tout.

 

— Ekaa ! wo samu wa lubakiri. »

— Ekaa ! là, vous l’avez obtenue. »

 

*

*

 

Wusiiri, ni wa yaandi Keenge tala taambula kataambula eh ! tala kataambula ko, ni yaandi kwa siiri na wo.

Il ne restait plus que l’accord de Kéngué, si elle allait accepter [de l’épouser] ou non.

 

Beka ta yuula kwe Keenge.

Ils demandèrent à Kéngué si elle allait épouser l’homme en question.

110

« Eh ! Taata me bakala ni dio nikweela.

« Eh ! Papa, je vais l’épouser.

 

Eh ! Me bakala ni dio. »

Eh ! moi, c’est cet homme-là [que je vais épouser] ! »

 

Keenge taamburi.

Kéngué était d’accord.

 

Ntente, be bazoonza na yaandi bakala.

[Mais] avant tout, les deux devaient d’abord discuter.

 

Maama Solola boongele yaandi mwaana, teele mwaana mbila bakotele mu nzo.

Maman Solola prit sa fille [par la main], elle l’invita à entrer dans la maison.

115

Bakotele mu nzo, muteelele tsi :

Elles entrèrent dans la maison et Maman Solola lui dit :

 

« Ah ! Keenge, tomo kungwa.

« Ah ! Kéngué écoute-moi bien.

 

Baantu bakaka ka babaaka baantu ko.

Certaines personnes ne sont pas des humains.

 

Bakaka mikuyu kwa mibaaka.

Ce sont des mikuyu.

 

Ah ! bulu kwe zoonza naandi, ma boonga ntuumbu yi.

Ah ! Quand tu vas discuter avec lui, prends cette aiguille.

120

Ntuumbu yi tomo ya luunda. 

Garde bien cette aiguille.

 

Bukwe tuula ɣaana, bo buluta kwe zoonze, sa mayela.

Quand tu vas discuter avec lui, sois rusée.

 

Sa mayela, tsokota ntuumbu yi.

Fais de ton mieux pour le piquer avec cette aiguille.

 

Wamana tala tsi yi mutsokamane meenga maduukiri, dieka bo ngula muuntu.

Si tu le piques avec l’aiguille et que tu constates que c’est du sang qui coule, c’est un être humain.

 

Ngaatsi taa tufinia tuduukiri ɣaana ah ! Keenge weka kwa mukuyu.

Si c’est du pus qui sort ah ! Kéngué, c’est donc un mukuyu.

125

Buba ɣaana tsia dzooka kwaku.

S’il en est ainsi, sauve-toi.

 

Wa wiiri ?

As-tu entendu ?

 

— Eh ! Maama, wa ngwiiri. »

— Eh ! Maman, j’ai entendu. »

 

Keenge tomolo wa wa.

Kéngué a bien écouté la consigne.

 

Ekaa ! Ntaangu yifweni, Keenge na yaandi bakala baɣungane kuuna ngaatsi bazoonza.

Ekaa ! Le moment venu, ils se retirèrent pour discuter.

130

Ekaa ! Buberi zoonza, Keenge bukata tala bakala, watomo wa zolo.

Ekaa ! Ils se mirent à discuter, [et] rien qu’en regardant le mukuyu, Kéngué l’aimait [déjà].

 

Abwe katuurila ntuumbu yiina ?

Comment allait-elle le piquer avec cette aiguille ?

 

Ntuumbu mu tuula yo asikii mpiaa !

Ce n’était pas possible de le piquer avec l’aiguille.

 

« Ah ! ambo ka bwe nikwe ta kwe maama hein ? »

« Ah ! que vais-je dire à maman hein ? »

 

Bamanisi mu zoonza ɣaana, yaandi Keenge buka balukiri, ni eh ! ni ntuumbu kwa katisiiri yaandi beeni mwa meenga fiduukiri.

Lorsqu’ils avaient fini de discuter, Kéngué se retira et elle se piqua avec l’aiguille pour qu’il y ait du sang qui coule.

135

Ni kwe maama ke soongela.

Et elle alla montrer [l’aiguille avec le sang] à sa maman.

 

« Maama, ntuumbu ya tamona, meenga ema ni maawu, ngula muuntu kwa we.

« Maman, tu vois l’aiguille, le sang est là, c’est un humain.

 

— Ah ! Ngula muuntu kwa we, matseleka ?

— Ah ! Est-il vraiment un humain ?

 

— Tsi matseleka, maama.

— Oui, c’est la vérité, maman.

 

— Tsi ambe meenga kuta mamona ko ?

— Ne vois-tu pas le sang ?

140

— Ekaa ! meenga ma mweeni.

— Ekaa ! j’ai vu le sang.

 

— Yah maame ! Ambo wo bakala bumpala !

— Yah maame ! Quel bel homme !

 

— Ekaa maama ! bweeso bwaaku.

— Ekaa maama ! c’est ta chance.

 

— Ekaa ! sa mayela oh ! »

— Ekaa ! sois rusée oh ! »

 

Ah ! bateele buuna hein !

Ah ! elles s’étaient entendues.

145

Keenge hein !

Kéngué, on n’y pouvait rien.

 

*

*

 

Ekaa ! basiiri ɣaana ni malaki beka dia hein !

Ekaa ! Ils allaient maintenant fêter.

 

Badiiri malaki.

Ils fêtèrent.

 

Baantu baana bayiza na mboongo eh !

Ces gens-là avaient apporté beaucoup d’argent.

 

Bayiza na biima bia kudia, bayiza na bibulu bibaketi dia ah !

Ils avaient apporté beaucoup de nourriture, sans compter les animaux à manger pour eux.

150

Ah ! tsi biakoondolo ɣaana ?

Ah ! qu’est-ce qui pouvait manquer ?

 

Ni basa malaki, malaki, malaki…

Ils fêtèrent, ils fêtèrent, ils fêtèrent…

 

Malaki ! lumiingu lumosi malaki mpila mosi ah !

La fête dura une semaine ah !

 

Bilumbu bioole, bitatu, biya, bitaanu oh ! ni malaki na malaki.

Deux jours, trois jours, quatre jours et cinq jours oh ! toujours en fête.

 

Bu bamanisa mu dia malaki ɣaana ih !

Lorsqu’ils avaient fini de fêter ih !

155

Ekaa ! tomweeno zaaba kweeno : mboongolo m’keento ya kafuta.

Ekaa ! mettez ça dans votre tête : il [le mukuyu ] avait déjà réglé la dot.

 

Ni kasa boonga m’keento.

Il amena sa femme avec lui.

 

Ah ! Maama Solola na Taata Munsambote,

Ah ! Maman Solola et Papa Mounsamboté [dirent :]

 

« Ekaa ! Bwe tusa hein ! Beeto mu kwi mona kuna ɣata dia beeno, buungu tsi ɣata dia beeno katuzeebi a dio ko ?

« Ekaa ! nous ne connaissons pas votre village hein ! comment allons-nous faire pour arriver chez vous ?

 

— Ambe beeto kuna ɣata eh !… Mbo tuluteela, kuna loonde kuuna.

— Nous sommes dans un village eh !… Nous allons par là, un peu devant.

