Keenge / Kéngué I

 

 

Keenge kwe bisimbi / Kéngué chez les non-humains

 

 

 

Mots-clés

kikongo, lari, (láari, laari, kilaadi) ; République du Congo ; Congo-Brazzaville — oralité, conte, nsamu — « Fille difficile », créature non-humaine, mukuyu, tsisimbi, métamorphose, vieille femme ; famille, mariage, choix du conjoint par la fille.

Production du corpus

Conte en quatre épisodes dit par Chrysogone Diangouaya.

Chrysogone Diangouaya est né en 1968 en République du Congo (Congo-Brazzaville). Il vit actuellement à Paris, où il est directeur du centre de danse qui porte son nom, dans le 18e arrondissement. Chrysogone Diangouaya est chorégraphe, comédien et conteur. Il a réalisé ou participé à plusieurs spectacles de danse. Il a interprété des rôles dans un grand nombre de pièces de théâtre, dont certaines montées ou créées par lui. On peut citer parmi ses créations Le cri de la girafe, qui est un conte dansé et chanté pour le jeune public (Théâtre Daniel Sorano à Vincennes et Le Théâtre de la Ville à Paris, 2012 à 2019).

Collecte

Auto-enregistrement réalisé en continu le 16 mai 2020, sans auditoire, à la demande de Raphaël Otho.

Édition du corpus

Transcrit et traduit par Raphaël Otho. Un glossaire réunissant les interjections et quelques noms maintenus dans la traduction sera donné ultérieurement.

Résumé de l’épisode 1

Papa Mounsamboté et sa femme Maman Solola ont une fille, Kéngué. Elle est très belle. Elle attire le regard de beaucoup de familles du village, mais elle refuse d’épouser tous les hommes qui la demandent en mariage.

Un étranger se présente. Il est très beau. Elle accepte de l’épouser. L’étranger est un mukuyu, un non-humain. Il amène Kéngué dans son village. Elle découvre la vraie nature de son mari.

Une vieille femme se rend en cachette dans le village du mari non-humain. Elle rencontre Kéngué dans une fête du village. Elle l’aide à fuir. Elle lui donne trois objets : un morceau de bois, une pierre et un œuf. Si elle se trouve en grande difficulté, qu’elle jette derrière elle le morceau de bois, puis la pierre, puis l’œuf.

Le non-humain poursuit Kengué. Il est sur le point de la rattraper, elle jette le morceau de bois derrière elle, une grande forêt apparaît avec beaucoup d’arbres, elle échappe au non-humain. Le mukuyu la rattrape à nouveau, elle jette la pierre derrière elle, des montagnes se dressent, elle lui échappe. Il la rattrape encore, elle jette l’œuf, non pas derrière mais devant elle, une grande rivière apparaît devant elle. La vieille femme apprend cela. Un piroguier vient sauver Kéngué.

Kéngué retourne chez elle. Elle explique à ses parents que le jeune homme qu’elle a épousé n’est pas un être humain, qu’elle a été sauvée par une vieille femme. Sa mère lui dit que la vieille femme est son arrière-arrière-arrière-grand-mère. Elle ajoute : « Ah ekaa !’L’essentiel est que tu sois revenue. »

 

 


 

Keenge kwe bisimbi / Kéngué chez les non-humains

 

 

 

 

 

 

Bangwaala yeenge tsieeno !

Paix à vous les amis !

 

Meno Diangouaya,

Je suis Diangouaya,

 

Diangouaya wa dia David Chrysogone.

Diangouaya David Chrysogone.

 

Yeh ! ndiena musi Nseembo,

Yeh ! je suis du clan Nsémbo,

005

mwaana Suundi,

l’enfant du clan Soundi,

 

na ntekololo kwe bisi Mbeembe,

petit-fils du clan Mbémbé,

 

na ntekololo mpe kwe bisi Mviimba.

petit-fils du clan Mvimba.

 

Ekaa ! mulaki tsia lolo ni ɣa mboongi ndiiziri mu kuluteela binsamu.

Ekaa ! aujourd’hui, je viens dans cette case pour vous dire des contes.

 

Ekaa ! lumbutsi, tsinsamu niluteela tsia Keenge.

Ekaa ! aujourd’hui, je vous dis le conte de Kéngué.

010

Binsamu bio mbuta za baantu beri kwe bia tuteeleke.

C’étaient des vieux qui nous disaient ces contes-là.

 

Buuna beeto tweri baala bafioti.

À l’époque, nous étions petits.

 

Ekaa ! buleeke bwa bwiingi bweri neeto mpe biakaka bia ye tuzimbakane kwa.

Ekaa ! nous étions encore des gamins, nous avons donc oublié d’autres contes.

 

Ni buungu dio buuna bubata babeeni bambuta :

C’est ainsi qu’eux-mêmes, les vieux disaient :

 

« Wadia fwa, yika dio. »

« Ce qu’a laissé le mort, améliore-le. »

015

Biakaka ni tukweyiki beto beeni, kweyiki,

D’autres contes sont ajoutés par nous-mêmes,

 

buungu « mayela meeso makutu mayika na yika ».

parce que « l’intelligence des yeux s’enrichit par les oreilles ».

 

Lumbutsi, tsinsamu tsia Keenge tsi niluteela.

Aujourd’hui, je vous dis ce conte-ci de Kéngué.

 

Ah ! mu bipo biya tsena, kaa ambe tsinsamu tsimosi kwa nsiiri ekaa !

Il y a quatre parties, mais ce n’est qu’un seul conte que je raconte ekaa !

 

Ah ! Makutu lu eh !

Ah ! Ouvrez bien les oreilles eh !

 

*
*        *

*
*        *

020

Ekaa ! mu ntaangu ya ntama, ya ntama,

Ekaa ! dans l’ancien temps, dans l’ancien temps,

 

muna ntaangu yiina ya Mbaanza Koongo,

en ce temps-là du Mbanza Kongo,

 

Koongo diina dia dinene,

ce grand Kongo-là,

 

Koongo dia Ntootela,

le Royaume Kongo,

 

Kuuna Koongo dia Ntootela kuna kweri maɣata,

dans ce Royaume Kongo-là, il y avait des villages,

025

maɣata ma manene.

de grands villages.

 

Muna maɣata mweri bibelo.

Dans chaque village, il y avait des groupements de maisons par famille.

 

Muna bibelo muuna, bibuka bieri kwe be muuna na mboongi.

Dans ces maisons de famille-là, il y avait des cases où on disait des contes.

 

Ekaa ! tsibelo tseri kuna loonde kuuna tseri tsibelo tsia Taata Munsambote.

À quelques pas, il y avait une maison qui appartenait à Papa Mounsamboté.

 

Taata Munsambote wakweela Maama Solola.

Papa Mounsamboté avait épousé Maman Solola.

030

Yeh ! Batoma zolasana.

Yeh ! Ils s’aimaient beaucoup.

 

Bubaba, baba, baba, baba,

Ils vivaient, ils vivaient, ils vivaient,

 

ekaa ! mu kwe be, Maama Solola wi buta mwaana wa m’keento.

ekaa ! en étant ensemble, Maman Solola mit au monde une fille.

 

Mwaana wuuna baɣeeni nkuumbu Keenge.

Cette enfant s’appelait Kéngué.

 

Keenge bukata kwi butuka,

À sa naissance, Kéngué,

035

ambo buuna tsia bumpala kwa !

quelle beauté !

 

Keenge bumpala !

Kéngué était très belle !

 

Bukabutukiri.

