Neene baaba / Grand-mère

 

 

Mots-clés: peul ; pulaar Fuuta Tooro ; pular Fuuta Jaloo — littérature enfantine ; dankorɗi ; berceuses ; chansons pour enfants
Contribution présentée par Aliou Mohamadou
Auteur: Tidiane Maloun BARRY
Oralisation: En cours
Contexte: Le mot dankorɗi (sing. dankorgol) est un terme peul du Fuuta Jaloo (Guinée, Sierra-Leone, Liberia, Guinée-Bissau). Il désigne deux styles de chansons : les berceuses et les chansons pour jouer avec les tout petits. Dans le deuxième cas, l’adulte, homme ou femme, prend l’enfant, garçon ou fille, entre les mains et le fait sautiller en chantant. Le corpus présenté appartient au premier style.
Constitution du texte: Le texte est une reconstitution à partir de différentes versions de la chanson.

 

 


 

Neene baaba, ne’anee lam gerto.
Si ɗen ɗuuɗii, mi waɗtita e ndonto.
Si ɗen ɗuuɗii, mi waɗtita e be’i.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e baali.
Dammi ɗin mi waɗtita e na’i.
Nyalbi ɗin, mi waɗtita e pucci.
Kaabi ɗin, mi waɗtita e ngelooɗi.
Kocce ɗen, mi waɗtita e pinka.
Kure e laanye, mi hiwira ndin jawdi.
Kocce ɗen, mi waɗtita e ɓoggi.
Ɓoggi ɗin, mi saaniray nyalbi.
Kocce ɗen, mi waɗtita e fonnye.
Kocce ɗen, mi waɗtita e maaro.
Kocce ɗen, mi waɗtita e kaaba.
Kocce ɗen, mi waɗtita e ngawri.
Kocce ɗen, mi waɗtita e maafe.
Galle am heewa haarannde.
Neene baaba, ne’anee lam na’i.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e kaŋŋe.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e cuuɗi.
Si ɗin ɗuuɗii, mi waɗtita e defte.
Cerno’en du’anaa-jaabii
Du’oo mi wonta barkinɗo,
Du’oo mi wonta muybinɗo…
*
(Gimol boobo gorko)
Mi toroo mi jommba jiwo laamɗo.
Mi teŋira mo kaŋŋe siiwaaɗe.
Mi waɗta ɗon dinngiraa nyalbi,
Mi waɗta ɗon teemedere kaabi,
Mi waɗta ɗon teemedere ga’i.
Mi waɗɗina mo puccu Bilqiisa.
Mi liiƴana mo naange ngen seeɗa.
Mi tammbina mo leelewal jemma.
Koode ɗen mi waɗtana mo koccu.
Himo moorii moorɗi Neene Fuuta,
Himo ɓornii comci aljanna,
O cuɗorii wa Neene Bilqiisa,
O urnorii piindi aljanna.
Si o yaltitii, naange ngen sooyɗa.
Si o moosii, jemma on weeta.
Si o feƴƴii, kaŋŋe ɗen saama,
Giɗo e ganyo adondira hocca.
Himo hiwiraa laanye suufaaɓe.
Himo reeniraa kaafa saafaaɗe.
Yiitere yi’ay, junngo meemaali.
Ka o feƴƴi woo, yimɓe ɓen haawoo.
Hiɓe lamndoo : « Ko hommbo woni oo lobbo ? »
Mbatula jaboo : « Oo ko jiwo laamɗo. »
Sagataaɓe lamndoo : « Ko hommbo woni gennda ? »
Jeli e ngawlo no jaaboo : « Ko Sori mo Pennda. »
