Kikongo

Noms et codes ISO

Le terme « kikongo » (on trouve également kongo, kiKoongo, kikóongo) renvoie à une triple réalité, historique, sociolinguistique et linguistique.

Du point de vue historique, le « kikongo » fait référence à la langue parlée dans l’ancien empire du Kongo, lequel comprenait le royaume téké, le royaume koongo et le royaume louango.

Du point de vue sociolinguistique, le kikongo désigne une langue écrite en usage par les missionnaires et dans l’administration, et qui est connue sous diverses appellations dont le kikongo kileta ou le kikongo ya leta « kikongo du gouvernement » en RDC, et le monokutuba ou munukutuba au Congo Brazzaville.

Du point de vue linguistique, le « kikongo » (codes ISO: 639-1 kg, 639-2 kon et 639-3 kon) renvoie, dans la classification de Guthrie (1971), au groupe linguistique bantou H10, qui comprend plusieurs langues et leurs dialectes.

Locuteurs

Le nombre de locuteurs du kikongo se situent entre 6 et 10 millions selon les sources.

Régions

Le kikongo est parlée au nord de l’Angola et dans l’enclave de Cabinda, en République Démocratique du Congo (provinces du Bas-Congo, du Bandundu et de Kinshasa), au sud-ouest du Congo Brazzaville et au sud du Gabon.

Dialectologie

Le kikongo comprend trois principaux dialectes: le kikongo-lari, classé H10f, parlé au Congo Brazzaville; le kikongo H10g, parlé en RDC; et le kikongo H10h, parlé également en RDC et en Angola (Guthrie: 1971). Ils coexistent avec un nombre considérable d’autres dialectes en République du Congo, en RDC, en Angola et au Gabon.

République du Congo

En République du Congo, les dialectes kikongo forment un vaste continuum constitué par le (ki)lari, le kisundi (de Boko et de kimongo), le kikongo de Boko, le kimanyanga, le kigangala, le kidoongo, le kikaamba, le kibembe, le kinkenge, le kikunyi, le kinyanga, le kiyombe, le (ki)vili, le yilumbu, le yingubi, le yipunu, le yishira et le yisangi.

Le lari est lingua franca de la région du Pool et à Brazzaville.

RDC

En RDC, on trouve les dialectes kikongo suivants: le kisolongo, le kimboma, le kimbala, le cizali, le kizobe, le ciwoyo, le cisundi, la mazinga, le cilinji, le kiyombe, le kisamba, le kihungan, le kiyaka, le kisuku, le kindibu, le kimanyanga, le kintandu, le kimpangu, le kimbata, le kimbeko, le kinkanu, le fiote, le mboka et le pende.

Angola

En Angola de façon générale, les dialectes kikongo sont: le kisikongo, le kizombo, le kisolongo, le kiyombe, le civili, le yilumbu, le yingubi, le yipunu, le yishira, le yisangu et le pende.

Au Cabinda particulièrement, on rencontre: le kiyombe, le (c)iwoyo, le nzizi, le kisuundi, le civili, le fiote et le mboka.

Gabon

Au Gabon, les dialectes parlés sont: le yilumbu, le yingubi, le yipunu, le yishira, le yisangu, le kakongo et le civili.

Principaux traits typologiques — L’exemple du lari

Le lari — ce terme coexiste avec ceux de kikongo-lari, kilaadi, láari ou laari — est l’un des dialectes les plus représentatifs du kikongo du point de vue typologique. Son système phonologique compte cinq voyelles connaissant trois degrés d’aperture et l’opposition entre voyelles longues et voyelles brèves. Le ton est ponctuel et distinctif. Son système des classes nominales est l’un de ceux qui sont le mieux conservés dans le domaine bantou. Ses énoncés sont du type SVO avec une focalisation courante de l’objet.

Graphie

Les relations entre l’Europe et l’ancien royaume du Kongo remontent au XVe siècle. La documentation écrite qui retrace cette période est considérable. La découverte du kikongo a suscité l’intérêt pour les langues africaines, ce qui, par ricochet, a abouti à l’introduction de la graphie latine et à l’élaboration des premiers vocabulaires et des premières grammaires du kikongo.

Par la suite, les travaux des missionnaires suédois aux XIXe et XXe siècles ont servi de base à l’enseignement et à la standardisation de la langue. Parmi eux, on peut citer Karl Edward Laman (1867-1944) qui fut affecté à la Mission suédoise de Mukinbungu. Il est l’auteur d’un dictionnaire en kikongo pluridialectal (50.000 items de 12 dialectes), d’une description phonologique, de recueils de texte et d’essais. Il a également publié les premiers manuels scolaires en kikongo et traduit la Bible et le Nouveau Testament en dialecte mazinga. Il contribua ainsi de manière décisive à l’émergence de la forme écrite du kikongo.

 


 

Bibliographie:

    • ALEXANDRE Pierre, 1981, « Les langues bantu », in Jean PERROT, Les langues dans le monde ancien et moderne, Paris, CNRS, pp. 353-398.
    • AXELSON S. 1970, Culture confrontation in the Lower Congo, Falköping (Sweden), Gummessons, 340 p.
    • BOSTOEN, K., BERNARD C., de MARET P. (dir.), 2008, Une archéologie des provinces septentrionales du royaume Kongo, Oxford, Archaeopress Publishing Ltd, 479 p.
    • COLLECTIF, 1987, Atlas linguistique de l’Afrique Centrale: Atlas linguistique du Congo-Inventaire préliminaire, Yaoundé, CERDOTOLA, Paris ACCT, 122 p.
    • FEHDERAU, W. Harold, 1967, The origin and development of Kituba (Lingua Franca Kikongo), Kisangani, Université Libre du Congo, xi + 124 p.
    • GUTHRIE, Malcolm, 1971, Comparative Bantu: An introduction to the comparative linguistics and prehistory of the Bantu Languages, Tome II, Farnborough, Gregg International Publisher LTD, 180 p.
    • HANCOCK Ian F., 1981, « Répertoire des langues pidgins et créoles », in Jean PERROT, Les langues dans le monde ancien et moderne, Paris, CNRS, pp. 631-648.
    • JACQUOT, André, 1971, « Les langues du Congo – Brazzaville: inventaire et classification ». Cahier série Sciences Humaines, vol. III, n° 4, Paris, ORSTOM pp. 350-357.
    • LAMAN, Karl Edward, 1964, Dictionnaire kikongo-français, vol. 1, Ridgewood (N.J.), Gergg Press, 1183 p.
    • LUMWAMU, François, 1973, Essai de morphosyntaxe systématique des parlers kongo, Paris, Klincksieck, 246 p.
    • MAHO Jouni Filip, 2009, NUGL Online The online version of the New Updated Guthrie List, a referential classification of the Bantu languages, 124 p. [Document pdf téléchargeable, https://brill.com/fileasset/downloads_products/35125_Bantu-New-updated-Guthrie-List.pdf)
    • MOUANDA MBAMBI, Florent, 1990, « L’implantation du protestantisme au Congo. Le cas des Kamba de 1930 à 1986, Mémoire pour le Diplôme de l’École pratique des hautes études préparé et soutenu sous la direction de Jean Bobérot, 539 p. [dactylographié — téléchargeable https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers19-04/40188.pdf ].

Élise Solange Bagamboula

relecture: Raphaël Otho