Elle était donc née.

 

Ekaa ! Taata Munsambote na Maama Solola ni mwaana beka ta kurisa.

Ekaa ! Papa Mounsamboté et Maman Solola élevaient, maintenant, l’enfant.

 

Mu kwe kurisi mwaana,

En élevant l’enfant,

040

mu kwe saansi mwaana,

en l’éduquant,

 

mu kwe kurisi mwaana,

en élevant l’enfant,

 

mu kwe saansi mwaana,

en l’éduquant,

 

ah ! mwaana wuketi lombo kula, wukudidi.

ah ! l’enfant qui n’allait pas grandir, grandit.

 

Mwaana weka mvula kuumi na taanu.

L’enfant a maintenant quinze ans.

045

Mu mvula kuumi na taanu, mwaana beka kwe wa se meeso.

À quinze ans, l’enfant a maintenant les yeux braqués sur elle.

 

Bibelo biina biakaka ni ko bakwi yuula mpe yandi mwaana,

D’autres maisons de famille venaient prendre des nouvelles de l’enfant,

 

buungu tsi mwaana wuzabakane.

parce qu’elle avait grandi.

 

*

*

 

Ɣaana ɣa baa mwaana wa m’keento, ah ! ka ɣakoondo ka meeso ko.

Là où vit une jeune fille, les regards ne manquent jamais.

050

Ekaa ! mvula ziyikamane zoole na tatu.

Ekaa ! cinq ans s’étaient ajoutés à son âge.

 

Ah ekaa ! Makaanda makaa ni mwaana wo beka kwi loomba mu kweela.

Ah ekaa ! Les autres familles venaient demander à épouser la jeune fille.

 

Ekaa ! mu kweela, Taata Munsambote na Maama Solola,

Ekaa ! pour le mariage, Papa Mounsamboté et Maman Solola

 

baawu batomo bwaana kwa makaanda maana mamansoni meri kwiizaka.

avaient reçu toutes les familles qui venaient.

 

Na matoko maana meri waaya mu kwi kweela Keenge,

Et tous les jeunes qui venaient pour épouser Kéngué,

055

ekaa ! tsia mansukina tseri saala ni Keenge fweti taambula.

ekaa ! le dernier mot revenait à Kéngué.

 

Tala taambula kataambula eh !

Est-ce qu’elle allait accepter eh ?

 

Taa kala eh !

Est-ce qu’elle allait refuser eh ?

 

Ekaa ! Keenge mwa lusanu lwa ba naandi.

Ekaa ! Kéngué avait un peu d’orgueil.

 

Lusanu lwa mwa lwa lwiingi.

Un peu plus d’orgueil [que tout le monde].

060

Ekaa ! Bakala dikwi yuula ko eh, yaandi katala :

Ekaa ! Quand un homme venait demander Kéngué en mariage, elle disait :

 

« Yi ! maama, meno bakala dio kanzololo a dio ko. »

« Yi ! maman, je ne veux pas de cet homme ! »

 

Eh ! Diakaa dikwiiza :

Eh ! À l’autre qui venait :

 

« Yi ! maama, yaandi ah ! tsiaana yaandi we na ntunga. »

« Yi ! maman, celui-là ah ! on dirait qu’il a des chiques ! »

 

Eh ! Ni bo na bo, babakala baa nkama kulu yaandi bababi.

Eh ! elle était comme ça, tous les hommes étaient mauvais.

065

Maama Solola dimbitsiri : « Eh !… Ah ! nge Keenge dieka bo nge ni bo kwa ba walombo bakala ?

Maman Solola, après avoir réfléchi [dit à Kéngué] : « Eh !… Ah !  Kéngué, veux-tu rester sans mari ?

 

Eh yaaya ! yaaya ! yaaya ! Masolola ma Nkabi eh ! Yaantsi Keenge fweti wazaaba :

Eh yaaya ! yaaya ! yaaya ! Masolola ma Nkabi eh ! Kéngué, tu dois savoir ceci, écoute bien :

 

seese ya yooka bimbanza, buwa bubolele. Tomo wa wa.

la savane qui a des champignons n’est pas fréquentée par les gens à cause des serpents ! Écoute[-moi] bien.

 

— Ah ! maama, nge mpe zoonza kwa kwiingi kwe naaku ah !

— Ah ! maman, toi-aussi, tu parles beaucoup ah ! 

 

Ambe me nzeebi kwa, mebeeni nzeebi ka tsia bakala nita keela. »

Je connais, moi-même, l’homme que j’attends. »

 

*
*        *

*
*        *

070

Ekaa ! Mu kwe keele, bavutu pamuka kwa ekaa ! ni baantu bayiza ɣaana bayi telama ɣaana tsi :

Ekaa ! En attendant la suite, une famille s’était présentée chez eux en disant :

 

« Ah ! beeto ni ku beeno twiiziri eh !

« Ah ! nous sommes venus chez vous eh !

 

— Ekaa ! Ni bwe ?

— Ekaa ! Qu’est-ce qu’il y a ?

 

— Oh ! Keenge twi monekena, we neeto takweela Keenge. 

— Oh ! Nous sommes venus voir Kéngué pour l’épouser.

 

— Amboka bulwe beeno babiingi-biingi, kweela ni nani eh ? »

— Vous êtes nombreux, mais où est le prétendant eh ? »

075

Bakeelele yandi bakala kaduukiri ɣaana.

— Vous êtes nombreux, mais où est le prétendant eh ? »

 

Ah yaaya ! Bukaduuka ɣaana, bakala.

Ils attendirent la sortie de l’homme.

 

Tala bakala budiele ah ! Bakala na bumpala !

Quel homme ah ! Un bel homme !

 

Oh ! Tala kayangamane !

Oh ! Regardez-le debout !

 

Ambo ku meeso, nsuki oh ! na pesi-pesi !

Et ses yeux, ses cheveux, oh ! très lisses !

080

Hum ! lunkete mpasi bakala diina !

Hum ! il était très propre, cet homme-là !

 

Bukaduukiri ɣaana ka ! Keenge buuna kwa kamona bakala diina mutsima weka ni paka-paka paka-paka !

Lorsqu’il sortit là ka ! Dès que Kéngué le vit, son cœur se mit à battre paka-paka paka-paka !

 

M’tsima weka pupa tsi : « Ah ! me ni yaandi, maama ! ni yaandi ! »

Elle commença à se dire dans son cœur : « Ah ! c’est lui, maama ! c’est lui ! »

 

Maama Solola tariri yaandi mwaana Keenge.

Maman Solola regarda sa fille Kéngué.

 

Keenge weka meeso na reɣi-reɣi ni reɣi-reɣi ah !

Les yeux de Kéngué étaient devenus reɣi-reɣi, reɣi-reɣi ah !

085

Ekaa ! Maama Solola kadimbitsiri kata tala ni bakala dio :

Ekaa ! Maman Solola regardait cet homme [en se disant] :

 

« Ah ! ngaatsi weri a ngula muuntu ko.

« Ah ! peut-être qu’il n’est pas un humain.

 

Ah ! ngaatsi weri a ngula muuntu ko…»

 Ah ! peut-être qu’il n’est pas un humain… »

 

Ni kwe yaandi bakala keka ta :

Elle s’adressait maintenant à son mari :

 

« Ah ! Taata Munsambote — yaandi bakala dia yaandi yaaya keri mutaaka —

« Ah ! Papa Mounsamboté — elle appelait [plutôt] son mari grand-frère —

090

ah ! yaaya Munsambote yiza eti. »

ah ! viens d’abord, grand-frère Mounsamboté. »

 

Baɣungamane, beele mu kati dia nzo.