160

Mbo lukwi tuula ɣaana bisi ɣaana mbo lukooka kwa ɣaana, ni ɣaana kwa eh !

Lorsque vous aurez avancé un peu, descendez seulement, c’est là-bas.

 

— Yeh ekaa ! beeto, ɣa ntaangu eh ! ɣa mbo tukwi laambila loongo eh ! ni kuuna tukwiiza. »

— Yeh ekaa ! le moment venu, nous viendrons organiser les festivités là-bas. »

 

Ekaa ! Basiingase wo.

Ekaa ! Ils se mirent d’accord.

 

*

*

 

Baawu eh ! Baboongele nzila, beele, beele, beele, beele, beele, beele !…

Ceux qui étaient venus pour le mariage reprirent la route, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent !…

 

Ɣo ɣabeele kwa eɣo kwa ɣeka ɣa ɣala.

Le village qui était tout près s’éloignait considérablement.

165

Baneeki moongo, bakookele, bakotele ku saangi.

Ils grimpèrent des montagnes, ils descendirent et ils pénétrèrent dans la forêt.

 

Ah ! Keenge batikiri mufatika eh ! nitu yeka tsikoni kabuta vutu ba ko.

Ah ! Kéngué commença à éprouver de la fatigue eh ! elle ne tenait plus debout.

 

Mweendo, naaka moongo kooka ah ! kabuta vutu ba ko.

Pour monter et descendre les montagnes ah ! ça ne tenait plus.

 

Baye tuula ɣana mwaa nsosofula ɣaana, bazakale ɣaana.

Ils arrivèrent à un endroit où il y avait un peu d’ombre, ils s’assirent.

 

Bavutu pamuka kwa teembo tsiiziri kukukukukuku !

Un vent violent se leva soudain kukukukukuku !

170

Keenge weka tsima lwaaka : « Kaa kuma kututa kweenda kwa kula hein !

Kéngué était inquiète, elle dit : « Nous allons maintenant loin hein !

 

Ah ! nzeeri a baanza bo ko tsi kwa kula kwa kwena. »

Ah ! je ne savais pas que c’était si loin. »

 

Teembo tsia tsi ta sa na kukukukukuku !

Un vent qui faisait du bruit kukukukukuku !…

 

Ambo tsimbongela !

Quelle tempête !

 

Tsimbongela na wuwuwuwuwuwu !

Une tempête qui faisait wuwuwuwuwuwu !… 

175

Muna tsimbongela muuna, Keenge na bunkuta yaandi weka keteka na kekekekekeke !

Dans la tempête, Kéngué avait peur et elle tremblait kekekekekeke !

 

Na nsweeki yi mubakiri.

Quelque chose l’avait étonnée :

 

Yaandi bakala bukata kumsiimba,

Alors que son mari la tenait par la main,

 

manzangu masiimbila bakala kataama kwe ya leenda ko.

elle n’arrivait pas à tenir son mari.

 

Bakala kasiimba Keenge bakotele ɣaana ɣa tsimbongela tsiina tsibazungase na wuwuwuwuwuwu !

Le mari emporta Kéngué et ils entrèrent dans cette tempête qui les secouait wuwuwuwuwuwu !

180

Na puu batuuriri kuna ɣata kuuna.

Ils tombèrent directement dans le village [des bisimbi ].

 

Keenge kata tala ɣata: « Ambe ku kwe twena ? »

Kéngué se demandait en regardant le village : « Mais où sommes-nous ? »

 

Mo bubata kwe yende :

Sur leur passage, [Kéngué voyait les gens] :

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Bakaka baye se ebu,

Les uns font ceci,

185

Bakaka baye se ebu,

Les autres font cela,

 

Bakaka na bifuuma,

Les uns sont infirmes,

 

Bakaka oh yaaya !

Les autres oh yaaya !

 

Keenge na nsatu kudirisa, na nsatu dila.

Kéngué avait envie de pleurer.

 

Abwe kasa Keenge ? wi tambakana.

Qu’allait-elle faire, Kéngué ? Elle était prise au piège.

190

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Ah ! bakaka na minwa mia tengama,

Ah ! les uns ont des bouches déformées,

 

Bakaka na bikaata,

Les autres sont infirmes,

 

Bakaka na nzeeta.

Les uns sont épileptiques.

 

Oh ! Abwe kasa hein ?

Oh ! Que va-t-elle faire hein ?

195

Wi tambakana.

Elle était prise au piège.

 

*
*        *

*
*        *

 

Baye tuula kuuna, nzo eyi ni yawu.

Ils arrivèrent. Voici la maison.

 

Ekaa ! Diangana, bakala dikaye kweela, mukuyu kwa waba.

Ekaa ! L’homme qu’elle avait épousé était un mukuyu.

 

Mukuyu wuuna mpe, kakolama ko ni keri kipa m’keento.

[Mais] ce non-humain-là s’occupait bien de sa femme.

 

M’keento waba na mafuta mbo tatala miina milaanda eh ! kipa keri mukipaka.

Il prenait bien soin d’elle eh ! en attendant de voir ce qu’il allait faire d’elle.

200

Ekaa ! Mu sa siisa yandi m’keento ah ! keri a wa monaaka ko.

Ekaa ! Il ne voulait pas laisser sa femme [seule] à la maison.

 

Bakweenda ku saangi ɣati mosi, kuuma ni kuuma ɣati mosi.

Il partait partout avec elle, même dans la forêt.

 

Ekaa ! ɣana ɣata dia mukuyu diina, malaki ma ba ɣaana bayenda kuna malaki kuuna.

Ekaa ! dans le village de ce non-humain-là, il y eut une fête à laquelle ils se rendirent.

 

Baantu beri diaa, beri tsiina na nganga-nganga ! Mikuyu ni mia mita kwe tsini.

Pendant que les gens mangeaient nganga-nganga ! les non-humains dansaient.

 

Ekaa ! ɣana fuunda dia baantu, ni tsibuunda tsimosi tseri ɣaana tsia tsuumana.

Ekaa ! dans la foule, il y avait une vieille assise toute triste et toute seule.

205

Bukatariri bu, meeso mabwaabane na Keenge.

Lorsqu’elle leva les yeux, son regard croisa celui de Kéngué.

 

Oh ! tsibuunda sariri ngolo tuuriri ɣaana.

Oh ! la vieille avait fait des efforts pour arriver jusque-là.

 

Kata tuula tariri Keenge.

Lorsqu’elle arriva, elle regarda Kéngué.

 

Ambo ka buunda tsia kwa mweeni ?

Pouvez-vous imaginer cette vieille ?

 

Wa fiooti nitu za taanda.

Elle était très maigre.

210

Butala na tsiari tsikubadiri.

Quand tu la regardais, tu avais pitié d’elle.

 

Tsiaana eti yaandi weri seekela ɣa boombi.

C’était comme si elle dormait à même le sol.

 

Diri na mfumfutu.

Son visage était couvert de poussière.

 

Ambo nsuki zi, tsiaana eti ma fwawu,

Ses cheveux étaient comme ceux d’une veuve,

 

tsiaana eti yaandi weri keela bufwiiri.

comme si elle était en deuil depuis longtemps.

215

Ah ! bukapuusiri ɣaana, Keenge na bunkuta.

