Présentation du recueil “Tinndi”

 

 

Tinndi / Contes

de Baylaa Kulibali

 

 

Mots-clés:  peul, pulaar ; Gambie, Sénégal, Mauritanie, Ouest du Mali — écriture littéraire ; tinndol, conte, fable.

L’auteur:  Baylaa Kulibali [Baïla Coulibaly] est né en 1949 à Orkadiéré au Sénégal. Il est arrivé en France en novembre 1969. Après avoir occupé divers emplois, il a été, jusqu’à sa retraite, ouvrier chez Talbot1.

Baylaa Kulibali se distingue des autres écrivains de langue peule par son parcours intellectuel. En effet, à la différence de ces derniers, qui reçoivent une formation scolaire dans un cadre institutionnel à travers l’école coranique et les universités arabes ou à travers l’école occidentale, Baylaa Kulibali est un néo-alphabète qui  a appris à lire et à écrire en peul, auprès d’une association d’étudiants, Jaŋde e Pinal [étude et culture] en 1975, au foyer Falguières à Paris.

Son premier texte, qui date de 1981, est un récit autobiographique intitulé Nguurndam Tumaranke [La vie d’un immigré] publié dans la revue Binndi e Jaŋde [écriture et étude]. Il publie ensuite trois nouvelles : les deux premiers, « Daarol Pennda e Dooro » [L’histoire de Pennda et de Dôro] et « Koode men ne na nyaara » [Nos étoiles brillent] paraissent en 1982 dans la revue Binndi e jaŋde ; le troisième, « Luhral » [La discorde] paraît en plusieurs fragments de 1986 à 1988 dans la revue Binndi pulaar [écriture peule].

En1986, il fait la connaissance du griot Diâwôye Diêye. Celui-ci lui transmet la légende de Da Monzon de Ségou qu’il publiera en 1992 sous le titre de Daarol Dah [La légende de Dâ], Paris, Binndi e jannde [numéro hors série]. Diâwôye Diêye lui transmet également la plupart des contes du présent recueil.

Le corpus:  Le recueil est constitué de dix-huit textes de longueur inégale. On peut y distinguer trois ensembles : une série de treize contes brefs à personnages d’animaux, dont dix mettant en scène l’hyène ou le lièvre ; une deuxième série de cinq contes dont les héros sont des personnages humains ; et un conte, le dernier dans l’ordre, qui représente en volume 25% du recueil et qui est une histoire à défis.

Les contes sont réécrits. Treize d’entre eux sont dits par Diâwôye Diêye. Ils sont racontés dans des causeries au foyer des travailleurs migrants à Boulogne. Ils ne sont ni sollicités, ni enregistrés : E ko ɓuri heewde, ko e nder jeewte ɓe tinndi. Ndenndinmi tinndi ɗii, njaajnumi ɗi e binndi « La plupart du temps, c’est dans des causeries qu’ils [les conteurs] ont conté. J’ai rassemblé ces contes et je les développés dans l’écriture ».

L’oralisation du corpus:  Les contes, à l’exception du dernier, ont été oralisés en mars 2012 au centre de documentation André Georges Haudricourt à Villejuif, à l’initiative de l’association Timtimol. Le projet a été réalisé par Pierre Amiand et Bénédicte Chaine-Sidibé. Ont prêté leur voix : Ibrahima Dia, Haby Zacharia Konté, Oumar Ndiaye, Mamadou Abdoul Sek, et Maïmouna Thiam. Le tableau qui suit indique les sources des contes et leurs lecteurs.