Ils se retirèrent, et ils allèrent dans la maison.

 

— Yaandi ngula muuntu kwa we ?

— Est-ce un être humain ? [lui demanda Maman Solola.]

 

Ambo tuuka tsia nabutukila, bumpala bwa mpila bo ka namweeni bo ko.

Depuis ma naissance, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi beau !

 

Ngaana ngula muuntu kwa we ? »

Est-ce vraiment une personne ? »

095

Taata Munsambote :

Papa Mounsamboté répondit :

 

« Ekaa ! ni bwe tweka sa hein ?

« Ekaa ! qu’allons-nous faire hein ?

 

— Ah ekaa ! Tamana kala ah !, dio mpe dieka disumu ah !

— Ah ekaa ! Si nous refusons ah ! c’est aussi un péché ah !

 

— Ekaa ! ni bwe tweka sa ?

— Ekaa ! qu’allons-nous faire ?

 

— Ekaa ! tsia taambula kwa. »

— Ekaa ! accepte seulement [que nous la lui donnions en mariage]. »

100

Bataamburi, baduukiri ɣaana.

Ils se mirent d’accord [pour donner Kengué en mariage au jeune homme] et ils sortirent.

 

« Ekaa ! Beeno malavu ma luneeti ?

« Ekaa ! Avez-vous apporté la boisson ?

 

— Yeh ! 

— Yeh !

 

— Biabiansoni bia lulungisi ?

— Avez-vous tout ce qu’il faut ?

 

— Yeh !

— Yeh !

105

— Na mboongolo m’keento ?

— Avec l’argent de la dot ?

 

— Biabiansoni bie neeto.

— Nous avons tout.

 

— Ekaa ! wo samu wa lubakiri. »

— Ekaa ! là, vous l’avez obtenue. »

 

*

*

 

Wusiiri, ni wa yaandi Keenge tala taambula kataambula eh ! tala kataambula ko, ni yaandi kwa siiri na wo.

Il ne restait plus que l’accord de Kéngué, si elle allait accepter [de l’épouser] ou non.

 

Beka ta yuula kwe Keenge.

Ils demandèrent à Kéngué si elle allait épouser l’homme en question.

110

« Eh ! Taata me bakala ni dio nikweela.

« Eh ! Papa, je vais l’épouser.

 

Eh ! Me bakala ni dio. »

Eh ! moi, c’est cet homme-là [que je vais épouser] ! »

 

Keenge taamburi.

Kéngué était d’accord.

 

Ntente, be bazoonza na yaandi bakala.

[Mais] avant tout, les deux devaient d’abord discuter.

 

Maama Solola boongele yaandi mwaana, teele mwaana mbila bakotele mu nzo.

Maman Solola prit sa fille [par la main], elle l’invita à entrer dans la maison.

115

Bakotele mu nzo, muteelele tsi :

Elles entrèrent dans la maison et Maman Solola lui dit :

 

« Ah ! Keenge, tomo kungwa.

« Ah ! Kéngué écoute-moi bien.

 

Baantu bakaka ka babaaka baantu ko.

Certaines personnes ne sont pas des humains.

 

Bakaka mikuyu kwa mibaaka.

Ce sont des mikuyu.

 

Ah ! bulu kwe zoonza naandi, ma boonga ntuumbu yi.

Ah ! Quand tu vas discuter avec lui, prends cette aiguille.

120

Ntuumbu yi tomo ya luunda. 

Garde bien cette aiguille.

 

Bukwe tuula ɣaana, bo buluta kwe zoonze, sa mayela.

Quand tu vas discuter avec lui, sois rusée.

 

Sa mayela, tsokota ntuumbu yi.

Fais de ton mieux pour le piquer avec cette aiguille.

 

Wamana tala tsi yi mutsokamane meenga maduukiri, dieka bo ngula muuntu.

Si tu le piques avec l’aiguille et que tu constates que c’est du sang qui coule, c’est un être humain.

 

Ngaatsi taa tufinia tuduukiri ɣaana ah ! Keenge weka kwa mukuyu.

Si c’est du pus qui sort ah ! Kéngué, c’est donc un mukuyu.

125

Buba ɣaana tsia dzooka kwaku.

S’il en est ainsi, sauve-toi.

 

Wa wiiri ?

As-tu entendu ?

 

— Eh ! Maama, wa ngwiiri. »

— Eh ! Maman, j’ai entendu. »

 

Keenge tomolo wa wa.

Kéngué a bien écouté la consigne.

 

Ekaa ! Ntaangu yifweni, Keenge na yaandi bakala baɣungane kuuna ngaatsi bazoonza.

Ekaa ! Le moment venu, ils se retirèrent pour discuter.

130

Ekaa ! Buberi zoonza, Keenge bukata tala bakala, watomo wa zolo.

Ekaa ! Ils se mirent à discuter, [et] rien qu’en regardant le mukuyu, Kéngué l’aimait [déjà].

 

Abwe katuurila ntuumbu yiina ?

Comment allait-elle le piquer avec cette aiguille ?

 

Ntuumbu mu tuula yo asikii mpiaa !

Ce n’était pas possible de le piquer avec l’aiguille.

 

« Ah ! ambo ka bwe nikwe ta kwe maama hein ? »

« Ah ! que vais-je dire à maman hein ? »

 

Bamanisi mu zoonza ɣaana, yaandi Keenge buka balukiri, ni eh ! ni ntuumbu kwa katisiiri yaandi beeni mwa meenga fiduukiri.

Lorsqu’ils avaient fini de discuter, Kéngué se retira et elle se piqua avec l’aiguille pour qu’il y ait du sang qui coule.

135

Ni kwe maama ke soongela.

Et elle alla montrer [l’aiguille avec le sang] à sa maman.

 

« Maama, ntuumbu ya tamona, meenga ema ni maawu, ngula muuntu kwa we.

« Maman, tu vois l’aiguille, le sang est là, c’est un humain.

 

— Ah ! Ngula muuntu kwa we, matseleka ?

— Ah ! Est-il vraiment un humain ?

 

— Tsi matseleka, maama.

— Oui, c’est la vérité, maman.

 

— Tsi ambe meenga kuta mamona ko ?

— Ne vois-tu pas le sang ?

140

— Ekaa ! meenga ma mweeni.

— Ekaa ! j’ai vu le sang.

 

— Yah maame ! Ambo wo bakala bumpala !

— Yah maame ! Quel bel homme !

 

— Ekaa maama ! bweeso bwaaku.

— Ekaa maama ! c’est ta chance.

 

— Ekaa ! sa mayela oh ! »

— Ekaa ! sois rusée oh ! »

 

Ah ! bateele buuna hein !

Ah ! elles s’étaient entendues.

145

Keenge hein !

Kéngué, on n’y pouvait rien.

 

*

*

 

Ekaa ! basiiri ɣaana ni malaki beka dia hein !

Ekaa ! Ils allaient maintenant fêter.

 

Badiiri malaki.

Ils fêtèrent.

 

Baantu baana bayiza na mboongo eh !

Ces gens-là avaient apporté beaucoup d’argent.

 

Bayiza na biima bia kudia, bayiza na bibulu bibaketi dia ah !

Ils avaient apporté beaucoup de nourriture, sans compter les animaux à manger pour eux.

150

Ah ! tsi biakoondolo ɣaana ?

Ah ! qu’est-ce qui pouvait manquer ?