Ah ! lorsqu’elle s’était approchée de Kéngué, celle-ci eut peur.

 

Muzoonzele :

Elle lui demanda :

 

— Ah ! maama, nge kwe tuukiri ?

— Ah ! maman, d’où viens-tu ?

 

— Ah ! me ku Mbaanza Koongo eh ! Koongo dia Ntootela.

— Ah ! moi, je viens de Mbanza Kongo eh ! Kongo dia Ntotela.

 

— Ambo kaa ku tsi wi sala ku, maama ?

— Qu’es-tu venue faire ici, maman ?

220

Ku tsi wi sala ku ?

Qu’es-tu venue faire ici ?

 

— Ambe me kweela bayi ku nkweela tsiaangu nayiziri ku.

— On était venu m’épouser, voilà pourquoi je suis venue ici. 

 

— Eh maama ! Maama ! Maama ! Kuuku kwena kwa nge ko.

— Eh maama ! Maama ! Maama ! Cet endroit n’est pas ton monde.

 

Ah Nzaambi ! Bwe nisiila mwaana.

Ah Nzaambi ! Que vais-je faire pour l’enfant ?

 

Ah ! mwaana wu woombele.

Ah ! l’enfant est perdue !

225

Kaani, kaani, tala butusa :

Non, non !… On fera ceci :

 

Me mbo ni kubakisa, fweti katuka ɣaa ɣata ɣa ɣa.

Je vais t’aider pour que tu quittes ce village.

 

Ni nge kwa lungisi ngoonda mosi ah ! mbo bakudia.

Si tu passes seulement un mois ici ah ! ils vont te bouffer.

 

Me ta wa ?

M’entends-tu ?

 

— Tsi yeh !

— Yeh !

230

— Me ta wa ?

— M’entends-tu ?

 

— Tsi yeh !

— Yeh !

 

— Dzeka bo, butusa ni ebu :

— Donc, nous allons faire ceci :

 

Nge na bakala diaaku, ku saangi lukweendaka.

Toi et ton époux, vous partirez dans la forêt,

 

Yi yeka ntaangu ya maloombo.

Car c’est la saison des fruits.

235

Buuna bulukweenda ku saangi, yaandi kwa wa bakala naaka kuloonde.

Lorsque vous serez dans la forêt, seul l’homme a le droit de monter sur les arbres.

 

Bukanaaka kuuna, bo katiaaka maloombo kakuɣaanaka, nge bu boonga, me ni ɣaana ni kwiiza.

Lorsqu’il va monter cueillir les fruits pour te les donner, c’est à ce moment que je viendrai là-bas.

 

Nikwiiza ɣaana, ngaatsi na kuyingasa nge ngaatsi wabaka nzila yi dzookela.

Je viendrai là-bas te remplacer pour que tu trouves le moyen de fuir.

 

Kwa wiiri ?

As-tu compris ?

 

— Tsi yeh ! »

— Yeh ! »

240

Bawiisane buuna.

Elles se mirent d’accord.

 

*

*

 

Bubawiisane buuna, lumbu tsia ntete, malaki mayookele.

Il se passa un jour après cela, un seul jour après la fête.

 

Tsiina tsilaanda, bubayenda ku saangi, yandi tsibuunda maleembe keri kwe balaandi ɣa manima, ni keri kwe balaandi ɣa manima.

Le lendemain, Kéngué et son mari allèrent dans la forêt, la vieille était derrière eux, elle les suivait, elle les suivait.

 

Bukatuuriri kuna saangi kuuna ni ke swaama ku manima ma muti ni keri kwe batarila, ni keri batarila.

Lorsqu’elle arriva dans la forêt, elle se cacha derrière un arbre pour les observer.

 

Ah ekaa ! mukuyu bukaneeki ku zulu, Keenge na mutete ɣo baanda ni ɣo kena.

Ah ekaa ! le non-humain monta sur l’arbre, Kéngué était là avec le panier.

245

Ɣo nsia taku ɣa muti ni ɣo kena.

Elle resta là dans un coin, au pied de l’arbre.

 

Ekaa ! mukuyu kaboonga loombo :

Ekaa ! le non-humain prit un fruit et dit :

 

« Keenge ?

« Kéngué ?

 

— Eh !

— Eh !

 

— Boonga loombo. »

— Prends le fruit… »

250

Boongele loombo :

Elle prit le fruit en répondant :

 

« Dia mboongele.

« Je l’ai pris.

 

— Tsia sa mu kitunga. »

— Mets-le dans le panier. »

 

Eh ! Keenge siiri mu kitunga.

Eh ! Kéngué le mit dans le panier.

 

— Keenge, eh ! Boonga loombo.

— Kéngué, prends le fruit.

255

— Dia mboongele.

— Je l’ai pris.

 

— Sa mu kitunga. »

— Mets-le dans le panier. »

 

Yandi tsibuunda, ni tala keri talaka.

La vieille ne faisait qu’observer.

 

Yandi mukuyu, kaboonga loombo :

Le non-humain prenait un fruit et disait :

 

[M’kuunga]

[Chanson]

260

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

265

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boonga loombo eh !,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

270

— Boonga loombo,

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

275

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué,

280

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Keenge, ni mu tunga keri saaka.

Kéngué continuait à mettre les fruits dans le panier.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh ! 

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

285

Sa mu kitunga sa.

Mets-le dans le panier, mets…

 

Ni mu tunga keri saaka.

Elle mettait les fruits dans le panier.

 

Lumbu tsio tsiyookele bakeeri ku nzo.

Ce jour-là passa.

 

Ekaa ! Buunda tsio kasi mana mona buuna : « Ekaa ! Kasamu a ko.

Ekaa ! La vieille [les] avait vus et elle dit [à Kéngué] : « Ekaa ! ce n’est pas un problème.

 

Dzeka bo, lumiingu lutakwiiza, mbo nikwiiza ɣo ngaatsi nzi nakubakisa eh ! »

Je viendrai donc la semaine prochaine pour t’aider eh ! »

 

*

*

290

Bayetuula kuna saangi kuuna, tsiaana eti kwa bo bu batokosaaka, mukuyu bukaneeki ni ih !

Ils étaient arrivés dans la forêt comme d’habitude, le non-humain était monté sur l’arbre ih !

 

Yandi Keenge ɣo baanda ɣo ni ɣo kee ɣa taku ɣa muti hein ! na tsitunga tsiaandi.

Kéngué était sous l’arbre hein ! avec son panier.

 

Na tsitunga ni ɣaana kasiimbiri yo na mutete wo.

Elle tenait le panier.

 

Bo mukuyu bukeka ta boonga.

Pendant ce temps, le non-humain lui disait de prendre les fruits.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

295

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

300

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Bo bukeri taanga, yandi tsibuunda tsiiziri, wi yingasa Keenge.

Pendant qu’il chantait, la vieille vint remplacer Kéngué.

 

Songerele mu tsibaba ka tsia nzila kalaanda.

Elle lui indiqua le chemin [pour fuir], par des gestes, comme le font les sourds-muets.