Ayɓe ɓen, deedi mum fetti.
Sagataaɓe fow, gonɗi mum hibbi.
Mi daroo moggo wela-hoore,
Curbaaɓe ama no taaroo, ɓeya no kella,
Ɓeya no lamndoo : « Ko waɗi Fuuta ? »
Ɓeya no jaaboo : « Ko jommbugal Sori mo Pennda. »
Ɓeya no lamndoo : « Koode ko haɗi jalba ? »
Koode ɗen jaaboo : « Ko hersugol cuɗaari wela-hoore. »
Ɓeya no lamndoo : « Leele ko haɗi jalba ? »
Leele kadi jaaboo : « Ko hersugol ŋari jiwo laamɗo. »
Hay naange no lamndee ko haɗi jalba.
Ngen jaaboo : « Ko moose jommbajjo. »
Ɓeya no eewnoo,
Ɓeya no sowndoo,
Ɓeya no sooynoo,
Ɓeya no haawoo.
Fow no eewnoo, fow no sowndoo :
« Ko oo tigi woni ciwto ngeya naange !
« Ko oo tigi woni jaaja nduya lewru !»
Neene baaba, ne’anee lam gerto.
Neene baaba, ne’anee lam dammi.
Neene baaba, ne’anee lam na’i.
Mi waɗtita e kaŋŋe siiwaaɗe…
Mi wonii gennda jiwo laamɗo.
*
(Gimol boobo debbo)
Toroo lam jommba ɓii laamɗo.
O teŋira lam kaŋŋe siiwaaɗe.
O waɗta ɗon dinngiraa nyalbi,
O waɗta ɗon teemedere kaabi,
O waɗta ɗon teemedere ga’i.
O waɗɗina lam puccu Bilgiisa.
O liiƴana lam naange ngen seeɗa.
O tambina lam leelewal jemma.
Koode ɗen o waɗtana lam koccu.
Mi mooroo morɗi Neene Fuuta,
Mi ɓornoo comci aljanna,
Mi cuɗoroo wa Neene Bilgisa,
Mi urnoroo piindi aljanna.
Si mi yaltitii, naange ngen soyɗa.
Si mi moosii, jemma on weeta.
Si mi feƴƴii, kaŋŋe ɗen saama,
Giɗo e ganyo adondira hocca.
Mi hiwiree laanye suufaaɓe.
Mi reeniree kaafa saafaaɗe.
Yiitere yi’ay, junngo meemaali.
Ka mi feƴƴi woo, yimɓe ɓen haawoo
Hiɓe lamndoo : « Ko hombo woni oo lobbo ? »
Mbatula jaboo : « Ko ɓeyngu ɓii laamɗo. »
Sagataaɓe lamndoo : « Ko hombo woni genda ? »
Jeli e ngawlo jaaboo : « Ko Sira mo Pennda. »
Ayɓe ɓen deedi mum fetti
Sagataaɓe fow, gonɗi mum hibbi.
Mi daroo moggo wela-hoore,
Curbaaɓe ama no taaroo, ɓeya no kella,
Ɓeya no lamndoo : « Ko waɗi Fuuta ? »
Ɓeya no jaaboo : « Ko jommbugal Sori mo Pennda. »
Ɓeya no lamndoo : « Koode ko haɗi jalba ? »
Koode ɗen jaaboo : « Ko hersugol cuɗaari wela-hoore. »
Ɓeya no lamndoo : « Leele ko haɗi jalba ? »
Leele kadi jaaboo : « Ko hersugol ŋari jiwo laamɗo. »
Hay naange no lamndee ko haɗi jalba.
Ngen jaaboo : « Ko moose jommbajjo. »
Ɓeya no eewnoo,
Ɓeya no sowndoo,
Ɓeya no sooynoo,
Ɓeya no haawoo.
Fow no eewnoo, fow no sowndoo :
« Ko oo tigi woni ciwto ngeya naange !
« Ko oo tigi woni jaaja nduya lewru !»
Neene baaba, ne’anee lam gerto.
Neene baaba, ne’anee lam dammi.
Neene baaba, ne’anee lam na’i.
Mi waɗtita e kaŋŋe siiwaaɗe…
Mi wonii genda ɓii laamɗo.