 

Ni basa malaki, malaki, malaki…

Ils fêtèrent, ils fêtèrent, ils fêtèrent…

 

Malaki ! lumiingu lumosi malaki mpila mosi ah !

La fête dura une semaine ah !

 

Bilumbu bioole, bitatu, biya, bitaanu oh ! ni malaki na malaki.

Deux jours, trois jours, quatre jours et cinq jours oh ! toujours en fête.

 

Bu bamanisa mu dia malaki ɣaana ih !

Lorsqu’ils avaient fini de fêter ih !

155

Ekaa ! tomweeno zaaba kweeno : mboongolo m’keento ya kafuta.

Ekaa ! mettez ça dans votre tête : il [le mukuyu ] avait déjà réglé la dot.

 

Ni kasa boonga m’keento.

Il amena sa femme avec lui.

 

Ah ! Maama Solola na Taata Munsambote,

Ah ! Maman Solola et Papa Mounsamboté [dirent :]

 

« Ekaa ! Bwe tusa hein ! Beeto mu kwi mona kuna ɣata dia beeno, buungu tsi ɣata dia beeno katuzeebi a dio ko ?

« Ekaa ! nous ne connaissons pas votre village hein ! comment allons-nous faire pour arriver chez vous ?

 

— Ambe beeto kuna ɣata eh !… Mbo tuluteela, kuna loonde kuuna.

— Nous sommes dans un village eh !… Nous allons par là, un peu devant.

160

Mbo lukwi tuula ɣaana bisi ɣaana mbo lukooka kwa ɣaana, ni ɣaana kwa eh !

Lorsque vous aurez avancé un peu, descendez seulement, c’est là-bas.

 

— Yeh ekaa ! beeto, ɣa ntaangu eh ! ɣa mbo tukwi laambila loongo eh ! ni kuuna tukwiiza. »

— Yeh ekaa ! le moment venu, nous viendrons organiser les festivités là-bas. »

 

Ekaa ! Basiingase wo.

Ekaa ! Ils se mirent d’accord.

 

*

*

 

Baawu eh ! Baboongele nzila, beele, beele, beele, beele, beele, beele !…

Ceux qui étaient venus pour le mariage reprirent la route, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent, ils marchèrent !…

 

Ɣo ɣabeele kwa eɣo kwa ɣeka ɣa ɣala.

Le village qui était tout près s’éloignait considérablement.

165

Baneeki moongo, bakookele, bakotele ku saangi.

Ils grimpèrent des montagnes, ils descendirent et ils pénétrèrent dans la forêt.

 

Ah ! Keenge batikiri mufatika eh ! nitu yeka tsikoni kabuta vutu ba ko.

Ah ! Kéngué commença à éprouver de la fatigue eh ! elle ne tenait plus debout.

 

Mweendo, naaka moongo kooka ah ! kabuta vutu ba ko.

Pour monter et descendre les montagnes ah ! ça ne tenait plus.

 

Baye tuula ɣana mwaa nsosofula ɣaana, bazakale ɣaana.

Ils arrivèrent à un endroit où il y avait un peu d’ombre, ils s’assirent.

 

Bavutu pamuka kwa teembo tsiiziri kukukukukuku !

Un vent violent se leva soudain kukukukukuku !

170

Keenge weka tsima lwaaka : « Kaa kuma kututa kweenda kwa kula hein !

Kéngué était inquiète, elle dit : « Nous allons maintenant loin hein !

 

Ah ! nzeeri a baanza bo ko tsi kwa kula kwa kwena. »

Ah ! je ne savais pas que c’était si loin. »

 

Teembo tsia tsi ta sa na kukukukukuku !

Un vent qui faisait du bruit kukukukukuku !…

 

Ambo tsimbongela !

Quelle tempête !

 

Tsimbongela na wuwuwuwuwuwu !

Une tempête qui faisait wuwuwuwuwuwu !… 

175

Muna tsimbongela muuna, Keenge na bunkuta yaandi weka keteka na kekekekekeke !

Dans la tempête, Kéngué avait peur et elle tremblait kekekekekeke !

 

Na nsweeki yi mubakiri.

Quelque chose l’avait étonnée :

 

Yaandi bakala bukata kumsiimba,

Alors que son mari la tenait par la main,

 

manzangu masiimbila bakala kataama kwe ya leenda ko.

elle n’arrivait pas à tenir son mari.

 

Bakala kasiimba Keenge bakotele ɣaana ɣa tsimbongela tsiina tsibazungase na wuwuwuwuwuwu !

Le mari emporta Kéngué et ils entrèrent dans cette tempête qui les secouait wuwuwuwuwuwu !

180

Na puu batuuriri kuna ɣata kuuna.

Ils tombèrent directement dans le village [des bisimbi ].

 

Keenge kata tala ɣata: « Ambe ku kwe twena ? »

Kéngué se demandait en regardant le village : « Mais où sommes-nous ? »

 

Mo bubata kwe yende :

Sur leur passage, [Kéngué voyait les gens] :

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Bakaka baye se ebu,

Les uns font ceci,

185

Bakaka baye se ebu,

Les autres font cela,

 

Bakaka na bifuuma,

Les uns sont infirmes,

 

Bakaka oh yaaya !

Les autres oh yaaya !

 

Keenge na nsatu kudirisa, na nsatu dila.

Kéngué avait envie de pleurer.

 

Abwe kasa Keenge ? wi tambakana.

Qu’allait-elle faire, Kéngué ? Elle était prise au piège.

190

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Ah ! bakaka na minwa mia tengama,

Ah ! les uns ont des bouches déformées,

 

Bakaka na bikaata,

Les autres sont infirmes,

 

Bakaka na nzeeta.

Les uns sont épileptiques.

 

Oh ! Abwe kasa hein ?

Oh ! Que va-t-elle faire hein ?

195

Wi tambakana.

Elle était prise au piège.

 

*
*        *

*
*        *

 

Baye tuula kuuna, nzo eyi ni yawu.

Ils arrivèrent. Voici la maison.

 

Ekaa ! Diangana, bakala dikaye kweela, mukuyu kwa waba.

Ekaa ! L’homme qu’elle avait épousé était un mukuyu.

 

Mukuyu wuuna mpe, kakolama ko ni keri kipa m’keento.

[Mais] ce non-humain-là s’occupait bien de sa femme.

 

M’keento waba na mafuta mbo tatala miina milaanda eh ! kipa keri mukipaka.

Il prenait bien soin d’elle eh ! en attendant de voir ce qu’il allait faire d’elle.

200

Ekaa ! Mu sa siisa yandi m’keento ah ! keri a wa monaaka ko.

Ekaa ! Il ne voulait pas laisser sa femme [seule] à la maison.

 

Bakweenda ku saangi ɣati mosi, kuuma ni kuuma ɣati mosi.

Il partait partout avec elle, même dans la forêt.

 

Ekaa ! ɣana ɣata dia mukuyu diina, malaki ma ba ɣaana bayenda kuna malaki kuuna.

Ekaa ! dans le village de ce non-humain-là, il y eut une fête à laquelle ils se rendirent.

 

Baantu beri diaa, beri tsiina na nganga-nganga ! Mikuyu ni mia mita kwe tsini.

Pendant que les gens mangeaient nganga-nganga ! les non-humains dansaient.

 

Ekaa ! ɣana fuunda dia baantu, ni tsibuunda tsimosi tseri ɣaana tsia tsuumana.

Ekaa ! dans la foule, il y avait une vieille assise toute triste et toute seule.