 

Ekaa ! Buuna kwa mukuyu bukata boonga loombo,

Ekaa ! Quand le non-humain prit un fruit,

 

[M’kuunga]

[Chanson]

305

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

Tsibuunda zuu kadiatomo a yilama ko :

La voix de la vieille n’était pas bonne :

 

— Boongele dio, Keenge.

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa…

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Eh ! Keenge, eh ! bwe kwa bweeni ?

Eh ! Kéngué, eh ! qu’as-tu ?

310

— Kaani kwa. »

— Rien. »

 

Yaaya ! Mukuyu wuzeebi tsi Keenge kasiiri a ɣo ko.

Yaaya ! Le non-humain avait compris que Kéngué n’était plus là.

 

Bukata kooka mu ntinu na kukuku !…

[Il descendit de l’arbre.] Pendant qu’il descendait de l’arbre kukuku !…

 

Ah ! Tsibuunda bukasiiri na tiii ! kasiiri kwa mpaandu weka kwa makaya ɣa taku ɣa muti ni wo kwa ke.

Ah ! La vieille fit ses grigris tiii ! et se transforma en feuilles, et elle était là sous l’arbre.

 

Mukuyu bukakookele ni Keenge takweenda ekuneke.

Pendant que le non-humain descendait, Kéngué était passée de l’autre côté.

315

— Eh ! Nge Keenge, akwe takweenda ?

— Eh ! Kéngué, où vas-tu ?

 

Akwe takweenda ? »

Où vas-tu ? »

 

Keenge teele :

Kéngué dit :

 

« Eh ! Kaambe nsatu masuba mabeele naani.

« Eh ! J’avais envie de pisser.

 

Ekaa ! Ni wo nketi wungamana ?

Ekaa ! Dois-je pisser là ?

320

— Ah ! tsiaangu.

— Ah ! d’accord.

 

Me beele baanza dzooka keti dzooka nga ah !

Je croyais que tu t’enfuyais, tu t’en allais ah !

 

Tsi yenda wungama kwaaku. »

D’accord, éloigne-toi un peu. »

 

Keenge weele, ni keele suba hein ! ni bukakeeri ɣaana.

Kéngué alla pisser hein ! et elle revint.

 

Ekaa ! Lumbu tsio, misamu mibaketi yirika ka mivutulu a ba ko.

Ekaa ! Ce jour-là, le plan de la vielle femme et Kéngué n’avait pas marché.

325

Bakeeri kuna ɣata.

Ils rentrèrent tous au village.

 

*

*

 

Bakeeri kuna ɣata, ah ! lumbu tsio tsia laanda, yandi bakala duuka kaduuka.

Ils rentrèrent au village. Ah ! le lendemain, le mari sortit.

 

Buunda tsio kayenda kwe Keenge ni kamuteela tsi :

La vieille alla chez Kéngué et lui dit ceci :

 

« Bu bwa teka sa, buluvutu kwa kaala kwa buungu maloombo ka mawiiri ko.

« Ce que nous allons faire maintenant, puisqu’il y a encore les fruits.

 

Bu me namana kuyingasa, mbo nisarila ngolo ngaatsi nasa zu dia nge, kaa nge fweti sa manzangu.

Cette fois-ci, je fournirai des efforts [pour bien chanter] quand je te remplacerai, mais tu dois faire vite.

330

Biima bitatu nita kuɣaana.

Je te donne trois choses.

 

Mwa muti fi, luunda fio mwa muti fi,

Ce morceau de bois, garde-le, ce morceau de bois,

 

mboko na tadi edidi, mboko na dziiki.

cette pierre et cet œuf.

 

Bulukweenda, biibi eh ! tabi wanata bio, bia kumaangisi.

Quand vous irez, n’oublie pas de les emporter.

 

Tuula bio ɣa saambu ɣa lele wanata malembe-malembe.

Mets-les dans ton pagne, marche tout doucement avec.

335

Dziiki kadikuburikila andi.

Il ne faut pas casser l’œuf.

 

Buuna nge bubatika mu dzooka, budzooka, budzooka ntiinu za ziingi, bo wavila bo butadzooka ntiinu zo.

Quand tu vas commencer à courir, cours, cours, cours très vite.

 

Butala tsi yaandi kumanima, ngaatsi me kandeendele a kumanima ni yaandi ta kwe laandi,

Quand tu le verras derrière toi, peut-être que je ne pourrai pas être là,

 

tsia ntente tsi tokoloosa, ni muti,

ce que tu vas jeter en premier, c’est le morceau de bois,

 

tsia zoole ni tari,

en deuxième lieu la pierre,

340

tsia tatu ni diiki.

et en troisième lieu, l’œuf.

 

Biima bio mu loosa bio, tabi wamona tsi mu mpasi weka.

Pour jeter ces choses-là, il faut vraiment que tu sois en difficulté !

 

Me ta wa ?

M’entends-tu ?

 

— Tsi yeh ! 

— Yeh !

 

— Me ta wa ?

— M’entends-tu ?

345

— Tsi yeh ! »

— Yeh ! »

 

Ni kasa muɣaana biima biina.

Elle lui donna ces choses-là.

 

Bukamuɣeeni biima biina mpe,

La vieille les lui donna,

 

Keenge ah ! toondele kwaandi.

Kéngué la remercia.

 

Ekaa ! Pari tsilombo fwaana, ka tsifweeni ko.

Ekaa ! Le matin qui n’allait pas arriver, arriva.

350

Pari tsiina mpe tsifweeni,

Ce matin-là,

 

Beele.

ils partirent  [dans la forêt].

 

Yaandi tsibuunda tsio ɣa manima mpe kwe laandi, kwe laandi, kwe laandi.

La vieille était toujours derrière en train de les suivre, de les suivre, de les suivre.

 

Tsio tsibuunda tsiina nkaaka nkaaka andi kwa yena.

Or, la vieille était une arrière-arrière-grand-mère de Kéngué.

 

Nkaaka nkaaka andi.

Son arrière-arrière-grand-mère.

355

Bukamona mwaana wuuna, wazaaba tsi ah ! Maana meenga maandi ma ba.

Lorsqu’elle avait vu Kéngué, elle savait que ah ! c’était son sang.

 

Keri a zolo ko mwaana wuuna, ntekolo ntekolo andi wi wasafuka.

Elle ne pouvait pas admettre que son arrière-arrière-petite-fille souffre.

 

Ni keri zolo diinga mu mudzookesa, mu mukatula kuuna mo mvita za zibi zo.

Voilà pourquoi, elle cherchait à la faire fuir, à la sauver dans cette lutte avec les esprits.

 

Ekaa ! Bu kaye swaama ɣaana, mukuyu neeki ku zulu :

Ekaa ! Elle se cacha, le non-humain monta sur l’arbre.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

360

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué,

365

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boonga loombo eh !

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

370

— Boonga loombo,

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Bo bukeri taanga yaandi tsibuunda wi yingana wo ih !

Pendant qu’elle chantait, la vieille était venue la remplacer ih !

 

Keenge mpe ni ntiinu kaboongele, ntiinu.

Kéngué prit la fuite.

 

Tsibuunda tsio ni ngolo kata sa.

La vieille faisait des efforts pour imiter la voix de Kéngué.

375

[M’kuunga]

[Chanson]

 

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge.

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

380

— Boongele dio, Keenge.