Grand-mère, élevez-moi des poules.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des coqs.
Quand ils seront nombreux, je les échangerai contre des chèvres.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des moutons.
Les moutons et les chèvres, je les échangerai contre des vaches.
Les génisses, je les échangerai contre des chevaux.
Les vaches mères, je les échangerai contre des dromadaires.
Le lait, je l’échangerai contre des fusils.
Les balles et les flèches me serviront à protéger le bétail.
Le lait, je l’échangerai contre des cordes.
Avec les cordes j’attacherai les veaux au piquet.
Le lait, je l’échangerai contre du fonio.
Le lait, je l’échangerai contre du riz.
Le lait, je l’échangerai contre du maïs.
Le lait, je l’échangerai contre du mil.
Le lait, je l’échangerai contre du mafé.
Et ma maison vivra dans l’abondance.
Grand-mère, élevez-moi des vaches.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre de l’or.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des maisons.
Quand elles seront nombreuses, je les échangerai contre des livres.
Les marabouts aux prières exaucées
Prieront pour que je sois béni,
Ils prieront pour que je sois aimé de tout le monde…
*
(Pour un garçon)
Je demanderai la fille du roi en mariage et je l’épouserai.
Je lui donnerai en dot de l’or pur.
J’y ajouterai un enclos de génisses,
J’y ajouterai cent vaches mères,
J’y ajouterai cent taureaux.
Je la mettrai sur le cheval de Bilqis.
Je lui repousserai un peu le soleil vers l’horizon.
Je lui donnerai dans les mains, le clair de lune de la nuit.
Les étoiles, je lui en ferai un tapis tel des gravillons.
Elle a les tresses de la Reine du Foûta,
Elle porte les vêtements du paradis,
Elle a les parures telle la Reine Bilqis,
Elle s’est parfumée avec les fleurs du paradis.
Quand elle sort, le soleil pâlit.
Quand elle sourit, la nuit cède la place au jour.
Quand elle marche, il tombe de l’or sur son passage,
Amis et ennemis se précipitent pour le ramasser.
Les arcs des soldats la protègent.
Des épées dégainées la gardent.
L’œil voit, la main n’y touche pas.
Partout où elle passe, les gens sont ébahis.
Ils s’interrogent : « Qui est cette personne magnifique ? »
Un conseiller de la cour répond : « C’est la fille du roi. »
Les jeunes gens s’interrogent : « Qui en est le mari ? »
Les griots dieli et gawlo répondent : « Sori fils de Pennda. »
Les ennemis ont le ventre qui explose.
Les jeunes gens, tous, fondent en larmes.
Je me tiens debout près de la chanceuse,
Des jeunes filles dansent et tournent, d’autres applaudissent,
Les gens demandent : « Que se passe-t-il au Foûta ? »
On leur répond : « C’est le mariage de Sori fils de Pennda. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche les étoiles de briller ? »
Et les étoiles répondent : « C’est la gêne devant les parures de la chanceuse. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche la lune de briller ? »
Et la lune à son tour répond : « C’est la gêne devant la beauté de la fille du roi. »
Ils vont jusqu’à demander au soleil pourquoi il ne brille pas.
Il répond : « C’est à cause du sourire de la mariée. »
Les uns crient,
Les autres murmurent,
Les autres contemplent,
Les autres s’émerveillent.
Tous crient, tous murmurent :
« C’est bien elle, la jumelle de ce soleil ! »
« C’est bien elle, la sœur de cette lune ! »
Grand-mère, élevez-moi des poules.
Grand-mère, élevez-moi des moutons et des chèvres.
Grand-mère, élevez-moi des vaches.
Je les échange contre de l’or pur…
Je suis devenu l’époux de la fille du roi.
*
(Pour une fille)
Le fils du roi me demandera en mariage et il m’épousera.
Il me donnera en dot de l’or pur.
Il y ajoutera un enclos de génisses,
Il y ajoutera cent vaches mères,
Il y ajoutera cent taureaux.
Il me mettra sur le cheval de Bilqis.
Il me repoussera légèrement le soleil vers l’horizon.
Il me donnera dans les mains, la lune de la nuit.
Les étoiles, il m’en fera un tapis tel des gravillons.
Je me fais tresser les tresses de la Reine du Foûta,
Je porte les vêtements du pardis,
Je porte les parures de la Reine Bilqis,
Je me parfume avec les fleurs du paradis.
Quand je sors, le soleil pâlit.
Quand je souris, la nuit cède la place au jour.
Quand je marche, il tombe de l’or sur mon passage,
Amis et ennemis se précipitent pour le ramasser.
Les arcs des soldats me protègent.
Les épées dégainées me gardent.
L’œil voit, la main n’y touche pas.
Partout où je passe, les gens sont ébahis.
Ils s’interrogent : « Qui est cette personne magnifique ? »
Un conseiller de la cour répond : « C’est la fille du roi. »
Les jeunes gens s’interrogent : « Qui en est le mari ? »
Les griots dieli et gawlo répondent : « Sori le fils de Pennda. »
Les ennemis ont le ventre qui explose.
Les jeunes gens, tous, fondent en larmes.
Je me tiens debout près du chanceux,
Des jeunes filles dansent et tournent, d’autres applaudissent,
Les gens demandent : « Que se passe-t-il au Foûta ? »
On leur répond : « C’est le mariage de Sori fils de Pennda. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche les étoiles de briller ? »
Et les étoiles répondent : « C’est la gêne devant les parures de la chanceuse. »
Ils demandent : « Qu’est-ce qui empêche la lune de briller ? »
Et la lune à son tour répond : « C’est la gêne devant la beauté de la fille du roi. »
Ils vont jusqu’à demander au soleil pourquoi il ne brille pas.
Il répond : « C’est à cause du sourire de la mariée. »
Les uns crient,
Les autres murmurent,
Les autres contemplent,
Les autres s’émerveillent.
Tous crient, tous murmurent :
« C’est bien elle, la jumelle de ce soleil ! »
« C’est bien elle, la sœur de cette lune ! »
Grand-mère, élevez-moi des poules.
Grand-mère, élevez-moi des moutons et des chèvres.
Grand-mère, élevez-moi des vaches.
Je les échangerai contre de l’or pur…
Je suis devenue l’épouse du fils du roi.

Corpus inédit, © copyright Ahmed Tidiane Barry et Aliou Mohamadou.

 

 


 

Neene baaba / Grand-mère (pdf)

 

 

Berceuses 201903-02-2V1b Neene baaba

 

Téléchargement