205

Bukatariri bu, meeso mabwaabane na Keenge.

Lorsqu’elle leva les yeux, son regard croisa celui de Kéngué.

 

Oh ! tsibuunda sariri ngolo tuuriri ɣaana.

Oh ! la vieille avait fait des efforts pour arriver jusque-là.

 

Kata tuula tariri Keenge.

Lorsqu’elle arriva, elle regarda Kéngué.

 

Ambo ka buunda tsia kwa mweeni ?

Pouvez-vous imaginer cette vieille ?

 

Wa fiooti nitu za taanda.

Elle était très maigre.

210

Butala na tsiari tsikubadiri.

Quand tu la regardais, tu avais pitié d’elle.

 

Tsiaana eti yaandi weri seekela ɣa boombi.

C’était comme si elle dormait à même le sol.

 

Diri na mfumfutu.

Son visage était couvert de poussière.

 

Ambo nsuki zi, tsiaana eti ma fwawu,

Ses cheveux étaient comme ceux d’une veuve,

 

tsiaana eti yaandi weri keela bufwiiri.

comme si elle était en deuil depuis longtemps.

215

Ah ! bukapuusiri ɣaana, Keenge na bunkuta.

Ah ! lorsqu’elle s’était approchée de Kéngué, celle-ci eut peur.

 

Muzoonzele :

Elle lui demanda :

 

— Ah ! maama, nge kwe tuukiri ?

— Ah ! maman, d’où viens-tu ?

 

— Ah ! me ku Mbaanza Koongo eh ! Koongo dia Ntootela.

— Ah ! moi, je viens de Mbanza Kongo eh ! Kongo dia Ntotela.

 

— Ambo kaa ku tsi wi sala ku, maama ?

— Qu’es-tu venue faire ici, maman ?

220

Ku tsi wi sala ku ?

Qu’es-tu venue faire ici ?

 

— Ambe me kweela bayi ku nkweela tsiaangu nayiziri ku.

— On était venu m’épouser, voilà pourquoi je suis venue ici. 

 

— Eh maama ! Maama ! Maama ! Kuuku kwena kwa nge ko.

— Eh maama ! Maama ! Maama ! Cet endroit n’est pas ton monde.

 

Ah Nzaambi ! Bwe nisiila mwaana.

Ah Nzaambi ! Que vais-je faire pour l’enfant ?

 

Ah ! mwaana wu woombele.

Ah ! l’enfant est perdue !

225

Kaani, kaani, tala butusa :

Non, non !… On fera ceci :

 

Me mbo ni kubakisa, fweti katuka ɣaa ɣata ɣa ɣa.

Je vais t’aider pour que tu quittes ce village.

 

Ni nge kwa lungisi ngoonda mosi ah ! mbo bakudia.

Si tu passes seulement un mois ici ah ! ils vont te bouffer.

 

Me ta wa ?

M’entends-tu ?

 

— Tsi yeh !

— Yeh !

230

— Me ta wa ?

— M’entends-tu ?

 

— Tsi yeh !

— Yeh !

 

— Dzeka bo, butusa ni ebu :

— Donc, nous allons faire ceci :

 

Nge na bakala diaaku, ku saangi lukweendaka.

Toi et ton époux, vous partirez dans la forêt,

 

Yi yeka ntaangu ya maloombo.

Car c’est la saison des fruits.

235

Buuna bulukweenda ku saangi, yaandi kwa wa bakala naaka kuloonde.

Lorsque vous serez dans la forêt, seul l’homme a le droit de monter sur les arbres.

 

Bukanaaka kuuna, bo katiaaka maloombo kakuɣaanaka, nge bu boonga, me ni ɣaana ni kwiiza.

Lorsqu’il va monter cueillir les fruits pour te les donner, c’est à ce moment que je viendrai là-bas.

 

Nikwiiza ɣaana, ngaatsi na kuyingasa nge ngaatsi wabaka nzila yi dzookela.

Je viendrai là-bas te remplacer pour que tu trouves le moyen de fuir.

 

Kwa wiiri ?

As-tu compris ?

 

— Tsi yeh ! »

— Yeh ! »

240

Bawiisane buuna.

Elles se mirent d’accord.

 

*

*

 

Bubawiisane buuna, lumbu tsia ntete, malaki mayookele.

Il se passa un jour après cela, un seul jour après la fête.

 

Tsiina tsilaanda, bubayenda ku saangi, yandi tsibuunda maleembe keri kwe balaandi ɣa manima, ni keri kwe balaandi ɣa manima.

Le lendemain, Kéngué et son mari allèrent dans la forêt, la vieille était derrière eux, elle les suivait, elle les suivait.

 

Bukatuuriri kuna saangi kuuna ni ke swaama ku manima ma muti ni keri kwe batarila, ni keri batarila.

Lorsqu’elle arriva dans la forêt, elle se cacha derrière un arbre pour les observer.

 

Ah ekaa ! mukuyu bukaneeki ku zulu, Keenge na mutete ɣo baanda ni ɣo kena.

Ah ekaa ! le non-humain monta sur l’arbre, Kéngué était là avec le panier.

245

Ɣo nsia taku ɣa muti ni ɣo kena.

Elle resta là dans un coin, au pied de l’arbre.

 

Ekaa ! mukuyu kaboonga loombo :

Ekaa ! le non-humain prit un fruit et dit :

 

« Keenge ?

« Kéngué ?

 

— Eh !

— Eh !

 

— Boonga loombo. »

— Prends le fruit… »

250

Boongele loombo :

Elle prit le fruit en répondant :

 

« Dia mboongele.

« Je l’ai pris.

 

— Tsia sa mu kitunga. »

— Mets-le dans le panier. »

 

Eh ! Keenge siiri mu kitunga.

Eh ! Kéngué le mit dans le panier.

 

— Keenge, eh ! Boonga loombo.

— Kéngué, prends le fruit.

255

— Dia mboongele.

— Je l’ai pris.

 

— Sa mu kitunga. »

— Mets-le dans le panier. »

 

Yandi tsibuunda, ni tala keri talaka.

La vieille ne faisait qu’observer.

 

Yandi mukuyu, kaboonga loombo :

Le non-humain prenait un fruit et disait :

 

[M’kuunga]

[Chanson]

260

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

265

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boonga loombo eh !,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

270

— Boonga loombo,

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

275

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué,

280

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Keenge, ni mu tunga keri saaka.

Kéngué continuait à mettre les fruits dans le panier.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh ! 

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

285

Sa mu kitunga sa.

Mets-le dans le panier, mets…

 

Ni mu tunga keri saaka.

Elle mettait les fruits dans le panier.

 

Lumbu tsio tsiyookele bakeeri ku nzo.

Ce jour-là passa.

 

Ekaa ! Buunda tsio kasi mana mona buuna : « Ekaa ! Kasamu a ko.

Ekaa ! La vieille [les] avait vus et elle dit [à Kéngué] : « Ekaa ! ce n’est pas un problème.

 

Dzeka bo, lumiingu lutakwiiza, mbo nikwiiza ɣo ngaatsi nzi nakubakisa eh ! »

Je viendrai donc la semaine prochaine pour t’aider eh ! »

 

*

*

290

Bayetuula kuna saangi kuuna, tsiaana eti kwa bo bu batokosaaka, mukuyu bukaneeki ni ih !

Ils étaient arrivés dans la forêt comme d’habitude, le non-humain était monté sur l’arbre ih !

 

Yandi Keenge ɣo baanda ɣo ni ɣo kee ɣa taku ɣa muti hein ! na tsitunga tsiaandi.