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

Sa mu kitunga sa…

Mets-le dans le panier, mets…

 

Bo bukeri taanga bo ngolo siiri zo.

Lorsqu’ils chantaient, cette fois-ci, elle faisait des efforts [pour bien chanter].

 

Ekaa ! Yaandi tsibuunda zu dieka fatika.

Ekaa ! La voix de la vieille commença à s’érailler.

 

Kuuna Keenge ni kadzooka, kadzooka, kadzooka, kadzooka…

Pendant ce temps, Kéngué courait, courait, courait, courait…

385

Zu difatikiri dia tsibuunda dieka.

La voix de la vieille ne tenait plus.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets.

390

Mukuyu kata tala bu eh !

Le non-humain regarda eh !

 

Kaani bukavutulu kooka, kata kwi tala ah !

Lorsqu’il descendit pour voir ah !…

 

Eh ! Tsibuunda tsio kasiiri na pruuuuuuu !

Eh ! La vieille fit pruuuuuuu !

 

Yaandi weka kwaandi makaya.

Elle se transforma en feuilles.

 

Katala bu: « Oh ! Ambo ka bwe na bwe ? »

Il était étonné, il dit : « Oh ! Comment est-ce possible ? »

395

katala bu ni mutete kwa wusiiri na maloombo.

Il ne voyait que le panier et les fruits.

 

« Keenge, Keenge akwe we ?

« Kéngué, où es-tu ?…

 

Dzeka bo Keenge dzookele. »

Donc, Kéngué a fui. »

 

Ni bukamulaanda, bukamulaanda…

l fallait la poursuivre, il fallait la poursuivre…

 

*
*        *

*
*        *

 

Keenge ni bukadzooka, kadzooka, kadzooka… kuuma kweka kwa kuula.

Kéngué courait, courait, courait, courait… elle fut loin.

400

Mukuyu ni kalaanda, kalaanda, kalanda, kalanda ah !

Le non-humain la poursuivait, il la poursuivait, il la poursuivait, il la poursuivait ah !

 

Ni bakumana, mukuyu ntiinu oh ! za ziingi.

Kéngué était devant, le mukuyu courait oh ! très vite.

 

Keenge katala kumanima bu ni mukuyu ta kwe yiizi aaaaah !

Kéngué regarda derrière elle : c’était le non-humain qui arrivait aaaaah !

 

Ambo bukata kwe yendele mwiisi !

Quand il marchait, c’était de la fumée !

 

Mu bunkuta bo, Keenge ni kaboonga muti wuuna wa muɣaana nkaaka ni bukaloosa wo ku manima ni puuuu !

Kéngué eut peur et elle jeta le morceau de bois que lui avait donné la vieille puuuu !…

405

Saangi dimenene, saangi dia diingi dimenene na miti mikwe kambakane.

Une grande forêt apparut avec beaucoup d’arbres.

 

Ah ! yaandi mukuyu weka muyooka ɣaana ni nkakatanu.

Ah ! le non-humain avait maintenant des difficultés à passer.

 

Ah ! Keenge ni bukadzooka, kadzooka…

Ah ! Kéngué courait, courait…

 

Mukuyu buuna bukasiiri mpaandu kakakaka !

Le non-humain fit sa magie kakakaka !

 

Miti ni mia kata kwe mwangase.

Il était en train de déraciner les arbres.

410

Weka kwe bia buri, miti ni mia kata tsiaama kakakaka !

Il était en train de couper les arbres kakakaka !

 

Keenge kadzooka, kadzooka, kadzooka weka mala, Keenge.

Kéngué courait, courait, courait… elle fut loin, Kéngué.

 

Mu kwe dzooke, kavutu pamuka eh ! kumanima mukuyu ni wo ni wa wuta kwe laandi.

Tout en courant, elle se retournait : le non-humain était toujours en train de la poursuivre.

 

« Maama ! Bwe kwa nzeka sa, maama ? »

« Maama ! Qu’est-ce que je vais faire, maama ? »

 

Boongele tari, wiindiri tari na puuu !

Elle prit la pierre et la jeta puuu !

415

Tari diina puuuu ! mieka moongo.

Puuuu ! Cette pierre devint des montagnes !

 

moongo matari, moongo matari ; moongo matari ma miingi.

Des montagnes de pierres, des montagnes de pierres, des montagnes de pierres !…

 

Mukuyu ni bukanaaka moongo matari, matari makaka ni ma kata bula.

Le non-humain gravissait ces montagnes de pierres tout en cassant d’autres pierres.

 

Keenge ni bukadzooka, dzooka, dzooka, dzooka ah ! Keenge…

Kéngué ne faisait que courir, elle courait, elle courait, courait ah ! Kéngué !…

 

Keenge mbo kavututala matari mabwiiri mamansoni.

Lorsque Kéngué regarda de nouveau derrière elle, toutes les pierres étaient tombées.

420

Mu bunkuta kwa bo ah ! Keenge buka boonga diiki ni dia kawiindiri puuu !

Dans la peur, ah ! Kéngué prit l’œuf et le jeta puuu !

 

Diiki bamutela kawiindila ku manima, yaandi wiindiri ku matu.

On lui avait dit de jeter l’œuf derrière elle, elle le jeta devant elle.

 

Kawiidiri ku matu puuu ! ni nzari.

Elle le jeta devant elle puuu ! une rivière.

 

Nzari ya yinene wooo ! ku matu maandi.

Une grande rivière apparut devant elle wooo !

 

« Ambo ka ni bwe nzeka sa ? Maama, maama yeka nzari ! »

« Que vais-je faire ? Maama, maama ! c’est devenu une rivière ! »

425

Kuuna kwa saala tsibuunda tsio zeebi tsi Keenge weka mu mpasi.

De là où elle était, la vieille sut que Kéngué était en difficulté.

 

Bukaba kuuna, ka bwe kasa kwa hein ! mu mpaandu kwa hein !

De là où elle était, elle fit sa magie hein !

 

Keenge ɣa na ndeeko nzari ɣaana ni muuntu weri ɣaana mu bwaatu.

Kéngué était au bord de la rivière et il y avait une personne dans une pirogue.

 

Weka dila : « Mboonga kwaani, mboonga kwaani.

Elle pleurait : « Prenez-moi [dans la pirogue] ! Prenez-moi [dans la pirogue] !

 

 Nkotesa kwaani mu bwaatu ku nsabula kwaani.

Prenez-moi dans la pirogue pour me faire traverser !

430

— Tsia kota abwe kwa ?

— Monte !… Qu’est-ce qu’il y a ?

 

— Oh ! muuntu ta kwe kundaadi, muuntu.

— Oh ! il y a une personne qui me poursuit.

 

— Tsia kota, kota. »

— Monte vite, monte. »

 

Keenge kabingiri kota mu na kati muuna hein !

Kéngué monta vite hein !

 

Ni nkafi baboongele, ni nkafi, ni nkafi, ni nkafi.

Ils prirent la pagaie, ils se mirent à pagayer, à pagayer, à pagayer.

435

Mukuyu kakwi tuula ɣaana wuumini, baawu beka ɣa na kati-kati dia nzari eh !

