Kanuya Wale — Un acte d’amour

 

 

Kanuya Wale — Un acte d’amour1
de Samba Niaré

 

 

Mots-clés:
mandingue, bambara, écriture littéraire, roman, Mali, critique sociale, corruption, mariage.
Contexte:
Samba Niaré a été assisté par Thera Job qui l’a aidé à mettre en forme son texte en bambara. En effet, bien que de langue maternelle bambara, l’auteur a préféré écrire d’abord son roman en français — langue dans laquelle il a des repères pour ce genre, avant de le transposer en bambara pour la version définitive.
Le mot « roman » ne figure ni sur la couverture ni sur la quatrième. Il apparaît seulement sur la page de garde à l’occasion d’une brève biographie de l’auteur où on nous précise que « Kanuya Wale (Un acte d’amour) est son premier roman ». Aucun mot bambara n’est par ailleurs proposé pour désigner le genre.

 

Note :        Le titre français figure sur la couverture de l’ouvrage.

 

 

 

Résumé:


Le roman, qui entremêle plusieurs histoires en trois volumes, est un prétexte pour aborder les questions des mariages arrangés, de la polygamie, de la stérilité, du sida, de la corruption des villes, de l’exploitation des petites bonnes, de l’éducation des filles, questions de société ardemment débattues au Mali.
Un bref résumé du roman, volume par volume, est proposé par l’auteur en bambara et en traduction française sur la quatrième de couverture de chacun des tomes.

 

a) Kanuya Wale I, ye dennin dɔ ka maana ye, min furula k’a sɔrɔ a ma wolo. A fa banna ka kundi. A ba ma den wɛrɛ bange a kelen kɔ, o y’a tɔgɔ da Dajuru.
Kanuya Wale I (un acte d’Amour) raconte l’histoire d’une jeune fille mariée avant sa naissance. Son père refuse de lui donner un nom. Sa mère, dont elle est l’unique enfant, l’appelle Dajuru (la parole donnée).

 

b) Kanuya Wale II, sinsinnen bɛ togodala mɔgɔw ka diɲɛlatigɛ kan. Olu min bɛ taa-ni-ka-segin banbali la duguba n’u ka yɔrɔ cɛ, u dahirimɛ ɲininni na, i n’a fɔ parantikɛ Seriba.
Kanuya Wale II évoque également une tranche de vie, celle d’un milieu rural à la recherche du minimum vital dans un incessant va-et-vient, symbolisé par Sériba, un jeune garçon déscolarisé qui exerce le métier tant honni d’apprenti chauffeur, paantikè.

 

c) Kanuya Wale III, kɔnɔ, a bɛ dɔn ko donseteliyabana taara ni Mamuru ye; a muso Fata banna ka firiyafini ta.
Kanuya Wale III montre enfin la réticence d’une femme à porter la repoussante tenue de veuvage, pourtant bleue ! (Firiyato).

 

Référence de l’œuvre:
Le roman est publié par la Société Malienne d’Edition, Bamako en 1996, en 3 volumes respectivement de 55, 56 et 52 pages, intitulés: Kanuya Wale I (avec pour sous-titre Dajuru); Kanuya Wale II (sous-titre Parantikɛ), Kanuya Wale III (sous-titre Firiyatow, [les veuves]).


Bibliographie

    • DERIVE, Jean, 2006, Le parcours sinueux d’un roman bambara: « Kanuya Wale [Un acte d’amour] de Samba Niaré (1996) » in GARNIER, Xavier, RICARD, Alain (eds.), L’effet roman: l’arrivée du roman dans les langues d’Afrique, Paris, Karthala, pp. 265-286.

 

 

 

Kanuya Wale — Un acte d’amour
Extrait
Première page du roman.

L’auteur ne note pas les tons

 


Bajɛ wolodugu man jandugubala. I k’a don, dugubakɔnɔmɔgɔw y’u dia. Mansimafɛn camande b’u bolo. I dan ye ka bitɔnnindɔ digi, yeelen bɛ sin ka du kɛnɛ n’a boya bɛɛ minɛ.
Sokɔnɔna fana bɛ o cogo kelen na. I mana segin k’o bitɔn kelendigi, dibi bɛ segin a nɔ na o yɔrɔ bɛɛ.
Bajɛ ninnu ka dugu la, fitinɛwde bɛ tugu sow kɔnɔ. A dɔw faratika bon kosɛbɛ. Bajɛ man’a sigi k’a miiri duguba bitɔnnin n’a yeelen na ka fitinɛ ninnu filɛ, a dabali bɛ ban. A tɛ dan si sɔrɔ o la.
Dafɛdugu tɛ u ka dugu laminina Bajɛ ma don min na.Tuma kelen-kelen, Bajɛ ka dugutagaw senfɛ a kulu yɛlɛnto mana sɛgɛn, a b’i jɔ k’a ɲɛ fili duguba kan. A bɛ to kulu sanfɛ ka duguba fɛnsɛnnen ye a senkɔrɔ i ko sankolo dabirilen. A be yeelenw tomi-tomitɔ ye i ko doolow bɛ sanfɛ cogomin.
Bajɛ mana fa dugu filɛli la, a bɛ kaariba tu k’a ɲɛsin duguba ma, ka nɛgɛso ta ka sira minɛ. Nɛgɛso in tun ye faciyen ye.

 

 


Traduction de l’extrait
par Jean Derive

 


Le village natal de Badjè n’est pas loin de la grande ville. Tu sais, les gens de la ville ont la vie belle. Ils disposent de beaucoup de confort. Il te suffit d’appuyer sur un petit bouton, la lumière éclaire aussitôt la cour, si grande soit-elle.
A l’intérieur de la maison, c’est la même chose. Au cas où tu retournes appuyer sur ce bouton, l’obscurité revient remplacer partout la lumière.
Au village de ce Badjè, ce sont les lampes à huile qu’on allume dans les maisons. Le danger de ce genre de lampes est très grand. Si Badjè se met à penser au petit bouton de la ville et à sa lumière, par comparaison à ces petites lampes à huile, leur magie pense-t-il est infinie. Il la trouve extraordinaire.
Il n’y a pas de village des alentours où Badjè ne soit entré. De temps en temps au cours de ses promenades à pied dans les villages, s’il en vient à peiner en gravissant la montagne, il s’arrête pour jeter un coup d’œil sur la ville. Il reste au sommet pour la voir étendue à se pieds comme un ciel renversé. Il voit les lumières en points minuscules come sont les étoiles dans le ciel.
Pour ce qui concerne le village paternel de Badjè, il n’est pas du tout situé du côté de la ville, il doit y aller à bicyclette. Cette bicyclette était un héritage paternel.