Kéngué était sous l’arbre hein ! avec son panier.

 

Na tsitunga ni ɣaana kasiimbiri yo na mutete wo.

Elle tenait le panier.

 

Bo mukuyu bukeka ta boonga.

Pendant ce temps, le non-humain lui disait de prendre les fruits.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

295

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

300

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Bo bukeri taanga, yandi tsibuunda tsiiziri, wi yingasa Keenge.

Pendant qu’il chantait, la vieille vint remplacer Kéngué.

 

Songerele mu tsibaba ka tsia nzila kalaanda.

Elle lui indiqua le chemin [pour fuir], par des gestes, comme le font les sourds-muets.

 

Ekaa ! Buuna kwa mukuyu bukata boonga loombo,

Ekaa ! Quand le non-humain prit un fruit,

 

[M’kuunga]

[Chanson]

305

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

Tsibuunda zuu kadiatomo a yilama ko :

La voix de la vieille n’était pas bonne :

 

— Boongele dio, Keenge.

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa…

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Eh ! Keenge, eh ! bwe kwa bweeni ?

Eh ! Kéngué, eh ! qu’as-tu ?

310

— Kaani kwa. »

— Rien. »

 

Yaaya ! Mukuyu wuzeebi tsi Keenge kasiiri a ɣo ko.

Yaaya ! Le non-humain avait compris que Kéngué n’était plus là.

 

Bukata kooka mu ntinu na kukuku !…

[Il descendit de l’arbre.] Pendant qu’il descendait de l’arbre kukuku !…

 

Ah ! Tsibuunda bukasiiri na tiii ! kasiiri kwa mpaandu weka kwa makaya ɣa taku ɣa muti ni wo kwa ke.

Ah ! La vieille fit ses grigris tiii ! et se transforma en feuilles, et elle était là sous l’arbre.

 

Mukuyu bukakookele ni Keenge takweenda ekuneke.

Pendant que le non-humain descendait, Kéngué était passée de l’autre côté.

315

— Eh ! Nge Keenge, akwe takweenda ?

— Eh ! Kéngué, où vas-tu ?

 

Akwe takweenda ? »

Où vas-tu ? »

 

Keenge teele :

Kéngué dit :

 

« Eh ! Kaambe nsatu masuba mabeele naani.

« Eh ! J’avais envie de pisser.

 

Ekaa ! Ni wo nketi wungamana ?

Ekaa ! Dois-je pisser là ?

320

— Ah ! tsiaangu.

— Ah ! d’accord.

 

Me beele baanza dzooka keti dzooka nga ah !

Je croyais que tu t’enfuyais, tu t’en allais ah !

 

Tsi yenda wungama kwaaku. »

D’accord, éloigne-toi un peu. »

 

Keenge weele, ni keele suba hein ! ni bukakeeri ɣaana.

Kéngué alla pisser hein ! et elle revint.

 

Ekaa ! Lumbu tsio, misamu mibaketi yirika ka mivutulu a ba ko.

Ekaa ! Ce jour-là, le plan de la vielle femme et Kéngué n’avait pas marché.

325

Bakeeri kuna ɣata.

Ils rentrèrent tous au village.

 

*

*

 

Bakeeri kuna ɣata, ah ! lumbu tsio tsia laanda, yandi bakala duuka kaduuka.

Ils rentrèrent au village. Ah ! le lendemain, le mari sortit.

 

Buunda tsio kayenda kwe Keenge ni kamuteela tsi :

La vieille alla chez Kéngué et lui dit ceci :

 

« Bu bwa teka sa, buluvutu kwa kaala kwa buungu maloombo ka mawiiri ko.

« Ce que nous allons faire maintenant, puisqu’il y a encore les fruits.

 

Bu me namana kuyingasa, mbo nisarila ngolo ngaatsi nasa zu dia nge, kaa nge fweti sa manzangu.

Cette fois-ci, je fournirai des efforts [pour bien chanter] quand je te remplacerai, mais tu dois faire vite.

330

Biima bitatu nita kuɣaana.

Je te donne trois choses.

 

Mwa muti fi, luunda fio mwa muti fi,

Ce morceau de bois, garde-le, ce morceau de bois,

 

mboko na tadi edidi, mboko na dziiki.

cette pierre et cet œuf.

 

Bulukweenda, biibi eh ! tabi wanata bio, bia kumaangisi.

Quand vous irez, n’oublie pas de les emporter.

 

Tuula bio ɣa saambu ɣa lele wanata malembe-malembe.

Mets-les dans ton pagne, marche tout doucement avec.

335

Dziiki kadikuburikila andi.

Il ne faut pas casser l’œuf.

 

Buuna nge bubatika mu dzooka, budzooka, budzooka ntiinu za ziingi, bo wavila bo butadzooka ntiinu zo.

Quand tu vas commencer à courir, cours, cours, cours très vite.

 

Butala tsi yaandi kumanima, ngaatsi me kandeendele a kumanima ni yaandi ta kwe laandi,

Quand tu le verras derrière toi, peut-être que je ne pourrai pas être là,

 

tsia ntente tsi tokoloosa, ni muti,

ce que tu vas jeter en premier, c’est le morceau de bois,

 

tsia zoole ni tari,

en deuxième lieu la pierre,

340

tsia tatu ni diiki.

et en troisième lieu, l’œuf.

 

Biima bio mu loosa bio, tabi wamona tsi mu mpasi weka.

Pour jeter ces choses-là, il faut vraiment que tu sois en difficulté !

 

Me ta wa ?

M’entends-tu ?

 

— Tsi yeh ! 

— Yeh !

 

— Me ta wa ?

— M’entends-tu ?

345

— Tsi yeh ! »

— Yeh ! »

 

Ni kasa muɣaana biima biina.

Elle lui donna ces choses-là.

 

Bukamuɣeeni biima biina mpe,

La vieille les lui donna,

 

Keenge ah ! toondele kwaandi.

Kéngué la remercia.

 

Ekaa ! Pari tsilombo fwaana, ka tsifweeni ko.

Ekaa ! Le matin qui n’allait pas arriver, arriva.

350

Pari tsiina mpe tsifweeni,

Ce matin-là,

 

Beele.

ils partirent  [dans la forêt].

 

Yaandi tsibuunda tsio ɣa manima mpe kwe laandi, kwe laandi, kwe laandi.

La vieille était toujours derrière en train de les suivre, de les suivre, de les suivre.

 

Tsio tsibuunda tsiina nkaaka nkaaka andi kwa yena.

Or, la vieille était une arrière-arrière-grand-mère de Kéngué.

 

Nkaaka nkaaka andi.

Son arrière-arrière-grand-mère.

355

Bukamona mwaana wuuna, wazaaba tsi ah ! Maana meenga maandi ma ba.

Lorsqu’elle avait vu Kéngué, elle savait que ah ! c’était son sang.

 

Keri a zolo ko mwaana wuuna, ntekolo ntekolo andi wi wasafuka.

Elle ne pouvait pas admettre que son arrière-arrière-petite-fille souffre.

 

Ni keri zolo diinga mu mudzookesa, mu mukatula kuuna mo mvita za zibi zo.

Voilà pourquoi, elle cherchait à la faire fuir, à la sauver dans cette lutte avec les esprits.

 

Ekaa ! Bu kaye swaama ɣaana, mukuyu neeki ku zulu :

Ekaa ! Elle se cacha, le non-humain monta sur l’arbre.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

360

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué,

365

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boonga loombo eh !