Lorsqu’il arriva à cet endroit, le non-humain se reposa. Pendant ce temps, [Kengué et le piroguier] étaient, eux, au milieu de la rivière eh !

 

Ah ! Mukuyu mu ntiinu na ntiinu ni miti kaboongele kayirikiri tsindiini tsia ntiinu na ntiinu.

Ah ! Le non-humain fabriqua rapidement une pirogue avec un tronc d’arbre.

 

Kotele mu tsindiini ni ka !

Il monta dans la pirogue ka !

 

Yaandi mpe ni nkafi kasiiri, ni yaandi ta kweenda na kakaka !

Il prit la pagaie kakaka !

 

[M’kuunga]

[Chanson]

440

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

445

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Suumba na suumba koo nge,

Moi, je l’avais achetée,

 

Taata munzari,

Beau-frère,

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge.

Qui est avec toi, beau-frère.

450

Baawu ni bata kwe yende kakaka !

[Kéngué et le piroguier] ne faisaient que pagayer kakaka !

 

Yaandi tsi vutula mukeento ani eh ! Ni kakakaka !

Le non-humain dit : « Rends-moi ma femme eh ! kakakaka ! »

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

455

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

460

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Oh ! Nakubika dioonga,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche.

 

Oh ! Nakubika dioonga,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche,

 

Koo nge taata munzari.

Beau-frère.

 

Oh ! Nakubika dioonga di koo nge,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche,

465

Taata munzari.

Beau-frère.

 

Oh ! Nakubika dioonga di koo nge,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche,

 

Taata munzari.

Beau-frère.

 

Mukuyu ni dioonga katasoongela mbo ni kubika dio eh !

Le non-humain montra la flèche : « Je vais te lancer ça eh ! »

 

Hum ! Ah ! Keenge batiyendela mala, mala batsituurila mala.

Hum ! Ah ! Kéngué et le piroguier étaient déjà très loin, loin, ils étaient très loin.

470

Mukuyu ah ! Mu vutubabaka asikii mpia.

Le non-humain ah ! Il ne pouvait plus les rattraper.

 

Mukuyu wukeeri.

Le non-humain s’en alla.

 

*
*        *

*
*        *

 

Keenge tuuriri kuna ɣata diaandi. Bukasuumbuka ni kwe bamaama keele.

Kéngué arriva au village. Elle traversa [le village] et elle alla directement chez ses parents.

 

Keenge katuuriri ɣa na ɣata ɣaana wele tuula kwe bamaama.

Kéngué arriva au village, elle alla chez ses parents.

 

Maama Solola na Taata Munsambote bakwi tuula ɣaana : « Eh kaa ! nzeenza yiiziri ɣo ?

Lorsqu’elle arriva, Maman Solola et Papa Mounsamboté dirent : « Eh ! kaa ! il y a un étranger qui vient d’arriver ?

475

Eh ! nzeenza, ekaambe ! nzeenza yiiziri ɣo.

Eh ! un étranger, ekaambe ! il y a un étranger qui est là.

 

— Ekaa maama ! abwe kwa ? tsia dzaambu kwa ?

— Ekaa maama ! qu’est-ce qu’il y a ? Y-a-t-il un problème ?

 

— Mbote zeeno, maama ! 

— Bonjour à vous, maman !

 

— Eh ! mbote. »

— Eh ! bonjour. »

 

Baawu bamubweeni ɣaana.

Ils accueillirent [« l’étrangère »].

480

Keenge keka ta ta :

Et Kéngué leur dit :

 

— Maama kaluta vutu kunzaaba ko ?

— Maman, vous ne me reconnaissez plus ?

 

Ih ! Maama Solola katala : « Ekaa ! meeso buungi ?…

Ih ! Maman Solola la regarda et dit : « Ekaa ! j’ai un problème de vue ?…

 

Ekaa ! Keenge ?…

Ekaa ! Kéngué ?…

 

— Ekaa ! maama ni me. »

— Ekaa ! c’est bien moi, maman ! »

485

Maama ! Mwaana ! bi mubuumba ɣaana hein !

Maama ! L’enfant, ils [ses parents] l’embrassèrent hein !

 

— Aaah ! Keenge wiiziri aaah ! Keenge !… Keenge !…

— Aaah ! Kéngué est revenue aaah ! Kéngué !… Kéngué !…

 

— Ambo kaa ! abwe kwa ?

— Qu’est-ce qu’il y a ?

 

— Akwe wayenda hein ?

— Où étais-tu partie hein ?

 

Beeto taketi kwii laambila loongo.

On voulait venir célébrer le mariage là-bas.

490

Butayendaka ɣata dia tuzaabi, taye zimbakana.

Mais nous nous étions perdus en route parce que nous ne connaissions pas le village.

 

Taleembana, tadiinga, tadiinga bata tsi ɣata dio kabazeebi a dio ko.

On avait beau chercher, chercher, personne ne connaissait ce village.

 

Abwe kwa wabwaana kuuna ? »

Qu’est-ce qui t’est arrivé là-bas ? »

 

Ah ! Keenge kaba ɣaana, aah ! Yandi tsinsamu keka bateela mikaye mona kuuna.

Ah ! Kéngué commença à raconter ce qu’elle avait vécu là-bas.

 

Kata ta tsinsamu tsiina, dieka bo keka zoonzela tsibuunda tsiina.

Elle raconta l’histoire, elle parla de la vieille.

495

« Tsibuunda bwe tsie ? »

« Comment était cette vieille ? »

 

Ni tsia kata songerela ebukeri, ebukeri eh !

Elle dit qu’elle était comme ça, qu’elle était comme ça !

 

Ooh ! Maama Solola teele tsi : « Eh ekaa ! wuuna nkaaka nkaaka ya meno.

Ooh ! Maman Solola dit : « Eh ekaa ! c’est mon arrière-grand-mère.

 

  Ni yaandi kuvuukisi.

C’est elle qui t’a sauvée.

 

— Maama Nzaambi ! Maama aah !… Nzaambi Pungu tuleendo wa munene !

— Maama Nzaambi ! Maama aah !… Dieu Saint-Esprit, [sa] gloire est grande !

500

— Ekaa ! maama, mona tamona butu kwe tambakane hein ?

— Ekaa !maman ! tu vois comment on tombe dans le piège hein ?

 

— Ah ekaa ! mpasi butuuriri, beeto […] »

— Ah ekaa ! l’essentiel est que tu sois revenue […] »

 

Basiiri mwa malaki ma baawu na baawu ɣaana, nsayi yi yookele.

Ils étaient heureux et ils organisèrent une fête.

 

Raphaël Otho

Corpus inédit, © Copyright ADELLAF 2020

Poésie féminine chantée de mariage en kabyle (urar)

 

Mots-clés

berbère, kabyle, Algérie — oralité ; poésie féminine de mariage chantée, urar ; performance, performance collective ; improvisation — mariage ; fête ; louange ; bénédiction

Production

Poésie produite par des femmes d’environ cinquante ans ayant exigé l’anonymat. Elles ont précisé que les poèmes ne leur appartiennent pas, qu’elles les avaient appris auprès de leurs mères et grands-mères et d’autres vieilles femmes durant des fêtes ou parfois en puisant de l’eau.