Tableau récapitulatif

Conteur

N° Conte

Titre

Oralisation

[L’auteur]

04

Fowru e fayannde teewu e mbaroodi ɓesndi [L’hyène, la marmite de viande et une lionne mère]

Haby Zacharia Konté

 

09

Fowru e debbo e cukalel mum [L’hyène, une femme et son enfant]

Mamadou Abdoul Sek

 

16

Bacca Joom [Bathia Diom]

Oumar Ndiaye

Alassane Thiam

02

Fowru e bojel e mbaroodi [L’hyène, le lièvre et le lion]

Ibrahima Dia

Diâwôye Diêye

01

Fowru e mbaroodi e ɓikkon mum [L’hyène, le lion et ses petits]

Oumar Ndiaye

 

03

Mbaroodi e fowru e rawaandu [Le lion, l’hyène et le chien]

Mamadou Abdoul Sek

 

05

Rawaandu e mbeewa e fowru [Le chien, la chèvre et l’hyène]

Oumar Ndiaye

 

06

Fowru e mbeewa [L’hyène et la chèvre]

Maïmouna Thiam

 

07

Fowru e bojel e rawaandu [L’hyène, le lièvre et le chien]

Ibrahima Dia

 

08

Nyiiwa e mbaroodi e cewngu e fowru [L’éléphant, le lion, le léopard et l’hyène]

Oumar Ndiaye

 

10

Bojel e nyiiwa e mbaroodi e caamaaba [Le lièvre, l’éléphant, le lion et le python]

Ibrahima Dia

 

11

Kooba e nagge [L’hippotrage et la vache]

Haby Zacharia Konté

 

13

Noorwa e cukalel [Le crocodile et l’enfant]

Haby Zacharia Konté

 

14

Jaaƴe e Jaari [Diadié et Diari]

Maïmouna Thiam

 

15

Aduna-Alaa-To-Darii

Ibrahima Dia

 

17

Ɗanngal Aali [Le voyage d’Ali]

Haby Zacharia Konté

 

18

Ndimaagu [Noblesse]

[non oralisé]

Ibrahima Lih

12

Hare duulaaɗe [Le combat des lézards]

Maïmouna Thiam

Éditions

Première édition

Baylaa Kulibali, Tinndi [contes], Paris, Binndi e jannde, 1988, 103 p. [numéro hors série de la revue Binndi e jaŋde ; multicopié].

Deuxième édition

Baylaa Kulibali, Tinndi [contes]. Édition spéciale accompagnée de lexique peul-français par Aliou Mohamadou, Paris, Binndi e jannde, 1996, 52 p. [numéro hors série de la revue Binndi e jaŋde ; multicopié].

Références

Kulibali, Baylaa, 1991, Nguurndam tumaranke [La vie d’un immigré], Paris, Binndi e jannde, 60 p. [1e édition, revue Binndi e jaŋde 4-5, pp. 93-100 ; 6, pp. 53-60].

Kulibali, Baylaa, 1992, Daarol Daa [La légende de Dâ], Paris, Binndi e Jannde, 1992, 67 p.

Kulibali, Baylaa, 1996a, Tinndi [Contes], Paris, Binndi e Jannde, 49 p. [1e édition 1988].

Kulibali, Baylaa, 1996b, « Pennda e Dooro », Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, p. 7-28 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi e Jaŋde 7,p p. 41-59].

Kulibali, Baylaa, 1996c, « Koode men ne na nyaara » [Nos étoiles brillent], Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, p. 29-50 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi e jannde 8, pp. 43-57].

Kulibali, Baylaa, 1996d, « Luhral » [La discorde], Daari [Histoires], Paris, Binndi e Jannde, pp. 51-76 [multicopié ; 1e édition, revue Binndi pulaar 1, 2, 4].

Mohamadou Aliou, 2000, « Nouvelles tendances en littérature peule : présentation des textes de quatre auteurs haal-pulaar (Sénégal et Mauritanie) », in Ursula Baumgardt et Abdellah Bounfour (dir.), Panorama des littératures africaines, Paris, L’Harmattan & Inalco, pp. 77-92, [Coll. Bibliothèque des études africaines].


 

Note:

1 Mohamadou, A., 2000: 83-84. L’usine, située à Poissy, aura changé plusieurs fois de nom.

© Copyright ADELLAF 2021