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa,

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

370

— Boonga loombo,

— Elle l’a pris, Kéngué,

 

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets…

 

Bo bukeri taanga yaandi tsibuunda wi yingana wo ih !

Pendant qu’elle chantait, la vieille était venue la remplacer ih !

 

Keenge mpe ni ntiinu kaboongele, ntiinu.

Kéngué prit la fuite.

 

Tsibuunda tsio ni ngolo kata sa.

La vieille faisait des efforts pour imiter la voix de Kéngué.

375

[M’kuunga]

[Chanson]

 

— Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

— Boongele dio, Keenge.

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

— Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets.

 

Keenge boonga loombo eh !

Kéngué, prends le fruit eh !

380

— Boongele dio, Keenge.

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

Sa mu kitunga sa…

Mets-le dans le panier, mets…

 

Bo bukeri taanga bo ngolo siiri zo.

Lorsqu’ils chantaient, cette fois-ci, elle faisait des efforts [pour bien chanter].

 

Ekaa ! Yaandi tsibuunda zu dieka fatika.

Ekaa ! La voix de la vieille commença à s’érailler.

 

Kuuna Keenge ni kadzooka, kadzooka, kadzooka, kadzooka…

Pendant ce temps, Kéngué courait, courait, courait, courait…

385

Zu difatikiri dia tsibuunda dieka.

La voix de la vieille ne tenait plus.

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Keenge boonga loombo eh !

— Kéngué, prends le fruit eh !

 

Boongele dio, Keenge,

— Elle l’a pris, Kéngué.

 

Sa mu kitunga sa.

— Mets-le dans le panier, mets.

390

Mukuyu kata tala bu eh !

Le non-humain regarda eh !

 

Kaani bukavutulu kooka, kata kwi tala ah !

Lorsqu’il descendit pour voir ah !…

 

Eh ! Tsibuunda tsio kasiiri na pruuuuuuu !

Eh ! La vieille fit pruuuuuuu !

 

Yaandi weka kwaandi makaya.

Elle se transforma en feuilles.

 

Katala bu: « Oh ! Ambo ka bwe na bwe ? »

Il était étonné, il dit : « Oh ! Comment est-ce possible ? »

395

katala bu ni mutete kwa wusiiri na maloombo.

Il ne voyait que le panier et les fruits.

 

« Keenge, Keenge akwe we ?

« Kéngué, où es-tu ?…

 

Dzeka bo Keenge dzookele. »

Donc, Kéngué a fui. »

 

Ni bukamulaanda, bukamulaanda…

l fallait la poursuivre, il fallait la poursuivre…

 

*
*        *

*
*        *

 

Keenge ni bukadzooka, kadzooka, kadzooka… kuuma kweka kwa kuula.

Kéngué courait, courait, courait, courait… elle fut loin.

400

Mukuyu ni kalaanda, kalaanda, kalanda, kalanda ah !

Le non-humain la poursuivait, il la poursuivait, il la poursuivait, il la poursuivait ah !

 

Ni bakumana, mukuyu ntiinu oh ! za ziingi.

Kéngué était devant, le mukuyu courait oh ! très vite.

 

Keenge katala kumanima bu ni mukuyu ta kwe yiizi aaaaah !

Kéngué regarda derrière elle : c’était le non-humain qui arrivait aaaaah !

 

Ambo bukata kwe yendele mwiisi !

Quand il marchait, c’était de la fumée !

 

Mu bunkuta bo, Keenge ni kaboonga muti wuuna wa muɣaana nkaaka ni bukaloosa wo ku manima ni puuuu !

Kéngué eut peur et elle jeta le morceau de bois que lui avait donné la vieille puuuu !…

405

Saangi dimenene, saangi dia diingi dimenene na miti mikwe kambakane.

Une grande forêt apparut avec beaucoup d’arbres.

 

Ah ! yaandi mukuyu weka muyooka ɣaana ni nkakatanu.

Ah ! le non-humain avait maintenant des difficultés à passer.

 

Ah ! Keenge ni bukadzooka, kadzooka…

Ah ! Kéngué courait, courait…

 

Mukuyu buuna bukasiiri mpaandu kakakaka !

Le non-humain fit sa magie kakakaka !

 

Miti ni mia kata kwe mwangase.

Il était en train de déraciner les arbres.

410

Weka kwe bia buri, miti ni mia kata tsiaama kakakaka !

Il était en train de couper les arbres kakakaka !

 

Keenge kadzooka, kadzooka, kadzooka weka mala, Keenge.

Kéngué courait, courait, courait… elle fut loin, Kéngué.

 

Mu kwe dzooke, kavutu pamuka eh ! kumanima mukuyu ni wo ni wa wuta kwe laandi.

Tout en courant, elle se retournait : le non-humain était toujours en train de la poursuivre.

 

« Maama ! Bwe kwa nzeka sa, maama ? »

« Maama ! Qu’est-ce que je vais faire, maama ? »

 

Boongele tari, wiindiri tari na puuu !

Elle prit la pierre et la jeta puuu !

415

Tari diina puuuu ! mieka moongo.

Puuuu ! Cette pierre devint des montagnes !

 

moongo matari, moongo matari ; moongo matari ma miingi.

Des montagnes de pierres, des montagnes de pierres, des montagnes de pierres !…

 

Mukuyu ni bukanaaka moongo matari, matari makaka ni ma kata bula.

Le non-humain gravissait ces montagnes de pierres tout en cassant d’autres pierres.

 

Keenge ni bukadzooka, dzooka, dzooka, dzooka ah ! Keenge…

Kéngué ne faisait que courir, elle courait, elle courait, courait ah ! Kéngué !…

 

Keenge mbo kavututala matari mabwiiri mamansoni.

Lorsque Kéngué regarda de nouveau derrière elle, toutes les pierres étaient tombées.

420

Mu bunkuta kwa bo ah ! Keenge buka boonga diiki ni dia kawiindiri puuu !

Dans la peur, ah ! Kéngué prit l’œuf et le jeta puuu !

 

Diiki bamutela kawiindila ku manima, yaandi wiindiri ku matu.

On lui avait dit de jeter l’œuf derrière elle, elle le jeta devant elle.

 

Kawiidiri ku matu puuu ! ni nzari.

Elle le jeta devant elle puuu ! une rivière.

 

Nzari ya yinene wooo ! ku matu maandi.

Une grande rivière apparut devant elle wooo !

 

« Ambo ka ni bwe nzeka sa ? Maama, maama yeka nzari ! »

« Que vais-je faire ? Maama, maama ! c’est devenu une rivière ! »

425

Kuuna kwa saala tsibuunda tsio zeebi tsi Keenge weka mu mpasi.

De là où elle était, la vieille sut que Kéngué était en difficulté.

 

Bukaba kuuna, ka bwe kasa kwa hein ! mu mpaandu kwa hein !

De là où elle était, elle fit sa magie hein !

 

Keenge ɣa na ndeeko nzari ɣaana ni muuntu weri ɣaana mu bwaatu.

Kéngué était au bord de la rivière et il y avait une personne dans une pirogue.

 

Weka dila : « Mboonga kwaani, mboonga kwaani.

Elle pleurait : « Prenez-moi [dans la pirogue] ! Prenez-moi [dans la pirogue] !

 

 Nkotesa kwaani mu bwaatu ku nsabula kwaani.

Prenez-moi dans la pirogue pour me faire traverser !

430

— Tsia kota abwe kwa ?

— Monte !… Qu’est-ce qu’il y a ?