Édition du corpus

Collecte:  La collecte a été réalisée entre 2011 et 2013 par Yasmina Fourali avec l’aide de l’une de ses étudiantes, dans le cadre d’un projet personnel de constitution d’un corpus de poésie féminine festive. La recherche a été effectuée dans trois localités de la Kabylie-Algérie : Ahl El Ksar(Ath-Laksar), Takerboust (wilaya de Bouira) et Tala Ouamar –Tizi Gheniff (wilaya de Tizi-Ouzou). Les performances sont sollicitées et les séances ont eu lieu au domicile des chanteuses.

Transcription et traduction:  Corpus transcrit et traduit par Yasmina Fourali.

Contexte

Le terme urar est un nom polysémique qui signifie étymologiquement « jeux » ; le dérivé amurar « joueur »désigne celui qui prend part à l’urar. Dans un sens plus restreint, urar renvoie à la séance de chant accompagnée de danse, à la satire et au rire qui créent de l’animation et qui procurent de la détente. En Kabylie, ce terme est employé pour différentes occasions festives (tameghra « la fête »).Dans ce contexte, il désigne l’une des étapes du cérémonial1 marquant la naissance d’un enfant (surtout de garçon), la circoncision et le mariage. Durant ces manifestations, on assiste à la réalisation de différents genres de poésie. Cette poésie, dite « festives », se distingue, selon les énonciateurs, en poésie festive féminine et masculine.

Le mariage est l’occasion par excellence où l’urar donne lieu à une performance durant laquelle se suivent plusieurs genres poétiques2 féminins qui sont chantés et dont certains sont accompagnés de danse. L’urar constitue ainsi un cadre réglementé où les femmes s’assument dans un chœur dénommé urar n lxalat, en outrepassant (aussi bien au plan social que poétique et rhétorique) les tabous. En effet, au cours de la séance, dans un espace clos (qui leur est réservé), les femmes s’expriment vocalement et corporellement pour chanter l’amour et l’interdit ; ces chants sont réalisés selon des rythmes traditionnels improvisés.

De manière générale, la forme et le contenu de la poésie féminine chantée festive varient en fonction de la fête et des étapes au cours des quelles cette poésie est produite. Les manifestations et la terminologie varient dans les différentes régions de l’aire berbère. Cependant, cette variabilité repose sur une certaine unité culturelle concernant à la fois les fêtes et les poésies, lesquelles ont plusieurs fonctions, entre autres : la bénédiction, la « purgation » de l’âme (dans le sens de catharsis) et les vœux de bonne réussite pour l’évènement.

Quelques traits constants caractérisent la performance quelle que soit l’occasion. En effet, cette poésie est chantée lors des fêtes, auxquelles participent plusieurs femmes. Elle est produite et structurée en mètres et en strophes. Elle est chantée selon un rythme donné avec un accompagnement musical qui est généralement le « tambour » abendayer ; elle peut être ponctuée par des « youyous », des applaudissements et des danses. La performance est donc collective. Elle comprend une part d’improvisation et se réalise par séances correspondant à certaines étapes de la fête ou à la fête toute entière.

Pour ce qui est du mariage, schématiquement, il dépend du statut des mariés. Dans l’ensemble, l’urar dure d’une nuit à trois jours, et parfois jusqu’à une semaine, chez le marié. Chez ce dernier, l’urar est plus riche et plus animé car plus joyeux, ce qui n’est pas le cas chez la mariée où ce sont davantage des chants évoquant la tristesse et qui sont liés à la séparation de la fille avec sa famille. Le premier jour est consacré à la préparation de l’imensi n wurar « diner de l’urar ». Le deuxième jour, un cortège constitué d’hommes et de femmes est désigné pour aller chercher la mariée (imensan ou iqeffafen3). Dans la soirée, se déroule une séance d’imposition du henné pour le marié. La matinée du troisième jour, un repas est servi pour la famille (généralement la nouvelle mariée participe à sa préparation) ; le soir a lieu la dernière étape de la fête. La poésie féminine accompagne toutes les étapes et rituels du cérémonial du mariage.

Descriptif

Tous les moments de la fête sont ponctués par différents genres de poésie, le plus important étant l’urar.

Début de la fête:  Des louanges destinées aux organisateurs de la fête (les prénoms des parents sont cités) sont chantés ; ainsi est annoncé le début de la première journée de la fête. Les femmes concernées par la préparation du repas de fête se réunissent à cette occasion.

Préparation de l’imensi n wurar « le repas du soir »: Cette étape est constituée de plusieurs séances de préparation dont chacune est ponctuée de poésie chantée :

— la préparation du blé destiné à la fête — celui-ci est récolté et préparé auparavant4;

— le tamisage de la semoule (poésie chantée et youyous) ;

— le roulement et la cuisson du couscous (poésie chantée et youyous).

L’urarIl concerne l’étape après le repas jusqu’aux environs de minuit, qui est considérée comme la plus importante de la fête, car la plus animée. En effet, la poésie rythme la soirée : chansons en chœur, poésie chantée et accompagnée par le tambour abendayer ; youyous, applaudissements, claquements des mains et danses. Dans certaines régions (Tala Ouamar par exemple), pendant la soirée de l’urar, un petit groupe de femmes joue le rôle d’animatrices : certaines chantent un couplet et les autres femmes présentes (invitées) reprennent, tantôt le même couplet, tantôt le refrain, tandis que d’autres femmes dansent. Quant à la présence d’hommes, elle est réglementée par les liens de parenté et elle est donc très limitée et discrète.

 


 

Notes:

1 La signification du mot urar connaît une variation régionale.  Dans la région de Takerboust et At Lakser, il signifie « poésie chantée » ; dans d’autres régions de la Kabylie, il semble désigner d’une manière métonymique et globale les genres chantés pendant la fête.  Il est aussi dit, dans la région Du Tiznit (Sud du Maroc), que le terme urar il désigne la poésie en général.

2 Tibugharin : il s’agit de poésies chantées durant plusieurs phases de la fête : des louanges au moment de l’imposition du henné ; des louanges pendant toute la préparation du dîner (couscous), des louanges durant la préparation de la mariée, désignées aussi par le terme de chekran etc. L’aḥiḥa « poésie d’amour/ parfois érotique » ; amɛezber « joutes oratoires », ou l’amcečču (dans la région de Takerboust). Chaque genre est situé par rapport à au contexte et au rituel de production.

3 La dénomination et le déroulement de la fête peut varier suivant la région.

4 Durant la saison de la récolte, le prélèvement de la quantité de blé destiné à la fête est ponctué de poésie chantée et de youyous.

 

 


 

 

Poésie féminine chantée de mariage en kabyle, urar

 

 

Les exemples de poésie qui suivent, sont chantés par les femmes lors d’un mariage durant différentes séances. Ce corpus est sollicité et enregistré hors contexte. Nous les présentons dans l’ordre de succession de quelques étapes du mariage.

 

 

Poésie n° 1

Cette poésie de louanges est chantée le premier jour de la fête avant l’urar ; elle s’adresse aux organisateurs de la fête les « parents », parfois en citant leurs prénoms.

A lall n tmeɣra

Ô maîtresse de la fête

A ddegla uɣerbal

Ô dattes dans le tamis

Serbi-d lqehwa

Servez-nous du café

Ad yecbeḥ wurar

La fête sera bien embellie

Ala la ala halala

Ala la ala halala

A lalln tmeɣra

Ô maîtresse de la fête

A ddegla n seksu

Ô dattes du couscous

Seḥmu tesliliw

Accentuons les youyous

Ad yecbeḥ wussu

Le lit [de la mariée] sera plus joli

Ala la ala halala

Ala la ala halala

Nouara

 

Poésie n° 2

Cette strophe (joute oratoire)est chantée par un groupe de femmes qui simulent un dialogue entre le marié et sa mère (c’est la mère qui parle la première) ;elle est accompagnée d’applaudissements, de youyous et de danse sur le rythme du tambour.

— A Naɣa Muḥend a mmi

— Ô Mohand mon fils

Tuker-iyi litra n zzit

Elle m’a volé, de l’huile un litre

— Anef-as, annef-as a yemma

— Laisse-la, laisse-la, ô Mère

Iḍelli I d-tedda d tislit

Mariée, elle ne l’est que depuis peu

— A Muḥ, a Muḥ

— Ô Mouh, ô Mouh

A Naɣ a Muḥend a mmi

Ô Mohand mon fils

Ur tessin ula d seksu

Le couscous, elle ne sait pas comment le rouler

— Anef-as, annef-as a yemma

— Laisse-la, laisse-la, ô Mère

Tettgerriz-iyi-id ussu

Le lit, elle sait bien me le faire

— A Muḥ a Muḥ

— Ô Mouh, ô Mouh

Ourdia

 

Poésie n° 3

Cette poésie est chantée par une tante maternelle, s’adressant à la mariée afin de la rassurer et de lui témoigner de la considération.

A yelli ass-a d lferḥ-im

Ô ma fille, ce jour est ton bonheur

Ass-a teldi tewwurt fell-am

En ce jour, la porte s’ouvre pour toi

Leɛmum d lexwal akken ma llan

Ici, tes oncles tous réunis

Ass-a ad m-xedmen ccan

Désormais, grandiront ta valeur.

Ourdia

 

Poésie n° 4

Cette poésie est chantée pour présenter des louanges à la future mariée au moment de l’imposition du henné (en fin de soirée), par une proche.

Smellah ad d-nebdu

Avec le nom de Dieu nous commencerons

Ad nebdu deg tewwurt

Nous commencerons à partir de la porte

Ad necker tislit

Nous présenterons des louanges à la mariée

Amzun d tasekkurt

Elle est telle une perdrix

Amenzu d aqcic

Son premier enfant sera un garçon  

Ad iεemmer tamurt

Il va enrichir le pays

Hadjila

 

Poésie n° 5

Cette poésie est un extrait d’une joute oratoire (duel) chantée le deuxième jour de la fête, par une femme proche, au seuil-intérieur de la porte de la maison où habite la mariée

Meḥba, mreḥba

Bienvenue, bienvenue

S ssut n yibzimen

Au son des broches5

Tislit i ɣer i d-tusam

La mariée pour qui vous êtes venues

Iwin-tt yitbiren

Des pigeons l’ont emmenée

Ahat di lebḥer

peut-être en mer

Σewqent sfayen

Les bateaux sont désorientés

Ulac aɛewwam

y a pas de nageur

Ar tt-iselken

qui va la sauver

Yamina

 

Poésie n° 6

Cette poésie est chantée en soirée par une vieille femme, généralement une proche, qui rassure la jeune mariée au moment où on lui met le henné et qui met sa beauté en valeur :

A taqcict tamejṭuḥt

Ô petite fille

Yekkaten lḥenni tettru

À qui on met le henné et qui pleure

Zɛefran deg tqemmuct

Le safran sur tes lèvres luit

Terna sxab isaru6

Ton collier en clous de girofle bien ajusté

Ay aqcic ruḥ s leɛqel

Ô jeune marié, prudence

Yuɛer yiḍ amezwaru

Pénible est la première nuit

Hadjila

Poésie n° 7

Cette poésie est chantée (chez le marié) par une proche du marié afin d’honorer la mariée la matinée de sa noce

A Lalla tislit

Ô Lalla7, la mariée

A yudem n rbeḥ

Toi au visage de lumière

Sal ɣef urgaz i tuɣeḍ

Salue l’homme que tu as épousé

Amzun d lmesbeḥ

Telle une lampe, tu éclaires

Lexber ad yaweḍ yemma-m

Ta mère, une fois informée

Ad teɛyu tefraḥ

De toi, elle ne sera que fière

Khoukha

 


 

Notes:

5  Broches : fibules (agrafes servant à retenir les extrémités d’un vêtement) en argent.

6 Sxab isaru : un collier fait à base de clous de girofle et d’autres perles de couleurs et à saveur dont les perles sont bien ajustées (isaru) et colorées. La mariée le prend avec elle le jour de son mariage.

7  Lalla : titre honorifique pour signifier qu’une femme est issue d’une grande famille. Ici, il est utilisé pour dire qu’elle a honoré sa famille.

 


 

Références:

    • ABROUS Dahbia, 1992, « Les joutes poétiques du henné : compétition d’honneur et rapt symbolique », Etudes et Documents berbères, n°9, pp147-164.
    • AIT FEROUKH, Farida, 1993, « Le chant kabyle et ses genres », in Encyclopédie Berbère, n°12, pp.1869-1871.
    • DJELLAOUI, Mohamed, 2009, L’évolution de la poésie kabyle et ses caractéristiques entre la tradition et la modernité. T1, La poésie traditionnelle, Alger, HCA, p. 163.[Texte en arabe].
    • HAOUCHINE, Omar, janvier 2019, Ccna, une poésie féminine de Kabylie : complaintes, conflits et régulation sociale, Thèse doctorat, sous la direction de Dahbia ABROUS et Mourad YELLES, Paris, INALCO, pp. 86-88.
    • KHERDOUCI, Hassina, 2008, « Poésie et chanson féminines de Kabylie », in Etudes et Documents Berbères, 27, pp. 5-26. https://www.cairn.info/revue-etudes-et-documents-berberes-2008-1-page-5.htm
    • MAHFOUFI, Mhenna, 1988, « Chant d’évocation amoureuse de type aia des Ait Issad de Grande Kabylie » in » Littérature arabo-berbère, 19-20, Paris, pp. 109-143.
    • LACOSTE-DUJARDIN, Camille, 1981, « Des femmes chantent les hommes et le mariage : Louanges lors d’un mariage en Kabylie », Littérature arabo-berbère, 12, Paris, pp. 125-161.
    • RABIA, Boualem, 1988, « Les joutes poétiques féminines dans les mariages aux Ait Ziki (Kabylie) », in Awal : Cahiers d’études berbères, n°4, pp. 85-121.
    • SALHI, Mohand-Akli, avril 2001, « Poésie féminine et poétique kabyle », in Actes du colloque international des femmes et des textes dans l’espace maghrébin, Constantine les 21, 22 et 23 mars, Expression n°7, p. 211-213.

Corpus inédit, © Yasmina Fourali

Site WordPress - ELLAF par Adellaf - ISSN 2804-7672 (en ligne) - Hébergé par Huma-num -©- 2019