 

— Oh ! muuntu ta kwe kundaadi, muuntu.

— Oh ! il y a une personne qui me poursuit.

 

— Tsia kota, kota. »

— Monte vite, monte. »

 

Keenge kabingiri kota mu na kati muuna hein !

Kéngué monta vite hein !

 

Ni nkafi baboongele, ni nkafi, ni nkafi, ni nkafi.

Ils prirent la pagaie, ils se mirent à pagayer, à pagayer, à pagayer.

435

Mukuyu kakwi tuula ɣaana wuumini, baawu beka ɣa na kati-kati dia nzari eh !

Lorsqu’il arriva à cet endroit, le non-humain se reposa. Pendant ce temps, [Kengué et le piroguier] étaient, eux, au milieu de la rivière eh !

 

Ah ! Mukuyu mu ntiinu na ntiinu ni miti kaboongele kayirikiri tsindiini tsia ntiinu na ntiinu.

Ah ! Le non-humain fabriqua rapidement une pirogue avec un tronc d’arbre.

 

Kotele mu tsindiini ni ka !

Il monta dans la pirogue ka !

 

Yaandi mpe ni nkafi kasiiri, ni yaandi ta kweenda na kakaka !

Il prit la pagaie kakaka !

 

[M’kuunga]

[Chanson]

440

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

445

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Suumba na suumba koo nge,

Moi, je l’avais achetée,

 

Taata munzari,

Beau-frère,

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge.

Qui est avec toi, beau-frère.

450

Baawu ni bata kwe yende kakaka !

[Kéngué et le piroguier] ne faisaient que pagayer kakaka !

 

Yaandi tsi vutula mukeento ani eh ! Ni kakakaka !

Le non-humain dit : « Rends-moi ma femme eh ! kakakaka ! »

 

[M’kuunga]

[Chanson]

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

455

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

 

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Vutula mukeento amunu koo nge,

Rends-moi ma femme,

460

Taata munzari koo nge !

Qui est avec toi, beau-frère !

 

Oh ! Nakubika dioonga,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche.

 

Oh ! Nakubika dioonga,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche,

 

Koo nge taata munzari.

Beau-frère.

 

Oh ! Nakubika dioonga di koo nge,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche,

465

Taata munzari.

Beau-frère.

 

Oh ! Nakubika dioonga di koo nge,

Oh ! Je vais te lancer cette flèche,

 

Taata munzari.

Beau-frère.

 

Mukuyu ni dioonga katasoongela mbo ni kubika dio eh !

Le non-humain montra la flèche : « Je vais te lancer ça eh ! »

 

Hum ! Ah ! Keenge batiyendela mala, mala batsituurila mala.

Hum ! Ah ! Kéngué et le piroguier étaient déjà très loin, loin, ils étaient très loin.

470

Mukuyu ah ! Mu vutubabaka asikii mpia.

Le non-humain ah ! Il ne pouvait plus les rattraper.

 

Mukuyu wukeeri.

Le non-humain s’en alla.

 

*
*        *

*
*        *

 

Keenge tuuriri kuna ɣata diaandi. Bukasuumbuka ni kwe bamaama keele.

Kéngué arriva au village. Elle traversa [le village] et elle alla directement chez ses parents.

 

Keenge katuuriri ɣa na ɣata ɣaana wele tuula kwe bamaama.

Kéngué arriva au village, elle alla chez ses parents.

 

Maama Solola na Taata Munsambote bakwi tuula ɣaana : « Eh kaa ! nzeenza yiiziri ɣo ?

Lorsqu’elle arriva, Maman Solola et Papa Mounsamboté dirent : « Eh ! kaa ! il y a un étranger qui vient d’arriver ?

475

Eh ! nzeenza, ekaambe ! nzeenza yiiziri ɣo.

Eh ! un étranger, ekaambe ! il y a un étranger qui est là.

 

— Ekaa maama ! abwe kwa ? tsia dzaambu kwa ?

— Ekaa maama ! qu’est-ce qu’il y a ? Y-a-t-il un problème ?

 

— Mbote zeeno, maama ! 

— Bonjour à vous, maman !

 

— Eh ! mbote. »

— Eh ! bonjour. »

 

Baawu bamubweeni ɣaana.

Ils accueillirent [« l’étrangère »].

480

Keenge keka ta ta :

Et Kéngué leur dit :

 

— Maama kaluta vutu kunzaaba ko ?

— Maman, vous ne me reconnaissez plus ?

 

Ih ! Maama Solola katala : « Ekaa ! meeso buungi ?…

Ih ! Maman Solola la regarda et dit : « Ekaa ! j’ai un problème de vue ?…

 

Ekaa ! Keenge ?…

Ekaa ! Kéngué ?…

 

— Ekaa ! maama ni me. »

— Ekaa ! c’est bien moi, maman ! »

485

Maama ! Mwaana ! bi mubuumba ɣaana hein !

Maama ! L’enfant, ils [ses parents] l’embrassèrent hein !

 

— Aaah ! Keenge wiiziri aaah ! Keenge !… Keenge !…

— Aaah ! Kéngué est revenue aaah ! Kéngué !… Kéngué !…

 

— Ambo kaa ! abwe kwa ?

— Qu’est-ce qu’il y a ?

 

— Akwe wayenda hein ?

— Où étais-tu partie hein ?

 

Beeto taketi kwii laambila loongo.

On voulait venir célébrer le mariage là-bas.

490

Butayendaka ɣata dia tuzaabi, taye zimbakana.

Mais nous nous étions perdus en route parce que nous ne connaissions pas le village.

 

Taleembana, tadiinga, tadiinga bata tsi ɣata dio kabazeebi a dio ko.

On avait beau chercher, chercher, personne ne connaissait ce village.

 

Abwe kwa wabwaana kuuna ? »

Qu’est-ce qui t’est arrivé là-bas ? »

 

Ah ! Keenge kaba ɣaana, aah ! Yandi tsinsamu keka bateela mikaye mona kuuna.

Ah ! Kéngué commença à raconter ce qu’elle avait vécu là-bas.

 

Kata ta tsinsamu tsiina, dieka bo keka zoonzela tsibuunda tsiina.

Elle raconta l’histoire, elle parla de la vieille.

495

« Tsibuunda bwe tsie ? »

« Comment était cette vieille ? »

 

Ni tsia kata songerela ebukeri, ebukeri eh !

Elle dit qu’elle était comme ça, qu’elle était comme ça !

 

Ooh ! Maama Solola teele tsi : « Eh ekaa ! wuuna nkaaka nkaaka ya meno.

Ooh ! Maman Solola dit : « Eh ekaa ! c’est mon arrière-grand-mère.

 

  Ni yaandi kuvuukisi.

C’est elle qui t’a sauvée.

 

— Maama Nzaambi ! Maama aah !… Nzaambi Pungu tuleendo wa munene !

— Maama Nzaambi ! Maama aah !… Dieu Saint-Esprit, [sa] gloire est grande !

500

— Ekaa ! maama, mona tamona butu kwe tambakane hein ?

— Ekaa !maman ! tu vois comment on tombe dans le piège hein ?

 

— Ah ekaa ! mpasi butuuriri, beeto […] »

— Ah ekaa ! l’essentiel est que tu sois revenue […] »

 

Basiiri mwa malaki ma baawu na baawu ɣaana, nsayi yi yookele.

Ils étaient heureux et ils organisèrent une fête.

 

Raphaël Otho

Corpus inédit, © Copyright ADELLAF 2020